L’Heure des fées de Christelle Verhoest

La trilogie des fées,Tome 1
Résumé : Septembre 1943

Maria a quinze ans. Orpheline sans ressources, elle est recueillie par un ami de jeunesse de sa mère, médecin de Bretagne : Olivier de Lordremons. Mais à son arrivée au manoir, Ael, le fils de son hôte, un garçon de seize ans, se montre froid et la fuit. Pourquoi ? Pour que Maria réalise ce que sont les Lordremons, Deniel, un adolescent du village dont elle s’est rapprochée, l’emmène chez sa cousine Lusia… (désolée, j’ai été obligée de couper car la quatrième de couverture en dévoilait trop)


Mon avis : Une très belle histoire de fées sur fond de Seconde Guerre Mondiale
Maria est une jeune fille de 15 ans qui vit dans un pensionnat, jusqu’au jour où sa mère décède et qu’elle se retrouve toute seule, sans famille. N’ayant plus personne pour payer le pensionnat où elle « croupissait » depuis des années, Maria est finalement recueillie par Olivier de Lordremons, un médecin de Bretagne et ami de jeunesse de sa mère. Arrivée sur place, au manoir des Lordremons, elle est aussitôt fascinée par Ael, le fils d’Olivier, dont la beauté ne la laisse pas indifférente mais ce dernier se montre très désagréable. Pire, il la fuit comme la peste. Peinée par son attitude, elle l’évite à son tour et finit par se rapprocher de Deniel, un autre adolescent. Pendant ce temps au village, certaines rumeurs circulent à propos de la famille Lordremons. Et très vite, Maria va se rendre compte que les Lordremons sont différents des autres habitants du village.
J’ai été agréablement surprise par ce roman qui se lit d’une traite. Les personnages sont très attachants. J’ai beaucoup aimé Maria qui est une jeune fille très courageuse. Elle a vécu plusieurs années dans la solitude la plus totale, sans aucun(e) ami(e), sans personne a qui parler car dans le pensionnat où elle vivait, tout le monde l’évitait. Ensuite elle a dû faire face au décès de sa mère, sa seule famille, sans parler de la guerre. On est en 1943, la France est occupée par les allemands, les temps sont durs. Malgré tout ce qui lui est tombé dessus, elle a su rester forte et surtout optimiste.
On ne peut pas en dire autant d’Ael, qui lui aussi a eu son lot de souffrances mais qui contrairement à Maria, s’est renfermé sur lui-même. Ael, ne s’est jamais remis du décès de sa mère des suites d’un accident dont lui s’en est sorti vivant. A cela il faut ajouter son infirmité (il est aveugle) qui le rend très malheureux. C’est un adolescent instable et lunatique et ses constantes sautes d’humeur déconcertent Maria qui ne sait jamais à quoi s’attendre avec lui. Il m’a beaucoup touchée.
Les personnages secondaires sont eux aussi très intéressants, en particulier Yann, le cousin d’Ael, toujours amical et de bonne humeur mais qui m’a également beaucoup émue à certains moments, puis Olivier et Elliaz qui partagent un lourd secret, mais aussi le lieutenant Weiss, (l’un des allemands qui occupe l’autre aile du château) dont le comportement à l’égard des Lordremons m’a surpris.
Le récit est écrit à la première personne car raconté du point de vue de Maria. Le style est fluide et c’est bien écrit. Puis il y a cette petite touche de magie qui rend l’histoire encore plus captivante : les fées, la sorcellerie, la Bretagne et tous ses mythes. C’est beau, c’est féerique, et j’ai été emportée par l’univers de Christelle Verhoest. Au final, ce livre est une pure merveille, j’ai adoré ! Un très bon moment de lecture que je conseille à tous. Il me tarde de lire la suite.

2 thoughts on “L’Heure des fées de Christelle Verhoest

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *