Guest post: Graveyard Queen – Amanda Stevens (+traduction)

Avec la sorties des trois premiers tomes de la série Graveyard Queen d’Amanda Stevens en Français chez Harlequin, je suis très heureuse d’accueillir l’auteur sur le blog. Merci à elle pour cet article. Vous pouvez retrouver nos avis du tome 1, 2 et 3.

———

Tales from the Dark Side

Amanda Stevens

Ma sœur et moi avons trouvé une vieille planche Ouija sous l’une des maisons où nous avons vécu dans notre enfance. Elle avait été placée dans un coffre en bois plein de toiles d’araignée et de manuels scolaires, puis poussé sous le plancher de notre chambre à coucher.

À l’époque, nous n’avions aucune idée que la planche était (soi-disant) utilisée pour canaliser les esprits. Ma mère, que ne laissait jamais rien se perdre, perça des trous dans le dos et la transforma en un charmant jeu d’Aggravation.

C’est seulement plus tard que j’ai appris le vrai but de Ouija que je commençais à me demander pourquoi quelqu’un s’était donné la peine de cacher une « planche à parler » sous notre maison plutôt que de simplement la jeter à la poubelle. Les fantasmes qui filaient hors de la spéculation ont alimenté une fascination déjà en herbe pour le surnaturel.

Mon père était un conteur brillant, donc je suppose qu’il a induit ma prédilection pour l’inconnu. Les contes qu’il avait l’habitude de raconter les soirs d’été chauds pourraient soulever les cheveux à l’arrière de la tête. Sous le crépuscule, avec des lucioles scintillantes à travers la route dans le domaine et le parfum du chèvrefeuille suspendu dans l’air lourd étouffant, il parlait des signes, des présages et des visites.

Il n’était pas le seul de sa génération qui avait de telles histoires. Le Sud rural de son temps était un lieu de magique de réalisme extraordinaire, accepté comme faisant partie de l’ordinaire. Une femme qui pouvait guérir les verrues avec une simple incantation. Un homme qui pouvait contenir le flux de sang avec un geste de la main sur une plaie.

A ce jour, je reste fascinée par ce monde. Un monde vers lequel je reviens à plusieurs reprises dans mon écriture. À certains égards, la série The Graveyard Queen est l’aboutissement des histoires de fantômes de mon père et de mes peurs et fantasmes infantiles.

Amelia Gray est une restauratrice de cimetières qui voit des fantômes. Avides, cupides, les fantômes affamés se nourrissent de la chaleur humaine et de l’énergie. Afin de se protéger de la nature parasitaire de ces entités, Amelia a toujours suivi les règles de son père. Mais quand un détective hantée entre son monde, tout change, y compris les règles qui l’ont toujours gardé en sécurité.

Placée dans le contexte de dépérissement de cimetières abandonnés, The Graveyard Queen propose des coups d’oeil dans un monde de rêve luxuriant des cimetières hantés, des tueurs dérangés et amants maudits.

Pour plus d’aperçus dans le cimetière du royaume d’Amelia, s’il vous plaît visitez mon site Web : www.amandastevens.com

—————-

Amanda Stevens aime les récits dans lesquels « le familier bascule soudain dans le drame et la peur »… Accordant une grande importance à la psychologie de ses personnages, elle sait transcrire avec talent, par le biais de situations intenses, la force de leurs émotions et leur combat contre le mal.

————————————-

Tales from the Dark Side

Amanda Stevens

My sister and I found an old Ouija board underneath one of the houses we lived in as children. It had been placed inside a wooden trunk full of cobwebs and schoolbooks, and then shoved up under the floorboards of our bedroom.

At the time, we had no idea the board was (supposedly) used to channel spirits. My mother, never one to let anything go to waste, drilled holes in the backside of the board and turned it into a lovely game of Aggravation.

It was only later when I learned of Ouija’s true purpose that I began to wonder why someone would go to the trouble of hiding a ‘talking board’ underneath our house rather than just tossing it in the trash. The fantasies that spun off from that speculation fueled an already budding fascination for the supernatural.

My father was a brilliant storyteller so I suppose I came by my predilection for the unknown honestly. The tales he used to recount on hot summer evenings could raise the hair at the back of one’s neck. Come twilight, with fireflies twinkling in the field across the road and the scent of honeysuckle hanging heavy on the sultry air, he would talk of signs and omens and visitations.

He wasn’t the only one of his generation who had such stories. The rural South of his day was a place of magical realism—the extraordinary accepted as part of the ordinary. A woman who could cure warts with a simple incantation. A man who could staunch the flow of blood with a wave of his hand over a wound.

To this day, I remain enthralled by that world. A world I return to over and over in my writing. In some ways, The Graveyard Queen Series is the culmination of all my father’s ghost stories and of all my childhood fears and fantasies.

Amelia Gray is a cemetery restorer who sees ghosts. Greedy, grasping, ravenous ghosts that prey on human warmth and energy. In order to protect herself from the parasitic nature of these entities, Amelia has always followed her father’s rules. But then a haunted police detective enters her world and everything changes, including the rules that have always kept her safe.

Set against the withering backdrop of abandoned cemeteries, The Graveyard Queen offers peeks into the lush dreamscape of haunted cemeteries, deranged killers and doomed lovers.

For more glimpses into Amelia’s graveyard kingdom, please visit my website at www.amandastevens.com

………..

Amanda Stevens is the award-winning author of over fifty novels, including the modern gothic series, The Graveyard Queen. Her books have been described as eerie and atmospheric, “a new take on the classic ghost story.” Born and raised in the rural south, she now resides in Houston, Texas, where she enjoys binge-watching, bike riding and the occasional margarita.

 

Graveyard Queen 1

Résumé : Lorsque le cadavre d’une jeune femme est découvert dans le vieux cimetière de Charleston dont on lui a confié la restauration, Amelia Gray comprend que sa vie solitaire et tranquille est en train de voler en éclats. Car le meurtrier, comme s’il prenait un plaisir sadique à la provoquer, a dissimulé des indices pouvant mener jusqu’à lui au milieu des pierres tombales. Des indices qu’elle est la seule à pouvoir déchiffrer…


Aussi, quand l’inspecteur John Devlin lui demande son aide pour résoudre cette affaire, Amelia pressent qu’elle n’a pas le choix : elle va devoir mener l’enquête avec lui. Pourtant, elle qui cache depuis l’enfance un don terrible et étrange sait aussi qu’il lui faudrait à tout prix garder ses distances avec cet homme sombre et ténébreux, hanté par des ombres du passé. Sauf que l’attirance qu’elle ressent pour Devlin ne fait que s’intensifier à mesure que les indices la rapprochent du tueur… mais aussi du voile ténu qui sépare les vivants du monde des morts.

29 thoughts on “Guest post: Graveyard Queen – Amanda Stevens (+traduction)

  1. Like the author, the Paranormal world fascinated me as well. I’ve always believed in the Supernatural, especially since I’ve actually experienced/seen ghosts, demons, and creatures unimaginable. The ouija board, I’ve always been tempted to use it, but my religion somehow makes me hesitant lol and my friends are scaredy-cats 😛 I guess this is why I’m fascinated with the supernatural and horror genres!

  2. I remember freaking my younger sister out with a Ouija board when my parents would force me to babysit. Hehe! This book has come strongly recommended by a number of my blogger peeps, and it’s currently on sale via Audible. I’m SO tempted! Now I just need to find 2 more titles in order to take advantage of the promo…

    Carmel @ Rabid Reads.

  3. Amazing post, Melliane! While I love all things paranormal, I also have a healthy respect for it!

    My older brothers would mess around with our Ouija board and seriously freak me out. I don’t touch them, never have, never will! I love to read about them, though!

  4. It’s incredible when I read true stories from people’s childhoods and the imaginings that can come out of something seemingly so innocuous as finding an old Ouija board underneath a house. That said, « innocuous » might not be the best choice of words when a Ouija board is concerned, they freak me out too!

  5. My mom wouldn’t let us play with Ouija Boards when I was a kid. We tried once and she flipped out. I later played with one with a friend and I swore she was moving the little mover thing, whatever it’s called. She swore she wasn’t. We were just asking it silly questions, though, like what boy we were going to marry!

  6. J’aime beaucoup le principe des interviews, merci beaucoup! Cela me permet de découvrir des auteurs différemment, vraiment super!
    Résultat, je note les titres, pour quand ma promesse de non-achats livresques sera obsolète!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *