The Pearl that Broke Its Shell by Nadia Hashimi

Synopsis: Afghan-American Nadia Hashimi’s literary debut novel, The Pearl that Broke Its Shell is a searing tale of powerlessness, fate, and the freedom to control one’s own fate that combines the cultural flavor and emotional resonance of the works of Khaled Hosseini, Jhumpa Lahiri, and Lisa See.

In Kabul, 2007, with a drug-addicted father and no brothers, Rahima and her sisters can only sporadically attend school, and can rarely leave the house. Their only hope lies in the ancient custom of bacha posh, which allows young Rahima to dress and be treated as a boy until she is of marriageable age. As a son, she can attend school, go to the market, and chaperone her older sisters.

But Rahima is not the first in her family to adopt this unusual custom. A century earlier, her great-aunt, Shekiba, left orphaned by an epidemic, saved herself and built a new life the same way.

Crisscrossing in time, The Pearl the Broke Its Shell interweaves the tales of these two women separated by a century who share similar destinies. But what will happen once Rahima is of marriageable age? Will Shekiba always live as a man? And if Rahima cannot adapt to life as a bride, how will she survive?

Review: This is a kind of book that I do not read often and yet I admit when I saw about its release, the topic attracted me right away. Regardless, this is not a theme that Milady (French publisher) usually publishes, and it’s what I found interesting. Something different even though it is well known, given the subject, that the history will not be easy.

We alternately follow two girls here, two people who really have not had an easy life. The first, Rahima, 13, is living in Afghanistan and the second, her grandmother Shekiba at the same age. The two live in different times and yet their lives are alike in many ways.

Rahima comes from a poor family, her mother had no boy, but Rahima will have the chance to turn into a man and to follow a tradition that few are now trying. She will be able to achieve what a man can do without being worried about anything. Yet she is quickly carried away by the power, to the point that she did not realize that women do not really have rights in her country. Forcibly married (as her sisters) to a warrior, a violent man, as a fourth wife and all that at 13, our heroine will have to adapt, try to keep from others her rebellious ideas and she will have to confront her fate with great courage. Oh yes, she will need a lot of it, because she will have to go through terrible trials.

In this kind of book, there is always a character that I prefer to follow than another, and yet here I was completely carried away by the two stories. Indeed, every time I finished reading a chapter from the POV of one girl, I could not wait to find the other one to attend the following events. I must say that it helps a lot to finish the novel quickly.

So as I said, we also discover Shekiba. Oh poor girl … Younger, she had the misfortune to be burned, half of her face, changing her forever. This deformity has isolated her quickly by all, hated and blamed. Everyone thinks it’s a curse, bad luck that nobody wants to have. Only her family is there for her, or at least until she loses everything, yes everything she could have possessed and that’s why she has passed into the hands of families without ever having something to say.

We follow the lives of two young women surviving the most horrible life. We can only be glad not to be in their situation, to do what we want and to live as we wish. We can only sympathize and hope throughout history that all will work out for our two heroines. Yes, because they both so deserve to be happy and live their lives. But nothing is ever simple. It was a great life lesson that the author presents here and I was very touched by the story. I really recommend the novel.

4

mellianefini

La Perle et le Coquille de Nadia Hashimi

Résumé : — Tu pourras faire des tas de choses que tes sœurs ne sont pas autorisées à faire. On changera ta garde-robe et on te donnera un nouveau prénom. Tu pourras aller à l’épicerie chaque fois qu’on aura besoin de quelque chose, aller à l’école sans avoir peur d’être embêtée par les garçons, jouer à des jeux. Qu’est-ce que tu en dis ? C’était le paradis, voilà ce que j’en disais ! Kaboul, 2007. Les Talibans font la loi. Et comme un malheur n’arrive jamais seul, Rahima n’a pas de frère et son père est malade. Ses sœurs et elle ne peuvent donc en aucun cas quitter la maison – encore moins pour aller à l’école. Leur seul espoir réside dans la tradition des bacha posh, qui permettra à cette fille de dix ans de se travestir jusqu’à ce qu’elle soit en âge de se marier. Avec ses cheveux courts, vêtue comme un garçon, elle jouit alors d’une liberté qui va la transformer à jamais, comme son ancêtre Shekiba, un siècle plus tôt. Les destinées de ces deux femmes se font écho, et constituent un vibrant témoignage sur la condition féminine en Afghanistan.

Avis : Voilà un genre de livre que je ne lis pas souvent je l’avoue et pourtant quand j’ai vu sa prochaine sortie, le thème m’a tout de suite attiré. En soit, ce n’est pas non plus un thème que Milady sort habituellement, et c’est aussi ce qui m’a plu. Quelque chose de différent même si on sait parfaitement, vu le sujet, que l’histoire ne sera pas facile.

Nous suivons alternativement deux jeunes filles ici, deux personnes qui n’ont vraiment pas eu une vie facile. La première, Rahima, 13 ans, vivant en Afghanistan et la deuxième, sa grand-mère Shekiba du même âge. Les deux vivent à des périodes différentes et pourtant leur vie se ressemble en bien des manières.

Rahima provient d’une famille pauvre, leur mère n’a eu aucun garçon, mais Rahima va avoir la chance de se transformer en homme et suivre une tradition que peu suivent à présent. Elle va pouvoir réaliser tout ce qu’un homme peut faire sans être inquiétée de quoi que ce soit. Et pourtant, elle se laisse vite griser par ce pouvoir, au point elle ne se rend pas compte que les femmes n’ont pas vraiment de droits dans son pays. Mariée de force (tout comme ses sœurs) à un guerrier, un homme violent, en tant que quatrième épouse et cela à 13 ans, notre héroïne va devoir s’adapter, essayer de garder pour elle ses idées rebelles et affronter son quotidien avec beaucoup de courage. Oh oui, énormément, car elle traversera de terribles épreuves.

Dans ce genre de livre, il y a toujours un personnage que je préfère suivre qu’un autre, et pourtant, ici, j’ai été complètement emportée par les deux histoires. En effet, à chaque fois que je finissais de lire la suite d’une des jeunes filles, j’étais impatiente de retrouver l’autre pour assister aux événements suivants. Je dois dire que ça aide beaucoup pour finir le roman rapidement.

Donc comme je le disais, nous avons aussi Shekiba. Oh pauvre fille… Petite, elle a eu la malchance de se brûler la moitié du visage, la changeant pour toujours. Cette difformité l’a très vite isolée de tous, détestée et pointée du doigt. Tous pensent qu’elle est une malédiction, une malchance que personne ne veut garder. Seule sa famille est là pour elle, ou en tout cas jusqu’à ce qu’elle perde tout, oui, tout ce qu’elle puisse posséder et qu’elle soit passée entre les mains de familles sans avoir une seule fois son mot à dire.

Nous suivons donc la vie de deux jeunes femmes survivant à une vie des plus horribles. On ne peut qu’être heureux de ne pas être dans leur situation, de pouvoir faire ce que nous voulons, de vivre comme nous le désirons. On ne peut que compatir, et espérer tout au long de l’histoire que tout s’arranger pour nos deux héroïnes. Oui, parce qu’elles méritent tellement toutes les deux d’être heureuses et de vivre leur vie. Pourtant rien n’est jamais simple. C’était une belle leçon de vie que l’auteure nous présente ici et j’ai été très touchée par toute l’histoire. Je recommande vraiment le roman.

4

mellianefini

The Doll Collection by Ellen Datlow

Synopsis: The Doll Collection is exactly what it sounds like: a treasured toy box of all-original dark stories about dolls of all types, including everything from puppets and poppets to mannequins and baby dolls. Featuring everything from life-sized clockwork dolls to all-too-human Betsy Wetsy-type baby dolls, these stories play into the true creepiness of the doll trope, but avoid the clichés that often show up in stories of this type.Master anthologist Ellen Datlow has assembled a list of beautiful and terrifying stories from bestselling and critically acclaimed authors such as Joyce Carol Oates, Seanan McGuire, Carrie Vaughn, Pat Cadigan, Tim Lebbon, Richard Kadrey, Genevieve Valentine, and Jeffrey Ford. The collection is illustrated with photographs of dolls taken by Datlow and other devoted doll collectors from the science fiction and fantasy field. The result is a star-studded collection exploring one of the most primal fears of readers of dark fiction everywhere, and one that every reader will want to add to their own collection.

Review: How not to be attracted to this anthology? I think it is impossible. The dolls can represent so many things, especially when the subject matter remains horror. I was so eager to get into the book to read and discover how each author was able to stage these very intriguing objects. Moreover, each image in the beginning of the stories allows us to have a little insight and to put us in the mood for the next writer.

Skin and bone – Tim Lebbon
I did not know the author but I admit that I was curious to discover his history. From the beginning, placing the characters in the desolate world of ice immediately put us in the mood and shows us dolls as we never have seen them. Without knowing if everything is real or not. A good story. 4/5

Heroes and Villains – Stephen Gallagher
Here we have a much sinister atmosphere, much less horror but yet a different doll, a puppet that is more than she seems to appear and a ventriloquist who is not really one. 3/5

The Doll Master – Joyce Carol Oates
Here is another strange story, starring a young sick boy and who does not realize the harm he does around him. The author plays on two perfect psychological tables, leaving us with many questions. 3.5 / 5

Gaze – Gemma Files
Gemma Files presents dolls in a different form. The glass eyes used, old eyes now have much value. But while our heroine is interested in all this, she will dive back into the past and discover more than what she thought. 3.5 / 5

In Case of Zebras – Pat Cadigan
This time we follow a story about effigies and more specifically about a woman who discovers the existence of voodoo dolls in a hospital. It was interesting to see exactly the interest of the young woman for these objects. 4/5

There is no place for sorrow in the kingdom of the cold – Seanan McGuire
I love Seanan McGuire. Her stories are always a real treat to follow so I was curious to discover this little novella. I admit that I loved her idea, a person who can create dolls so she can put her emotions into the hosts she creates. It was a truly original story and I was easily carried away by all. 4.5 / 5

Goodness and Kindness – Carrie Vaughn
Here is another author that I like and another story that I enjoyed. Something dark, a man, a reporter who will understand that his actions are not always the best to follow. And with dolls, he will realize that he needs to change something. 4.5 / 5

Daniel’s Theory about Dolls – Stephen Graham Jones
Here is a dark and sad story of two brothers, dolls and death. The author has managed to create a really strange atmosphere throughout history while we try to understand what is happening. 4/5

After Before and Back – Miranda Siemienowicz
I had a little trouble to get into the story and to really understand what was happening so I admit I wasn’t really interested this time … 2/5

Doctor Faustus – Mary Robinette Kowal
I think that we find here the shortest story in the anthology. Everything is pretty fast and suddenly it’s true that I had trouble placing the universe, but it was pretty cool to read it. 3/5

Doll Court – Richard Bowes
What would happen if we were judged for the actions that we had in relation to dolls realized in the past? If a court were assembled to choose what we would deserve? And if all this was happening in our dreams with repercussions in real life? A very interesting story. 4/5

Lovely Visit Cornwall on the Western Railway Line – Genevieve Valentine
Here we follow a young girl with her doll … a person making a train journey with her puppet and all those with whom she interacts. 3/5

Ambitious boys like you – Richard Kadrey
Here’s a pretty dark story involving two people who decide to rob a supposed old haunted house and which contains hundreds of dolls … Unfortunately they do not expect to find someone stronger than them. 3.5 / 5

Miss Sybil Cassandra – Lucy Sussex
The novel is presented in a very different form. I think this is the first time that I find a novella in the form of emails and letters. It is quite rare and not very used and so an interesting format. 3/5

The permanent collection – Veronica Schanoes
We discover a different hospital, yes because it contains dolls and here we follow a particular doll that finally presents a bit of her life. 3/5

Homemade Monsters – John Langan
We follow a young boy with an undeniable talent for creating things, including his favorite Godzilla monster. But it is also a story of boys, friendship and revenge. 3.5 / 5

Word Doll – Jeffrey Ford
And that’s the last story, a very nice indeed. A former museum of dolls, a man who visits after 20 years of inattention and interesting myths that we discover the words of the owner. 4/5

mellianefini

 

 

The Doll Collection de Ellen Datlow (VO)

Résumé (traduction personnelle) : The Collection Doll est exactement ce que ça semble être: une boîte de jouets précieux avec de sombres histoires originales sur les poupées de tous types, y compris les marionnettes et des poupées de bébé. Dotées toutes de poupées avec des coeurs mécaniques comparables à celles grandeur nature de Betsy Wetsy, ces histoires abordent la terreur, mais en évitant les clichés que montrent souvent les histoires de ce type. Maître de l’anthologie, Ellen Datlow a assemblé une liste de belles et terrifiantes histoires de best-sellers et les auteurs acclamés par la critique tels que Joyce Carol Oates, Seanan McGuire, Carrie Vaughn, Pat Cadigan, Tim Lebbon, Richard Kadrey, Geneviève Saint-Valentin, et Jeffrey Ford. La collection est illustrée de photographies de poupées prises par Datlow et d’autres collectionneurs de poupées dévoués de la science-fiction et de la fantasy. Le résultat est une collection de stars explorant l’une des craintes les plus primaires des lecteurs de fiction, et que chaque lecteur voudra ajouter à leur propre collection.

Avis : Comment ne pas être attiré par cette anthologie ? Je pense que c’est impossible. Les poupées peuvent représenter tellement de choses, surtout quand le thème abordé reste l’horreur. J’étais alors impatiente de me lancer dans la lecture et découvrir comment chaque auteur avait pu mettre en scène ces objets très intrigants. De plus, chaque image en début d’histoire nous permet d’avoir un petit aperçu et de nous mettre dans l’ambiance du prochain écrivain.

Skin and bone – Tim Lebbon

Je ne connaissais pas cet auteur mais j’avoue que j’étais curieuse de découvrir son histoire. Dès le début, le fait de placer les personnages dans le monde désolé de la glace nous met immédiatement dans l’ambiance et nous montre des poupées comme jamais nous les avons vues. Sans savoir si le tout est réel ou non. Une bonne histoire. 4/5

Heroes and Villains – Stephen Gallagher

Nous avons ici une atmosphère beaucoup sinistre, beaucoup moins horreur mais pourtant une poupée bien différente, une marionnette qui est bien plus que ce qu’elle ne semble paraître et un ventriloque qui n’en est pas vraiment un. 3/5

The Doll-Master – Joyce Carol Oates

Voici une nouvelle histoire étrange, mettant en scène un jeune garçon malade et qui ne se rend pas compte du mal qu’il fait autour de lui. L’auteur joue sur deux tableaux psychologiques parfaits, tout en nous laissant nous poser des questions. 3,5/5

Gaze – Gemma Files

Gemma Files nous présente les poupées sous une forme différente. Les yeux de verre utilisés, d’anciens yeux qui maintenant ont beaucoup de valeur. Mais alors que notre héroïne s’intéresse à tout cela, elle va replonger dans le passé et découvrir plus qu’elle ne le pensait. 3,5/5

In Case of Zebras – Pat Cadigan

Cette fois ci nous suivons une histoire sur des effigies et plus précisément sur une femme qui découvre l’existence des poupées vaudous dans un centre hospitalier. C’était intéressant de voir exactement l’intérêt de la jeune femme pour ces objets. 4/5

There is no place for sorrow in the kingdom of the cold – Seanan McGuire

J’adore Seanan McGuire. Ses histoires sont toujours un réel régal à suivre et j’étais donc curieuse de pouvoir découvrir cette petite nouvelle. J’avoue que j’ai adoré son idée, une créatrice de poupées différentes des autres qui puisse mettre ses émotions dans des hôtes qu’elle crée. C’était une histoire vraiment originale et j’ai été emportée facilement par l’ensemble. 4,5/5

Goodness and Kindness – Carrie Vaughn

Voici une autre auteure que j’apprécie et une autre histoire que j’ai beaucoup appréciée. Quelque chose de sombre, un homme, un reporter qui va comprendre que ses actions ne sont pas toujours les meilleures à suivre. Et grâce aux poupées, il va se rendre compte qu’il faut qu’il change quelque chose. 4,5/5

Daniel’s Theory about Dolls – Stephen Graham Jones

Voici une histoire sombre et triste, sur deux frères, sur les poupées et sur la mort. L’auteur a vraiment réussi à créer une atmosphère étrange tout au long de l’histoire alors qu’on essaie de comprendre ce qu’il se passe. 4/5

After and Back Before – Miranda Siemienowicz

J’ai eu un peu de mal à rentrer dans cette histoire et à vraiment comprendre ce qu’il se passait du coup j’avoue que je n’ai pas vraiment accroché au tout… 2/5

Doctor Faustus – Mary Robinette Kowal

Je pense qu’on retrouve ici l’histoire la plus courte de l’anthologie. Le tout est assez rapide du coup et c’est vrai que j’ai eu du mal à placer l’univers mais c’était assez sympa à lire. 3/5

Doll Court – Richard Bowes

Que se passerait-il si nous étions jugés pour les actions que nous avons eues par rapport aux poupées dans le passé ? Si une cour était réunie pour choisir ce que nous méritons ? Et si tout cela se passait dans nos rêves avec répercutions dans la vie réelle ? Une histoire très intéressante. 4/5

Visit Lovely Cornwall on the Western Railway Line – Genevieve Valentine

Nous suivons ici une jeune fille avec sa poupée… une personne qui fait un voyage de train et avec elle toutes les personnes avec qui elle interagit. 3/5

Ambitious boys like you – Richard Kadrey

Voici une histoire assez sombre mettant en scène deux personnes qui décident de cambrioler une ancienne maison supposée hantée et contenant des centaines de poupées… Hélas ils ne s’attendent pas à trouver plus fort qu’eux. 3,5/5

Miss Sybil-Cassandra – Lucy Sussex

Le roman est présenté sous une forme très différente. Je pense que c’est la première fois que je trouve une nouvelle sous la forme d’emails et de lettres. C’est assez rare  et finalement peu aussi pour vraiment bien tout placer mais c’est toujours un format très intéressant à lire. 3/5

The permanent collection – Veronica Schanoes

Nous découvrons un hôpital différent, oui car il contient des poupées et nous suivons ici une poupée particulière qui nous présente finalement un peu de sa vie. 3/5

Homemade Monsters – John Langan

Nous suivons un jeune garçon avec un talent indéniable pour la création que ce soit le dessin ou les montres, notamment Godzilla son préféré. Mais c’est aussi une histoire de petits garçons, d’amitié et de revanche. 3,5/5

Word Doll – Jeffrey Ford

Et voilà la dernière histoire, une très jolie d’ailleurs. Un ancien musée de poupées, une homme qui le visite après 20 ans d’inattention et des mythes intéressants que l’on découvre par les mots de la propriétaire. 4/5

mellianefini

Grave Phantoms by Jenn Bennett

Roaring Twenties, Book 3

Synopsis: Feisty flapper Astrid Magnusson is home from college and yearning for the one thing that’s always been off limits: Bo Yeung, her notorious bootlegging brother’s second-in-command. Unfortunately her dream of an easy reunion proves difficult after a violent storm sends a mysterious yacht crashing into the Magnussons’ docks. What’s worse, the boat disappeared a year ago, and the survivors are acting strangely…

Bo has worked with the Magnusson family for years, doing whatever is needed, including keeping his boss’s younger sister out of trouble—and his hands to himself. Of course, that isn’t so easy after Astrid has a haunting vision about the yacht’s disappearance, plunging them into an underground world of old money and dark magic. Danger will drive them closer together, but surviving their own forbidden feelings could be the bigger risk.

Review: I always spend a good time with all the novels written by Jenn Bennett, so I was excited to be able to get into this third volume. We had the chance to follow Winter and Lowe in the previous volumes and we’re this time with the family’s younger sister: Astrid. I was really curious about her story, as well as Bo’s, as we have seen them a lot over the volumes.

The relationship between the two is not really easy, although it is simple to see that the two love each other deeply, there are still many problems that separate them. The fact that he is Chinese and she Swedish is a first difficult thing in this period, but on top of that, Bo works for Astrid’s brother and the consequences of their relationship are always floating above their heads. Would he accept their love? Would he disown him for that? And if that was the case, how could he make a living? Yes many questions remaining constantly present throughout the chapters. Yet we hope that they will find the solutions to all this, because the two are meant to be together and they deserve to have a good time together.

Yet there is more than that … Indeed, after returning back at home, Astrid finds herself embarked on a strange story. A yacht appears after a year of absence and no one seems to give a reason for that fact. But our heroine is curious and determined and by touching an idol, she finds herself tied to this whole story. Winning like that strange visions, Bo and she will have to understand what is happening and what these people are hiding… This is also a much more complicated and strange that we might have assumed.

It was a good third book and I had a good time again with the characters. I wonder if now that we have followed each of the family members, we’re done with the series or if we will discover other different later. Anyway I still enjoy this period of the Roaring Twenties and it is a pleasure to be in the world and to find all the characters we know.

4 

mellianefini

 

Grave Phantoms de Jenn Bennett (VO)

Roaring Twenties, Tome 3

Résumé (traduction personnelle) : Astrid Magnusson rentre chez elle après un moment à l’université et se languit pour la seule chose qui a toujours été hors limites: Bo Yeung, deuxième commandant en contrebande de son célèbre frère. Malheureusement son rêve de retrouvailles faciles se prouve être difficile après qu’une violente tempête envoie un yacht mystérieux s’écraser sur les quais des Magnussons. Pire, le bateau a disparu il y a un an, et les survivants ont un comportement étrange …

Bo travaille avec la famille Magnusson depuis des années, il fait tout ce qui est nécessaire, y compris maintenir la sœur cadette de son patron hors des ennuis et même de ses mains. Bien sûr, ce n’est pas si facile une fois qu’Astrid ait eu une vision sur la disparition du yacht, les plongeant dans le monde souterrain de l’argent et de la magie noire. Le danger va les conduire à se rapprocher, mais survivre à leurs propres sentiments pourrait être le plus grand risque.

Avis : Je passe toujours un agréable moment avec tous les romans écrits par Jenn Bennett, aussi j’étais impatiente de pouvoir me lancer dans ce troisième tome. Nous avons eu la chance de suivre Winter et Lowe dans le tomes précédents et nous passons cette fois-ci à la sœur cadette de la famille : Astrid. J’étais vraiment curieuse de découvrir son histoire à elle, de même qu’à Bo, que nous avons énormément vu au cours des volumes.

La relation entre les deux n’est pas vraiment facile et même s’il est facile de voir que les deux s’aiment profondément, il existe toujours de nombreux problèmes pour les séparer. Le fait qu’il soit chinois et elle suédoise est une première dans cette époque difficile, mais en plus de cela, Bo travaille pour le frère d’Astrid et les conséquences de leur relation flottent toujours au dessus de leur tête. Pourrait-il accepter leur amour ? Le renierait-il pour cela ? Et si c’était le cas, comment pourrait-il gagner sa vie ? Oui de nombreuses questions qui restent constamment présentes tout au long des chapitres. Pourtant on espère qu’ils trouveront les solutions à tout cela, car les deux sont faits pour être ensemble et ils méritent d’avoir un bon moment ensemble.

Pourtant il y a plus que tout cela… En effet, après son retour Astrid se retrouve embarquée dans une étrange histoire. Un yacht apparait après un an d’absence et personne ne semble vouloir en donner la raison. Mais notre héroïne est curieuse et déterminée et en touchant une idole, elle se retrouve liée à toute cette histoire. Gagnant des visions étranges, Bo et elle vont devoir comprendre ce qu’il se passe et ce que cachent ces personnes… C’est d’ailleurs une histoire bien plus compliquée et étrange qu’on ne pourrait le supposer.

C’était un bon troisième tome et j’ai passé un bon moment encore une fois avec les personnages. Je me demande si à présent que nous avons suivi chacun des membres de la famille, nous en avons fini avec la série ou si nous pourrons découvrir d’autres différents. En tout cas j’apprécie toujours autant cette période des années folles et c’est un plaisir de se retrouver dans l’univers et de retrouver tous les personnages que nous connaissons.

4 

mellianefini

Deathless Days de Lucas Legendre

Résumé : D., alias Azraël, est l’archange de la mort. Son job, c’est de séparer l’âme du corps des humains pour leur permettre de rejoindre l’au-delà, au moyen de sa faux. Jusqu’au jour où un mystérieux voleur la lui pique, alors qu’il est encore certainement trop occupé à cuver pour faire attention à ses affaires.

Gros problème : sans la Faux, les hommes ne peuvent plus mourir. Et, faute de mieux, des hordes de Deathless, des Sans-Mort, âmes errantes enchaînées à leur corps, sont acheminées jusqu’en enfer. D. est super mal et passe un mauvais quart d’heure au conseil des archanges. Car sans être totalement rabat-joie, Dieu n’est pas non plus le roi de la déconne, à qui on peut expliquer tout de go un truc pareil. De toute façon pas la peine de lui expliquer, il sait déjà tout, non ?

Il sait, par exemple, que dans sept jours les Deathless seront trop nombreux pour être tous contenus sous terre et que, si les négociations entre anges et démons tournent court, le paradis déclarera la guerre à l’enfer. Sept jours durant lesquels D., condamné à mort en cas d’échec, tentera par tous les moyens de retrouver celui qui a volé sa faux et de comprendre la raison d’un tel acte. Sept jours avant qu’il ne soit trop tard, avant que l’équilibre du monde ne vole en éclats et que l’humanité entière ne passe aux mains de Satan. On dit qu’il vaut mieux s’adresser à Dieu qu’à ses saints, mais là, pas sûr…

Avis : Voilà le premier roman de La Bourdonnaye que je lis et c’est vrai que plusieurs livres m’ont intriguée ce mois ci. Je me suis finalement tournée vers Deathless Days dont le résumé m’a très vite attirée. Un titre Anglais me direz-vous ? Mais que nenni, ce roman est écrit par un auteur Français que je ne connaissais pas encore : Lucas Legendre.

C’est toujours intéressant de trouver un roman mêlant anges et démons et même si parfois c’est assez difficile de trouver de bonnes histoires, j’ai vraiment apprécié celle-ci. L’ange de la mort, D., ou encore Azraël a de gros ennuis. Voilà que quelqu’un semble lui avoir volé sa faux et cet événement va complètement bouleverser le monde et son futur. Les hommes ne peuvent alors plus réellement mourir et deviennent des coquilles vides, errant un peu partout. Mais ce n’est pas pour déplaire à Satan qui récupère ainsi plus d’âmes qu’il n’aurait pu l’espérer. Va ainsi de dérouler une course contre la montre pour D. En effet, il doit récupérer sa faux sous 7 jours, sous peine de devoir affronter le jugement du conseil des archanges. Ainsi va se dérouler une grande quête pour notre héros, mais il aura la chance d’être accompagné par plusieurs personnes et notamment par Othias, une jeune ange de 16 ans, venue pour l’aider sur terre pendant qu’il est condamné à rester sous forme humaine et donc vulnérable.

Comme je l’ai dit, j’ai passé un très bon moment avec ce roman. L’auteur a présente une histoire pleine d’humour, de sarcasmes, et d’idées. J’avoue qu’il y a de nombreux points que je n’avais pas vu venir et Lucas Legendre parvient à nous surprendre tout au long de l’histoire, en nous menant par le bout du nez à de nombreuses reprises. Donc oui, pleins de révélations vous attendent avec cette histoire et ce jusqu’au bout d’ailleurs. On croise religion, complots et guerre. C’est assez drôle de voir que même ennemis dans l’ordre des choses, la ligne entre les anges et les démons est finalement assez fine. D. est un personnage que j’ai adoré suivre et découvrir, il se cache derrière son cynisme et son apparence de blasé, pour en fait présenter réellement une personnalité assez vulnérable. J’ai aussi beaucoup aimé la fraicheur d’Othias, son entrain et son innocence par rapport à l’histoire dans laquelle elle s’embarquait. Je pense qu’on est souvent déçu en même temps qu’elle mais on ne peut qu’aimer ce petit bout de femme et sa détermination.

C’était donc comme vous pouvez le voir un très bon roman, plein d’idées et de surprises. J’ai passé un très bon moment avec le tout. Une enquête qui est intéressante et que l’on suit avec grand plaisir, le tout accompagné de personnages hauts en couleur. Une bonne surprise.

4 

mellianefini