Carnets noirs de Stephen King

Bill Hodges Trilogy, Tome 2

Résumé : En prenant sa retraite, John Rothstein a plongé dans le désespoir les millions de lecteurs des aventures de Jimmy Gold. Rendu fou de rage par la disparition de son héros favori, Morris Bellamy assassine le vieil écrivain pour s’emparer de sa fortune, mais surtout, de ses précieux carnets de notes. Le bonheur dans le crime ? C’est compter sans les mauvais tours du destin… et la perspicacité du détective Bill Hodges.

Après Misery, King renoue avec un de ses thèmes de prédilection : l’obsession d’un fan. Dans ce formidable roman noir où l’on retrouve les protagonistes de Mr. Mercedes (prix Edgar 2015), il rend un superbe hommage au pouvoir de la fiction, capable de susciter chez le lecteur le meilleur… ou le pire.

Avis : Le nouveau livre de Stephen King raconte l’histoire d’un jeune garçon Peter Saubers qui découvre par hasard une malle remplie d’argent mais surtout de carnets contenant les notes d’un auteur mort plusieurs années auparavant, John Rothstein. D’où viennent ces carnets noirs et pourquoi ont-ils été enterrés proches de sa maison ? On le découvre petit à petit en apprenant les détails de la vie de Morris Bellamy, un fan obsessionnel de l’auteur, qui l’a tué pour plusieurs raisons. La principale raison reste que Morris était déçu de la tournure de l’histoire décrite pour Jimmy Gold, le héros absolu de Morris. Il souhaite donc se venger et surtout savoir quel est le futur de son héros, puisque Rothstein a décidé de prendre sa retraite et de ne plus proposer ses livres.

Ce nouveau livre propose à la fois un thriller intéressant et une vision poussée à l’extrême de la notion de fan (voire de fan obsessionnel).  Les deux héros (Pete et Morris) de ce livre se ressemblent un peu mais ne feront pas les mêmes choix et l’un des deux résistera et survivra. Il est également à noter que ce livre est la suite de Mr Mercedes puisque l’on retrouve certains personnages de l’histoire précédente et que la chronologie des Carnets Noirs se passe après celle de Mr Mercedes. Toutefois ce livre-là peut se lire indépendamment.

J’ai passé un bon moment avec ce livre, mais il ne se passe pas grand-chose en 600 pages. Pour moi, pas un des meilleurs de Stephen King, même si l’auteur s’attarde peut-être plus sur l’aspect psychologique du fan obsessionnel capable de tuer pour des livres et pour une histoire qui ne lui plait pas. Le livre est intéressant sur cet aspect et donne un aperçu du pouvoir descriptif de l’auteur pour faire ressentir les sensations et l’ambiance : on est clairement happé par l’histoire. Un peu plus d’action m’aurait comblé.

Balthier

 

12 thoughts on “Carnets noirs de Stephen King

  1. Je rêve de pouvoir lire du Stephen King, Misery me tentait déjà, j’en encore plus envie de lire ; et maintenant, je vais devoir ajouter celui-ci ^^ Merci pour cette découverte.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.