Un prince charmant, s’il vous plaît ! de Jill Shalvis

Résumé : Se lancer dans une véritable relation. Trop risqué, merci ! Cami préfère accepter les blind dates organisés par sa mère, déterminée à la caser…, et se consacrer à son job de décoratrice. Pour l’aider, elle vient d’embaucher un entrepreneur, Tanner James. Le hic, c’est que celui-ci la regarde avec un petit sourire en coin chaque fois qu’elle se pomponne pour ses rendez-vous arrangés… et qu’il a l’air habile de ses mains pour un tas d’autres choses que le bricolage…

Avis : J’étais curieuse de me lancer dans une nouvelle histoire de Jill Shalvis avec ce roman que je ne connaissais pas. Le résumé semblait vraiment proposer quelque chose de léger et plein d’humour et c’est vrai que c’est ce qu’on retrouve précisément ici !

Cami est un vrai désastre dans ses relations amoureuses. Trop gentille, elle accepte souvent de participer à des rendez-vous arrangés bien qu’ils ne se passent jamais bien. Mais voilà, en plus de cela, elle doit gérer l’artisan sexy qui vient tous les jours pour l’aider à retaper sa maison. Il l’aidera d’ailleurs elle aussi à s’assumer !

J’ai vraiment passé un très bon moment dans la première partie de l’histoire, mais je dois dire que je suis un peu déçue de la suite. J’ai trouvé que les échanges entre Tanner et Cami étaient très drôles mais tout prend un coup d’accélérateur dans la deuxième partie du récit et l’histoire a perdu toute crédibilité. Ça donne l’impression en quelques jours que les sentiments amoureux sont là, de même que la demande en mariage. C’est souvent quelque chose qui me dérange… 

Cependant, si vous voulez quelque chose de léger et court, ce roman est parfait !

 

12 thoughts on “Un prince charmant, s’il vous plaît ! de Jill Shalvis

  1. Mouais, à voir. En fait avant ses séries actuelles qui ont plein de succès (comme les Lucky Harbor), Jil Shalviss a fait pas mal de one shot comme ça pour Harlquin (dans ses collections thématiques US) qu’ils essayent d’ailleurs de dépoussiérer en ce moment avec nouvelles couvertures plus modernes que les affreux truc kitsch à bandes rouges sur les côtés d’avant. J’en ai lu qqs uns et j’ai souvent un peu cette impression comme toi de précipité. J’imagine que pour coller aux lignes de ces collections elle devait respecter un certain cahier des charges.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.