Moriarty: Le Chien des D’Urberville de Kim Newman

Résumé : Imaginez les jumeaux maléfiques de Sherlock Holmes et du docteur Watson… Vous obtenez le redoutable duo formé par le professeur James Moriarty – serpent d’une intelligence remarquable, aussi cruel qu’imprévisible – et le colonel Sebastian Moran – violent, libertin et politiquement incorrect. Ensemble, ils règnent sur Londres en maîtres du crime, tenant dans leur poing police et hors-la-loi. Quelle que soit leur mission, du meurtre au cambriolage de haut vol, Moriarty et Moran accueillent un flot de visiteurs malfaisants : membres du Si-Fan assoiffés de sang, Vampires de Paris, et même une certaine Irène Adler…

Avis : Reprendre et innover les histoires décrites par Conan Doyle m’a tout de suite attiré.

Le livre de Kim Newman est plutôt bien trouvé. Dans ce roman, on suit le duo maléfique Moriarty-Moran qui est l’exact opposé du duo Sherlock Holmes-James Watson. Les personnages sont parfaits et bien décrits : entre Moriarty, le cerveau de l’organisation développant des plans machiavéliques grandioses et remplis de déguisement  dans lesquels Moran, chasseur de bêtes féroces et amateur de femmes décrit les aventures du duo en essayant toujours de se mettre en valeur. Moriarty, décrit par Moran, est manipulateur, calculateur, sûr de lui mais il présente aussi des manies qui le rendent bizarre : Moriarty possède un toc et ne cesse de dodeliner de la tête quand il réfléchit.

Contrairement aux héros originaux, le duo œuvre ici pour faire le mal et pour leur profit. On peut noter que l’opposition va même jusqu’à placer le centre stratégique de Moriarty dans un bordel alors que Sherlock Holmes et son acolyte recevaient ses clients chez lui. On retrouve ainsi 7 histoires dans lesquelles Moriarty et son organisation agissent pour les clients qui les ont engagés. C’est ainsi que l’on retrouve aussi des personnages emblématiques des aventures originales: Irène Adler, le chien des d’Urbervilles (référence au chien des Baskervilles),… Toutefois, comme cela a été dit plus haut, Moriarty et Moran réalisent des contrats pour leurs profits, parfois aux dépens de leurs clients.

Au final, un livre très sympa à lire, contenant différentes histoires inspirées de celles de Sherlock Holmes. Des histoires assez courtes mais efficaces pour décrire le mode de Moriarty et faire que le lecteur s’y immerge.

Balthier

16 thoughts on “Moriarty: Le Chien des D’Urberville de Kim Newman

  1. Oh, Moriarty aux commandes, mais c’est que ça a l’air tentant tout cela. J’aime bien le principe de revisiter les histoires connues, mais du côté des « méchants », j’ai toujours un faible pour ce type de personnages. Merci pour la découverte!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *