Anamorphose : Invictus Tenebrae de Nathy


Résumé : Que l’on soit vampire ou humain, le passé d’un être laisse des marques indélébiles.

Dante se souvenait de tout.

La violence de l’attaque de Lucrezia. La panique ressentie quand les canines avaient effleuré sa peau et déchiré sa gorge. La douleur épouvantable qui fut la sienne ; le feu parcourant ses veines tandis qu’elle s’abreuvait de son sang. Les soubresauts de son corps refusant la perte de son fluide vital. Son envie de crier, alors qu’aucun son ne pouvait franchir ses lèvres. Des larmes qui coulaient sur son visage pendant qu’elle se délectait de sa vie. Son rire dément, ses humiliations, ses tortures.

Esclave, tel était son nom.

Bien des siècles plus tard, une jeune humaine, Camille, aussi torturée que lui, croisera son chemin. Seront-ils capables d’échapper à leur obscur destin ?


Avis : Ce livre figurait dans ma PAL depuis un bon moment déjà. Je m’étais promis de le lire assez rapidement mais malheureusement, de nouveaux livres s’ajoutaient encore et encore, repoussant ainsi ma lecture chaque fois un peu plus. Ce n’est que récemment que j’ai enfin pu plonger dedans et je dois dire que là encore, comme souvent lorsqu’on a affaire à un roman de très bonne qualité, j’ai regretté de ne pas l’avoir lu plus tôt. En effet Anamorphose est pour moi une véritable claque du début jusqu’à la fin. Le roman de Nathy a réussi à me toucher d’une manière que je n’aurais jamais imaginée possible.

Lorsqu’on tient Anamorphose entre les mains, la première chose qui frappe est sans conteste sa couverture. J’ai tout de suite été intriguée par cette couverture représentant le héros, Dante, enchainé, nous donnant ainsi un aperçu de ce qui nous attend dans ce livre. Réalisée par Nathy elle-même (qui est aussi illustratrice), elle ne laisse pas indifférent. Elle reflète parfaitement l’univers du roman, un univers particulièrement sombre et violent.

On suit donc l’histoire de Dante, ce vampire Vénitien transformé au XVe siècle contre son gré. Issu d’une des familles les plus riches de l’époque, Dante avait tout du parfait gentilhomme si ce n’est sa faiblesse envers les femmes. Insouciant et volage, le jeune homme était réputé pour mener une vie de débauche. Un jour, il croise la route de Lucrezia. Cette dernière succombe à son tour à son charme. Mais Dante ignorait totalement à qui il avait affaire. Jamais il n’aurait dû l’approcher et encore moins l’humilier devant tout le monde. Une terrible erreur que Lucrezia lui a fait payer très cher. Aujourd’hui, malgré les siècles qui se sont écoulés, Dante est toujours rongé par son passé. Meurtri et traumatisé par tout ce qu’il a vécu, il est devenu un auteur à succès de romans bit-lit et possède sa propre maison d’édition, mais il tient à garder son anonymat. Il vit reclus, loin des siens et des humains… du moins jusqu’à l’arrivée de Camille, la nouvelle graphiste qu’il a embauchée.

En ce qui concerne les deux personnages principaux, je dois dire que je les ai adorés. Jamais je n’ai vu des personnages si émouvants et si torturés. On ressent leur souffrance et c’est sans nul doute ce qui fait la force de ce roman. Dante m’a énormément touchée tout au long du livre. Progressivement, son passé nous est révélé, un passé horrible, empreint de douleur et de violence. Bon au début au vu de son comportement, on aurait pu se dire que c’était bien fait pour lui, qu’il l’avait bien cherché mais lorsque l’on découvre tout ce que sa tortionnaire lui a fait endurer, on ne peut s’empêcher de s’attendrir et d’éprouver de la peine pour lui. Car personne ne mérite le sort qu’on lui a fait subir. L’auteur nous fait tout revivre, rien ne nous est épargné. On a envie de le réconforter, de le guérir de toutes ses blessures. On aimerait que toute sa souffrance disparaisse pour qu’il puisse enfin goûter au bonheur qui se refuse à lui. Du côté de Camille, ce n’est guère mieux. Solitaire et d’une timidité maladive, elle fait tout pour passer inaperçue, pour ne pas attirer les regards masculins suite aux mauvaises expériences qu’elle a vécu par le passé. Sa rencontre avec Dante, son employeur, est plutôt tumultueuse. Elle le trouve désagréable, froid et imbu de sa personne mais très vite elle apprendra à mieux le connaître. C’est une jeune femme fragile qui vit depuis plusieurs années repliée sur elle-même et lorsqu’elle se décide enfin à sortir de sa coquille, voilà que le sort s’acharne de nouveau sur elle. Ces deux êtres brisés vont finir par se rendre compte qu’ils ont plus de points communs qu’ils ne veulent bien l’admettre. Leur romance est vraiment très belle. Ils essaient de remonter la pente ensemble, de panser leurs blessures mais ce n’est pas évident car leur relation s’annonce compliquée et ils seront obligés de se remettre en question. J’ai beaucoup aimé l’alternance des points de vue qui rend ces deux personnages encore plus attachants à nos yeux.

J’avoue que j’ai été surprise par la violence de certaines scènes. Certains passages sont difficiles, à la limite du soutenable. Ce livre s’adresse donc plutôt à un public averti. On assiste avec horreur au calvaire de ces deux personnages et l’on peut se demander comment ils ont fait pour ne pas sombrer dans la folie. J’ai adoré l’univers de Nathy. Les vampires qu’elle a créés m’ont fait penser à ceux d’Anne Rice. Dans Anamorphose, on est bien loin des histoires de Stephenie Meyer. Ici les vampires peuvent se montrer particulièrement cruels et violents mais ils sont aussi capables d’éprouver des sentiments puissants. Parmi eux, on fait la connaissance de Cathal, le chevalier-vampire, aussi intimidant qu’intriguant, Morgan, Edern, Maella, Arawn, Khlada, etc. De nombreuses informations sur la société vampirique nous sont dévoilées, la plupart du temps sous la forme de notes de bas de pages. Bon j’avoue que sur le moment j’ai été un peu perdue par toutes ces infos données au fur et à mesure au fil des pages mais une fois ma lecture achevée, tout s’est parfaitement mis en place et maintenant je n’ai qu’une envie, en savoir plus sur cette société qui vit dans l’ombre, à l’insu des humains. Les scènes au présent se déroulent essentiellement à Clermont-Ferrand mais on se retrouve aussi très souvent embarqués à Venise à travers les souvenirs de Dante.

Vous l’aurez compris, ce livre est un véritable coup de cœur ! Nathy nous livre là un très bon premier roman. Un seul petit bémol toutefois, les quelques coquilles présentes dans l’ouvrage qui au vu de son potentiel, aurait mérité une correction plus approfondie. 

14 thoughts on “Anamorphose : Invictus Tenebrae de Nathy

  1. Punaise moi qui ai déjà très envie de lire ce livre, ton avis arrive comme une cerise sur le gâteau !!!
    Par contre il me semble qu’il est un peu cher malheureusement…
    Je me laisserais quand même tenter :p
    Bisous 🙂

  2. Ce livre est dans ma wishlist !!! Je trouve la couverture très intrigante… Elle m’interpelle beaucoup… Contente de voir enfin un avis de ce roman. En plus, il est hyper positif!!! Donc ça confirme mon choix de lecture…
    bon week-end !

    • Oui lis-le !!! Il vaut le coup, enfin si les histoires sombres ne te rebutent pas ! lol Bon il y a des scènes difficiles mais c’est avant tout une belle histoire d’amour ! Et les personnages ont vraiment été bien fouillés. J’ai hâte de découvrir Dark-Side maintenant ! 😀

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.