Stacking the Shelves #90

STSmall_thumb[2]

Stacking the Shelves is a meme hosted by Tynga’s Reviews

 

Concours/Giveaway

- Stone Cold by Devon Monk (US&CAN)

Déliquescences (Les larmes Rouges, 1) – Georgia Caldera

« Les réminiscences n’étaient que le commencement… »

Le voile a été levé sur les étranges rêves de Cornélia mais elle est plus que jamais en danger. Pourtant, la seule prudence n’est pas ce qui la pousse à rester auprès de Henri. Progressivement, leurs liens se renforcent bien que l’ombre du passé plane sur leur relation…
Pire encore, pour assurer leur protection contre Avoriel, ils doivent retourner à Reddening House où Cornélia a été témoin des horreurs que peuvent commettre ses habitants. Déjà angoissée, la jeune femme se noie de plus en plus dans de bien surprenantes visions…

Souls of the Damn (Kat Redding, 5) – E.S. Moore

Innocence is relative, and evil is damned hard to kill. . .

Kat Redding would love to take a break from the gruesome, dangerous work of hunting down rogue vampires and werewolves, battling for innocent lives. But there’s no peace for Lady Death. Until Kat’s young charge, Sienna, appears on her doorstep, escaped from the shadow-paradise of Delai. Sienna is weak, confused, desperate–human in the utmost. If Kat is going to have any hope of breaking the hold of Delai, she’ll have to infiltrate the walls around the false sanctuary. And the only way she can do that is to trade in her battle-hardened, bloodthirsty vampire’s body–for Sienna’s human form.

With no weapons but her wits, Kat has to trust a demon, defeat an angel, and wrestle with her own rebel soul–because with all the fear and death she’s conquered, no one has ever offered her another day under a warm yellow sun. . .

Sidekick – Auralee Wallace

Bremy St James, daughter of billionaire Atticus St James, has been cut off from the family fortune and is struggling to survive in a world that no longer holds its breath every time she buys a new outfit. To make matters worse, her twin sister is keeping secrets, loan sharks are circling, and the man of her dreams — a newspaper reporter — is on assignment to bring down everyone with the last name St James.

Things are certainly looking bleak for the down-and-out socialite until a good deed throws her into the path of the city’s top crime-fighter, Dark Ryder. Suddenly, Bremy has a new goal: apprentice to a superhero, and start her own crime-fighting career.

Ryder has no need for a sidekick, but it turns out the city needs Bremy’s help. Atticus St James is planning the crime of the century, and Bremy may be the only one able to get close enough to her father to stop him.

Now all she needs to do is figure out this superhero thing in less than a month, keep her identity secret from the man who could very well be The One, and save the city from total annihilation.
Well, no one ever said being a superhero would be easy…

mellianefini

La Discorde des Aurores de Stephane Soutoul

Anges d’Apocalypse, Tome 3

Résumé : Lycéenne le jour, garde du corps la nuit : la combinaison explosive pour cumuler les problèmes.

Le temps des menaces assombrit le ciel de Toronto… Aidés par une horde de zombies, les vampires de la ville sont résolus à anéantir les sorciers en assiégeant leur palais réputé imprenable. Sauf qu’un traître s’est infiltré au cœur même de la Cour afin d’en neutraliser les défenses, piégeant ainsi une centaine d’occupants. Je vous le donne en mille : comme d’habitude, me voilà parachutée en première ligne de la bagarre.

Samantha, mon identité humaine, se trouve aussi dans le pétrin jusqu’au cou. Nathan est plus que jamais torturé par l’influence du démon qui le possède tandis qu’Ève m’en fait voir de toutes les couleurs. Sans parler des sentiments qui s’épanouissent en moi pour un homme que je devrais fuir comme la peste. Une attirance qui pourrait bien faire voler en éclats l’entente fragile qui me lie à mes sœurs…

À croire que les amours d’un cavalier de l’apocalypse sont tout sauf simples.

Avis : J’étais curieuse de découvrir ce nouveau roman depuis la fin du second. Il faut dire qu’il se passait beaucoup de choses et j’étais curieuse de voir comment Sam allait gérer le démon de Nathan, comment Syldia allait se comporter face à son vampire ou son loup, ou même avec ses sœurs, chose tout aussi compliquée il faut le dire. Mais c’est vrai qu’alors j’avais nettement préféré le deuxième tome, j’ai trouvé celui-ci un peu en dessous, mais j’y reviendrai plus tard.

Notre jeune héroïne commence le roman sur les chapeaux de roues, en accumulant un grand nombre de problèmes dès le début de l’histoire. En plus de devoir gérer Nathan et son démon qui semble plus que désireux de prendre le contrôle, Syldia doit s’occuper de la possessivité de Raven, ainsi que son obsession, et d’Eve qui décide de tenter le transfert d’âme pour pouvoir vivre une vie comme les autres. Donc, comme vous pouvez le voir, les problèmes s’ajoutent et les solutions vont être assez difficiles à trouver. Pourtant Syldia et Jillian vont faire front commun pour régler les obstacles qui surgissent sur leur chemin. Cependant les deux doivent aussi gérer les sorciers qui une fois de plus vont amener le chaos avec eux, quand même bien ce n’est pas prémédité. Mais qui dit sorciers, dit vampires, dit Darion assez proche et en quête de vengeance.

J’ai pris beaucoup de plaisir à lire ce nouveau roman et c’est toujours un régal de retrouver le style de Stéphane Soutoul mais c’est vrai que j’ai trouvé que ce troisième tome n’avançait pas véritablement dans l’histoire ou très peu. J’ai eu un peu l’impression de relire la même chose que les volumes précédents et c’est vrai que j’ai trouvé ça un peu dommage. Je pense surtout à Nathan et à son démon ou encore à la bataille de Syldia avec les vampires. Mais bien sûr il y a aussi de nouveaux événements et j’ai beaucoup apprécié voir Eve sous une forme humaine, surtout après tout ce qu’elle a traversé tout au long de son existence. J’étais aussi curieuse de voir comment la relation entre Syldia/Desmond allait évoluer de même que la relation de Raven qui est finalement des plus compliquées. Quelque chose m’a par contre un peu énervée et j’avoue que j’ai eu du mal à le comprendre, c’est la relation entre les sœurs. J’ai vraiment été outrée et choquée de voir comment Raven et Eve réagissaient. Les personnages sont censés avoir des siècles et voilà qu’elles se comportent comme des gamines de dix ans. Alors oui, j’ai un peu bloqué sur ce point, et rien qu’en l’écrivant, ma colère revient.

Ce ne sont au final que des détails c’est vrai mais c’est aussi pour ça que j’ai peut-être un peu moins aimé ce nouveau roman. C’est cependant toujours une histoire agréable à lire et je suis curieuse de pouvoir en lire plus, car je suis sûre que l’auteur nous réserve bien des choses.

3-5

mellianefini

Year’s Best SF 18 by David G. Hartwell

Synopsis: Once again, the finest short-form SF offerings of the year have been collected in a single volume.

With Year’s Best SF 18, acclaimed, award-winning editor and anthologist David G. Hartwell demonstrates the amazing depth and power of contemporary speculative fiction, showcasing astonishing short stories from some of science fiction’s most respected names as well as exciting new writers to watch. In this anthology, prepare to travel light years from the ordinary into a tomorrow at once breathtaking, frightening, and possible with some of the greatest tales of wonder published in 2012.

Review: Every year, David Hartwell collects the best science fictions stories from the previous year. This volume presents twenty-eight stories published during 2012. I think that it features a great mix of authors, some of them apparently quite new in the field. I was glad to see that about half of the texts were written by women and that we had a few non anglo-saxon names in the bunch.

Most of the stories are around 20 pages long, but a few very short stands out. For each of them there is a small introduction presenting the author and the text. And this time the synopses were not too revealing, not like in Hartwell’s Twenty-first Century Science Fiction.

As in most anthologies, you get a great variety of plots and stories, which is something I liked a lot. A.I., time travel, ecocatastrophe, sentient cars, virtual reality … are some of the ingredients you can find here, along with more unexpected ones like Aliens fangirling over Sherlock Holmes or Napoleonic code breaking.

In this regard, it was quite balanced. But I stay under the impression that there was too much « soft » science-fiction. A lot of the stories focused more on feelings and social interactions than on events. Some of them were even kind of weird. In general I have nothing against nuance and introspection, but I would have liked more action. Just a drop of space opera to please my space battle fan side. ^^ Here, I must admit that there are some stories I didn’t get into and some I didn’t even understand.

Nevertheless, I really liked more than half of them. The rest, well, not so much. But that is the good thing with anthologies: when you don’t like a text, you can jump to the next one. Besides, it is pretty subjective – I am pretty sure that there are stories I was not interested in, that you would like.

Those are my favorites:

Old Paint, by Megan Lindholm: I am a big fan of everything Megan Lindholm wrote as Robin Hood. I was therefore really eager to read this text and the author didn’t disappoint. Here she writes about a sentient and autonomous old family car and the effect it has on its owners. It is a touching story evoking family dynamics.

The Ghosts of Christmas, by Paul Cornell: An emotionally moving story with a strong streak of fatalism. It is about woman’s trips to an unchangeable future.

Liberty’s Daughter, by Naomi Kritzer: It is a detective story set in a richly developed alternative world. A smart young heroine, a missing person, an interesting geo-political situation, a lot of intriguing hints and an ending featuring a new mystery. I definitively need to read the other stories in the series.

Application, by Lewis Shiner: A really short and biting text about a personal computer own agenda. A bit disturbing, but extremely funny.

Waves, by Ken Liu: An interesting story about the price of immortality.

3

gilwen 2

Year’s Best SF 18 de David G. Hartwell (VO)

Résumé (traduction personnelle) : Une fois de plus, le meilleur de ce que la SF offre en format court a été rassemblé en un seul volume. Avec Year’s Best SF 18, David G. Hartwell, éditeur et anthologiste de renom, démontre l’extraordinaire profondeur et le pouvoir de la fiction spéculative contemporaine en mettant en valeur d’étonnantes nouvelles des noms les plus respectés de la science fiction et de nouveaux écrivains à surveiller. Dans cette anthologie, préparez vous à voyager à des années lumières de l’ordinaire, vers des lendemains aussi bien coupant le souffle qu’effrayant.

Avis : Chaque année, David Hartwell rassemble les meilleures nouvelles de science-fiction de l’année précédente. Ce volume regroupe ainsi vingt-huit histoires parues en 2012. Je trouve qu’il propose ici un bon mélange d’auteurs, certains d’entre eux étant nouveaux dans ce genre. J’ai d’ailleurs été contente de voir qu’environ la moitié des textes avaient été écrits par des femmes et qu’il y avait quelques noms non anglo-saxons dans le lot.

La plupart des histoires font une vingtaine de pages, mais quelques nouvelles plus courtes se démarquent. Chacune d’entre elles est précédée par une courte introduction présentant l’auteur et le texte. Cette fois-ci, je n’ai pas trouvé ces synopsis trop révélateurs, à la différence du précédent recueil d’Hartwell : Twenty-first Century Science Fiction.

Comme dans la plupart des anthologies, on a le droit à une grande variété d’histoires et d’intrigues, ce qui est un élément que j’ai beaucoup apprécié. Intelligence artificielles, voyage dans le temps, catastrophes écologiques, voitures conscientes, réalité virtuelle … sont certains des ingrédients que vous trouverez ici, en compagnie d’autres moins attendus comme des aliens fans des aventures de Sherlock Holmes ou encore du décryptage de codes napoléoniens.

En ce qui concerne cet aspect, j’ai donc trouvé le recueil plutôt équilibré. Mais je ne peux m’empêcher de penser qu’il contient bien trop de SF « doux ». Beaucoup des histoires se concentrent bien plus sur les sentiments humains et les interactions sociales que sur les péripéties. Quelques-unes d’entre elles m’ont même semblé un tantinet bizarres. Je n’ai rien contre la nuance et l’introspection, mais j’aurais aimé un poil plus d’action. Juste une goutte de Space Opera pour contenter mon côté fan de batailles spatiales ^^ Là, je dois bien avouer que j’ai eu du mal à rentrer dans certaines nouvelles et il y en a même que je n’ai pas comprises.

Ceci dit, j’ai beaucoup aimé plus de la moitié d’entre elles, même si le reste … pas du tout. Mais c’est l’avantage des anthologies, quand un texte ne plait pas, on peut sans problème passer au suivant. Qui de plus est, mon avis est purement subjectif, je suis sure que les histoires qui ne m’ont pas plu pourraient tout à fait plaire à d’autres.

Pour finir, voici celles que j’ai préférées:

Old Paint, by Megan Lindholm: Je suis une grande fan de tout ce que Meghan Lindholm a écrit sous le pseudonyme Robin Hoob. J’étais donc impatiente de lire ce texte et n’ai pas du tout été déçue par le résultat. L’auteur nous parle ici d’une vieille voiture consciente et autonome et de son impact sur ses propriétaires. C’est une histoire très touchante qui évoque les dynamiques familiales.

The Ghosts of Christmas, by Paul Cornell: Une histoire très émouvante et aux tendances fatalistes. Elle porte sur les incursions d’une femme dans un futur inchangeable.

Liberty’s Daughter, by Naomi Kritzer: C’est une enquête qui se déroule dans un monde alternatif richement développé. Une héroïne jeune et  astucieuse, une personne disparue, une situation géopolitique intéressante, beaucoup d’indices intrigants, et une fin qui laisse planer un nouveau mystère. Il me faut la suite de l’histoire !

Application, by Lewis Shiner: Une histoire très courte et sarcastique sur les buts inavoués d’un ordinateur. Un peu perturbant mais terriblement drôle.

Waves, by Ken Liu: Une histoire intéressante sur le prix de l’immortalité.

3

gilwen 2

Just Sing by René Gilley

Seven Oaks Series, Book 1

Synopsis: Sixteen-year-old Lily O’Brien has one goal in life—to sing. Her dream is to get into a topnotch college vocal program, but the summer before her junior year, her high school cuts their awarding-winning vocal ensemble. She might as well kiss her dreams goodbye.

When the snobby new neighbors move into their mansion up the hill, Lily is positive summer can’t get any worse, and she’s determined to hate and ignore them—until she meets Aiden.
He’s broken and beautiful, and they become reluctant friends. Through her newfound friendship, she finds the strength to step outside the comfort of her plan and follow her dream.

But when Lily’s family is about to lose their home, she puts her wishes aside and finds the answer to save their generations-old ranch in the last place she expected.

Review: Lily O’Brien loves to sing and has her whole future planned out. She’ll finish her two remaining years of high school and then will head out to the Berkeley’s music program. But her perfect plan quickly unravels when her high school’s music program is cut off due to financial issues. Without any musical background for the rest of her high school years, her chances to get into Berkeley are seriously jeopardized. Lily’s only hope is to apply to private schools and keep her fingers crossed that she’ll be accepted with a scholarship. On top of that, the sixteen years old girl also needs to considerate her family’s situation. She lives with her dad, little brother, her aunt, cousin, and grams in the family’s ranch and has to juggle between her dad’s alcohol problem and the new neighbors who invaded the ranch when her grams had to sell lands to pay taxes.

Just Sing evolves mostly around Lily’s struggle with her family, the reality of her dreams, and her first relationship issues with the neighbors’ son Aiden. Honestly Lily is a truly amazing character and she is very easy to like. She is strong-willed and her loyalty and love for her family is admirable. I totally got where she came from and was astonished by how well she is handling everything. She has much more in her plate than any average sixteen years old girl but she never acts like a victim which I loved. I was also particularly moved by her relationship with her grams, and all the problems her family is going through during the book made me weep quite a bit.

Of course, Just Sing is also a book about first love. Lily and Aiden are tiptoeing around their relationship’s statute most of the story and walk the very tiny line between love and friendship throughout the summer that is covered by the book. I, as a reader, had a very love/hate relationship with theirs. Aiden is complicated, he makes lots of mistakes for which he always has a very convenient excuse, and he always oscillates between being cocky and kind. I get that he has some sort of shield to protect himself from others but the guy honestly seemed bipolar at times. At the end of the day I think I let him get away with a lot of things, just like Lily did, mostly because I was moved by his family’s issues. To be honest I would be curious to see some insight in his life and some scenes from his point of view. His family has major resolving to do and even though he comes out as an annoying brat at times I think his parents have a part to play in his attitude. I would also love to read the scene where Aunt Susan goes out to confront him on Lily’s behalf. I wasn’t too warm about Aunt Susan before that but I was a total cheerleader for her at this particular time ;)

Overall I think this one was a good first novel. If the writing seemed a bit hesitant and shaky at times, the characters were compelling and Lily is impossible not to care about. I’m curious to see how the sequel will play out even though I’m worried that the love triangle will make an appearance. The Jeremiah’s thing is way too big to ignore and even if I had my issues with Aiden I’ll still root for him no matter what.

Anyway Just Sing was the fresh read I was looking for and that’s probably why I enjoyed it so much despite its flaws.

4

Althea

http://altheainwonderland.blogspot.fr

Just Sing de René Gilley (VO)

Seven Oaks Series, Tome 1

Résumé (traduction personnelle) : Lily O’Brien, seize ans, n’a qu’une seule passion dans la vie : le chant. Son rêve est d’entrer dans une université avec un programme vocal de premier plan mais, l’été avant son année de première, son lycée supprime leur programme de chant. Elle peut à présent dire adieu à son rêve…

Lorsque les nouveaux voisins snobs emménagent dans leur immense maison sur la colline, Lily est certaine que son été ne peut pas être pire et est bien décidée à les détester et ignorer tant que possible… Jusqu’à ce qu’elle rencontre Aiden.

Il est beau, brisé, et ils deviennent inexplicablement amis. A travers cette nouvelle amitié, elle trouve la force de sortir de la zone de confort que lui offraient ses projets pour enfin poursuivre son rêve.

Mais lorsque la famille de Lily est sur le point de perdre son foyer, elle met ses souhaits de côté et trouve la solution pour sauver le ranch familial où elle l’aurait la moins attendue.

Avis : Lily O’Brien aime chanter et a planifié tout son futur autour de sa passion. Après avoir terminé ses deux dernières années de lycée elle compte bien s’envoler pour Berkeley et son programme musical de premier plan. Mais son plan si parfait est mis à mal lorsque le programme vocal de son lycée est supprimé pour causes financières. Sans aucun programme durant les deux prochaines années d’étude pour appuyer son application à l’université, ses chances d’entrer à Berkeley sont sérieusement mises à mal. Le dernier espoir de la jeune fille est de tenter d’entrer dans un lycée privé et de croiser les doigts pour être acceptée avec une bourse… Cependant Lily doit prendre en compte sa situation familiale compliquée dans ses plans. Elle vit avec son père, son petit frère, sa tante, cousine, et grand-mère dans le ranch familial et doit jongler entre les problèmes d’alcool de son père, son petit frère qui n’a donc aucun repère parental, et de nouveaux voisins ayant rachetés une partie des terres familiales lorsque la famille s’était retrouvée à court d’argent.

Just Sing  se focalise donc principalement sur les problématiques auxquelles doit faire face cette jeune fille entre sa famille, la réalité du rêve qu’elle espère atteindre, et ses premiers émois amoureux (avec toutes les complications que cela peut comporter. Et sincèrement le livre tient principalement la route grâce au  personnage de Lily  qui est très  attachant  etfacile à apprécier. Elle a  beaucoup de volonté  et la  loyauté  qu’elle a pour sa famille est tout simplement  admirable. On la comprend avec  beaucoup de tendresse  et j’ai particulièrement été étonnée par  la force avec laquelle elle gère tout ce que le destin met au travers de son chemin. Elle doit gérer beaucoup plus qu’une adolescente de son âge devrait et pourtant  elle ne joue jamais la victime. Sa relation avec sa grand-mère est particulièrement émouvante et j’avoue que j’ai versé ma petite larme à certains moments du roman.

Bien sur,  Just Sing  a aussi sa  dose de romance. Lily et Aiden, le fils des nouveaux voisins, passent une très bonne partie du récit à flirter avec la ligne très fine qui se trouve entre amour et amitié. En tant que lecteur j’ai d’ailleurs eu  une relation entre haine et amour à l’encontre de leurs péripéties amicales/amoureuses.  Aiden  est un garçon plutôtcompliqué, il fait  beaucoup d’erreurs  pour lesquelles il semble toujours avoir des explications un peu trop commodes à mon goût, et on ne sait pas trop quelle partie de sa personnalité est la plus dominante. Il est vrai qu’il a vécu des choses compliquées  et que donc il a tendance à mettre un mur entre lui et les autres pour se protéger, mais à la fin j’avais  parfois l’impression qu’il était limite bipolaire. Un moment il était adorable et l’instant d’après on avait qu’une envie : lui donner une bonne paire de claques. Cependant il est vrai qu’en fin de compte je me suis  plutôt bien laissée charmer  par le jeune homme et que je lui ai pardonné, tout comme Lily, pas mal de ses erreurs. Je serais d’ailleurs assez curieuse de lire certaines scènes de son point de vue. Sa famille a d’énormes soucis à résoudre à mon sens et j’adorerais voir la scène entre lui et la tante de Lily, Susan, lorsque cette dernière le remet apparemment à sa place. (Oui je n’étais pas forcément hyper fan de Tante Susan mais sur ce coup-là j’avais sorti mes pompons de cheerleader !)
Au final je pense que  Just Sing  est un  premier roman prometteur. S’il est vrai que lestyle d’écriture  est  un peu hésitant et simpliste  par moment,  les personnages sont engageants  et Lily en particulier est impossible à ne pas apprécier. Je suis plutôt curieuse de voir comment l’histoire évoluera dans le second tome bien que je sois assez inquiète par la perspective d’un triangle amoureux. La rencontre avec Jeremiah est presque impossible à ignorer et ça m’agace un peu d’avance puisque, malgré mes hésitations envers Aiden, je pense que mon choix est fait une bonne fois pour toute !

Just Sing  est donc  un contemporain Young Adult sympathique à lire avec lequel on passe un moment rafraîchissant et agréable. Lors de ma lecture c’était exactement ce que je recherchais et j’ai donc beaucoup apprécié le roman malgré ses petits défauts.

4

Althea

http://altheainwonderland.blogspot.fr

Neptune Noir: Unauthorized Investigations into Veronica Mars by Rob Thomas

Synopsis: More than just a high school drama, “Veronica Mars” is a smart and savvy teen detective show that offers complex mysteries and rapier wit, engaging social commentary, and noir sensibilities—with the occasional murder thrown in for good measure. This collection, edited by the creator and executive producer of the show, offers supreme insight into the class struggles and love stories of the series. Essays by top writers intelligently address a multitude of questions such as: Is Veronica a modern-day vigilante? Why is a show that features rape, potential incest and a teen girl outsmarting local authorities so popular with America’s conservative population? and Why is Veronica and Logan’s relationship the most important story-driving factor in the show?

Review: I confess that when I saw the book, I immediately thought that I could find stories of Veronica Mars but in written form. Yes because younger I took a great pleasure in following this series and I was very sad when it was stopped, leaving us full of questions. With the release of the movie, the appeal of the show came back and it is true that I was curious about this novel too. Yet it was not at all what I expected. I expected as I said before some nice short stories about Veronica (yes I do not know why ), but we finally find several authors who dissect the series or at least the first two seasons according to their feelings.

Firstly, the novel introduces the story of Rob Thomas, father of Veronica Mars and eventually his life as well. From his successes but also failures, to the idea of ​​this series and how he came to give life to it, but also the choice of castings including the Kristen Bell one. I admit that it was quite interesting to see as this isn’t a world I know about and I was impressed enough to see how it would all unfold. Once past this introduction we go a little deeper into the heart of the matter, alternating authors, journalists and other people who tell us what they see in this show. And it’s true that it’s quite impressive to see the details that some managed to emerge from the series. It thus covers many topics that I would not have thought possible. Yes, because we can find some on cars, on the conservative side of the story or how lies are easily established. But that’s not all because ultimately, some themes recur repeatedly, whether the rape of Veronica and how she faced it, or rather her symbiotic relationship with her father, no mother, but of course as well on her relationship with Logan and Duncan. As you can see, many points are discussed here although some are repeated a bit, which is a shame as it was quite interesting. By cons I have to say something, even if I enjoyed the show, I think the novel is perhaps a little too much. I had the impression that this was really the series of the century. It was fine, but you must still understand that it is only that. And although it is very interesting to see what people were able to find behind all these episodes, I think sometimes we just need to watch it and appreciate what we have in front of our eyes.

To conclude, I think that I can say it was a pretty interesting book, very different from what I usually read and even if it is perhaps not something I’ll particularly read again, it’s always interesting to be able to learn more that way.

3

mellianefini