Year’s Best SF 18 de David G. Hartwell (VO)

Résumé (traduction personnelle) : Une fois de plus, le meilleur de ce que la SF offre en format court a été rassemblé en un seul volume. Avec Year’s Best SF 18, David G. Hartwell, éditeur et anthologiste de renom, démontre l’extraordinaire profondeur et le pouvoir de la fiction spéculative contemporaine en mettant en valeur d’étonnantes nouvelles des noms les plus respectés de la science fiction et de nouveaux écrivains à surveiller. Dans cette anthologie, préparez vous à voyager à des années lumières de l’ordinaire, vers des lendemains aussi bien coupant le souffle qu’effrayant.

Avis : Chaque année, David Hartwell rassemble les meilleures nouvelles de science-fiction de l’année précédente. Ce volume regroupe ainsi vingt-huit histoires parues en 2012. Je trouve qu’il propose ici un bon mélange d’auteurs, certains d’entre eux étant nouveaux dans ce genre. J’ai d’ailleurs été contente de voir qu’environ la moitié des textes avaient été écrits par des femmes et qu’il y avait quelques noms non anglo-saxons dans le lot.

La plupart des histoires font une vingtaine de pages, mais quelques nouvelles plus courtes se démarquent. Chacune d’entre elles est précédée par une courte introduction présentant l’auteur et le texte. Cette fois-ci, je n’ai pas trouvé ces synopsis trop révélateurs, à la différence du précédent recueil d’Hartwell : Twenty-first Century Science Fiction.

Comme dans la plupart des anthologies, on a le droit à une grande variété d’histoires et d’intrigues, ce qui est un élément que j’ai beaucoup apprécié. Intelligence artificielles, voyage dans le temps, catastrophes écologiques, voitures conscientes, réalité virtuelle … sont certains des ingrédients que vous trouverez ici, en compagnie d’autres moins attendus comme des aliens fans des aventures de Sherlock Holmes ou encore du décryptage de codes napoléoniens.

En ce qui concerne cet aspect, j’ai donc trouvé le recueil plutôt équilibré. Mais je ne peux m’empêcher de penser qu’il contient bien trop de SF « doux ». Beaucoup des histoires se concentrent bien plus sur les sentiments humains et les interactions sociales que sur les péripéties. Quelques-unes d’entre elles m’ont même semblé un tantinet bizarres. Je n’ai rien contre la nuance et l’introspection, mais j’aurais aimé un poil plus d’action. Juste une goutte de Space Opera pour contenter mon côté fan de batailles spatiales ^^ Là, je dois bien avouer que j’ai eu du mal à rentrer dans certaines nouvelles et il y en a même que je n’ai pas comprises.

Ceci dit, j’ai beaucoup aimé plus de la moitié d’entre elles, même si le reste … pas du tout. Mais c’est l’avantage des anthologies, quand un texte ne plait pas, on peut sans problème passer au suivant. Qui de plus est, mon avis est purement subjectif, je suis sure que les histoires qui ne m’ont pas plu pourraient tout à fait plaire à d’autres.

Pour finir, voici celles que j’ai préférées:

Old Paint, by Megan Lindholm: Je suis une grande fan de tout ce que Meghan Lindholm a écrit sous le pseudonyme Robin Hoob. J’étais donc impatiente de lire ce texte et n’ai pas du tout été déçue par le résultat. L’auteur nous parle ici d’une vieille voiture consciente et autonome et de son impact sur ses propriétaires. C’est une histoire très touchante qui évoque les dynamiques familiales.

The Ghosts of Christmas, by Paul Cornell: Une histoire très émouvante et aux tendances fatalistes. Elle porte sur les incursions d’une femme dans un futur inchangeable.

Liberty’s Daughter, by Naomi Kritzer: C’est une enquête qui se déroule dans un monde alternatif richement développé. Une héroïne jeune et  astucieuse, une personne disparue, une situation géopolitique intéressante, beaucoup d’indices intrigants, et une fin qui laisse planer un nouveau mystère. Il me faut la suite de l’histoire !

Application, by Lewis Shiner: Une histoire très courte et sarcastique sur les buts inavoués d’un ordinateur. Un peu perturbant mais terriblement drôle.

Waves, by Ken Liu: Une histoire intéressante sur le prix de l’immortalité.

3

gilwen 2

2 thoughts on “Year’s Best SF 18 de David G. Hartwell (VO)

    • C’est surprenant, surtout quand on la connait sous ses écrits en tant que Robin Hobb. Mais apparemment c’est également un auteur assez prolifique de SF. En tout cas ça m’a donné envie de lire d’autres de ses textes dans ce genre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *