La saveur de l’interdit de Stephane Soutoul

Résumé : Certaines passions n’ont pas de limites.
Je m’appelle Mélanie et à vingt-deux ans, mes proches me considèrent comme une nana bosseuse et trop sage… Le hic c’est que dans un train, j’ai succombé à l’attraction charnelle d’un inconnu sexy en diable. Bastian, mon sulfureux amant, loge désormais dans l’hôtel qui m’emploie.
Suite à notre aventure clandestine, j’ai pris goût aux étreintes avec lui dans les endroits les plus audacieux. La passion qui nous consume s’avère aussi épicée que destructrice, une femme est-elle seulement capable de sauver Bastian du secret qui le ronge ?

Avis : Voilà un nouveau roman de Stephane Soutoul et comment ne pas être intriguée alors qu’il s’essaie une fois de plus à un nouveau genre ? L’auteur a plus d’une corde à son arc, ça c’est sûr ! Je ne savais pas trop à quoi m’attendre avec ce roman mais j’étais assez curieuse de découvrir l’histoire.

Je sais que l’auteur connait bien Nîmes ,mais comme c’est une ville que je connais bien aussi, que j’ai arpentée un grand nombre de fois, j’ai adoré la retrouver comme cadre principal dans une histoire ! C’est toujours tellement agréable de pouvoir se repérer de la sorte !

Nous découvrons ainsi Mélanie, une jeune femme qui se rend dans le sud pour travailler en temps de chef de cuisine dans un grand restaurant de la ville. Sa rencontre avec Bastian change toutes ses convictions. Elle est intriguée et charmée, mais il lui propose quelque chose qui va au-delà de ce qu’elle est et Mélanie ne sait pas très bien quoi faire, suivre ses désirs ou les réprimer.

J’ai passé un bon moment avec l’histoire et j’étais assez curieuse de découvrir comment lien entre Mélanie et Bastian allait évoluer. De son côté, elle se pose beaucoup de limites et son travail est le seul endroit où elle se lâche. Bastian, quant à, lui est un personnage assez mystérieux et je me demandais ce qu’il pouvait bien cacher. J’ai aussi beaucoup apprécié l’insistance avec laquelle Stephane Soutoul a pris position et a dénoncé la façon dont les femmes pouvaient être traitées lors de certaines embauches.

21 thoughts on “La saveur de l’interdit de Stephane Soutoul

  1. J’aime bien ce que tu dis à la fin sur le traitement des femmes à lors des entretiens d’embauche. j’aime bien aussi lorsque les histoires ont pour cadre des villes que je connais : cela rend l’histoire plus réelle en quelque sorte !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.