The Mermaid of Brooklyn de Amy Shearn

Résumé (traduction personnelle) :

Jenny Lipkin est une maman comme les autres de Brooklyn, relevant le défi d’élever deux enfants dans le Park Slope, et papotant avec les autres mamans au sujet de l’allaitement. Tout ce qu’elle veut vraiment, c’est survivre à la chaleur étouffante de New York l’été avec une once de santé mentale intacte. Mais quand son mari, Harry, un joueur compulsif, disparaît un soir sans un mot, Jenny a finalement atteint son point de rupture. Et dans un moment de désespoir, en une fraction de seconde, sa vie change pour toujours.
Tirée de l’abîme par un inattendu (et parfois ennuyeux) allié surnaturel, Jenny doit repenser ses idées sur le succès, la maternité, l’amour et les relations. Faire face à ses démons intérieurs – sirène et non sirène –  n’est pas une tâche facile, et, finalement, Jenny doit se réconcilier avec qui elle est vraiment, pour le meilleur ou pour le pire.


Avis : Wow ce livre n’est pas du tout ce à quoi je m’attendais et pourtant je n’avais pas beaucoup de choses en tête. Après avoir lu un livre sur les sirènes, j’avais vraiment envie d’en découvrir un autre. Il faut dire qu’on ne les retrouve pas énormément en littérature et je voulais en apprendre plus. Mais ce livre n’est pas fait pour ça, loin de là même. Ce n’est pas une jolie petite histoire au sujet de personnages mythiques, mais plutôt une sorte de drame psychologique sur la vie d’une jeune mère de famille.
Jenny est une jeune femme assez dépressive qui doit élever deux enfants, deux petites filles assez agitées comme toutes les enfants mais qu’elle aime du plus profond de son cœur. Mais un jour, son mari Harry, qui était sur le chemin pour rentrer chez eux ne revient pas et la vie de Jenny est chamboulée du tout au tout. La pauvre, elle qui avait déjà du mal à faire face à la vie, elle se doit maintenant de tout gérer toute seule. Il en va même au point où elle décide de se suicider, mais en sautant d’un pont, elle se voit sauvée par l’esprit d’une sirène qui s’installe en elle comme un parasite. On ne connait pas grand-chose de cet être, mais l’esprit donnera des conseils à notre héroïne, ou essaiera de l’aider à survivre au jour le jour. Je dois dire que je me suis demandé si cette sirène n’était pas la manifestation de son subconscient, une manifestation de ses désirs qui pourrait l’aider à survivre à cette vie qui est si difficile. Et même à la fin du roman je ne pourrais pas vraiment le dire, mais c’est cependant quelque chose qui nous fait réfléchir. On suit Jenny, cette mère de famille face à ses doutes, ses amours, son envie de vivre, ses difficultés dans la vie quotidienne. Ne vous attendez donc pas à quelque chose de surnaturel ou plein d’action, car ce n’est vraiment pas le cas.
On se demande ce qu’il a pu se passer pour Harry, pour qu’il parte et qu’il l’abandonne ainsi. Ca fait de la peine de la voir comme ça mais elle se rendra compte que personne n’a une vie parfaite et qu’elle n’est finalement pas toute seule non plus à faire face à ce type de réalité.
Alors que dire du roman ? J’ai eu beaucoup du mal à rentrer dans l’histoire, c’est intéressant, triste, mais c’est aussi très long. C’est donc assez difficile de s’intéresser à ce qu’il se passe, surtout que comme je le disais il ne se déroule pas énormément de choses mais on se prend quand même à apprécier Jenny et à essayer de la comprendre. Pourtant à la fin du livre, je suis assez surprise de voir que je ne suis pas d’accord avec ses choix, je les comprends mais ce n’est pas non plus ce que je voulais pour elle. Ce livre nous montre qu’il est finalement assez difficile d’être toujours heureux dans la vie et qu’il faut faire des compromis. Ce n’est pas le genre de livre que j’aurais lu habituellement mais c’était intéressant de découvrir quelque chose de différent. Je suis cependant un peu déprimée de ma lecture qui nous montre que la vie n’est finalement pas un long fleuve tranquille. On souhaite cependant beaucoup de bonheur à Jenny, en espérant qu’elle arrive à être heureuse.

 

4 thoughts on “The Mermaid of Brooklyn de Amy Shearn

  1. Mince en voyant la couverture j’ai pensé comme toi : un livre sur les sirènes, génial ! 😀 Bon bas, tant pis pour moi.. Du coup vu ton avis, je suis pas super emballée par l’histoire…

Répondre à Freelfe Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *