Day 15 – Interview – Suanne Laqueur + Concours/Giveaway

Nous sommes très heureuses d’accueillir Suanne Laqueur sur le blog aujourd’hui. C’est l’auteure de la série Erik et Daisy sorti chez Collection Infinity. Merci à l’éditeur vous pouvez gagner grâce à l’auteur vous pouvez gagner un exemplaire papier en anglais ou Français de ce premier roman (international). Pour participer, veuillez vous identifier, et valider les options de la forme à la fin du post.


We are very happy to welcome Suanne Laqueur on the blog today. She is the author of the Fish Tales series. Thanks to the author you can win a paper copy of the first novel in French or English (international).


-Welcome on Between Dreams and Reality, can you introduce you in a few words?

My name is Suanne Laqueur and my books are a bridge between Contemporary Romance and Literary Fiction. If you want really well-written, rule-breaking romance…or you want extremely sexy literature, I’m your girl.

-Can you tell us more about the Fish Tales series?

The Fish Tales is a 3-novel series that follows the love affair of Erik “Fish” Fiskare and Marguerite “Daisy” Bianco. When they meet in college, she is an aspiring ballerina and he is studying the art of stagecraft. For two years, their love thrives at the center of a close-knit circle of friends, until a shocking act of violence in the campus theatre tears the circle apart and sends Erik running from everything he loves. But is leaving the end of loving, and can you truly leave the one you were born to love?

The three books span fifteen years and alternate between Erik and Daisy’s POVs as they find, abandon and find each other again. It’s a saga about love, family, friendship, survival, forgiveness and second chances.

-Was it difficult to write the first book? How long did it take?

The first book took 25 years! I started writing the characters when I was in college, and it was just something I played around with all into my adulthood. I was in my forties when I challenged myself to finish the novel, work with an editor to make it the best it could be, and then put it out there for my friends and family to read. Letting go of the book was harder than writing it.

-How did you feel when you saw your first book translated in French?

I cried. I sent a copy to my high school French teacher, Madame TenEyck, who was one of my favorite teachers. I was fascinated reading the French version. My father is a technical translator so I have an extremely high regard for the craft of moving fiction from one language to another.

-Do you have a specific writing process?

When I start a new book, I’ll spend anywhere from 4-5 months writing by hand. I have two or three notebooks for each of my novels. I enjoy writing by hand, the creativity just seems to flow better from my brain to the pen to the paper. I also find it non-threatening because if something isn’t going well, I just turn the page. In this phase, I write absolutely everything that comes into my head. I don’t worry how it fits in or if it will be in the final version. I just open the faucet and let it all get to the paper. Then maybe after six months, I have enough material to start organizing it on the computer into a timeline and seeing how it fits together.

-Do you have future projects you want to tell us about?

I am working on a book-within-a-book novella called The Voyages of Trueblood Cay, by Gil Rafael. Gil Rafael is the pen name of one of the characters in my Venery series. He’s an author who’s been working on this novella most of his life and it’s so much fun to write as him. So it’s a little companion to the series.

I’m also working on the true third book of the Venery series which will be called A Scarcity of Condors.

————————–

Bienvenue sur Between Dreams and Reality, pouvez-vous vous presenter en quelques mots?

Mon nom est Suanne Laqueur et mes romans se situent entre la romance contemporaine et la fiction littéraire. Si vous voulez les romances bien écrites et qui cassent les codes… ou si vous voulez de la littérature sexy, elles sont pour.

Pouvez-vous nous en dire plus sur la série Prélude ?

Prélude est une série de 3 romans qui suit l’histoire d’amour de Erik “Fish” Fiskare et de Marguerite “Daisy” Bianco. Quand ils se rencontrent à l’université, c’est une aspirante ballerine, et il étudie l’art de la mise en scène. Pendant deux ans, leur amour se développe au sein d’un cercle d’amis soudés, jusqu’à ce qu’un acte violent sur le campus casse ce cercle et envoie Erik loin de tout ce qu’il aime.  Mais partir signifie-t-il la fin de l’amour, et pouvez-vous vraiment fuir la personne à laquelle vous êtes destiné ?

Les trois livres se déroulent sur quinze ans et alternent entre le point de vue de Daisy et d’Erik alors qu’ils se retrouvent, se séparent et se retrouvent encore. C’est une saga sur l’amour, la famille, l’amitié, la survie, le pardon et les secondes chances.

Etait-ce difficile d’écrire le premier tome ? Combien de temps cela a-t-il pris ?  

Le premier roman a pris 25 ans ! J’ai commencé à écrire les personnages quand j’étais à l’université, et j’ai joué avec jusqu’à devenir adulte. J’avais quarante ans quand je me suis lancée le challenge de finir le roman, de travailler avec un éditeur pour le rendre le meilleur possible, et de le partager avec mes amis et ma famille. Laisser partir le livre a été plus difficile que de l’écrire.

Comment vous êtes vous sentie quand vous avez vu le premier tome traduit en Français ?

J’ai pleuré. J’ai envoyé un exemplaire à mon professeur de Français de lycée, Madame TenEyck, qui était une de mes professeures préférées. J’étais fascinée par la version française. Mon père est un traducteur technique alors j’ai une très grande estime pour le passage d’une langue à une autre. 

Avez-vous un procédé d’écriture particulier ?

Quand je commence à écrire un nouveau livre, je passe 4-5 mois à écrire à la main. J’ai deux ou trois cahiers pour chacun de mes romans. J’aime écrire à la main, la créativité semble affluer plus facilement de mon cerveau au stylo au papier. Je trouve ça moins menaçant parce que si quelque chose ne va pas, je peux juste tourner la page.

Dans cette phase, j’écris tout ce qui me vient. Je ne m’inquiète pas de voir si ça convient et si ça sera dans la version finale. J’ouvre juste le cahier et je laisse aller sur le papier. Puis, après peut-être 6 mois, j’ai assez de choses pour commencer à organiser sur l’ordinateur pour avoir un lien et pour voir comment tout va ensemble.

Avez-vous d’autres projets dont vous voulez nous parler ?

Je travaille sur un livre dans un livre avec une nouvelle appelée The Voyages of Trueblood Cay, de Gil Rafael. Gil Rafael est un nom de plume d’un de mes personnages dans ma série Venery. C’est un auteur qui a travaillé sur cette nouvelle pendant une grande partie de sa vie et c’est tellement sympa d’écrire en tant que lui. C’est un petit compagnon à la série.

Je travaille aussi sur le troisième tome de la sérieVenery qui s’appellera A Scarcity of Condors.


 

Prélude – Erik et Daisy #1

Résumé : Erik est fasciné par l’envers du décor. Daisy a besoin de danser pour exister.
Il se satisfait de l’ombre des coulisses. Elle s’épanouit dans la lumière des projecteurs.
Leurs univers ne peuvent vivre l’un sans l’autre. Tout comme eux. Ils découvrent ensemble l’équilibre parfait. Ils se fondent l’un dans l’autre jusqu’à n’être qu’un. Jusqu’à ne plus savoir où il s’arrête et où elle commence.
Entourés d’amis et d’artistes, ils se créent au fil du temps leur univers et développent leur art.
Mais quand une tragédie touche leur groupe, tout vole en éclat.

a Rafflecopter giveaway

Day 14 – Guest Post – jane Harvey-Berrick (+Concours)

Nous sommes très heureuses d’accueillir Jane Harvey-Berrick sur le blog aujourd’hui dont la série Coeur Itinérant est sortie en Français chez Collection Infinity. Un autre de ses romans a aussi été traduit chez Juno Publishing. Merci à elle pour le Post et merci à Collection Infinity pour gagner un ebook du roman Hors de Portée ! Pour participer, merci de remplir la forme à la fin du post et de valider en cliquant sur les options.


We are very happy to welcome Jane Harvey-Berrick on the blog today. She writes different romance books like the Traveling series. Thanks to her for the post!


A Little Carnival Magic

“I couldn’t tell you why the carnival lured me with its sticky fingers and bright, whirling colors, except to say that it was different, and that excited me. I’d only read about ‘different’ in books, never experienced it for myself. Perhaps it was a case of be careful what you wish for.”

 

This extract is taken from the first chapter of THE TRAVELING MAN and although it’s spoken by Aimee, the heroine of the story, I could have been talking about myself. I suppose that’s what my writing is sometimes, a way of travelling to places I’ve never been, to live lives I’ve never lived, to be someone other than I am. Or … to live inside their imaginations instead.

I’m fascinated by travelling carnivals and circuses, travelling fairs. Someone said to me once that all my books are about outsiders. I hadn’t realized that at the time but I think there’s some truth in it. Stories about people who live different lives fascinate me: whether that’s life in the military, or the tribal life of surfers, or like Kestrel, in the travelling carnival.

When we visit a show, we see a spectacle, a little magic, but I wanted to show the blood, sweat and sawdust behind the spectacle; the strings making the puppet dance.

What is it like to be always travelling, always moving on? To touch so lightly on the lives of others, and yet profoundly, too.

That’s the story, the idea that sparked THE TRAVELING SERIES*

I hope you enjoy them!

Jane x

PS I will be at the Festival New Romance in Paris 19-21 Octobre

https://www.facebook.com/pg/FestNewRomance/


A Little Carnival Magic

« Je ne pourrais pas vous expliquer pourquoi elle m’attirait à ce point, mais je savais juste que ses lumières brillantes avaient quelque chose de différent, d’excitant. Les choses nouvelles et qui sortaient de l’ordinaire, je ne les voyais que dans mes livres. Mais quand on fait un vœu, on devrait se méfier car, parfois, il se réalise. »

 

Cet extrait est tiré du premier chapitre de Hors de Portée et bien qu’il soit raconté par Aimee, l’héroïne de l’histoire, ça aurait pu être mes mots. Je suppose que c’est aussi ça l’écriture parfois, un moyen de voyager dans des endroits où je n’ai jamais été, de vivre des vies que je n’ai jamais vécues, d’être quelqu’un d’autre. Ou… de vivre dans leur imagination à la place.

Je suis fascinée par les foires, les cirques et les fêtes foraines. Quelqu’un m’a dit un jour que mes romans traitaient des gens extérieurs. Je ne l’avais pas réalisé à ce moment-là, mais il y a un part de vérité là-dedans. Des histoires sur des personnes qui vivent différemment me fascinent : que ce soit une vie militaire, ou la vie de surfeurs, ou comme Kestrel, dans les fêtes foraines itinérantes.

Quand nous allons voir une représentation, nous regardons un spectacle, un peu de magie, mais je voulais montrer le sang, la sueur et la difficulté derrière le spectacle ; les ficelles qui font danser la marionnette. 

Ce que c’est de toujours voyager d’un endroit à un autre ? De toucher si légèrement à la vie des autres et pourtant si profondément aussi.

C’est l’histoire, l’idée qui a jaillie/ jailli pour Hors de Portée.

J’espère que vous les aimerez.

Jane x

PS je serai au Festival New Romance à Paris le 19-21 Octobre

https://www.facebook.com/pg/FestNewRomance/


Coeur Itinérant, 1

Résumé : Aimee assiste pour la première fois à une fête foraine à l’âge de 10 ans quand celle-ci passe deux semaines dans sa ville. Elle y rencontre Kes, un garçon de son âge qui y travaille, et une amitié rare et touchante se construit entre eux.

Chaque année, ils se retrouvent pour deux semaines qui illuminent leur vie.

Et alors que leur amitié d’enfance se développe en amour, une fois adultes, les choix deviennent difficiles à faire et tous les deux comprennent que deux semaines par an ne seront jamais suffisantes.

a Rafflecopter giveaway

Day 13 – Interview – Alice Kellen (Concours)

Bienvenue à Alice Kellen qui arrive en France en Septembre avec son premier roman traduit de l’espagnol : 33 Raisons de te revoir (Te Retrouver, 1) aux éditions Alter Real. Merci à l’éditeur, vous pouvez gagner le premier tome en ebook ! Pour participer, remplissez la forme à la fin du post en vous identifiant et en validant (en cliquant dessus) les options.


Bienvenue sur Between Dreams and Reality, pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?

Bonjour ! Tout d’abord merci de me donner l’opportunité d’être ici. Voici ce que je peux dire sur moi : j’ai vingt-huit ans et j’écris et je partage mes histoires depuis un moment déjà.

Votre premier roman va sortir en Français, comment vous sentez-vous ?

Très touchée ! C’est la première fois qu’un de mes livres est traduit, et je suis ravie de pouvoir vivre cette expérience. Je suis tellement contente qu’il sorte en Septembre.

Pouvez-vous nous en dire un peu plus sur la série Te Retrouver ?

La série « Te Retrouver » compte trois livres et dans chacun d’eux nous connaissons l’histoire d’un personnage différent de ce groupe d’amis. Le premier volume, qui sortira en Français en Septembre, pose les bases de la trilogie et on retrouve un peu les trames des romans suivant. Chacun d’entre eux est distinct, mais ils ont tous la même essence : de la romance, de la douceur, de l’amitié et des retrouvailles avec des personnes que nous ne pensions pas revoir, d’où le titre.

Jason, Mike et Luke et Rachel sont des personnages incroyables et leur amitié est très touchante, comment vous-est venue l’idée ?

Je n’ai pas vraiment réfléchi. C’est ce qui m’est venu : un groupe de quatre enfants, amis, qui grandissent ensemble. J’ai imaginé la façon dont leur vie aurait évolué dans le présent, en maintenant ce lien qui est là depuis de début, chacun avec une personnalité différente.


Résumé : Mike, Rachel, Luke et Jason étaient des amis d’enfance inséparables. Mais la vie leur a fait prendre des chemins différents lorsque Rachel a commis l’erreur de tomber amoureuse du mauvais garçon, Mike, qui a fini par la trahir, elle, la seule personne prête à tout risquer pour lui.

Cinq ans plus tard, le destin les réunit à nouveau. Désormais Rachel n’est plus la même, elle est aussi aigrie que son chat Margarine et elle ne fait plus confiance à personne. Sur le point d’être expulsée de son appartement, la dernière chose qu’elle souhaite, c’est que ses anciens amis arrivent à la convaincre d’emménager chez eux. Comment pourrait-elle protéger son cœur en habitant sous le même toit que Mike ? Elle sait qu’il a des secrets et que son regard gris est capable de réveiller tous les souvenirs qu’elle essaie d’oublier depuis si longtemps.

a Rafflecopter giveaway

Day 12 – Guest Post – Jeffe Kennedy (Concours-Giveaway)

Bienvenue à Jeffe Kennedy sur le blog. C’est l’auteure de plusieurs séries de fantasy, et de romances. Merci à elle pourle guest post et pour le concours pour gagner un exemplaire signé de Edge of the Blade (The Uncharted Realms, 2). Le concours est international.


Welcome to Jeffe Kennedy on the blog. She is the author of fantasy and romance series. Thanks to her for guest posts and for the international giveaway. The winner can win a signed copy of Edge of Blade (The Uncharted Realms, 2).


When I was a little girl, I found a tattered copy of MYTHOLOGY by Edith Hamilton at a used book sale. The subtitle is “Timeless Tales of Gods and Heroes” and it has an image of Perseus with the head of Medusa. He’s naked, posed with a very phallic sword against a full moon (or setting sun) and oh wow, did I want to know what that was all about!

Yes, I was reading way ahead of my grade level. No, my mother never tried to stop me. Yes, I still have that book. (Published by Little, Brown in 1953.)

Of course I read the tiny print cover to cover, and I keep it because I use it for reference still.

While the tale of Perseus and Medusa turned out to be interesting – though I sympathized with Medusa, naturally – the one that truly seized my imagination was the tale of Persephone (or Proserpine).

Like most kids, I was fascination by abductions of all kinds. In this book, Persephone is carried off – complete with a dramatic illustration that includes fabulous horses, a chariot, and her long hair streaming behind her – by a god described as “the lord of the dark underworld, the king of the multitudinous dead.”

What’s not to love?? (I’m also Team Loki. I have my themes.)

Interestingly, this tale is traditionally framed as her mother, Demeter’s. Not all that much focus is placed on Persephone and what actually happens to her – which, of course, led me to imagine all sorts of things.

In some ways, by writing PRISONER OF THE CROWN, I’m still working out that fascination. I always wondered what it was like for these young, innocent daughters sold or stolen away into marriage. While my dark fantasies lead me into tantalizing sexual territory (which I’ve explored in other stories), I also know that these scenarios were the last thing from romantic for many women trapped in them. That’s what PRISONER is about. It’s not a romance. It’s a story of a young woman with no power to save herself, who finally does.

She’s Persephone freed.


Quand j’étais petite fille, j’ai trouvé un exemplaire abîmé de MYTHOLOGY part Edith Hamilton chez un vendeur de livres d’occasion. Le sous-titre était « Contes intemporels des dieux et des héros » et il y avait une image de Perseus avec la tête de Medusa. Il était nu et posait avec une épée très phallique appuyée contre une lune pleine (ou un coucher du soleil) et oh wow, comme je voulais savoir de quoi ça parlait !

Oui, je lisais des romans bien au-dessus de mon âge. Non, ma mère n’a jamais essayé de m’en empêcher. Oui, j’ai toujours ce roman. (Publié par Little, Brown en 1953).

Bien sûr, j’ai lu toute l’écriture toute petite du début à la fin, et je le garde parce que je l’utilise encore comme référence.

Alors que le conte de Perseus et Medusa s’est avéré intéressant – bien que je comprenne Medusa naturellement – celui qui m’a vraiment emportée, c’est celui de Persephone (ou Proserpine).

Comme la plupart des enfants, j’étais fascinée par les kidnappings de toutes sortes. Dans ce livre, Persephone est enlevée – ceci complété par des illustrations dramatiques avec des chevaux fabuleux, un chariot, et avec ses longs cheveux flottant derrière elle – par un dieu décrit comme « le seigneur des enfers sombres, le roi des innombrables morts ».

Comment ne pas aimer ?? (Je suis aussi Team Loki. J’ai mes themes).

Fait intéressant, cette histoire est traditionnellement consacrée à sa mère, Demeter. On ne se concentre pas tellement sur Persephone et sur ce qui lui arrive réellement – ce qui, bien sûr, m’a amenée à imaginer toutes sortes de choses.

D’une certaine manière, en écrivant PRISONER OF THE CROWN, j’ai travaillé sur cette fascination. Je me suis toujours demandée ce qu’il se passait pour ces jeunes filles innocentes qui étaient vendues ou volées pour être mariées. Alors que mes fantasmes sombres m’ont menée sur un territoire sexuel fascinant (que j’ai exploré dans mes histoires), je sais aussi que ces scénarios ne sont pas romantiques pour les femmes qui sont piégées. C’est ce dont parle PRISONER. Ce n’est pas une romance. C’est une histoire d’une jeune femme qui n’a pas le pouvoir de se sauver, mais qui le fait finalement.

C’est une Persephone libérée.


The Uncharted Realms, 2

Synopsis: A HAWK’S PLEDGE
“The Twelve Kingdoms rest uneasy under their new High Queen, reeling from civil war and unchecked magics. Few remember that other powers once tested their borders until a troop of foreign warriors emerges with a challenge . . .”

Jepp has been the heart of the queen’s elite guard, her Hawks, since long before war split her homeland. But the ease and grace that come to her naturally in fighting leathers disappears when battles turn to politics. When a scouting party arrives from far-away Dasnaria, bearing veiled threats and subtle bluffs, Jepp is happy to let her queen puzzle them out while she samples the pleasures of their prince’s bed.

But the cultural norms allow that a Dasnarian woman may be wife or bed-slave, never her own leader and Jepp’s light use of Prince Kral has sparked a diplomatic crisis. Banished from court, she soon becomes the only envoy to Kral’s strange and dangerous country, with little to rely on but her wits, her knives and the smolder of anger and attraction that burns between her and him . . .

a Rafflecopter giveaway

Magic Triumphs by Ilona Andrews

Kate Daniels, Book 10

Synopsis: Mercenary Kate Daniels must risk all to protect everything she holds dear in this epic, can’t-miss entry in the thrilling #1 New York Times bestselling urban fantasy series.

Kate has come a long way from her origins as a loner taking care of paranormal problems in post-Shift Atlanta. She’s made friends and enemies. She’s found love and started a family with Curran Lennart, the former Beast Lord. But her magic is too strong for the power players of the world to let her be.

Kate and her father, Roland, currently have an uneasy truce, but when he starts testing her defenses again, she knows that sooner or later, a confrontation is inevitable. The Witch Oracle has begun seeing visions of blood, fire, and human bones. And when a mysterious box is delivered to Kate’s doorstep, a threat of war from the ancient enemy who nearly destroyed her family, she knows their time is up.

Kate Daniels sees no other choice but to combine forces with the unlikeliest of allies. She knows betrayal is inevitable. She knows she may not survive the coming battle. But she has to try.

For her child.

For Atlanta.

For the world.

Review: I think that everyone is looking forward to this novel. Yes, I know it because I waited for it more than anything. And yet, I am just as sad to have it in my hands, to have read it, because I loved this series so much that it is difficult to see it coming to an end. But how to resist it?

You suspect that once again Kate and her friends will have to face new problems. Moreover, if she did not have enough with her father, an old enemy appears, one she is not sure to be able to counter. She will have to play carefully if she wants to succeed in saving everyone!

I do not want to reveal much about the plot. I do not want to spoil anything because I think it would be a shame. But I must say that I was pleased to see Conlan. He is a fascinating and interesting little boy. We quickly get on with him as with any other character and I loved to see him change, and live with his family, to see Kate as a mother, and all her allies which are desperate to help and protect him.

I loved this novel again, it was a perfect conclusion and there are many things to discover, many things I did not expect and the authors managed to make an extraordinary end that does not change the level of the series. I hope, however, that we will have a spin off on Julie soon with such a conclusion.

Many things to discover and I’m sure everyone will be delighted by this ending! I just have to add that I strongly advise you to read the spin off about Hugh and Elara before you get into this one because there are a lot of references. A great conclusion for a series that is just as great!

Magic Triumphs de Ilona Andrews (VO)

Kate Daniels, Tome 10

Résumé (traduction personnelle) : Kate a parcouru un long chemin depuis ses origines comme solitaire en gérant les problèmes paranormaux dans l’Atlanta post-Shift. Elle s’est fait des amis et des ennemis. Elle a trouvé l’amour et a fondé une famille avec Curran Lennart, l’ancien Seigneur des Bêtes. Mais sa magie est trop forte pour que ceux avides de pouvoir du monde la laissent vivre en paix.

Kate et son père, Roland, ont actuellement une trêve difficile, mais quand il commence à tester ses défenses à nouveau, elle sait que tôt ou tard, une confrontation est inévitable. La Sorcière Oracle a commencé à avoir des visions de sang, de feu et d’os humains. Et quand une boîte mystérieuse est livrée à la porte de Kate, une menace de guerre de l’ancien ennemi qui a failli détruire sa famille, elle sait que leur temps est écoulé.

Kate Daniels n’a pas d’autre choix que de combiner ses forces avec les alliés les plus inattendus. Elle sait que la trahison est inévitable. Elle sait qu’elle peut ne pas survivre à la bataille à venir. Mais elle doit essayer.

Pour son enfant.

Pour Atlanta.

Pour le monde.

Avis :  Je pense que tout le monde attend impatiemment ce roman. Oui, je le sais parce que je l’ai attendu plus que tout. Et pourtant, je suis tout aussi triste de l’avoir entre les mains, de l’avoir lu, parce que j’aimais tellement cette série que c’est difficile de la voir arriver à sa fin. Mais comment résister ?

Vous vous doutez qu’une fois encore Kate et ses amis vont devoir faire face à de nouveaux problèmes. D’ailleurs si elle n’en avait pas assez avec son père, un ancien ennemi apparait, un qu’elle n’est pas sûre de pouvoir contrer. Elle va devoir jouer en finesse si elle veut parvenir à sauver tout le monde !
Je ne veux pas en révéler beaucoup sur l’intrigue. Je ne veux pas spoiler quoi que ce soit parce que je pense que ça serait vraiment dommage. Mais je dois dire que j’étais ravie de voir Conlan. C’est un petit garçon fascinant et intéressant. On s’attache rapidement à lui comme à tout autre personnage et j’ai adoré le voir changer, et vivre avec sa famille, voir Kate en mère, ainsi que tous ses alliés prêts à tout pour l’aider et le protéger.

J’ai adoré ce roman une fois encore, c’était une conclusion parfaite et il y a beaucoup de choses à découvrir, beaucoup de choses auxquelles je ne m’attendais pas et les auteurs ont réussi à faire une fin extraordinaire qui ne change pas le niveau de la série. J’espère cependant que nous aurons un spin off sur Julie prochainement avec une telle fin.

Beaucoup de choses à découvrir et je suis sûre que tout le monde sera ravi par cette fin ! Je dois simplement ajouter que je vous conseille fortement de lire le spin off de Hugh et Elara avant de vous lancer dans celui-ci parce qu’il y a beaucoup de références. Une conclusion géniale pour une série qui l’est tout autant !

Interview – S.A. Chakraborty

Nous sommes heureuses d’accueillir S.A. Chakraborty, l’auteure de la série The Daevabad Trilogy. Merci à elle pour les réponses !


We are very happy to welcome S.A. Chakraborty, the author of the Deavabad Trilogy. Thanks to her for the answers!


Welcome on Between Dreams and Reality, can you introduce yourself in a few words?

Certainly! My name is S.A. Chakraborty, and I’m a speculative fiction writer and history buff from New York City.

For those who don’t know about it can you tell us a bit more about the Daevabad series?

The Daevabad Trilogy is a historical, epic fantasy about a con artist from 18th century Cairo who gets pulled into a brewing magical war when one of her schemes accidentally summons a mysterious djinn warrior.

City of the Brass is your first novel, was it difficult to write? How long did it take?

It probably took several years though it’s difficult to pinpoint because it started as a world-building project that I really just did as a hobby. There were times when the writing was difficult of course, especially during revisions, but it really began as a labor of love and the world was enjoyable to slip into after a long day of work and parenting!

What is your writing process?

I’m not sure I necessarily have a process! I wrote a lot of this book while I was pregnant and then parenting a baby and toddler, so I suppose my only rule was to be flexible. Unfortunately, I’ve never been able to outline well; much of the story comes to me as I write so I really just try to get it all on the page—no matter how terrible the actual prose—and then edit from there and see where I’m going. I do find a good cup of tea, some incense, and some music (I like a lot of movie soundtracks) helps set the mood.

You chose to set a part of your story in Cairo, is it a city you know well?

Haha, I might know its past better than its present. I did a lot of research for the book, but was actually most helpful in visualizing and writing 18th century Cairo was an historical architecture class I took while studying abroad at the American University of Cairo. I had a fantastic professor who would give lectures at the sites themselves and it really helped me put the scenes and political context together.

Why did you choose to write on djinns and demons? There aren’t a lot of books about Djinns and it was really interesting.

On the contrary, I think there are quite a few stories about djinn…we just don’t see much from their perspective. They tend to be the mysterious, silent side characters or one-dimensional monsters. But they’re fascinating! Semi-immortal creatures who live unseen among humans…imagine the history they would have witnessed! I wanted to really dig into the folklore and texts and imagine how they might have created their world; pulling from the human societies they’d watched rise and fall, along with their own magic.

How did you create the world? It’s always the thing the most complicated in fantasy.

The book actually began as a world-building experiment. I really wanted to go to graduate school to study medieval Islamic history, but when I had to take a break for a few years, I decided to create this sort of “historical fan-fiction” project. I set out to recreate some of places and stories I loved—the court politics of Abbasid Baghdad, the sailors’ yarns from the dhow culture of the Indian Ocean, the medical traditions of Mamluk Egypt—and of course add magic because I was a fantasy fan!

What can we expect for the sequel?

There’s little I can say without completely spoiling things, so I’ll just say both Nahri and Ali are wrestling to take control of the fates that have been handed to them…and that it takes them to a surprising place.

I was really surprised by the end. Did you plan it from the start or did it come as you were writing?

Oh, no, that was planned! I tend to let the story take me where it will, but that was an ending set in place from the very beginning.


Bienvenue sur Between Dreams and Reality, pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?

Certainement ! Mon nom est S.A. Chakraborty, et je suis une écrivaine de fiction passionnée d’histoire et je vis à New York City.  

Pour ceux qui ne la connaissent pas, pouvez-vous nous en dire plus sur la série Daevabad ?

La trilogie Daevabad est une fantasy épique et historique sur une arnaqueuse du 18éme siècle au Caire qui est entraînée dans une guerre magique quand l’un de ses plans invoque un mystérieux guerrier djinn.

City of the Brass est votre premier roman, était-ce difficile à écrire ? Combien de temps cela vous a-t-il pris ?  

Cela m’a probablement pris quelques années bien que ce soit difficile à dire parce que il a tout d’abord commencé comme un projet que je faisais comme hobby. Il y a eu des moments où l’écriture était difficile bien sûr, surtout durant les révisions, mais c’est vraiment devenu un travail que j’aime et le monde était intéressant à retrouver après une longue journée de travail et de famille.

Quel est votre procédé pour écrire ?

Je ne suis pas sûre qu’il y ait vraiment un procédé ! J’ai écrit beaucoup du livre quand j’étais enceinte et quand je me suis occupée du bébé et d’un enfant en bas âge, alors je suppose que la seule règle est d’être flexible.

Malheureusement, je n’ai jamais été capable de tracer les grandes lignes à l’avance. La plus grosse partie de l’histoire m’est venue pendant que j’écrivais alors j’essayais d’en faire au maximum – même si la prose était terrible – et j’ai édité à partir de là pour voir où ça pouvait aller. Je trouve qu’une bonne tasse de thé, un peu d’encens, et un peu de musique (j’aime beaucoup les musiques de films) aident à se mettre dans le bain.

Vous avez choisi de placer une partie de votre histoire au Caire, est-ce une ville que vous connaissez bien ?  

Haha, je dois mieux connaitre son passé que son présent. J’ai fait beaucoup de recherches pour le livre, mais ce qui a été le plus important à visualiser et à écrire le Caire au 18éme siècle, c’était le cours d’architecture historique que j’ai pris pendant que j’étudiais à l’American University of Cairo. J’ai eu un professeur fantastique qui donnait des conférences sur les sites eux-mêmes et ça m’a beaucoup aidée à assembler les scènes et le contexte politique.

Pourquoi avez-vous décidé d’écrire sur les djinns et les démons ? Il n’y a pas beaucoup de romans sur les djinns et c’était vraiment très intéressant.

Au contraire, je pense qu’il y a beaucoup d’histoires sur les djinns… Nous n’avons juste pas grand-chose de leur perspective. Ils ont l’habitude d’être des personnages mystérieux et silencieux ou des monstres d’une dimension. Mais ils sont fascinants ! Des créatures semi mortelles qui vivent cachées au milieu des humains… Imaginez l’histoire qu’ils doivent avoir vue ! Je voulais vraiment me plonger dans le folklore et les textes et imaginer comment ils avaient pu créer le monde, en prenant des sociétés humaines qu’ils avaient vues grandir et succomber, avec leur propre magie.

Comment avez-vous créé le monde ? C’est toujours le plus difficile en fantasy.

Le livre a en fait commencé comme une expérience pour créer un monde. Je voulais vraiment finir l’école pour étudier l’histoire islamique médiévale, mais quand j’ai dû arrêter il y a quelques années, j’ai décidé de créer cette sorte de projet « fan fiction historique ». J’ai essayé de recréer quelques endroits et histoires que j’ai aimées/ aimés- la politique d’Abbasid Baghdad, les filets marins de la culture de l’Océan Indien, les traditions médicinales de l’Egypte Mamelouke – et bien sûr ajouter de la magie parce que je suis une fan de fantasy !

Que pouvons-nous attendre de la suite ?

Je ne peux pas en dire beaucoup sans spoiler l’histoire, alors je dirai juste que Nahri et Ali essaient de reprendre le contrôle de leur destin… et ça les amène dans un endroit très surprenant.

J’ai été très surprise par la fin. L’aviez-vous planifiée dès le début ou est-ce venu pendant que vous écriviez ?

Oh non, c’était planifié ! J’ai l’habitude de me laisser porter par l’histoire, mais c’était une fin définie depuis le début.


Daevabad Trilogy, 1

Synopsis: Nahri has never believed in magic. Certainly, she has power; on the streets of 18th century Cairo, she’s a con woman of unsurpassed talent. But she knows better than anyone that the trade she uses to get by—palm readings, zars, healings—are all tricks, sleights of hand, learned skills; a means to the delightful end of swindling Ottoman nobles.

But when Nahri accidentally summons an equally sly, darkly mysterious djinn warrior to her side during one of her cons, she’s forced to accept that the magical world she thought only existed in childhood stories is real. For the warrior tells her a new tale: across hot, windswept sands teeming with creatures of fire, and rivers where the mythical marid sleep; past ruins of once-magnificent human metropolises, and mountains where the circling hawks are not what they seem, lies Daevabad, the legendary city of brass, a city to which Nahri is irrevocably bound.

In that city, behind gilded brass walls laced with enchantments, behind the six gates of the six djinn tribes, old resentments are simmering. And when Nahri decides to enter this world, she learns that true power is fierce and brutal. That magic cannot shield her from the dangerous web of court politics. That even the cleverest of schemes can have deadly consequences.

After all, there is a reason they say be careful what you wish for…