Celine’s adventures: Reckless by S.C. Stephens

Celine is a French blogger who writes some fictional reviews about the books she loves the most and they always make me laugh. I hope the humor even if translated is kept. Thanks for her reviews.

—————

Thoughtless, Book 3

Synopsis: Can love survive when life gets Reckless?

When the band hits it big, Kiera and Kellan must ask themselves: Can their love for each other survive the constant pressures of superstardom? The friendships they’ve formed, the new family they’ve found, and the history they’ve forged will all play a part in helping them navigate the turbulent waters of the band’s exploding popularity. A greedy executive hell-bent on success, a declining pop star looking for an edge, and a media circus that twists lies into truths are just some of the obstacles the lovers will have to overcome if they are going to remain together. Fame comes with a price-but will it cost Kiera and Kellan everything?

Disclaimer: « The characters and situations in this story are fictional, any resemblance to existing persons and situations can only be coincidental« 

For mémo: Episode 1 ; Episode 2 ; Episode 3

——————————————————

I walk on the dirt road while pressing a small button on the side of my watch. The dial lights up and displays midnight. I love this gadget. I could have used the flashlight on my phone which I also use to guide me into the surrounding darkness, but I really love this button, it gives me the impression of being a secret agent. I stifle the laughter born in my throat. Tonight, I’m quite a secret agent…

My cap is going to fall again, and I put it back in place by pulling on each side. It is a bit small, and the blue wool itches. This is the one my grandmother knitted me when I was 6 years old. I chose my outfit in a hurry tonight, and I do not have any other cap to cover me, except an old cowboy hat, but I was frankly ridiculous, and above all, it would not maintain the scarf that I use as a hood in place. I cut two holes for the eyes in the pink stole, and I tied it behind my head. No one can recognize me, I am sure of that. But I should have thought to make a hole for the nose. I have a little trouble breathing.

For my mission tonight, I have to be quiet, and I learned the lesson with Gilles Legardinier with his book Demain j’arrête. The Peruvian hat is not the accessory to wear when you want to go unnoticed, even though I’m not sure that the cows are interested in my outfit. But who knows? The Gods-of-all-the-things-of-the-land-and-the-sea have spies everywhere.

I go between two barbed wires, my precious bundle pressed against me. I made it stuck around my waist with a large scotch. It contains no less than three books, some big in fact, and I did not want to lose them. I hear a crack that isn’t a good thing, not knowing if my jacket or pants were attacked by the barbed wire. Perhaps the two elsewhere. This is not serious. I have to save these and prevent them to appear on the list of black-banned-books and well… there are always sacrifices to be made for any great cause.

Because even the last volume of this trilogy is worth it, oh yes … Of course, there is less tension between Kiera and Kellan who have learned to trust each other, but love and passion are still at the appointment. What do you want, I’m sentimental, and I liked their story … Yes, even this last volume, which, if not carried me like the others, closed their love story without giving me an unfinished taste. And I was happy to see them, to follow once again the pen of the writer who knew so well how to give them lives, and who gave the secondary characters such as Anna and Griffin a more prominent place which does not displease me. A volume of maturity under the sign of love, a novel that I’ve closed with regrets, their story is now over. Then I have to protect it, just as the volumes one and two.

Zigzagging between the dung left by the cows of the meadow, I arrive near the chestnut tree that sits in the center. I saw it as a sign, because when I was a child, the chestnuts were my favorite weapons to protect the ducklings from the « duck pond » from rats who wanted to eat them. While my grandmother was preparing something to eat, I learned to aim. There are not many chestnut trees here, a sign, I tell you.

« Note for next time: thinking to take a shovel. »

The ground is hard under my fingers, and the hole should be deep. But I persist, and after removing the package to the bottom, I cover it as best as I can. All this time, I blocked my thoughts. Daunting task when you know me. But I really do not want them to find me.

A loud mooing appears behind me. I turn slowly. Well, no, it’s in the novels that the heroes are turning slowly. Not in real life. I turn around so fast that I almost fell. A huge Charolais bull stands a few meters from me, staring at me.

I’m spotted …

Les Aventures de Celine : Intrépide de S.C. Stephens

Céline est une blogueuse française qui écrit des fiction mettant en scène ses romans préférés. Elles me font toujours rire et j’espère que vous les apprécierez aussi. Merci à elle de les partager.

—————————

Thoughtless, Tome 3

Résumé : Suite et fin de a serie phénomène de C. S. Stephens, et des aventures du couple désormais mythique : Kiera et Kellan. Les D-Bags vivent une véritable success story qui ne va pas sans causer des problèmes dans la vie de couple du si sexy chanteur du groupe. L’amour de Kiera et Kellan pourra-t-il resister aux pressions constantes que leur inflige le star system ? Un producteur plus ou moins véreux, une ancienne pop star qui cherche à utiliser leur célébrité et des médias qui relayent de fausses rumeurs : autant d’obstacles q’ils devront traverser ensemble. Heureusement ils peuvent compter sur l’amitié et les liens quasi familiaux qu’ils ont crées avec les autres membres du groupe qui les aideront à traverser ce ras de marée médiatique. Le succès a toujours un prix. Quel sera-t-il pour Kiera et Kellan ?

Avertissement: « Les personnages et les situations de ce récit étant purement fictifs, toute ressemblance avec des personnes ou des situations existantes ou ayant existé ne saurait être que fortuite ».

Pour mémo: Episode 1 ; Episode 2 ; Episode 3

——————————————————

Je m’engage sur le chemin de terre en pressant un bouton minuscule sur le côté de ma montre. Le cadran s’illumine et affiche minuit passé. J’adore ce gadget. J’aurais pu utiliser la lampe torche de mon téléphone dont je me sers d’ailleurs pour m’orienter dans l’obscurité environnante, mais j’adore vraiment ce bouton, il me donne l’impression d’être un agent secret. J’étouffe le rire qui est en train de naître dans ma gorge. Je le suis un peu ce soir, agent secret…

Mon bonnet manque de tomber encore une fois, et je le remets en place en tirant de chaque côté. Il est un peu petit, et sa laine bleue ciel me gratte. C’est celui que ma grand-mère m’a tricoté quand j’avais 6 ans. J’ai composé ma tenue à la hâte ce soir, et je n’avais pas d’autre couvre-chef à ma disposition, hormis un vieux chapeau de cowboy, mais j’aurais été franchement ridicule, et surtout, il n’aurait pas maintenu l’écharpe qui me sert de cagoule en place. J’ai découpé deux trous pour les yeux dans l’étole rose, et je l’ai nouée derrière ma tête. Impossible de me reconnaître, j’en suis convaincue. Mais j’aurais dû penser à faire un trou pour le nez. J’ai un peu de mal à respirer.

Pour ma mission de ce soir, je devais être discrète, et j’ai bien retenu la leçon de Gilles Legardinier dans Demain j’arrête. Le bonnet péruvien n’est pas l’accessoire sur lequel miser lorsque l’on veut passer inaperçue, même si je ne suis pas sûre que les vaches en aient quelque chose à faire de ma tenue. Mais sait-on jamais? Les Dieux-de-tous-les-trucs-de-la-terre-et-de-la-mer ont des espions partout.

Je passe entre deux fils barbelés, mon précieux paquet pressé tout contre moi. Je l’ai fait tenir tout autour de ma taille avec du gros scotch. Il ne contient pas moins de trois livres, des gros en plus, et je ne voulais pas les perdre. J’entends un crac qui ne me dit rien qui vaille, sans savoir si c’est ma veste ou mon pantalon qui a été attaqué par le barbelé. Peut-être les deux d’ailleurs. Ce n’est pas grave. Je dois sauver ces ouvrages et empêcher qu’ils apparaissent sur la liste-noire-des-livres-interdits, et il y a toujours des sacrifices à faire pour toute grande cause.

Parce que même le dernier tome de cette trilogie vaut la peine, oh oui… Certes, il y a moins de tensions entre Kiera et Kellan qui ont appris à se faire confiance, mais l’amour et la passion sont toujours au rendez-vous. Que voulez-vous, je suis une sentimentale, et j’ai aimé leur histoire… Oui, même ce dernier tome, qui, s’il ne m’a transportée comme les autres, clôt leur histoire d’amour sans me laisser un goût d’inachevé. Et j’ai été heureuse de les retrouver, de suivre encore une fois la plume de l’auteure qui a tellement bien su leur donner vie, et qui a donné aux personnages secondaires tels qu’Anna et Griffin une place plus importante qui n’a pas été pour me déplaire. Le tome de la maturité sous le signe de l’Amour, un tome que j’ai refermé avec regrets, leur histoire est maintenant finie. Alors je dois le protéger, tout comme les tomes un et deux.

