La malédiction de la zone de confort de Marianne Levy

Résumé : Rose a (presque) tout pour être heureuse. Après 763 auditions infructueuses elle a enfin décroché son premier grand rôle dans la série télé de l’année. Elle peut compter sur le soutien d’une joyeuse bande et d’un fiancé imaginaire avec qui elle assure vivre, enfin, une relation équilibrée. Son unique manque ? Un précieux recueil de poésie médiévale dont elle a besoin pour calmer son émotivité pathologique. Ben n’a (presque) rien pour être heureux. En panne d’émotions, le scénariste et auteur de polars n’arrive plus à écrire une ligne. Il se noie dans un quotidien sinistre qu’il dissimule mal à ses deux seuls amis. Son unique réconfort ? Les mails hystériques d’une dingue qui lui réclame un bouquin comme une naufragée, une bouée au milieu du Pacifique. Ils étaient faits pour ne PAS se rencontrer. Probabilité qu’ils vivent un jour heureux ensemble : nulle. Probabilité qu’une probabilité soit fausse : non négligeable. Et si la vie déjouait les algorithmes ?

Avis : J’étais assez curieuse de me lancer dans ce roman quand j’en ai entendu parler. J’aime généralement beaucoup ce type d’histoire légère mais c’est vrai que ce n’est pas ce à quoi je m’attendais.

Rose est une jeune actrice, et enfin, elle est parvenue à trouver le job de ses rêves. Pourtant, ce nouveau travail ne sera pas si simple et elle devra se battre pour garder sa place. Ben est un auteur en panne d’inspiration et c’est vrai que rien ne le destinait à croiser la route de Rose… et pourtant ! Ils ne savent pas vraiment qui est l’autre mais ils vont échanger et apprendre à se découvrir.

J’ai eu un peu de mal dès le début à rentrer dans l’histoire. Rose est très rêveuse et on suit ses divagations tout au long de l’histoire. Même si c’est quelque chose que j’apprécie particulièrement dans les films, j’avoue que j’ai eu plus de mal à l’écrit. Je ne pensais pas que ça me poserait des soucis, mais je suis finalement restée en dehors du récit. L’histoire en soi est assez agréable à lire mais je pense que le style n’était simplement pas pour moi. Par contre, je suis persuadée qu’il trouvera son public.

 

13 thoughts on “La malédiction de la zone de confort de Marianne Levy

  1. C’est dommage que tu ne sois pas rentré dans l’histoire : ça m’arrive aussi malheureusement quand il me manque un petit quelque chose.
    Je trouve la couverture assez jolie presque poétique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.