Ce qui ne tue pas de Rachel Abbott

Résumé : Rivalité féminine, faux-semblants, manipulation et vengeance mortelle… La reine du polar anglais revient en force avec un thriller aussi retors qu’addictif.

Cleo North sait qu’elle devrait se réjouir pour son petit frère Marcus. Pourtant, rien n’y fait, elle ne sent pas du tout sa nouvelle compagne, Evie, et voit d’un très mauvais œil l’influence croissante de la jeune femme sur son frère. Et puis que signifie cette propension à se blesser ” accidentellement ” sans arrêt ? Une manière d’attirer encore davantage l’attention de Marcus ? Comme si son pauvre frère, cet artiste si talentueux et si vulnérable, n’avait pas été déjà assez éprouvé par le décès de sa première épouse…

Un soir, un appel à la police, deux corps retrouvés dans la somptueuse demeure des North. Celui de Marcus sans vie, celui d’Evie ensanglanté. Un jeu sexuel scabreux ? Une dispute qui aurait mal tourné ?

Derrière les apparences, qui est le bourreau et qui est la victime ? À travers les voix d’Evie et de Cleo, deux visages du défunt émergent.

Pour l’agent Stephanie King commence l’enquête la plus brutale, la plus ahurissante de sa carrière.

Avis : Le résumé de ce roman était intrigant et j’avoue que j’étais curieuse de découvrir l’histoire dans sa globalité.

Stephanie King est appelée sur les lieux d’un crime. Un homme est mort, et la femme avec lui ne cache pas l’avoir tué. Pourtant, il pourrait bien avoir une bonne raison à son geste.

Nous suivons dans ce romans divers personnages dont Evie, la compagne de Mark, l’artiste décédé, Cleo sa sœur, ou encore Aminah la meilleure amie de Cleo. On se retrouve emportés par le roman qui se présente de façon à ce qu’on découvre les évènements qui se déroulent au présent et ceux qui se sont passés quelques temps avant. On découvrira ainsi la rencontre d’Evie avec Mark, la relation étrange entre lui et sa sœur, mais aussi plus d’informations sur la personne qu’est Evie. Une menteuse ? Une victime ?

C’était un roman très intrigant et j’étais impatiente de comprendre de quoi il en retournait exactement. Les personnages doutent, nous aussi, mais on sait qu’Evie cache quelque chose, quoi ? Pourquoi ? On découvrira la vérité petit à petit et j’avoue que je ne m’attendais pas à de tels retournements de situations. Par contre, c’est vrai que j’ai trouvé qu’au niveau du procès il y avait des choses qui n’étaient pas très logiques et je n’ai pas forcément compris à quoi servaient les quelques chapitres sur la relation de Stephanie, à part si ce sont des personnages qui doivent revenir de façon récurent dans une série.

Dans tous les cas, c’était un roman intéressant.

6 thoughts on “Ce qui ne tue pas de Rachel Abbott

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.