Guest post: Suzanne Johnson & Concours/Giveaway (+traduction)

Welcome to Suzanne Johnson aka Susannah Sandlin, the author of the Sentinels of New Orleans series.
*****
Bienvenue à Suzanne Johnson aka Susannah Sandlin, l’auteur de la série Sentinels of New Orleans.

——————

A City of Stories: Welcome to New Orleans

Suzanne Johnson

Every city has its legends and stories, but in the U.S., it’s hard to find anyplace with more unusual tales than New Orleans. It’s widely considered the most haunted city in the States, a byproduct of its unique history.

A lot of the most infamous New Orleans stories are of the gruesome or frightening variety, and I have a theory about that. First, the city is old by U.S. standards, and thanks to a miscalculation during the Civil War, much of its old architecture is still standing. Second, as an old port city that has belonged to France, then Spain, then France again, then the United States, it is a true melting pot of cultures and nationalities, and each came in with its own traditions. Free people of color fleeing Haiti brought with them their voodoo, which blended with Catholicism for a unique mix of rituals and beliefs. Also as a port city, and because the climate is so inhospitable, it has a core history of violence.

But today, I’d like to share a few of the interesting New Orleans stories—real ones and legends—that are part of the reason I love this place!

* The Rougarou, or Loup-Garou. The “rougarou” is the South Louisiana version of the werewolf—which is an interesting legend for Louisiana to have because the state has no native wolves. According to legend, the rougarou—which is always white but sometimes is a dog or bear rather than a wolf—is a cursed human who can only be freed of the curse by killing someone else and passing it on to the victim. As the victim “dies” (to be resurrected as a rougarou), the beast must reveal his human identity.

* The Patriot Pirate. This particular story is true, and dates back to the War of 1812, when the Americans and British were continuing to fight over the “new world” territory. The final battle of the war, which became known as the Battle of New Orleans, took place in 1814. General Andrew Jackson, heading up the American forces, knew he was badly outnumbered and didn’t have enough guns, cannons, or ammunition. Against his will, he was forced to seek help from the real “King” of the New Orleans area, the French pirate Jean Lafitte. Lafitte not only tricked the British into thinking he was supporting them, but brokered a deal with the Americans so that he and his followers would be pardoned for all their pirating crimes. Against all odds, with American soldiers fighting alongside Lafitte’s renegades and pirates, the battle was won and the British retreated. (Alas, the pirate Lafitte was soon bored with life as an upstanding citizen and he renewed his life of piracy.)

* The Napoleon House. This story is also true. Nicholas Girod, the mayor of New Orleans, had a fine house in what is now the French Quarter, built in 1797. In 1821, when Napoleon Bonaparte was sent into exile, Girod prepared the second-story apartments for the exiled emperor and began hatching a plot to bring him to New Orleans. The emperor never made it, having died before the plans could be enacted. But ever since, the Girod residence has been known as the Napoleon House. It’s now a bar and restaurant, and is a great place to soak in the local history and watch the world go by.

* The Casket Girls and the Vampires. The Frenchmen living in New Orleans in 1700 had a problem—there was a distinct shortage of suitable young women for them to marry. The French government had the perfect solution, however. They sent many virtuous young women, taken from orphanages and convents, and sent them to “Louisiane” with a government-issued trunk of belongings, “caskettes.” The girls became known as “les filles a la cassette.” Until they could be paired with husbands, the girls lived in the Ursuline Convent with the nuns, sleeping in the attic. According to legend, the girls’ trunks were shaped like coffins and, indeed, contained vampires. During the evening hours, the dormer windows of the attic would open and dark figures would be seen flying from them…even after the windows were nailed shut by fearful residents. Is this story true? Well, who knows?! One of my best friends is descended from one of the casket girls, but she claims to have no knowledge of vampires!

 

Can’t get to New Orleans for a visit? You can visit through the pages of my Sentinels of New Orleans series. Leave a comment for a copy of your choice of Royal Street, River Road, or Elysian Fields—international entries are welcome! Book four in the series, Pirate’s Alley (featuring Jean Lafitte, of course), will be released in April 2015.

 

—————————–

 

Une Ville d’Histoires: Bienvenue à la Nouvelle Orléans

Suzanne Johnson

Chaque ville possède ses légendes et histoires, mais aux Etats-Unis, c’est difficile de trouver un autre endroit que la Nouvelle-Orléans pour des contes non traditionnels. Elle est considérée aux States comme la ville la plus hantée, un produit de son histoire unique.

Une grande partie des histoires les plus infâmes de la Nouvelle Orléans sont effrayantes et macabre, et j’ai une théorie à ce sujet. Premièrement, cette ville est ancienne d’après les standards U.S., et grâce à une erreur durant la Guerre Civile, une grande partie de son architecture est toujours là. Deuxièmement, en tant qu’ancienne ville portuaire ayant appartenu à la France, puis l’Espagne, et encore la France, et enfin les Etats-Unis, c’est vrai que c’est un mélange de cultures et de nationalités, et chacun vient avec ses propres traditions. Les personnes libres de couleurs ayant fui Haiti ont amené avec eux le vaudou, qui s’est mélange avec le Catholicisme pour un mélange unique de rituels et croyances. Aussi, en tant que ville portuaire, et étant donné que le climat est inhospitalier, elle a eu son lot d’histoires de violence.

