Incarnation d’Emma Cornwall (VO)

Résumé (traduction personnelle) : Lucy Weston recherche l’auteur Bram Stocker pour ses recherches afin de révéler les forces sombres qui ont fait d’elle un vampire – et regagner son humanité par la même occasion. Dans le monde steampunk d’un Londres Victorien, Lucy Weston, un personnage de « Dracula », cherche Bram Stocker afin de découvrir pourquoi il a délibérément menti à son sujet dans son nouveau roman célèbre. Avec l’aide réticente de Stoker, elle suit la créature qui l’a transformée dans le monde d’en dessous où l’homme vit pour devenir vampire dans une cellule cachée sous un temple et enfin dans le palais étincelant de cristal où la mort règne en maître. Hantée par des fragments de sa vie perdue et son amour, Lucy se bat contre la soif de sang tandis qu’elle essaie d’arrêter une guerre catastrophique qui  causera la perte des humains et vampires. Elle doit donc  faire un choix qui lui dévoilera – et à nous – la vrai nature de l’humanité.

Avis : J’ai été complètement emportée par cette nouvelle histoire. Emma Cornwall a eu de fabuleuses idées. En lisant le résumé j’avoue que je ne m’attendais pas à avoir un roman tel que celui-ci. Je pensais avoir énormément de références par rapport à Dracula ce qui n’a finalement pas vraiment été le cas. Mais avoir cependant autant de références par rapport à l’histoire arthurienne a été une totale surprise. Car c’est finalement cela même qui mène tout le roman. Bien sûr tout est remis en question et l’auteur apporte ses propres idées à cette légende mythique.
Lucy Weston se retrouve du jour au lendemain dans la peau d’une vampire, chose qu’elle ne pensait même pas exister. Mais fait des plus étranges, personne n’est là pour l’aider à comprendre sa condition, ni la guider dans ce qu’elle doit faire. Et c’est avec peine qu’on découvre cette jeune femme si différente des autres, qui entre dans un monde qu’elle ne connait pas. Et tant de nouveaux éléments et personnages nous apparaissent alors. Notre jeune héroïne va être accueillie par Lady Blanche, une ancienne vampire dont on se méfie instantanément. Il faut dire qu’on sent tout de suite qu’elle veut quelque chose et qu’elle attend le bon moment pour mettre en œuvre son plan. Avec l’aide de deux personnages Felix et Marco, Lucy comprendra la vraie nature des gens qui évoluent autour d’elle.
Je dois dire que j’ai tout de suite été intriguée par Marco. On ne sait pas ce qu’il veut, ce qu’il est et s’il cherche à manipuler notre nouvelle vampire. Mais plus l’histoire avance et plus on se rend compte qu’il a de nombreuses choses que nous ne savions pas. Tout ce qu’on apprend fait évoluer notre jugement par rapport à cet homme et ses motivations. Je pense qu’on comprend assez vite les raisons de son comportement quand on rentre dans l’histoire mais on reste intrigué par ses origines, par sa famille et j’avoue que j’aimerais beaucoup en apprendre plus sur lui.
Emma Cornwall nous introduit de nombreux personnages que l’on ne connait finalement que peu et on reste curieux quant à leur histoire. Et que dire de Mordred ? Ce personnage que l’on recherche durant tout le roman ? C’est un des personnages que je n’arrive pas bien à situer, même à la fin du volume et je pense qu’il m’en faudra plus pour que ce soit le cas. On n’arrive assez mal à dire si c’est un gentil vampire ou si finalement il a un côté plus sombre et manipulateur. Il cache parfaitement ses sentiments et contrôle parfaitement ce qu’il présente aux gens. Enfin je vais m’arrêter là, j’aurais tant à dire sur les personnages, notamment envers notre cher écrivain Bram Stocker. C’était un réel plaisir de l’avoir rencontré ici.
Ce livre a donc été une très jolie surprise et j’avoue que maintenant que je l’ai fini, j’ai envie d’en apprendre plus. De nombreuses pistes ont été ouvertes ici et on attend à présent de connaître la suite des événements. En effet, je suis sûre qu’ils seront riches en émotion.

9 thoughts on “Incarnation d’Emma Cornwall (VO)

    • Mdr c’est pas si compliquée une fois qu’on tente. Le problème c’est qu’àprès on a trop de livres qui donnent envie. Mais j’en ai aussi beaucoup en Français il faut juste que je les lise en fait.

  1. C’est vrai quand voyant le couverture (qui est sublime), on ne s’attend pas du tout à trouver des éléments de la légende arthurienne. Moi ça m’intrigue tout ça ! 😀

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.