En slalomant entre les bouses qu’ont laissées les occupantes du pré, j’arrive près du marronnier qui trône en son centre. J’y ai vu un signe, parce qu’enfant, les marrons étaient mes armes favorites pour protéger les canetons de la « mare aux canards » des rats qui voulaient en faire leur casse-croûte. Pendant que ma grand-mère me préparait mon goûter au Kiri, j’ai appris à bien viser. Il n’y a pas beaucoup de marronniers par ici, un signe je vous dis.

« Note pour la prochaine fois : penser à prendre une pelle ».

La terre est dure sous mes doigts, et le trou doit être profond. Mais je persiste, et après avoir déposé le paquetage au fond, je le recouvre du mieux que je peux. Pendant tout ce temps, j’ai bloqué mes pensées. Tâche ardue quand on me connait. Mais je ne veux surtout pas me faire repérer.

Un meuglement sourd retentit derrière moi. Je me retourne lentement. Enfin non, c’est dans les romans que les héros se retournent lentement. Pas dans la vraie vie. Je me retourne tellement vite que je manque de tomber. Un énorme taureau charolais se tient à quelques mètres de moi, et me regarde fixement.
Je suis repérée…

Celine’s adventures: Effortless by S.C. Stephens

Celine is a French blogger who writes some fictional reviews about the books she loves the most and they always make me laugh. I hope the humor even if translated is kept. Thanks for her reviews.

—————

Thoughtless, Book 2

Synopsis: A lot can happen in a year. You grow, you change, you learn from your mistakes. And Kiera had made a lot of mistakes to learn from. But she had learned, and she was determined to never cause a man pain again, especially the amazing man who currently held her heart. But life offers new challenges for every relationship, and when Kiera’s love is put to the ultimate test, will it come out the other side unscathed?

Love is easy…trust is hard.

Disclaimer: « The characters and situations in this story are fictional, any resemblance to existing persons and situations can only be coincidental« 

——————————————————

Streets parade through the windows of the cab which leads me to my redemption. He stops in front of a building whose facade had to be redone. The sky is already low tonight, but I clearly distinguish the library that stands at its side. The Gods-of-all-the-things-to-the-land-of-sky-and-the-Sea has a funny sense of humor. The devil spawns with the angels. I open the door and wait patiently for the driver to give me my change, the equivalent of a book, it’s not nothing.

I push the solid wood door to appear into a long corridor dominated by a portrait gallery proudly brandishing a badge, the one of the Abstinence Bookish. They did it, they came out. I can also do it, I just need to convince myself. I’ll also have my portrait and my badge, and I will be there in the middle of all these heroes.

I arrive in a medium sized room, the center of which a circle of chairs is arranged. The light seems to have been placed there only to illuminate the round, pale imitation of a game. Just to make sure, I scan the room to locate the light of television cameras. Knowing the Gods-of-all-the-things-to-the-land-of-sky-and-the-Sea, this wouldn’t have been surprising.

A throat clears me out of my meditation. A red-haired woman with a hostess face with her arched blue suit and her hair pulled back gives me a smile that seems benevolent but in which I feel an ounce of dawn irritation. I refrain from making any comment. I’m a little late, and I hate being late. It necessarily attracts attention. I should have left earlier.

My hands are sweaty, and I try to wipe them discreetly on the ridiculous little pleated skirt that I put to give a good image. This is useless. I hope that no one will have the good sense to shake my hand. « The-late-girl-with-sweaty-hands, » the best to make an impression.

I go to an empty chair on tiptoe, avoiding as best as I can to slam my heels on the floor. I must have the gait of a duck. I would have liked to transform myself into a mouse, right now, immediately to engulf me in a hole. But I’m sure the Gods-of-all-the-things-to-the-land-of-sky-and-the-Sea have plugged all the holes in the wall. There is no way out, they thought of everything.

The lady-hostess-Host makes me a big smile. She should try another work and shoot commercial show for toothpaste. I do not like her smile. Not quite true.

– Welcome Livre-vie.

Well, to late for anonymity.
The badge that adorns my white blouse remembers me how it was illusory to believe that I was going to sit, listen quietly, nodding displaying with a concentrated air, and leave. No, the gods-of-all-the-things-to-the-land-of-sky-and-the-Sea are too cunning for that, and I am a repeat offender.

– Well, we can start, she said.

Her tone is drier than friendly, as if the natural was returning at a gallop. I imagine her for a moment with an army uniform. I contain my smile, it would have been improper.

She nods at my neighbor, the show can begin.

– Hello, my name is Melliane I’m a book addict.
– Hello, my name is Johanne, I’m a book addict.
– Hello, I’m the Chat du Cheshire, I’m a book addict.

It’s my turn. All faces turned to me, hopefully. I have a trembling voice.

– Hello, my name is livre-vie…

I pause, those pesky words refused to come out. I try to clear my throat, scraping my throat. Not a chance. I clench my fists under the influence of frustration; it seemed so easy for the others. Fortunately I bite my nails, otherwise I would have blood palms.

Beads of sweat appear on my forehead. I close my eyes tight, perhaps by opening them, I will be transported elsewhere. I open them. I’m still here on this hard seat. It only works in books. I offer a small smile at the redhead lady, small smiles are the key to dodge normally. She waits patiently without losing her smile that threatens me silently. « We have the means to make you talk. » I let out a long sigh and I feel my shoulders sag.

– I’m a book-addict.

That’s it, the air enters back into my lungs. Well, I have to say I’m a little disappointed, I expected at least a « ola » congratulations, but no … nothing …

– Acceptance is the first step towards healing.

Okay, but still … A small banner with « Bravo !!  » written on it would not have been refused.

– Tell us about your last relapse.

I envision a time to hide under my seat but all eyes on me dissuade me from the slightest gesture. Instead, I twist the hands in a frantic ballet. I do not like talking about my shameful sins, they are not shameful for nothing.
In a faltering voice, I begin. The sooner I’ll speak, the sooner I’ll be outside. Resistance is useless, the Lady-General-in-Chief is not a funny behind her false hostess air.

– It was Effortless by SC Stephens, and it was good, really good.
Johanne sighs near to me.
– Oh yes, that was good.
– Johanne, reprimands the Lady-Rousse-General-in-chief while she puts her escaped hair back.

Johanne heads down, but I saw her little smile, we’re part of the same team.

– The first volume was already nice, but Kiera was a little head slaps, and the love triangle was at the politically correct limit. But in Volume 2, the relationship between Kiera and Kellan is serious. – I let my eyes sail the waves of dreams – and they must learn to trust each other. And it’s hard when you have their past and near future, really difficult.

I square in my chair as best I can. It’s really not comfortable. If I come back, I’ll have to think to bring a pillow, I’ll have bruises on the butt.

– But the couple is changing, Kiera evolves, she grows up, and she assumes her choices. They always have their inner demons, but they love each other.

With the sleeve of my shirt I wipe the sweat begining to slide down the bridge of my nose. Hummingbirds make bitting my little heart in the tumult of emotions that send me this simple evocation.

– And the author is very good at transmitting the different stages of tension – love, anger, sex – … Ahh, the scene of the bathroom … and the bus … and the latest …

I take my head in my hands, and pressed my elbows on my knees.

– And Volume 3 comes out in September …

Johanne puts her hand on my shoulder in a gesture that wants comforting.

– Do not worry, there are others of the same kind.

The General-in-Chief crushes us with a look. This is her turn to sigh.

– We have much work to do to for you to deserve your badges. The gods will not be happy at all …

5Celine

http://lelivrevie.blogspot.fr/

Les aventures de Celine : Insatiable de S.C. Stephens

Céline est  une blogueuse Française qui écrit des fiction mettant en scène ses romans préférés. Elle me font toujours rire et j’espère que vous les apprécierez aussi. Merci à elle de les partager.

—————————

Thoughtless, Tome 2

Résumé : Kiera a enfin fait son choix et a quitté Denny. Kellan et elle forment désormais un véritable couple, mais leur vie ne sera pas pour autant un long fleuve tranquille. Car l’histoire se répète : en effet, alors que Kiera et Kellan s’étaient rapprochés à l’occasion de l’absence de Denny, c’est maintenant au tour de Kellan de laisser seule la fragile Kiera. Son groupe a décroché une tournée et le très sexy chanteur des D-Bags doit donc s’absenter. Kiera devra tirer les enseignements de ses erreurs passées et prendre de l’assurance ; Kellan, lui, devra apprendre à se confier ; bref le jeune couple devra se faire confiance. Et leur relation étant née dans la trahison, cela ne s’annonce pas facile ! Y parviendront-ils ? Un parcours vers l’âge adulte plein de sensibilité, de sensualité et non dénué d’humour.

Avertissement: « Les personnages et les situations de ce récit étant purement fictifs, toute ressemblance avec des personnes ou des situations existantes ou ayant existé ne saurait être que fortuite ».

——————————————————

Les rues défilent à travers les vitres du taxi qui me conduit vers ma rédemption. Il s’arrête devant un bâtiment dont la façade a dû être refaite récemment. Le ciel est déjà bas ce soir, mais je distingue nettement la librairie qui se dresse à ses côtés. Les Dieux-de-tous-les-trucs-de-la-terre-du-ciel-et-de-la-mer ont un drôle d’humour.

Le diable qui fraye avec les anges. J’ouvre la porte et attends patiemment que le chauffeur me rende ma monnaie, l’équivalent du prix d’un livre, ce n’est pas rien.

Je pousse la porte en bois massif qui donne sur un long couloir où trône une galerie de portraits brandissant fièrement un insigne, celui de l’Abstinence Livresque. Ils l’ont fait, ils s’en sont sortis. Moi aussi je peux, il suffit que je m’en convainque. Moi aussi j’aurai mon portrait et mon insigne, et je serai là, au milieu de tous ces héros.J’arrive dans une salle de taille moyenne, au centre de laquelle sont disposées des chaises en cercle. La lumière semble avoir été placée là uniquement pour illuminer cette ronde, pâle imitation d’un jeu télévisé. Par acquis de conscience, je balaie la pièce du regard pour repérer les caméras de télévisions. Connaissant les Dieux-de-tous-les-trucs-de-la-terre-du-ciel-et-de-la-mer, cela ne serait pas vraiment étonnant.

Un raclement de gorge me sort de ma méditation. Une femme rousse au physique d’hôtesse d’accueil avec son tailleur bleu cintré et ses cheveux tirés en arrière me lance un sourire qui se veut bienveillant mais dans lequel je sens poindre une once d’irritation. Je me garde de faire le moindre commentaire. J’ai un peu de retard, et j’ai horreur d’être en retard. On attire obligatoirement tous les regards. J’aurais dû partir plus tôt.Mes mains sont moites, et j’essaie de les essuyer discrètement sur la petite jupe plissée  ridicule que j’ai mise pour donner une bonne image. Cela ne sert à rien. J’espère que personne n’aura la bonne idée de me serrer la main. « La-fille-en-retard-et-aux-mains-moites », il y a mieux pour marquer les esprits.

Je gagne la chaise vide presque sur la pointe des pieds, évitant du mieux que je le peux de faire claquer mes talons sur le carrelage. Je dois avoir la démarche d’un canard. J’aurais bien aimé pouvoir me métamorphoser en souris, là, maintenant, tout de suite pour m’engouffrer dans un trou. Mais je suis sûre que Les Dieux-de-tous-les-trucs-de-la-terre-du-ciel-et-de-la-mer ont bouché tous les trous dans le mur. Il n’y a pas d’issue possible, ils ont pensé à tout.
La dame-hôtesse-d’accueil me fait un grand sourire. Elle devrait songer à se reconvertir et à tourner des pub pour le dentifrice. Je n’aime pas son sourire. Pas assez vrai.

– Bienvenue Livre-vie.

Bon ben c’est raté pour l’anonymat.

Le badge qui orne mon chemisier blanc me rappelle combien il était illusoire de croire que j’allais pouvoir m’assoir, écouter sagement, acquiescer en affichant un air concentré, et repartir. Non, les Dieux-de-tous-les-trucs-de-la-terre-du-ciel-et-de-la-mer sont bien trop retors pour ça, et je suis une récidiviste.

– Bon, nous allons pouvoir commencer, poursuit-elle.

Son ton est plus sec qu’aimable, comme si le naturel revenait au galop. Je l’imagine un instant avec un uniforme de l’armée. Je contiens mon sourire, il aurait été malvenu.

Elle fait un signe de tête à ma voisine, le spectacle peut commencer.

– Bonjour, je m’appelle Melliane, je suis livres-addict.
– Bonjour, je m’appelle Johanne, je suis livres-addict.
– Bonjour, je m’appelle Chat du Cheshire, je suis livres-addict.

C’est à mon tour. Tous les visages sont tournés vers moi, plein d’espoir. J’ai la voix qui tremble.

– Bonjour, je m’appelle livre-vie…

Je marque une pause, ces fichus mots refusent de sortir. Je tente de m’éclaircir la voix en me raclant la gorge. Peine perdue. Je serre les poings sous le coup de la frustration, cela avait l’air tellement facile pour les autres. Heureusement que je me ronge les ongles, sinon j’aurais les paumes en sang.

Des gouttes de sueur naissent sur mon front. Je ferme les yeux très fort, peut-être qu’en les ouvrant, je me serai transportée ailleurs. Je les ouvre. Je suis toujours là sur ce siège trop dur. Il n’y a que dans les livres que ça fonctionne. J’adresse un petit sourire à la Dame rousse, les petits sourires sont la clé normalement pour esquiver. Elle attend patiemment sans se départir de son sourire qui me menace silencieusement. « Nous avons les moyens de vous faire parler ». Je pousse un long soupir et je sens mes épaules s’affaisser.

– Je suis livres-addict.

Ça y est, l’air entre de nouveau dans mes poumons. Bon, je dois dire que je suis un peu déçue, je m’attendais au moins à une « ola » de félicitations, mais non… rien…

– L’acceptation est le premier pas vers la guérison.

D’accord, mais quand même… Une petite banderole avec « Bravo !! » écrit dessus n’aurait pas été de refus.

– Parle-nous de ta dernière rechute.

J’envisage un instant de me cacher sous mon siège mais tous ces yeux braqués sur moi me dissuadent d’esquisser le moindre geste. A la place, je me tords les mains dans un ballet frénétique. Je n’aime pas parler de mes pêchés inavouables, ils ne sont pas inavouables pour rien.

D’une voix balbutiante, je commence. Plus vite j’aurai parlé, plus vite je serai dehors. La résistance ne sert à rien, la Dame-Générale-en-chef n’est pas une rigolote derrière ses faux airs d’hôtesse d’accueil.

– C’était Insatiable de S.C. Stephens, et c’était bien, vraiment bien.

Grand soupir de Johanne à côté de moi.

– Oh oui, c’était bien.
– Johanne, la réprimande la Dame-Rousse-Générale-en-chef tandis qu’elle replace dans son chignon une mèche qui s’était échappée.

Johanne baisse la tête, mais j’ai bien vu son petit sourire en coin, on fait partie de la même équipe.
– Le premier tome était déjà sympa, mais Kiera était un peu tête à claques, et le triangle amoureux était à la limite du politiquement correct. Mais dans le tome 2, a relation de Kiera et Kellan est sérieuse. – je laisse mes yeux naviguer sur les vagues du rêve -, et ils doivent apprendre à se faire confiance. Et c’est difficile quand on a leur passé et leur futur proche, vraiment difficile.

Je me carre dans ma chaise du mieux que je peux. Elle n’est vraiment pas confortable. Si je reviens, il faudra que je pense à apporter un coussin, je vais avoir des bleus aux fesses moi.

– Mais le couple évolue, Kiera évolue, elle a grandi, et elle assume ses choix. Ils ont toujours leurs démons intérieurs, mais ils s’aiment.

Avec la manche de mon chemisier j’essuie la sueur qui commence à dévaler l’arête de mon nez. Des colibris font frémir mon petit cœur dans le tumulte d’émotions que me renvoie cette simple évocation.

– Et l’auteur est très douée pour transmettre les différents stades de tensions – amour, colère, sexe – … Ahh, la scène de la salle de bain… et celle du bus… et la toute dernière…

Je me prends la tête entre les mains, et appuie mes coudes sur mes genoux.

– Et le tome 3 ne sort qu’en septembre…

Johanne me met la main sur l’épaule dans un geste qui se veut réconfortant.

– T’inquiète, il y en a d’autres du même genre.

La Générale-en-chef nous foudroie du regard. C’est à son tour de pousser un long soupir.

– Nous avons beaucoup travail à faire pour que vous puissiez mériter vos insignes. Les dieux ne vont pas être contents du tout…

5Celine

http://lelivrevie.blogspot.fr/