Mais aujourd’hui, j’aimerais partager quelques histories intéressantes de la Nouvelle Orléans – variables et légendes – qui expliquent pourquoi j’adore cet endroit !

* The Rougarou, or Loup-Garou. Le “rougarou” est la version South Louisiana du loup-garou—ce qui est une légendé intéressante pour la Louisiane comme l’état n’a pas le loups à l’origine. Selon la légende le rougarou – qui est toujours blanc mais parfois un chien ou un ours plutôt qu’un loup – est un humain maudit qui ne peut être libéré de cette malédiction qu’en tuant quelqu’un d’autre et en passant ce qu’il est à sa victime. Quand les victimes « meurent » (pour être ressuscitée en tant que rougarou), la bête doit révéler son identité humaine.

* The Patriot Pirate. Cette histoire particulière est vraie, et date de la Guerre de 1812, quand les Américains et les Anglais continuaient de se battre pour le territoire “nouveau monde”. La bataille finale de la guerre, qui est devenue connue sous le nom de Battle of New Orleans, pris place en 1814. Le Général Andrew Jackson, menant les forces américaines, savait qu’il était en sous-nombre et n’avait pas assez de pistolets, canons ou munitions. Contre sa volonté, il a été obligé de demander de l’aider au véritable « roi » de la Nouvelle Orléans, le pirate Français Jean Laffite. Laffite n’a pas seulement escroqué les Anglais à penser qu’il allait les supporter, mais il prépara un deal avec les américains pour que lui et ses suiveurs soient pardonnés pour tous leurs crimes de piraterie. Contre toute attente, avec les soldats américains combattant au côté des renégats et pirates de Laffite, la bataille fut gagner et les Anglais se replièrent. (Hélas, le pirate Laffite s’ennuya très vite de sa vie en tant que nouveau citoyen et reprit sa vie de piraterie).

* The Napoleon House. Cette histoire est aussi vraie. Nicholas Girod, le maire de la Nouvelle-Orléans, possèdait une jolie maison dans ce qui est maintenant le Quartier Français, construite en 1797. En 1821, quand Napoléon Bonaparte a été envoyé en exile, Girod prépara les appartements du deuxième étage pour l’empereur exilé, et commença à formenter un plan pour le faire venir à la Nouvelle-Orléans. L’empereur n’y est jamais parvenu, étant mort avant que le plan puisse être achevé. Mais depuis, la résidence Girof et connue sous le nom de Napoleon House. C’est maintenant un bar et un restaurant, et c’est un endroit parfait pour en apprendre plus sur l’histoire locale et regarder le monde avancer.

* The Casket Girls and the Vampires. Les hommes Français vivant à la Nouvelle-Orléans en 1700 avaient un problème – il n’y avait pas énormément de jeunes femmes convenables pour qu’ils puissent se marier. Le gouvernement Français avait une solution parfaite pourtant. Ils envoyèrent de nombreuses jeunes femmes, prises d’orphelinats et couvents pour la « Louisiane » avec une malle du gouvernement pour leurs affaires, les « caskettes ». Les filles furent connues sous le nom de “les filles a la cassette”. Jusqu’à ce qu’elle trouve des maris, les filles vivaient dans Ursuline Convent avec des nonnes, dormant dans le grenier. Selon la légende, les malles des filles étaient faites comme des cercueils et, en effet, contenaient des vampires. Le soir, les fenêtres du dortoir s’ouvraient et des silhouettes sombres auraient été vues en train de voler… même après que les fenêtres furent scellées par des résidents effrayés. Est-ce une histoire vraie ? Eh bien, qui peut le savoir ?! Une de mes meilleures amies descend d’une fille à la caskette, mais elle clâme ne rien savoir des vampires.

 

Ne voulez-vous pas visiter la Nouvelle-Orléans ? Vous pouvez la visiter au travers des pages de ma série Sentinels of New Orleans. Laissez un commentaire pour avoir une chance de gagner un exemplaire au choix de Royal Street, River Road, ou Elysian Fields—les entrées internationales sont les bienvenues ! Le tome 4 de la série, Pirate’s Alley (mettant en scène Jean Lafitte, bien sur), sortira en Avril 2015.

———

Welbite author: http://suzannejohnsonauthor.com/

a Rafflecopter giveaway

38 thoughts on “Guest post: Suzanne Johnson & Concours/Giveaway (+traduction)

  1. Oh la vache j’étais à fond dedans c’était trop court! J’adoooore la Nouvelle-Orléans je ne sais pas pourquoi ça me fait rêver. Et puis euh OH! The Originals ne m’aident pas beaucoup à me clamer!!^^
    J’ai adoré adoré adoré ces petites histoires, j’en veux plluuuusss!

Répondre à Kristia Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.