Quand fainéantise rime avec magie de Helen Harper

Ivy Wilde, Tome 1

Résumé : Bon, soyons clairs : Ivy Wilde n’est pas une héroïne. C’est même la dernière personne que vous contacteriez si vous aviez besoin d’une aide magique, malgré ses talents.

Si ça ne tenait qu’à elle, Ivy passerait ses journées affalée dans le canapé, devant la télé, paquets de chips en main, à papoter avec son familier félin jusqu’à ce que mort s’en suive.

Mais quand elle se retrouve victime d’une erreur d’identité, elle est embarquée malgré elle à la Branche Arcane, le département d’investigation de l’Ordre Hermétique du Crépuscule d’Or.

Les problèmes se multiplient quand un objet de valeur est volé au nez et à la barbe des représentants de l’Ordre ; et le fait d’être liée magiquement à l’Adeptus Exemptus Raphaël Winter ne fait qu’empirer la situation. Il a peut-être un regard couleur saphir et le corps d’un mannequin maillot de bain, mais pour Ivy, il représente tout ce qu’il y a de soporifique dans le boulot de sorcier.

Et s’il l’oblige à retourner à la salle de sport, juré, elle le transforme en crapaud.

Avis : J’avais entendu parler de cette série et ça faisait un moment qu’elle était dans ma wishlist. Aussi j’étais ravie de la voir traduite en français !

Ivy est une sorcière, mais pas une sorcière ordinaire. Alors, quand une malencontreuse rencontre la lie avec un sorcier de haut niveau en tant que partenaire, elle se rend compte que sa vie se sera plus pareille. Devant faire face à l’Ordre qui l’a expulsée à tort quand elle était plus jeune, elle va devoir travailler avec le charmant Winter à essayer de résoudre une enquête qui pourrait bien se révéler encore plus compliquée que prévu. Obligée de mettre ses pouvoirs à contribution tout en faisant tout pour montrer qu’elle n’est pas là de son plein gré, notre héroïne va faire face à de nombreux évènements !

J’ai eu un peu de mal à m’attacher à Ivy au départ, je ne la trouvais pas vraiment très agréable, mais finalement, petit à petit j’ai pris plaisir à voir ce qu’elle allait à faire et à assister à ses répliques parfois vraiment cinglantes. C’est très drôle de voir les interactions entre les deux personnages et j’étais curieuse de découvrir qui était le coupable. Cependant, je dois bien avouer que quelque chose m’a pas mal gênée au niveau de la traduction. La narration est au passé, mais il y a énormément de verbes au présent qui se sont glissés dedans et j’ai pas mal buté sur le changement de temps qui n’était pas homogène. Je pense que c’est aussi ce qui m’a fait mettre plus de temps à rentrer dans l’histoire.

Ceci mis à part, c’était une découverte assez sympa et j’ai passé un bon moment. Je me demande qu’Ivy nous réservera pour la suite.

12 thoughts on “Quand fainéantise rime avec magie de Helen Harper

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.