La conquête de Mr Darcy de Abigail Reynolds

Résumé : Dans le célèbre Orgueil et préjugés de Jane Austen, après que la belle mais impertinente Elizabeth a refusé sa demande en mariage, Mr Darcy, déçu, irrité, s’explique longuement dans une missive, puis se met en retrait. Et s’il existait une autre version selon laquelle Mr Darcy se montrait sous un jour nouveau ? Si, profondément bouleversé, il entendait les conseils de son cousin, qui l’exhorte à l’action, et se déterminait à conquérir le coeur de la jeune femme ? S’il redoublait d’efforts et de ruse pour faire changer Elizabeth d’avis ? Cette histoire existe, et elle raconte comment Mr Darcy va prouver son amour à l’intrépide Miss Bennet…

Avis : Je viens de découvrir une vérité profonde qui m’attriste. Le monde est scindé en deux. Cette division est simple mais sans appel : il y a ceux qui ont bon goût, et ceux qui, malheureusement, jouissent d’un goût plus que discutable. Surtout quand il s’agit de Mr Darcy et de Colin Firth.

Cela m’inquiète d’ailleurs. Lire de l‘Ancre d’une Blondinette que Colin fait un Darcy constipé ? Je ne ferai aucun commentaire, si ce n’est « Nanméo, ça va pas la tête ! » J’aime beaucoup flâner sur son blog et rien ne laissait présager une telle faute de goût. Comme quoi cette scission est perverse, elle peut frapper n’importe qui, même ceux que l’on pensait dotés de bon sens. Pour le Chat du Cheshire, j’étais résignée. C’est incurable. Elle se rattrape avec Richard Armitage, mais sa raison est quand même altérée. Melliane, par contre, est une valeur sûre. Un goût inébranlable, indiscutable, d’une noblesse sans nom…

Colin constipé ?! Pfff, pas du tout… Il est tout en élégance, en retenue…

La démonstration par l’image :

Ce que n’est absolument pas le Darcy de ce roman d’Abigail Reynolds. L’auteure part donc de ce fameux « What if », ce « que ce serait-il passé si.. » (Melliane, je sais que tu es fière de moi et de mon anglais!) pour imaginer un Mr. Darcy tenace (jusque-là tout va bien), prêt à tout pour conquérir Elizabeth (à ce stade, ça peut encore aller). Tellement prêt à tout que quand il la sent flancher, des ailes lui poussent dans le dos, mais pas pour en faire un ange de retenue. Non, non, Mr Darcy devient un homme pouvant à peine se contrôler.

Et moi, mon Mr Darcy, je ne l’imagine pas du tout comme cela… C’est là où le bât blesse. Si les personnages avaient eu un autre nom, s’ils n’avaient pas été rattachés à O & P, j’aurais pleinement savouré cette lecture grivoise et diablement efficace. Mais on parle de Mr Darcy, mon Mr Darcy, mon homme idéal dans la littérature… Et il doit être capable de contenir ses pulsions (très bien qu’il ait des pulsions, Mr Darcy est un homme, un vrai… mais de là à franchir certaines limites… euhh, pas mon Mr Darcy! I am choqued !)

Hormis ce léger détail, rien à redire sur le récit. L’écriture est vive, agréable, les situations vraisemblables. Le récit défile aussi vite que les pages.

Non, seul problème, mon Mr Darcy est un homme qui respecte les convenances…

(et non, Colin Firth n’a pas l’air constipé !)

Vous ne trouvez pas qu’il a un air de cocker celui-là? :

PS: Pardon les filles!

Celine

14 thoughts on “La conquête de Mr Darcy de Abigail Reynolds

  1. Je suis totalement conquise par la couverture ! **
    Le début de ta chronique m’a bien fait rire même si je ne connais aucun des personnages que tu cites je suis inculte à ce niveau là : »)
    Mais j’ai bien envie de me lancer ! 😀

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *