Liliputia de Xavier Mauméjean

Résumé : Bonnes gens, bienvenue à Dreamland ! Érigé sur l’île de Coney Island au début du XXe siècle, ce parc d’attractions d’un nouveau genre abrite en son sein le plus phénoménal des divertissements : Lilliputia, la Cité des Nains, qui accueille pour votre plus grand bonheur trois cents petites personnes venues du monde entier. Construite sur le modèle du Nuremberg du XVe siècle, mais en réduction, cette exemplaire cité possède un parlement, un théâtre, des bas-fonds et même une compagnie de pompiers qui va jusqu’à déclencher ses propres feux pour divertir les visiteurs du parc ! Venez écouter l’histoire édifiante d’Elcana, ce courageux jeune homme de petite taille conduit depuis son Europe de l’Est natale jusqu’à Lilliputia. Là, il comprendra bien vite qu’il lui revient de libérer ses semblables de la servitude dans laquelle on les a placés, pour leur  » apporter le feu « . Avec l’aide de la monstrueuse parade des Freaks, il mènera la révolte contre son propre Zeus – le mystérieux et richissime démiurge, propriétaire de Dreamland – et conduira Lilliputia jusqu’à l’embrasement final… Quand la tragédie grecque rencontre la mythologie américaine naissante, celle du Gangs of New York de Scorsese, pour une magistrale réinvention de la figure de Prométhée, c’est un feu d’artifice(s) littéraire d’une hauteur inversement proportionnelle à celle des protagonistes de Lilliputia qui se déploie sous nos yeux. Gentes dames, joyeux messieurs, bienvenue à Dreamland pour le plus grand des minuscules spectacles !

Avis : Je ne connaissais pas du tout l’auteur avant de découvrir son roman mais c’est vrai que le thème abordé est assez intéressant et différent. J’ai été assez étonnée en recevant le volume, parce que c’est vrai que le livre est assez épais, presque 700 pages et je ne m’attendais pas vraiment à cela. Mais ce n’est pas gênant quand on trouve une histoire qui vaut le coup.

On découvre ainsi la vie des parents d’Elcana (une personne de petite taille) avant sa naissance, le contexte de leur rencontre, de leur mariage et donc de leur premier enfant. On passe ensuite du côté de cet enfant qui grandit, qui ressemble beaucoup à son père au niveau du caractère mais qui a aussi beaucoup de mal à se faire accepter dans sa ville. Hélas en essayant de sauver une jeune fille, il va se trouver dans une terrible situation qui va le forcer à fuir pour finalement aboutir à Dreamland une sorte de cirque, uniquement constitué de personnes de petite taille. Certains y sont amenés de force comme Elcana (en se faisant acheter) et d’autres espèrent trouver une solution de salut comme un couple attendant un bébé. Hélas rien n’est vraiment rose, les gens n’ont pas le droit de partir et on leur attribue un travail qu’ils sont obligés de faire pour gagner leur vie. En contre-partie, ils doivent subir les demandes des deux décisionnaires du parc qui bien sûr ne désirent que gagner de l’argent en paradant devant les invités de plus grande taille qui les admirent comme des bêtes de foire.

C’était intéressant de voir ce qu’Elcana était en train de traverser, comment il s’adaptait petit à petit à sa nouvelle vie, d’observer ses premiers émois… Pourtant, la vie à Dreamland n’est pas si simple que l’on pourrait le croire et chacun doit faire face aux conséquences de cette vie.

J’ai trouvé que la plume de l’auteur était assez fantastique et agréable à lire et je me suis prise à l’histoire assez rapidement. Cependant, j’avoue que j’ai un peu décroché vers la fin du roman sans savoir exactement pourquoi. Mais dans tous les cas, c’était une bonne découverte que ce soit au niveau de l’histoire ou de l’auteur et je suis curieuse de voir ce qu’il a pu écrire d’autre. Comme je le disais c’est une histoire intéressante et très différente de ce qu’on lit habituellement ce qui lui ajoute un gros plus bien entendu.

3-5 

mellianefini

22 thoughts on “Liliputia de Xavier Mauméjean

  1. Oh, mais ça a pas l’air mal du tout comme livre, ça pourrait clairement me plaire. Je suis dans un pavé aussi, (La Lune et le Roi Soleil), mais je m’ennuie… c’est le souci avec les pavé parfois. Bises

  2. Ce n’est pas le nombre de pages qui va m’arrêter, bien au contraire ^^ Et je suis tentée par le résumé, ainsi que par ton avis…, alors merci pour cette nouvelle découverte 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *