Domnall and the Borrowed Child de Sylvia Spruck Wrigley (VO)

Résumé (traduction personnelle) : Les meilleurs et les plus braves fées sont tombées pendant la guerre contre led Sluagh, et maintenant le Conseil est rempli d’idiots et de lâches. Domnall est vieux et grincheux, mais même s’il aimerait prendre sa retraite, il est le meilleur éclaireur du tribunal Sithein.

Quand une enfant fae tombe gravement malade, Domnall sait qu’il est le seul qui peut lui procurer les médicaments dont elle a besoin: le lait d’une mère. Le vieil éclaireur devra faire face à des humains rusés, des loups affamés, et les moutons peu coopératifs, sans parler de son compatriote fae!

Avis : Dès qu’il est question de faes, je suis toujours au rendez-vous, alors quand j’ai cette nouvelle, j’ai tout de suite été intriguée. Comment le pas l’être ?

En soit, l’histoire n’est pas vraiment longue, il faut bien le dire, mais elle reste bien complète et nous permet de découvrir un univers particulier de l’auteur. On fait alors connaissance avec Domnall, un ancien éclaireur, mais aussi un personnage qui à l’inverse d’autres, sait parfaitement faire son travail. Sa nouvelle mission ? Guerrir une jeune fae qui a besoin du lait d’une mère. Quelque chose qui semble parfaitement anodin est en réalité très difficile quand il faut pour cela échanger l’enfant avec un bébé humain et le récupérer sans se faire remarquer et sans mettre en danger la vie du petit. Pourtant, Domnall sait qu’il peut y parvenir, mais il n’a pas compté sur toutes les embuches qui vont être parsemées sur son chemin.

C’était une histoire assez intéressante, qui se lit avec plaisir et assez rapidement. J’ai beaucoup aimé les mythes développés par l’auteur au sujet des faes et c’est vrai que ce serait même un plaisir d’en apprendre plus à présent. On se laisse très vite emporter par l’histoire, à voir comment les prochains évènements  se dérouleront et à savoir comment notre héros y fera face. Une bonne petite histoire très agréable, on peut le dire.

3-5 

mellianefini

5 thoughts on “Domnall and the Borrowed Child de Sylvia Spruck Wrigley (VO)

  1. La couverture est sublime. 🙂 Comme souvent dans les couvertures anglaises. La nouvelle ne t’a pas paru trop courte? Car c’est souvent le cas à cause du format. En tout cas, cela a l’air bien sympa. Presque à me faire regretter de ne pas lire en VO. 😛 Bisous Melliane.

Répondre à Emilie Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *