The Iron Assassin de Ed Greenwood (VO)

Résumé (traduction personnelle) : Un Pulp fiction excitant : un Frankenstein steampunk est une arme de mort dans un 19ème siècle parallèle en Angleterre

Sur une Terre qui ne nous appartient pas, Victoria ne monta pas sur le trône; la maison de Hanovre n’a tenu, que brièvement,  l’Angleterre avant d’être supplantée par la Chambre des Harminster. C’est le temps des lampes à gaz et des vols de dirigeables réguliers, de tramways et d’horloges à vapeur avec d’innombrables cheminées crachant de la fumée. Londres, la capitale de l’Empire du Lion, est bondée, sale mais a une croissance rapide, et s’y déroulent une série de meurtres choquants menacent le trône lui-même.

L’énergique jeune inventeur Jack Straker croit qu’il a créé une arme pour défendre la Couronne: un cadavre renforcé par l’horlogerie et réanimé pour le contrôler. Il introduit « l’Assassin de fer» auprès des seigneurs haut placés qui décideront si l’invention de Straker peut devenir une arme du Lion-ou quelque chose à détruire.

Il devient rapidement évident que l’assassin de fer est plus obstiné que Straker, et que la vie passée en tant que zombie reste beaucoup plus sinistre que Straker ne le pensait. A-t-il créé un monstre? Ou le meilleur gardien que le Lion pourrait espérer?

Avis : Je suis tombée totalement sous le charme de la couverture quand je l’ai vue et j’avoue que le résumé y a aussi aidé pour beaucoup. Aussi, j’étais curieuse de voir ce que l’auteur allait nous réserver pour ce premier tome. Vous ai-je dit que j’adorais tout ce qui touche au steampunk ? Alors comment ne pas être intriguée par ce nouveau roman ?

L’idée du roman est vraiment intéressante, on retrouve un Londres alternatif où la couronne est menacée par des créatures dont personne ne parvient véritablement à se défendre. C’est ainsi que Jack Stracker a créé une arme qu’il pense indispensable à partir d’un homme mort et qu’il  espère montrer à tout le monde. Mais cette création n’est pas si simple, notamment quand il éprouve des désirs propres et ne se soumet  pas à chaque décision prise pour lui. On suit donc particulièrement ces deux personnages et leur histoire mais aussi d’autres qui évoluent avec ou en parallèle de leur vie. C’était assez intéressant j’avoue de voir comment le tout allait se développer mais j’avoue que j’ai été confuse un grand nombre de fois au niveau de l’histoire. On passe rapidement sans vraiment rentrer dans les détails d’un personnage à l’autre et d’un événement à un autre et c’est vrai que j’ai eu un peu de mal à tout suivre. D’ailleurs je ne suis pas convaincue d’avoir vraiment tout compris parfaitement mais à par ça, le roman était intéressant et j’ai tout de même passé un bon moment avec l’ensemble.

Un autre détail est à noter et qui rend le volume magnifique et c’est en rapport avec les pages de l’histoire. En effet, nous n’avons pas de pages blanches comme nous en avons l’habitude mais des pages grisées magnifiques qui nous donnent tout de suite envie de nous plonger dans le roman et de découvrir tout ce qu’il s’y passe.

Pour conclure, c’était un tome intéressant même si je pense qu’il m’aurait fallu un peu plus de liaisons pour comprendre tout ce qu’il se passait.

3

mellianefini

20 thoughts on “The Iron Assassin de Ed Greenwood (VO)

  1. J’aime aussi énormément le steampunk ! Et puis cette couverture et cette idée de pages grisées donnent très envie d’avoir l’objet livre entre les mains, il faut bien l’avouer *_* Merci pour cette découverte originale 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.