Interview – Michael F. Haspil (+traduction)

We are happy to welcome Michael F. Haspil  the author of Graveyard Shift released by TOR. Thanks to him for the answers!


Nous sommes contente d’accueillir Michael F. Haspil  l’auteur de Graveyard Shift sorti chez TOR en anglais. Merci à lui pour les réponses.


 

Welcome on Between Dreams and Reality, can you present yourself in a few words?

Thank you for having me. I’m a veteran of the U.S. Air Force and a former Space Command officer. I’ve been writing stories for nearly as long as I can remember. I started out writing screenplays and short stories but settled on writing novels. Though I’ve written several novels, Graveyard Shift is the first to be published.

How did you come up with a story mixing Egypt and Urban Fantasy?

I’m a big Egyptology fan and I was a bit tired of always seeing mummy characters as movie monsters and villains. That never made a lot of sense to me. From a certain point of view, the mummy characters, even in the monster movies, aren’t all that bad. So I decided to write a story where the mummy character could be a hero. Alex is on a path of atonement for actions he took in his original life. He’s taken it upon himself to be humanity’s guardian to stop an ancient evil he had to deal with in his own time. But due to the nature of the world, he often has to make impossible choices between a bad outcome and a worse one. And from a certain point of view, others might view him as a monster.

Do you plan to write a sequel? Can you tell us a bit more about it?

I do. I’ve got six novels plotted out in what I’ve been calling The Menkaure Saga. They all share common characters, but don’t always happen chronologically. The next one (in the order I would like) takes place 4500 years before the events in Graveyard Shift and is set in ancient Egypt. Obviously, given the setting, it is very different. But I’d like to think of it as still Urban Fantasy, just a really long time ago.

Will we learn more about all the characters and all the things Alex went through?

Eventually. I don’t mean to keep things intentionally mysterious. There are answers and active backgrounds for all the major characters, from Aguirre being a conquistador who led a rebellion against Spain, to Marcus being a legatus and a governor, to Constance and her misadventures in 1800’s San Francisco. There’s actually only one question I probably won’t answer and that’s because it is an inside joke.

Was it complicated to write Graveyard Shift?

Not overly complicated. Scrivener (creating writing software) really helped me there and made it easier to track the multiple plot lines and made sure they intersected exactly when I wanted them to. I highly recommend Scrivener as an excellent writing tool. I don’t write my first drafts on it, but afterward, it is indispensable.

What is your favorite scene?

Oh. I can’t tell you about that. It is way too full of spoilers. But I can tell you about my second favorite scene. Alex is facing off against the villain and his assistant, both extremely powerful vampires. They think they’ve got him dead and it’s only the manner of his death that’s an issue. But they can’t figure out why Alex isn’t afraid of them. When the villain reveals that he knew Shakespeare, Alex is a such a fan, he can’t help himself and has to question the villain about how he knew him. Alex lets out his inner fanboy and quizzes the villain on many Shakespeare questions that have nagged fans for ages. I really enjoyed that scene. It undoes the tension somewhat, but I think that it speaks to the way immortals would behave, where knowledge of particular things would surpass many other situations in importance.

Do you have any other projects?

Yes. I’m currently working on a fantasy novel that is my celebration of geek culture. It is my love letter to gamers, cosplayers, trivia geeks, and film buffs wrapped up with ancient myths. In a high-concept way, it is sort of Through the Looking Glass meets Ready Player One. I’m having a great time poking fun at all the standard tropes, turning things on their ear, and hiding obscure references and in-jokes throughout the text. A pivotal part takes place at Denver Comic Con and I recently had the very meta experience of writing that chapter while I was literally at Denver Comic Con. It was great fun.


 

Bienvenue sur Between Dreams and Reality, pouvez-vous vous présenter en quelques mots?

Merci de m’avoir sur le blog . Je suis un vétéran de l’US Air Force et ancien officier de Force Space Command. J’écris des histoires depuis aussi longtemps que je m’en souvienne. J’ai commencé à écrire des scénarios et des histoires courtes mais j’ai finalement décidé d’écrire des romans. Même si j’ai écrit plusieurs romans, Graveyard Shift est le premier à être publié.

Comment en êtes-vous venu à écrire une histoire mélangeant Egypte et urban fantasy ?

Je suis un grand fan de l’Egyptologie et j’étais un peu fatigué de toujours voir les personnages de momies dans les films comme des monstres et des vilains. Cela n’a jamais eu de sens pour moi. D’un certain point de vue, les personnages de momies, même dans les films de monstres, ne sont pas si mauvais. Alors j’ai décidé d’écrire une histoire où le personnage de la momie serait le héros. Alex est sur le chemin de la rédemption après toutes les actions réalisées durant sa vie. Il a pris sur lui de devenir le gardien de l’humanité pour arrêter un mal ancien qu’il a dû gérer dans son passé. Mais à cause de la nature du monde, il doit souvent faire des choix impossibles entre de terribles conséquences et d’autres pires encore. Et les autres pourraient le voir comme un monstre.

Allez-vous écrire une suite ? Pouvez-vous nous en dire plus à ce sujet ?

Oui. J’ai prévu six romans dans ce que je pourrais appeler la saga Menkaure. Ils partagent tous des personnages communs, mais ne se déroulent pas toujours de façon chronologique. Le prochain (dans l’ordre que je voudrais) se place 4500 ans avant les évènements de Graveyard Shift et se déroule dans l’Egypte ancienne. Bien sûr, au vu du cadre, c’est très différent. Mais j’aime à penser que c’est toujours de l’urban fantasy, se déroulant seulement il y a très longtemps.

En apprendrons nous plus sur les personnages et tout ce qu’Alex a traversé ?

Eventuellement. Je n’ai pas pour idée de garder les choses intentionnellement mystérieuses. Il y a des réponses et un background pour tous les personnages principaux, d’Aguirre qui était un conquistador et a mené une rébellion contre l’Espagne, à Marcus qui était un ambassadeur et gouverneur, à Constance et ses mésaventures à San Francisco en 1800. Il y a en fait une question seulement à laquelle je ne répondrai pas et c’est parce que c’est une blague en elle-même.

Etait-ce difficile d’écrire Graveyard Shift?

Pas vraiment compliqué. Etre scribe (écrire des logiciels) m’a vraiment aidé et a rendu plus facile le fait d’avoir plusieurs intrigues et être sûr qu’elles se rejoignent exactement comme je le voudrais. Je recommande vraiment Scrinever comme outil d’écriture. Je n’ai pas écrit les premiers jets dessus, mais il m’est devenu indispensable.

Quelle est votre scène préférée ?

Oh. Je ne peux pas vous en parler. Il y aurait trop de spoiler. Mais je peux parler de ma deuxième scène préférée. Alex fait face au méchant et à son assistant, deux vampires extrêmement puissants. Ils pensent l’avoir tué et c’est seulement la manière de sa mort qui est un problème. Mais ils ne comprennent pas pourquoi Alex n’a pas peur d’eux. Quand le méchant révèle qu’il connait Shakespeare, Alex en est tellement fan, qu’il ne peut pas s’empêcher de demander au vilain comment il l’a connu. Alex laisse ressortir son côté fan et n’arrête pas de poser des questions que les gens se sont posées pendant des années. J’ai beaucoup aimé cette scène. Elle retire la tension d’une certaine manière, mais cela parle aussi de la façon dont les immortels agissent, quand la connaissance d’une chose en particulier surpasse toutes autres situations en importance.

Avez-vous d’autres projets ?

Oui. Je suis en train d’écrire un roman de fantasy qui représente ma célébration à la culture geek. C’est ma lettre d’amour aux gamers, cosplayers, geeks trivia et amateurs de cinéma, tout cela emballé avec des mythes anciens. C’est une sorte de mélange entre Through the Looking Glass et Ready Player One. Je passe un super moment à jouer avec les standards et à cacher des références obscures et des blagues à travers le texte. Une partie se passe à la Denver Comic Con et j’ai récemment eu une méta-expérience en écrivant ce chapitre alors que j’y étais littéralement. C’était génial.


 

Synopsis: Police procedurals go supernatural in this gritty urban fantasy debut

Alex Menkaure, former pharaoh and mummy, and his vampire partner, Marcus, who was born in ancient Rome, once hunted evil vampires for UMBRA, a super-secret unit of the NSA. That was before the discovery of a blood substitute and a Supreme Court ruling allowed thousands of vampires to integrate into society.

Now, Alex and Marcus are vice cops in a special police unit. They fight to keep the streets safe from criminal vampires, shape-shifters, blood-dealers, and anti-vampire vigilantes.

When someone starts poisoning the artificial blood, race relations between vampires and humans deteriorate to the brink of anarchy. While the city threatens to tear itself apart, Alex and Marcus must form an unnatural alliance with a vigilante gang and a shape-shifter woman in a desperate battle against an ancient vampire conspiracy.

If they succeed, they’ll be pariahs, hunted by everyone. If they fail, the result will be a race-war bloodierthan any the world has ever seen.

Gritty urban fantasy and hard-boiled noir packed into a hand grenade of awesome! Mario Acevedo, author of Werewolf Smackdown

Interview – Laetitia Constant (+concours)

Nous sommes très heureuse d’accueillir Laetitia Constant sur le blog. Son roman Celle qui murmurait à l’oreille du mec en costard sort aujourd’hui chez Pygmalion (21 Juin). Merci à elle pour ses réponses.


Bonjour Laetitia et bienvenue sur notre blog, peux-tu te présenter en quelques mots ?

Bonjour et merci de m’accueillir sur le blog. Je suis Laetitia Constant, écrivain multitâches à plein temps et maman d’une pré-ado de 10 ans. Je suis caféinomane assumée, accro aux marrons glacés et au fromage sous toutes ses formes.

On te connait déjà pour ta série Aliénor McKanaghan aux Editions J’ai Lu, était-ce difficile de switcher de genre en passant de romance paranormale à comédie romantique ?

Oui et non. J’ai passé 7 ans dans l’univers d’Aliénor et me défaire de certains travers liés au fantastique a été compliqué. L’histoire manquait de têtes arrachées et de personnes aux supers pouvoirs lol. Je lis très peu de romance classique mais je regarde beaucoup de comédies romantiques. J’en ai fait une orgie pour en comprendre les codes puis je les ai appliqués. J’ai pas mal tâtonné au début, c’est pourquoi j’ai mis 1 an à la terminer. Au final, c’est un style qui me convient bien. Sans pour autant m’y cantonner, je réitérerai l’expérience

Comment t’es venue l’idée de Celle qui murmurait à l’oreille du mec en costard ?

En fait, comme pour toutes mes histoires, je n’y ai pas vraiment réfléchis. J’ai attendu que le sujet s’impose de lui-même. Je fonctionne comme ça. Je stock malgré moi des informations, des images, des sons, des sensations… et puis un jour pouf! J’ai une histoire de fond. Il ne me reste plus qu’à la travailler.

Etait-ce important pour toi d’utiliser une héroïne qui a pour métier d’être chuchoteuse pour chevaux ?

Au départ, non puisque je n’étais pas fixée sur le thème. J’ai pour principe d’écrire des choses qui me parlent d’abord à moi-même. Je passe beaucoup de temps en Gironde, dans le Médoc plus précisément, et ce roman est parti d’un souvenir personnel tiré d’une balade à cheval (je vous laisse découvrir lequel ^^). Je suis cavalière dans l’âme et j’y ai trouvé tous les ingrédients pour être autant chez moi dans ce texte que là-bas. Pour être ce que l’on appelle chuchoteur, il faut une véritable connexion avec l’animal. Une empathie naturelle. C’est directement lié à la pratique de l’équifeel. Il n’y a pas ou peu de relations de force entre le cavalier et le cheval. Ni dominant, ni dominé. Ils font équipe en se respectant l’un l’autre. Les humains ont beaucoup à apprendre des chevaux lol

Quelle a été la scène la plus difficile à écrire ?

Les passages qui comportent le plus de comédie. Ce qui me fait rire n’est pas forcément le cas pour tout le monde et il ne faut pas tomber tomber dans le grotesque ou l’humour de comptoir. Le dosage est impératif.

Est-ce un roman standalone ou est-ce qu’on aura la possibilité d’en lire plus ?

Je n’ai pas prévu de suite. Poursuivre l’histoire de Fauve et Jonathan serait inutile car même s’il y a toujours des choses à raconter, je n’aime pas tout dévoiler aux lecteurs. Pour qu’ils s’investissent dans leur lecture, je laisse une part d’ombre dans le décor. Comme ça, chacun peut y trouver son compte. Imaginer en fonction de ses envies ou de sa sensibilité personnelle ce qui arrivera ou est arrivé. Faire travailler son imagination, en quelque sorte.

Que veux-tu que tes lecteurs potentiels sachent à ton sujet ou au sujet de tes livres ?

Je crois que j’ai déjà tout dis avec mes autres réponses ^^Pour résumer, j’essaye que mes livres me ressemblent. Que ce soit dans les thèmes abordés ou la façon de les écrire. Ils ne sont pas que des objets manufacturés, ce sont des morceaux de moi-même. Je crois d’ailleurs que c’est pareil pour tous les écrivains. Peu importe le sujet, l’investissement personnel de l’auteur est considérable. Acheter un roman, c’est s’offrir un morceau de l’âme de son auteur.

Quels auteurs t’influencent ? As-tu lu un livre récemment que tu voudrais partager avec nous et es-tu trop occupée à écrire pour lire ?

Je dirais que Jamie McGuire ou Jennifer Armentrout m’ont décomplexée. Je me reconnais dans leur façon d’écrire. Leur succès m’a permis de rester moi-même. Je peux tout à fait lire en période d’écriture, j’arrive à compartimenter, mais en ce moment, je suis trop fatiguée pour garder mon rythme de lecture normale. Donc, lors de mes pauses, je végète devant des séries (gloire à Netflix!) et je lis un peu le soir.

Qu’est-ce qui dans le processus d’écriture t’intéresse le plus ? Quel est le plus amusant ?

Je crois que c’est un tout. J’ai tout de même une préférence pour la réécriture. Partir d’un brouillon et en faire quelque chose d’abouti, de propre, c’est satisfaisant. Cela me donne le sentiment de construire quelque chose. Je peux dire également que ce que je déteste le plus, ce sont les corrections. C’est un calvaire et le logiciel Antidote est source de grosses dépressions ^^

Y-a-t-il d’autres projets sur lesquels tu travailles ou penses commencer dans un future proche ?

Oui. Je travaille simultanément sur une autre romance et sur un romantic suspens.

As-tu un auteur favori ? Ou un livre ?

Pas vraiment. Mais si je devais nommer l’auteur que j’ai le plus lu ce serait Mary Higgins Clark.


18424720_1511443388889562_1113696828_n

Résumé :À vingt-sept ans, Fauve est une jeune femme dynamique. Gérante d’un haras atypique niché dans la forêt landaise de Gascogne, elle y exerce avec passion le métier de chuchoteuse. Elle soigne des chevaux traumatisés, tout en donnant des cours d’équitation responsable aux enfants. C’est alors qu’une lettre de la mairie vient tout menacer : son terrain vient d’être acheté par une société immobilière qui veut l’expulser. Non, elle n’a pas tant donné pour tout perdre aussi bêtement ! Elle se rend directement au siège de cette société traîtresse… pour découvrir que l’homme à la tête du projet n’est autre qu’un odieux personnage, arrogant et coureur, qu’elle a déjà eu le malheur de rencontrer. Le voici, semble-t-il, décidé à détruire sa vie. Pour qui se prend-il ? Fauve ne se laissera pas faire ! Et la guerre est déclarée.

Merci à Pygmalion, vous pouvez gagner un exemplaire de Celle qui murmurait à l’oreille du mec en costard de Leatitia Constant. Un deuxième exemplaire est aussi à gagner sur notre page facebook ! Le concours est ouvert à la France et la Belgique. Pour participer, remplissez la forme rafflecopter ci-dessous en rentrant une adresse email ou en se connectant par facebook, puis cliquez et validez chaque choix.
a Rafflecopter giveaway

Interview – Darynda Jones (+traduction) & CONCOURS

Nous sommes heureuses d’accueillir Darynda Jones, l’auteure de la série Charley Davidson. Le tome 10 est sorti chez Milady le 19 Mai et le 11 sort le 25 Aout. Un grand merci à elle pour les questions et à Milady pour le concours !


We are happy to welcome Darynda Jones, de author of the Charley Davidson series. Book 12 will be released on October 2017. Thanks to her for the answers


Question posée par plusieurs lecteurs : Vous nous avez dit l’an dernier que vous ne saviez pas quand la série finirait mais que vous aviez un spin off en tête. Serait-ce au sujet de Beep (Pépin) ?

Oui ! J’espère commencer le spin off au début de l’année prochaine et nous avons décidé que le tome 13 sera le dernier Charley. Je suis à la fois triste (vraiment triste) et assez excitée de commencer le spin off. Je veux vraiment connaitre Beep !

Lil evans : Qui est votre personnage secondaire préféré ?

Oh dis donc, j’en ai beaucoup ! Si je devais choisir je dirais Cookie. Elle reste avec Charley quoi qu’il se passe et l’aime comme elle est, pas ce qu’elle peut faire. Je l’adore.

Fofie B/Lil : Votre série a été publiée dans différents pays, quelle est votre couverture préférée ?

J’aime toutes mes couvertures et j’adore voir ce que proposent les autres pays. Je dois dire que j’aime beaucoup les couvertures Uk/France. Je trouve qu’elles sont rigolotes, fraiches et sexy et avec une pointe de mystère.

Fofie : Si vous aviez le pouvoir de Charley et que vous pouviez voir les morts, qui voudriez-vous rencontrer ?

Probablement tous mes auteurs préférés qui sont décédés. Premièrement et au-dessus de tous, Jane Austen. OMG, pouvez-vous l’imaginer ? Je serai genre « Je suis écrivaine aussi » !. Et elle me regarderait avec dédain. Je le sais. Ensuite je tomberais à genou et je la vénèrerais pour avoir créé mon book boyfriend préféré de tous les temps : Mr. Darcy.

Sarah R : Si vous pouviez avoir une adaptation TV de vos livres, l’accepteriez-vous ? Pensez-vous que l’univers puisse être réellement retranscrit ?

Une option a été mise deux fois sur Première tombe pour une adaptation tv ici aux states mais ce projet n’est jamais allé jusqu’à la production. Actuellement je travaille avec un ami producteur/directeur dans la ville de Charley, Albuquerque, Nouveau Mexique. Nous venons de finir le script du pilote et quelques personnes très influentes sont intéressées.

Ecrire la fin d’un film basé sur votre travail (une médium très différente de ce que j’ai l’habitude d’avoir) permet de réaliser que les livres peuvent rarement être adaptés en suivant les livres à 100%. C’est presque impossible. J’ai décidé il y a longtemps que je n’aurai aucune contribution pour un projet de film. Les écrivains ne peuvent pas. Et je suis complètement d’accord avec ça. Un écrivain doit faire confiance aux écrivains et aux producteurs pour créer quelque chose à partir de leur travail qui puisse plaire et raconte l’histoire le mieux possible. Ça n’arrive pas toujours, mais pour sauter dans le lit d’Hollywood, un écrivain doit juste abandonner le contrôle. Je suis d’accord avec ça, mais ça a été sympa de travailler sur le script du pilote. Je suis impatiente de voir si quelque chose en sort.

Laura : Comment avez-vous fini avec Charley étant donné que c’est un personnage atypique que tout le monde adore ?

Croyez-le ou non, j’étais couchée au lit un matin, attendant mon tour pour la salle de bain et elle est juste apparue dans ma tête dans toute sa gloire. Sérieusement, elle est arrivée et elle a dit « je suis là ! Fait ce que tu veux avec moi » ! Alors je l’ai fait. 🙂

Merci beaucoup de m’avoir eu et j’espère que vous aimerez le 10éme tome dans le monde de Charley Davidson!!!


(from many) : You told us last year that you didn’t know when the series would finish but that you already had a spin off in mind. Will it be about Beep ?

Yes! I’m hoping to start the spinoff early next year as we have decided that #13 will be the last Charley book. I’m both sad (really sad) and kind of excited to begin the spinoff. I want to get to know Beep so bad!

Lil evans : Who is your fav secondary character ?

Oh, man, so many! If I have to choose, I will say Cookie. She stands by Charley no matter what and loves her for who she is, not what she can do. I adore her.

Fofie B/Lil : Your series has been published in different countries, what is the cover that you prefer ?

I love ALL my cover art and I love seeing what other countries come up with. I will say, I am very fond of the UK/France covers. I think they are fun and fresh and sexy and just a little mysterious.

Fofie : If you had a power like Charley, and that you could see the dead, who would you like to meet ?

Probably all of my favorite authors who have passed on. First and foremost on that list would be Jane Austen. OMG can you imagine? I’d be like, « I’m a writer, too! » And she’d give me this look of disdain. I know it. Then I’d fall to my knees and worship her for creating my all-time favorite book boyfriend: Mr. Darcy. *swoon*

Sarah R : If you could have a TV adaptation of your books, would you accept it ? Do you think that the universe could be accurately transcribed ?

First Grave has actually been optioned twice by television networks here in the states but never went into production. Right now I’m working with a producer/director friend of mine in Charley’s hometown of Albuquerque, New Mexico. We just finished a pilot script and have some very influential people interested in looking at it.

One thing about being on the writing end of a film-based work of fiction (a very different medium from what I’m used to) is that I realized the books can rarely be adapted to follow the books 100%. It’s next to impossible. I decided long ago that I would have no input on any film project. Writers simply don’t. And I am absolutely okay with that. A writer has to trust the writers and producers to create something from their work that appeals and tells his or her story the best way it can. That doesn’t always happen, but in order to jump into bed with Hollywood, a writer simply has to give up that control. I’m totally cool with that, but it has been fun to work on the pilot script. I’m excited to see if anything comes of it.

Laura : How did you end up the Charley as she is an atypic character that everyone loves ?

Believe it or not, I was laying in bed one morning, waiting for my turn in the shower, when she popped into my head in all her glory. Seriously, she showed up and said, « I’m here! Do with me what you will! » So I did. 🙂

Thank you so much for having me and I hope you enjoy the tenth installment in the world of Charley Davidson!!!


Charley Davidson, Tome 10

Résumé : Détective privé à temps partiel et Faucheuse à plein temps, Charley Davidson s’est toujours posée d’innombrables questions : pourquoi je vois des gens morts ? Qui est le beau gosse surnaturel qui me suit partout ? Comment je fais pour enlever le chewing-gum des cheveux de ma soeur avant qu’elle se réveille ? Mais « comment je fais pour piéger trois dieux différents ? », c’est nouveau. Et comme ces dieux ont pour but de tuer sa fille, pas d’hésitation !
Pourtant, l’un de ces dieux a volé son coeur il y a longtemps. Est-il trop tard pour le ramener dans le droit chemin ? Avec une fugitive, un homme accusé du meurtre d’une femme toujours en vie, et un pendentif en verre qui met le monde surnaturel dans tous ses états sur les bras, Charley a fort à faire pour sauver le monde…

Merci à l’éditeur, vous pouvez gagner un exemplaire de Dix Tombes Pour l’Enfer (Charley Davidson, 10) de Darynda Jones. Le concours est ouvert à la France et la Belgique. Pour participer remplissez la forme ci dessous.
a Rafflecopter giveaway

Interview Vi Keeland & Penelope Ward (+traduction)

Nous sommes heureuses d’accueillir Vi Keeland & Penolope Ward sur le blog aujourd’hui. Les deux auteures écrivent conjointement des livres et un de leurs romans Avec Toi, Malgré Moi ou encore Cocky Bastard sont sortis aux éditions Hugo Roman. Merci aux auteurs pour leurs réponses !


We are very happy to welcome Vi Keeland & Penelope Ward on the blog today. They co-write books together and some of their novels are out in France. Thanks to the authors for the answers!


Hello, can you present yourselves in a few words?

Vi:  Mom, workaholic, wanderlust.

Penelope : Creative, Sensitive and Loving

How did you get the idea of writing a book with another author?

Vi : We met when we were part of the same box set promotion.  The set had six authors, and we all became friends and started to chat together about the book world.  Eventually, the two of us found we had similar taste and started to talk outside of the group and run things by each other—cover photos, blurbs, plots etc.  One day, Penelope sent me a mock book cover with both our names on it—and we decided to give writing that book a shot.  We’ve never looked back.

Penelope : Vi Keeland and I are good friends who spoke every day before we started writing together. We never originally planned to co-write. We started a conversation one day about a fake book cover I made and started talking about what the story might be about. That was how Cocky Bastard started.

What is your process? Is it difficult sometimes?

Vi : Not at all!  We have a great time doing it and find it easier than writing most of our solo books.  Our process if very unstructured, but works for us. We come up with a general plot and a feel for both characters, but we don’t have a formal outline or anything.  We basically pass a word document back and forth every few days, and we both write both characters.  Sometimes we write two chapters and pass it back at the start of a new chapter, and other times we will leave off in the middle of a chapter.   It’s fun because we never know what direction the other is going to take the story in, and we look forward to reading what each other came up with!

Penelope : There can be days when you don’t have the ideas flowing, but overall I try to outline my story first. The same goes for my books that are cowritten. We try to plan the main parts of the story first so we have a map to use when writing.

Do you have the whole idea of the book at once or does the inspiration come as you’re writing it?

Vi :We talk about the general idea of the book—the characters, their issues and the twist.  But the individual scenes are developed by each of us as we go.  It’s what makes co-writing so much fun—we are part reader, being surprised when we received back a new scene, and part writer.

Penelope : It starts with an idea and the main plot points are determined ahead of time. But inspiration for specific dialog and circumstances and really the chemistry of the characters develops organically as you go along.

Does the inspiration for the characters come from people you know?

Vi :There are always elements of people from my real life in my characters, but none of them are specifically modeled on a particular person.  Often it’s fears or silly habits that find their way into books, sometimes my own!

Penelope : Definitely not. My characters are all figments of my imagination that come from the there and develop there and stay there. 🙂

What kind of books do you read? Do you read other books when you are writing? Or not for fear of being influenced?

Vi : I primarily read romance and rarely read out of genre anymore.  I definitely avoid reading other books while writing so that I don’t influence my characters from anywhere except my own mind.

Penelope : I actually don’t read while I am writing. I am usually writing two books at a time (I split up the week between my solo book and my co-written book), so to enter a third literary world as a reader becomes too confusing. It’s hard for my brain to relax and just enjoy the story. If I am on a short break from writing, I only read other contemporary romances and love to get lost in them.

Between all the books you wrote, who is your favorite character and why?

Vi : From my solo books—Drew and Emerie from Egomanic stole a piece of my heart.  I miss them immensely.  Out of our co-written books, Soraya from Stuck-Up Suit is my favorite heroine–I loved her sass.  And probably Chance from Cocky Bastard is my favorite hero—although Carter from Playboy Pilot is really a close second.

Penelope : Damien from Neighbor Dearest (which is not published in France yet, but will be in the future) is my favorite male character because of his humor, creativity and protective nature. I also love love love Soraya from Avec Toi Malgre Moi (Stuck-Up Suit) as my favorite heroine because she is so funny and feisty. 

Do you plan to try another genre?

Vi : I’ve thought about it!  But anything that I do would need to be close to romance—perhaps women’s fiction, but never something such as science fiction for me!

Penelope : I think I will stick to Contemporary Romance. I love writing about love and anything else wouldn’t come with the same passion.

Have you ever been in France? Do you plan to?

Vi:  Yes.  I’ve been to Paris and absolutely loved it.  I am planning on returning this year for the Romance Festival in the fall.  And I can’t wait.

Penelope : I am deathly afraid of flying. It’s the only reason I have not visited your beautiful country thus far.

Are there any other projects you’re working on or thinking about starting in the near future?

Vi : I’ve already released two books this year in the U.S., but plan to release four—two solo books and two co-writes.  We released our fourth co-written books two weeks ago– Mister Moneybags, and I released Egomaniac in January.  I’m also currently working on a solo book to be released this summer in the U.S. and we are writing another co-written book as well.  

Penelope : I am always writing as I am now a full-time author. My most recent release in the U.S. was Mack Daddy, about a single father who comes back for a second chance at love with his son’s teacher and also the co-written Mister Moneybags with Vi Keeland. I am writing a new standalone that will release in the U.S. in August that is currently untitled but that also has a second chance element. And there will also be more cowritten books with Vi Keeland in the future as well. 


Bonjour, pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?

Vi: Mère, acharnée de travail, qui a l’esprit d’aventure. 

Penelope : Créative, sensible, aimante.

Comment vous est venue l’idée d’écrire un livre avec un autre auteur ?

Vi : Nous nous sommes rencontrées quand nous faisions partie de la même boite de promotion. La collection comptait 6 auteurs et nous sommes tous devenus amis et nous avons commencé à parler ensemble du monde du livre. Finalement, nous nous sommes rendues compte que nous avions toutes les deux des goûts similaires et nous avons commencé à parler à part du groupe et à gérer les photos de couvertures, résumés, intrigues etc… Un jour, Penelope m’a envoyé une maquette de couverture avec nos deux noms dessus et nous avons décidé d’écrire ce livre. Nous n’avons jamais regardé en arrière.

Penelope : Vi Keeland et moi étions de bonnes amies qui se parlaient tous les jours avant de commencer à écrire ensemble. Nous n’avions jamais pensé co-écrire. Nous avons commencé une conversation un jour au sujet d’une fausse couverture que j’avais faite et de ce que l’histoire pourrait être. C’est comme cela que Cocky Bastard a commencé.

Quel est votre procédé ? Est-ce difficile parfois ?

Vi : Pas du tout ! Nous passons toujours de très bons moments et je trouve que c’est plus facile que la plupart de nos livres solo. Notre procédé, même s’il n’est pas structuré, marche bien pour nous. On amène une intrigue générale et une idée pour les deux personnages, mais nous n’avons pas un réel schéma ou autre. On se renvoie généralement un document word après quelques jours, et nous écrivons chacune les deux personnages. Parfois nous en écrivons deux chapitres et on laisse le chapitre d’après à l’autre, et d’autres fois on s’arrête en plein milieu d’un chapitre. C’est sympa parce qu’on ne sait jamais quelle direction l’autre va prendre pour l’histoire et nous attendons de lire ce que l’autre a prévu !

Penelope : Il peut y avoir des jours où c’est difficile d’avoir des idées, mais généralement j’essaie de prévoir mon histoire en premier. C’est la même chose pour les livres que je co-écris. Nous essayons de prévoir les grosses parties de l’histoire pour avoir un plan quand nous écrivons.

Avez-vous l’idée générale du livre dès le début ou est-ce que l’inspiration vient pendant l’écriture ?

Vi : Nous parlons de l’idée générale du livre – les personnages, leurs problèmes, le retournement de situation. Mais les scènes individuelles sont développées par chacune d’entre nous quand nous avançons. C’est ce qui fait de la co-écriture quelque chose de sympa – Nous sommes en partie lecteur, en étant surpris quand nous recevons une nouvelle scène et en partie écrivain.

Penelope : Ca commence avec une idée et les points de l’intrigue principale sont déterminés à l’avance. Mais l’inspiration pour des dialogues spécifiques, des circonstances et la chimie entre les personnages se développent petit à petit.

L’inspiration de vos personnages vient-elle de personnes que vous connaissez ?

Vi : Il y a toujours des éléments de personnes que je connais dans mes personnages mais aucun d’entre eux n’est fait à partir d’une personne en particulier. C’est souvent des peurs, ou des habitudes idiotes qui trouvent leur chemin dans mes livres, parfois même les miennes !

Penelope : Non. Mes personnages sont tous des fragments de mon imagination qui viennent de là, s’y développent et y restent. 🙂

Quels genres de livres lisez-vous ? Lisez-vous d’autres livres pendant que vous écrivez ? Ou l’évitez-vous de peur d’être influencées ?

Vi : Je lis principalement de la romance et rarement autre chose. J’évite de lire d’autres romans quand j’écris pour ne pas influencer mes personnages.

Penelope : Je ne lis pas pendant que j’écris. J’écris souvent deux livres à la fois (je partage la semaine entre mon livre solo et co-écrit), alors ajouter un troisième monde littéraire en tant que lecture deviendrait trop confus. C’est difficile pour mon cerveau de se reposer et d’apprécier uniquement l’histoire. Si je suis dans une petite pause, je lis uniquement d’autres romances contemporaines et j’adore me perdre dedans.

Entre tous les livres que vous avez écrits, qui serait votre personnage préféré et pourquoi ?

Vi : De mes livres solo – Drew et Emerie de Egomanic m’ont volé une partie de mon coeur. Ils me manquent beaucoup. De mes livres co-écrits, Soraya de Avec Toi Malgré Moi est mon héroïne préférée – j’adore son impertinence. Et probablement Chance de Cocky Bastard pour mon héros préféré bien que Carter de Playboy Pilot soit très proche en tant que second choix.

Penelope : Damien de Neighbor Dearest (qui n’est pas encore publié en France mais qui le sera dans le futur) est mon personnage mâle préféré à cause de son humour, sa créativité et sa nature protectrice. J’adore aussi beaucoup Soraya de Avec Toi Malgré Moi comme héroïne préférée parce qu’elle est vraiment drôle et fougueuse.

Est-ce que vous pensez essayer un autre genre ?

Vi : J’y ai pensé ! Mais quelque chose qui devrait être proche de la romance – peut-être une fiction féminine, mais rien qui ne soit comme de la science-fiction pour moi !

Penelope : Je pense que je resterai avec la romance contemporaine. J’adore écrire sur l’amour et tout le reste ne viendrait pas avec la même passion.

Etes- vous déjà venues en France ? Pensez-vous le faire ?

Vi: Oui. Je suis venue à Paris et j’ai vraiment adoré. Je suis en train de m’organiser pour revenir cette année pour Festival Romance cet automne. J’ai hâte !

Penelope : J’ai très peur de voler. C’est la seule raison pour laquelle je n’ai pas encore visité votre joli pays.

Y-a-t-il d’autres projets sur lesquels vous travaillez ou que vous pensez commencer dans un future proche ?

Vi : j’ai déjà sorti deux livres cette année aux US, mais j’espère en sortir 4 – deux solos et deux co-écrits. Nous avons sorti notre quatrième livre co-écrit il y a deux semaines – Mister Moneybags et Egomaniac en Janvier. Je suis en train de travailler sur un livre solo pour qu’il sorte cet été aux US et nous sommes aussi en train d’écrire un co-écrit.

Penelope : Je suis toujours en train d’écrire comme je suis auteure à plein temps. Mon livre le plus récent sorti aux US est Mack Daddy, sur un père célibataire qui a une seconde chance en amour avec le professeur de son fils et un co-écrit Mister Moneybags avec Vi Keeland. Je suis en train d’écrire un standalone qui sortira aux US en Août qui est pour le moment sans titre mais qui aura des éléments de seconde chance. Et il y a aussi un autre co-écrit avec Vi Keeland de prévu.

 

Résumé : Le début de la relation de Soraya et Graham est un peu chaotique : il ne lui a pas fait très bonne impression. Elle le trouve désagréable et arrogant, un homme d’affaires typique, tout ce qu’elle n’aime pas. Et quand elle va lui rapporter son téléphone qu’il a perdu dans le train, après avoir
soigneusement exploré ses données personnelles, elle va constater qu’elle ne s’est pas trompée.

Ou peut-être que si.
Peut-être que Graham est plus que ce qu’elle a découvert ce matin-là. Ou alors peut-être que leurs différences les rapprochent.

Mais ni l’un ni l’autre ne veut que leur relation commencée de si étrange façon s’arrête.

 

Interview: CJ Roberts (+traduction)

Welcome to C.J. Roberts the author of the Dark Duet series! Thanks to her for her answers!


Bienvenue à C.J. Roberts l’auteure de la série Dark Duet sortie en Français chez Pygmalion. Merci à elle pour avoir répondu à nos questions.


Welcome on Between Dreams and Reality, can you present yourself in a few words?

Overworked procrastinator with a perverted imagination and delusions of grandeur. I think that about sums me up for better or worse.

What can you tell us but The Dark Duet series? What is it about?

I’ve answered this question many times over the years, and each time I discover something new about my reasons. Looking back on it today and the young woman I was when I started writing it, I think the story is more personal than I previously let on. I was young, naïve, and very frightened of the world evolving around me. In many ways, the story was me exploring my fears and desires in a safe and fictional environment.

What would you most like potential readers to know about you and/or your books?

They are welcome to NOT to like them.  I write fiction and I write it for myself, for whatever thing I am trying to learn about myself or the world. All of my characters are flawed because there is something I find beautiful about the fragments we, as humans, reshape ourselves around. I tend to be a very free thinker which is good, but also problematic because there are never any easy answers for me to find. Writing is a way to push myself to see things from perspectives I wouldn’t otherwise consider. It’s a lofty goal because I have no illusions about a being a great literary writer. I write things to titillate, but I do what I can to also learn and push others to think, especially about topics where they fundamentally believe they have a moral or ethical absolute.

You write dark novels, is it something difficult to do? Is there another genre you would like to try?

It’s easy to write in the sense that terrifying thoughts come to me regularly. I have an anxiety disorder. But it’s also very difficult for the same reason. For me, every day is a struggle for internal peace and focus. There are days when simply the thought of opening my laptop floods me with panic. That said, I wish I felt capable to writing other genres, but I don’t think it is my gift. I am especially fond of sci-fi, paranormal, and action.

Captive in The Dark became very popular, did you expect that?

No. I never expected to publish it. Writing has always been a personal thing, something I do to exorcise my inner wanton demons.  I wrote Captive over the course of several years and shared it with only my closest friends until I was out of the military. After the military, I could not find work, I had no friends who lived near me, and I had begun to feel rather worthless. I spent my time working on my story and when I finished it, my close friends encouraged me to publish it.

It was rejected many, many, many times, and each time I felt more worthless than before. I published as an independent as a last resort (back then indie authors were considered ‘vanity press’ and looked down on).

The fans made it popular. I owe it all to them. Well, them, and Colleen Hoover who was already mega famous when she decided to read my book and actually tell people.

If you could meet any characters in your book, who would it be and why?

I would hope to never meet any of my characters. I have done too much to them and as their creator; I would be hard pressed to give them any good answers as to why they had to suffer. Whenever I think about God, I have pity, because God may not even be aware of what God is, and how we all suffer from this lack of knowledge.

Have you ever been in France? Did you meet with your French fans?

Yes, I had the opportunity to visit France this past July and attend a reception with my publisher, Pygmalion. The experience is one I will treasure forever. While I was there I learned how I came to be published in France, and the story had me in tears. Apparently, many French readers had read the book in English and began campaigning on my behalf to several publishers to purchase the rights. Fanny, my host, had heard about it at her former publishing house before transferring to Pygmalion, and was happy to hear they had picked up the title.

They put my book on the side of a bus! I saw my book on shelves in the bookstores of Paris! I am not on bookshelves in America, but I am in France.

It was everything and I am eternally grateful.

Have you already other plans for future series? Or is it top secret?

The last few years have been difficult for a host of personal and professional reasons. I am struggling with my anxiety more than ever. But…I am writing. It’s very dark, highly inappropriate, and will probably be banned the moment I try to publish it, but I am writing. At this time, I don’t have a tentative release date.

Do you have a favorite author? Or a favorite book?

I always hate this question. It’s too hard!!! But here are some authors I love (in alphabetical order):

Aleatha Romig

Anais Nin

Anne Rice

A.R. Torre

Belinda McBride

Bisco Hatori

Colleen Hoover

Eden Bradley

J. Sterling

J.R. Ward

Jodi Ellen Malpas

Kaia Bennett

Karen Marie Moning

Karina Halle

Kitty Thomas

Kresley Cole

Marie Sexton

Pam Godwin

Pepper Winters

Poppy Z. Brite

Raine Miller

T.M. Frazier

Tara Sivec

Tarryn Fisher

Tracey Garvis Graves

Yana Toboso


 

Bienvenue sur Between Dreams and Reality, pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?

Procrastinatrice overbookée avec une imagination perverse avec la folie des grandeurs. Je pense que ça me résume pour le meilleur ou le pire.

Pouvez-vous nous en dire plus sur la série The Dark Duet ? De quoi s’agit-il ?

J’ai répondu à cette question plusieurs fois à travers les années, et chaque fois je découvre quelque chose de nouveau. En regardant en arrière aujourd’hui, et en pensant à la femme que j’étais quand j’ai commencé, je crois que l’histoire est plus personnelle que je le pensais. J’étais jeune, naïve, et effrayée par le monde qui m’entourait. Sous plusieurs aspects, l’histoire révèle mon exploration de mes peurs et désirs dans un environnement sécurisé et fictif

Que voudriez-vous que vos potentiels lecteurs sachent au sujet de vos livres ou de vous ?

Ils peuvent ne pas les aimer. J’écris de la fiction et j’écris pour moi, pour les choses que j’essaie d’apprendre sur moi-même et sur le monde. Tous mes personnages ont des défauts parce qu’il y a quelque chose que je trouve beau au sujet des fragments, qui, en tant qu’humains, nous transforme. Je suis une penseuse libre, ce qui est bien, mais aussi problématique parce qu’il n’y a jamais de réponses faciles à trouver. Ecrire est un moyen de me pousser à voir les choses d’une perspective que je n’aurais pas envisagée. C’est un but difficile parce que je n’ai pas d’illusions sur le fait d’être un très bon écrivain littéraire. J’écris des choses qui titillent, mais je le fais pour apprendre et pousser les autres à réflechir, surtout sur des sujets pour lesquels ils pensent avoir une morale ou une éthique absolue.

Vous écrivez des romans noirs, est-ce difficile à faire ? Y-a-t-il un autre genre que vous voudriez essayer ?

 C’est facile d’écrire dans le sens où des pensées terrifiantes me viennent régulièrement. J’ai un trouble de l’anxiété. Mais c’est aussi difficile pour la même raison. Pour moi, chaque jour est un combat pour un focus et une paix intérieure. Il y a des jours où le fait d’ouvrir simplement mon ordinateur me fait paniquer. Cela dit, j’espère être capable d’écrire d’autres genres, mais je ne pense pas que c’est ce soit mon don. J’aime particulièrement la science-fiction, le paranormal et l’action.

Captive in The Dark est devenu très populaire, vous y attendiez-vous ?

Non. Je ne pensais pas le publier. Ecrire a toujours été personnel, quelque chose pour exorciser mes propres démons. J’ai écrit Captive pendant plusieurs années et je l’ai uniquement partagé avec mes amis proches jusqu’à ce que j’arrête l’armée. Après l’armée, je ne parvenais pas à trouver du travail, et je n’avais pas d’amis qui habitaient près, et j’ai commencé à me sentir inutile. J’ai passé du temps à travailler sur mon histoire et quand je l’ai finie, mes amis proches m’ont encouragée à le publier.

 J’ai été rejetée beaucoup, beaucoup, beaucoup de fois, et chaque fois je me sentais encore plus inutile que la fois précédente. Je l’ai publiés en tant qu’indépendant en dernier recourt (quand les auteurs indies étaient considérés comme une « vanité » et regardés de haut).

Les fans l’ont rendue populaire. Je leur dois tout. Enfin, eux et Colleen Hoover qui était déjà très célèbre quand elle a décidé de lire mon livre et d’en parler aux gens.

Si vous pouviez rencontrer un personnage de vos livres, qui serait-ceet pourquoi ? 

J’espère ne jamais rencontrer mes personnages. Je leur ai fait traverser trop de choses, en tant que leur créatrice ; ce serait difficile de leur donner de bonnes réponses quand ils me demanderaient pourquoi ils devaient souffrir. A chaque fois que je pense à Dieu, j’ai pitié, parce que Dieu n’est peut-être pas au courant de ce qu’un Dieu est, et de la manière dont nous souffrons de ce manque de savoir.

 Etes-vous déjà venue en France ? Avez-vous rencontré vos fans Français ?

Oui, j’ai eu l’opportunité de venir en France en Juillet dernier et de participer à une réception de mon éditeur, Pygmalion. C’est une expérience que je chérirai toujours. Quand j’étais là, j’ai appris pourquoi j’avais été publiée en France et l’histoire m’a fait pleurer. Apparement, plusieurs lecteurs Français avaient lu mon livre en anglais et ont commencé à faire campagne pour moi vers plusieurs éditeurs pour qu’ils achètent les droits. Fanny, mon hôte, a appris cela à son ancienne maison d’édition avant d’être transférée à Pygmalion, et était heureuse de savoir qu’ils avaient choisi le titre. 

 Ils ont mis mon livre sur le côté d’un bus ! J’ai vu mon livre sur les étagères des librairies de Paris ! Je ne suis pas sur les étagères en Amérique, mais je le suis en France.

C’était tout, et je suis éternellement reconnaissante.

Avez-vous d’autres plans pour une future série ? Ou est-ce top secret ? 

 Les dernières années ont été difficiles personnellement et professionnellement. Je combats mon anxiété plus que jamais. Mais… j’écris. C’est très noir, complètement inapproprié, et sera sûrement banni quand j’essaierai de le publier, mais je l’écris. En ce moment, je n’ai pas de dates.  

Avez-vous un auteur préféré ? Ou un livre préféré ?

Je déteste toujours cette question. C’est trop dur !!! Mais voilà quelques auteurs que j’adore (par ordre alphabétique) :

Aleatha Romig

Anais Nin

Anne Rice

A.R. Torre

Belinda McBride

Bisco Hatori

Colleen Hoover

Eden Bradley

J. Sterling

J.R. Ward

Jodi Ellen Malpas

Kaia Bennett

Karen Marie Moning

Karina Halle

Kitty Thomas

Kresley Cole

Marie Sexton

Pam Godwin

Pepper Winters

Poppy Z. Brite

Raine Miller

T.M. Frazier

Tara Sivec

Tarryn Fisher

Tracey Garvis Graves

Yana Toboso

 

Website: http://www.aboutcjroberts.com

Captive in the Dark (The Dark Duet, 1) – C.J. Roberts

Synopsis: Caleb is a man with a singular interest in revenge. Kidnapped as a young boy and sold into slavery by a power-hungry mobster, he has thought of nothing but vengeance. For twelve years he has immersed himself in the world of pleasure slaves searching for the one man he holds ultimately responsible. Finally, the architect of his suffering has emerged with a new identity, but not a new nature. If Caleb is to get close enough to strike, he must become the very thing he abhors and kidnap a beautiful girl to train her to be all that he once was.

Eighteen-year-old Olivia Ruiz has just woken up in a strange place. Blindfolded and bound, there is only a calm male voice to welcome her. His name is Caleb, though he demands to be called Master. Olivia is young, beautiful, naïve and willful to a fault. She has a dark sensuality that cannot be hidden or denied, though she tries to accomplish both. Although she is frightened by the strong, sadistic, and arrogant man who holds her prisoner, what keeps Olivia awake in the dark is her unwelcome attraction to him.

WARNING: This book contains very disturbing situations, dubious consent, strong language, and graphic violence.

Interview (+traduction): Amanda Bonilla (giveaway – concours)

 

Welcome to Amanda Bonilla, the author of the awesome Shaede Assasin series. Her new book: Shadows at Midnight will be out soon. Thanks to the author for answering our questions.
———-
Bienvenue à Amanda Bonilla, l’auteure de la fantastique série : Shaede Assassin. Son nouveau roman Shadows at Mifnight sort bientôt. Merci à l’auteure pour avoir répondu à nos questions.

————-

Hello, can you tell us a little more about yourself?

Hi! *waves* Thanks for having me as a guest today! I write urban fantasy as Amanda Bonilla and contemporary romance and romantic suspense as Mandy Baxter.

Can you present us some of your series?

My current series include the Shaede Assassin and Sentry of Evil urban fantasy series, the U.S. Marshals romantic suspense series, and two contemporary Billionaires Club series.

How do you find your titles? Did you imagine them all when you started the series or do you brainstorm each time?

I’m horrible with titles! Coming up with titles is one of my least favorite things to do. Usually I’ll brainstorm a title with my agent, editor, or readers. We’ll usually go over several different options before settling on a title and even then there’s a chance it might change. I’d rather write an entire book than come up with one title.

Does the inspiration for the characters come from people you know?

Sometimes, but not often. Jax, the heroine in VENGEANCE BORNE was inspired by my daughter. They have similar physical traits and personality traits. That’s the most specific character inspiration I’ve ever drawn from my real life. Sometimes I’ll see someone somewhere that will inspire a physical description of a character but personality wise, most of my characters are completely fictional.

Who are some of your influences?

I read so many different authors and I’m inspired by them all! Some of my auto-buy favorite authors are Bernard Cornwell, Patricia Briggs, and Kresley Cole. I also love Anne Rice, Tiffany Reisz, Julie Ann Walker, Amanda Carlson, Kristen Painter, Roxanne St. Claire, Kristen Callihan, Kalayna Price, Lillith Saintcrow, Jeaniene Frost… I could go on for hours! LOL!

You tried different genre, which one is your favorite?

Writing is definitely a process and it can be tough at times. The most important piece of advice I give is to sit your butt in the chair and write. Period. Write when the words don’t want to come, write when you don’t think you have time, write when you’re not sure where the story is going. Get the first draft out. You can smooth out the bumps in revisions.

I’ve written in more than a few genres: urban fantasy, PNR, contemporary, and RS. I love them all but my heart is truly with fantasy. UF and PNR are my wheelhouse. I love the world building!

Can you tell us a little more about your third U.S. Marshal novel?

I’m so excited for the third U.S. Marshal novel, ONE TOUCH MORE. Damien Evans is an edgier hero and he has an equally edgy heroine. He’s under cover searching for a fugitive who’s been peddling synthetic drugs across the Pacific Northwest. He meets Tabitha, a night manager of a hotel, who ends up giving him a run for his money. I think readers are going to like both Tabitha and Damien and I’m so excited for the book to release in October!

Why choosing to write on U.S. Marshals?

I’m a huge fan of the show Justified and I’ve always been fascinated with what the Marshals Service does. They’re one of the most elite law enforcement and fugitive recovery agencies in the world. I’ve read a couple of non-fiction books on the marshals and I also know a retired U.S. Marshal that I consult with. The stories are amazing! These guys are literally putting their lives on the line daily. At a friend’s retirement party, an FBI agent remarked that in all of his years with the FBI, he’d never discharged his weapon. A marshal at the party responded, “I discharge my weapon at least once a day.” They’re out in the field hunting down dangerous criminals every single day. Who wouldn’t want to read about that?

You intended to release a new Shaede Assassin book, can you tell us a little more about this one?

The next Shaede Assassin novel, SHADOWS AT MIDNIGHT, will be available for purchase at the end of the summer. I’d hoped to release it sooner but I had pressing deadlines that I had to focus on first and my son graduated from high school this year which seriously ate up tons of my time. It’s seriously as involved as putting on a wedding! LOL!

In the fifth Shaede Assassin novel, Darian finds herself the captive of Padma, Azriel’s mother and the Rakshasa queen. She’s not particularly happy with Darian—or Xander—for the death of her son and she’s ready to take her revenge. They both go through the ringer in this book and it will also be a turning point for some characters’ relationships. I love writing in this world and I hope that readers will love this book as much as I do!

Do you intend to write a second book in the Sentry of Evil series?

Yes, definitely! I’m just not sure when that will be. I’ve definitely been up to my eyeballs in work lately, which is good, but it makes it tough to make time for the projects that I really want to work on. I’m hoping to write the next installment within the next year. I miss that world and really want to get back to it!

Do you want to try another genre?

I’d like to try to write an epic fantasy. I actually have one started but I really need to iron out the world building before I can sit down and write it.

Who is your favorite fictional character?
That’s a tough one! I’d have to say Derfel from Bernard Cornwell’s Warlord Chronicles. He’s a warlord who serves King Arthur in the series and he’s one of the most compelling protagonists I’ve ever read. I can read that series over and again and it never gets old. I absolutely love Cornwell’s writing

—————-

Bonjour, pouvez-vous nous en dire plus à votre sujet ?

Salut! *secoue la main* Merci de m’avoir en tant qu’invitée aujourd’hui ! J’écris de l’urban fantasy en tant qu’Amanda Bonilla et des romantic suspense en tant que Mandy Baxter.

Pouvez-vous nous présenter certaines de vos séries ?

Mes séries actuelles comprennent les séries d’urban fantasy Shaede Assassin et Sentry of Evil, et une série de romantic suspense U.S. Marshals et deux romances contemporaines Billionaires Club.

Comment trouvez-vous vos titres ? Les imaginez-vous quand vous commencez une série ou vous prenez-vous la tête à chaque fois ?

Je suis terrible avec les titres ! En trouver un reste toujours la dernière chose que je fais. D’habitude je me prends la tête avec mon agent, éditeur ou lecteurs. On passe souvent plusieurs options différentes avant de choisir un titre et même là il peut y avoir encore des changements. Je préfèrerais écrire un livre entier plutôt que trouver un titre.

L’inspiration pour vous personnages vient-elle des personnes que vous connaissez ?

Parfois, mais pas souvent. Jax, l’héroïne de VENGEANCE BORNE a été inspirée par ma fille. Elles ont des traits similaires. C’est la plus grande inspiration de la vie réelle que j’ai eue pour un personnage. Parfois, je vois une personne quelque part qui va m’inspirer une description, mais pour ce qui est de la personnalité, la plupart de mes personnages sont complètement fictifs.

Qui sont certaines de vos influences ?

Je lis différents auteurs et je m’inspire de tous. Certains de ma liste à acheter automatiquement sont Bernard Cornwell, Patricia Briggs, et Kresley Cole. J’adore aussi Anne Rice, Tiffany Reisz, Julie Ann Walker, Amanda Carlson, Kristen Painter, Roxanne St. Claire, Kristen Callihan, Kalayna Price, Lillith Saintcrow, Jeaniene Frost… Je pourrais continuer à en citer pendant des heures ! LOL!

A quels challenges faites-vous face pendant le procédé d’écriture et comment les surpassez – vous ? Vous avez essayé différents genres, lequel est votre préféré ?

L’écriture est réellement un procédé et il peut être difficile de temps en temps. Le meilleur conseil que je peux donner c’est de s’assoir et d’écrire. Ecrire quand les mots ne veulent pas venir, écrire quand vous pensez ne pas avoir le temps, écrire quand vous n’êtes pas sûr où l’histoire se dirige. Sortir un premier jet. Vous pourrez tout améliorer après avec des révisions.

J’ai écrit plus que quelques genres : urban fantasy, romance paranormale, romance contemporaine, et romantic suspense. Je les aime tous mais mon cœur va à la fantasy. UF et RP sont mes genres préférés. J’adore la construction des mondes !

Pouvez-vous nous en dire plus sur le troisième U.S. Marshal ?

Je suis tellement excitée pour le troisième roman U.S. Marshal, ONE TOUCH MORE. Damien Evans est un héros nerveux et il a une héroïne à sa hauteur. Il est sous couverture à chercher un fugitif qui envoie des drogues à travers le Pacific Northwest. Il rencontre Tabitha, la manager de nuit d’un hôtel, qui finit par lui en donner pour son argent. Je pense que les lecteurs vont adorer Tabitha et Damien et je suis si contente que le livre sorte en Octobre !

Pourquoi choisir d’écrire sur les U.S. Marshals ?

Je suis une grande fan du show Justified et j’ai toujours été fascinée par ce que le Marshals Service fait. Ce sont l’élite des forces de l’ordre et de recherche de fugitifs dans le monde. J’ai lu quelques livres de non-fiction sur eux et je connais aussi un U.S. Marshal à la retraite que je consulte. Les histoires sont impressionnantes ! Ces gars mettent littéralement leur vie en jeu tous les jours. Lors d’une fête pour la retraite d’un ami, un agent du FBI a fait la remarque que pendant toutes ses années au FBI, il n’a jamais déchargé son arme. Un marshal à la fête a répondu « je décharge mon arme au moins une fois par jour ». Ils sont sur le terrain à chasser de dangereux criminels chaque jour. Qui ne voudrait pas lire à ce sujet ?

Vous deviez sortir un nouveau roman de la série Shaede Assassin, pouvez-vous nous en dire plus à ce sujet ?

Le prochain Shaede, SHADOWS AT MIDNIGHT, sera disponible à la vente à la fin de l’été. J’espérais le sortir plus tôt mais j’ai eu des deadlines pressantes et j’ai dû me concentrer dessus et mon premier garçon a fini le lycée cette année, ce qui me prend énormément de temps. Ça prend autant de temps que l’organisation d’un mariage ! LOL !

Dans le cinquième Shaede Assassin, Darian se retrouve captive de Padma, la mère d’Azriel et la reine Rakshasa. Elle n’est pas vraiment contente de Darian – ou Xander – pour la mort de son fils et elle est prête à se venger. Ils vont devoir affronter un grand nombre de choses et ce sera un tournant essentiel pour les relations des personnages. J’adore écrire dans ce monde et j’espère que les lecteurs aimeront le livre autant que moi !

Avez-vous l’intention d’écrire un second roman dans la série Sentry of Evil ?

Oui, bien sûr ! Mais je ne sais pas encore quand cela sera possible. J’ai beaucoup de travail en ce moment, ce qui est bien, mais c’est difficile de trouver du temps pour mes projets. J’espère écrire le prochain volume dans le courant de l’année. Le monde de Sentry of Evil me manque et j’ai hâte d’y revenir.

Voudriez-vous essayer un autre genre ?

J’aimerais écrire de l’épic fantasy. J’en ai commencé une mais j’ai besoin de revoir le monde avant de m’assoir et de l’écrire.

Quel est votre personnage fictif préféré ?
C’est une question difficile ! Je dirais Derfel de Warlord Chronicles par Bernard Cornwell. C’est un seigneur de guerre qui sert le Roi Arthur dans la série et c’est un personnage fantastique. Je peux lire la série encore et encore et elle ne vieillit jamais. J’adore l’écriture de Cornwell.

———

Author’s website: http://amandabonilla.com

 Shaede Assassin, Book 5

Synopsis: Has Darian’s past finally caught up with her?

The Rakshasa queen, Padma, has a score to settle—she wants those responsible for her son’s death to pay and to pay dearly. Darian, Tyler and Xander are all at risk—and Padma’s powers could force them to live the rest of their lives in the madness of the Realm of Illusions…

While Darian is taken and is the first to suffer, she’s soon rescued by Tyler, the one man to never disappoint. But what Darian doesn’t know is that her freedom comes at a steep price—Xander’s the King of Shaedes, imprisonment. Darian knows what horrors await in Padma’s dungeon. A rescue mission won’t be easy and she can’t do it alone.

Deep in the bowels of Goblin Valley, Darian, Tyler, and her small band of Shaede warriors fight their way through a dark labyrinth. In a realm where illusions rule, with danger at every turn, the odds are stacked against them. Time isn’t on their side, every second spent in Padma’s custody will be another step Xander takes toward madness. A kingdom can’t be ruled without its king and the wolves are at the door, waiting. If Darian can’t get to Xander before he succumbs to the illusions, an entire kingdom’s future is at stake…

 

a Rafflecopter giveaway

Interview: Stephane Soutoul (concours – giveaway)

Bienvenue à Stephane Soutoul, auteur de nombreux romans en France. Nous le remercions pour avoir répondu à nos questions.

————

Bienvenue sur Between Dreams and Reality, pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?

Bonjour à toutes et à tous ! Je remercie Between Dreams and Reality de m’accueillir aujourd’hui. Je m’appelle Stéphane Soutoul et je suis romancier. L’univers du livre représente une passion qui m’habite depuis mon plus jeune âge. Si j’ai la chance aujourd’hui de pouvoir coucher sur papier mes propres histoires, je suis également un fervent lecteur qui dévore les ouvrages en provenance de divers horizons.

Vous avez écrit différents genres, est-ce difficile de passer de l’un à l’autre de façon aussi rapide ?

Je pense que la facilité d’un auteur à passer d’un genre à l’autre dépend des individus. Pour ma part, lorsque je m’attèle à un roman s’inscrivant dans une veine que ma plume n’a pas encore exploré, j’ai au préalable l’intuition de pouvoir y apporter quelque chose de personnel. Je ne m’aventure jamais dans un genre qui m’est inconnu ou que je doute de pouvoir apprivoiser. Avant de se lancer dans la rédaction d’une histoire, il faut toujours veiller à ne pas reprendre des écrits qui existent déjà. Cette prudence explique l’intérêt pour un romancier d’avoir lu le plus large panel d’ouvrages appartenant au genre sur lequel il souhaite travailler. En ce qui me concerne, c’est toujours avec beaucoup de plaisir que je plie mon style afin de l’adapter au ton narratif qui convient à un roman. Ce côté caméléon permet de surprendre le lecteur et de renouveler son intérêt. Ensuite, quel que soit le genre, je reste fidèle aux sujets et thèmes qui me touchent.

Vous êtes en train d’écrire le dernier tome des aventures de Syldia et Sam, est-ce difficile de laisser les personnages ici ? Comptez-vous écrire plusieurs spin offs sur les sœurs ?

Mettre un terme à une série qui l’a accompagné durant des années est toujours un pincement au cœur pour un auteur, je ne vous le cache pas. Le phénomène est difficile à expliquer. On peut dire que je noue de réels liens d’affinité avec mes personnages au fur et à mesure que je passe du temps en leur compagnie. Même si les aventures de Syldia/Sam s’achèvent avec le tome 5 d’Anges d’apocalypse (La caresse des aurores), j’ai encore de nombreuses idées pour les autres protagonistes qui gravitent autour du duo principal. Anges d’apocalypse est avant tout un univers. Hélas, pour le moment je me suis pris de passion pour d’autres projets en cours d’écriture. Il n’est toutefois pas impossible que je revienne un jour sur la série pour tisser de nouvelles intrigues avec les sœurs de Syldia.

Comment abordez-vous ce dernier tome ? C’est toujours délicat de terminer une saga telle que celle ci.

Il est effectivement délicat d’aborder le dernier tome d’une série dont la rédaction s’est étalée sur près de quatre années. J’ai veillé à respecter le synopsis établi à l’origine du projet et à inclure tous les éléments scénaristiques que je souhaitais voir prendre vie au sein du roman. Le sens du détail, renforcé par une solide rigueur narrative, est déterminant. Mais surtout, la nécessité que j’ai gardée à l’esprit durant toute l’écriture de La caresse des aurores est de susciter chez le lecteur des émotions bien précises. J’ai aussi veillé à offrir un dénouement digne de la série.

Vous avez aussi écrit il y a peu un livre young adult, pensez-vous revenir au genre bientôt?

Oh oui, j’ai la ferme intention de revenir le plus rapidement possible dans le genre Young Adult. L’aventure de Si proche de lui n’a été que pur plaisir, autant sur le plan créatif qu’au niveau éditorial et partage avec les lecteurs. Ces derniers m’ont chaudement encouragé à récidiver avec un prochain roman, chose qui fait partie de mes projets. Je me sens vraiment bien dans mes baskets avec le genre YA et j’ai un tas d’idées sur lesquelles je brûle d’envie de me pencher. Pour tout vous dire, j’ai d’ores et déjà écrit un synopsis pour un futur one-shot et l’histoire ne demande plus qu’à être écrite. Les thèmes, les personnages et l’ambiance seront différents de Si proche de lui, mais c’est justement cette multitude de possibilité qui s’avère passionnante dans l’écriture.

Votre prochain thriller est annoncé, était-ce un challenge ? C’est quelque chose de totalement différent, comment avez-vous abordé ce genre là ?

Le vrai challenge dans l’élaboration de mon prochain thriller tenait à matérialiser sur le papier la vision la plus exacte possible que j’avais de l’intrigue. La proie du Papillon est un projet qui a exigé une grande minutie à travers le traitement de ses personnages, de son suspense, de son ambiance sensuelle et angoissante… Pourquoi orienter ma plume vers le thriller sentimental ? Parce qu’il s’agit d’un genre que je connais bien en tant que lecteur et cinéphile. Les mots et l’image sont pour moi des éléments indissociables. Cela faisait un certain temps déjà que je mourrais d’envie d’aborder le genre du thriller en y apportant ma touche personnelle et une esthétique visuelle prononcée.

Pouvez-vous d’ailleurs nous en dire un peu plus au sujet de La proie du Papillon ?

La rédaction de La proie du papillon s’est révélée intense à plus d’un titre. Résolument moderne, il s’agit d’un thriller sentimental qui se destine aux amateurs de suspense et de relations empoisonnées. L’histoire parle d’une femme influente qui veut briser sa concurrente et amie par tous les moyens, même les plus immoraux. Elle va pour cela recourir aux services d’un homme aux talents particuliers qui aura pour mission de réaliser ses sombres desseins. Le roman joue avec les différentes nuances qui composent une liaison intime : l’amour, la haine, la jalousie… En découvrant La proie du papillon, les lecteurs se verront immergés dans une histoire où l’art de la séduction revendique un parfum de scandale. Tout en gardant secret les nombreux rebondissements de l’intrigue, je dirais que mon but en écrivant ce roman était de susciter le plus d’émotions possible tout en accélérant le pouls des lecteurs. Le récit met en scène des personnages dangereux, dépourvus de morale, qui évoluent dans les sphères de la haute société New Yorkaise. J’ai tissé un récit au sein duquel des protagonistes glamour s’adonnent aux plus venimeux des complots. Autant dire que la manipulation affective se trouvera au cœur du sujet. L’ambiance du roman sera donc sulfureuse à souhait, pour ne pas dire indécente, et jamais la mort n’aura arboré un visage aussi charmeur. La proie du papillon paraîtra courant février 2016 aux éditions Pygmalion (Flammarion). Je ferai prochainement une présentation plus complète du roman.

Avez-vous déjà d’autres projets pour la suite ou est-ce top secret ?

J’ai pris un plaisir si vif en écrivant La proie du papillon que je travaille d’ores et déjà sur un second thriller sentimental. Je me suis réellement entiché pour ce genre en jouant avec ses codes. Pourquoi cette révélation ? Parce que j’adore jouer avec les nerfs des lecteurs et provoquer chez eux un large panel de réactions au fil des pages. L’un des aspects qui m’intéresse le plus dans l’exercice littéraire est d’explorer les facettes les plus sombres, voire inavouables, de la nature humaine. Selon moi, personne n’est tout blanc ou tout noir dans la vie. C’est cette nuance ambiguë qui confère toute sa saveur à une intrigue. J’essaie de proposer un pur divertissement à travers La proie du papillon et mes thrillers à venir, sans jamais m’éloigner des sentiments à fleur de peau et des émotions fortes auxquels j’aspire. Sentiments, sensualité et suspense seront les maîtres mots de mes romans dans les mois à venir. En bref, le frisson sous ses formes les plus diverses.
a Rafflecopter giveaway