Interview: CJ Roberts (+traduction)

Welcome to C.J. Roberts the author of the Dark Duet series! Thanks to her for her answers!


Bienvenue à C.J. Roberts l’auteure de la série Dark Duet sortie en Français chez Pygmalion. Merci à elle pour avoir répondu à nos questions.


Welcome on Between Dreams and Reality, can you present yourself in a few words?

Overworked procrastinator with a perverted imagination and delusions of grandeur. I think that about sums me up for better or worse.

What can you tell us but The Dark Duet series? What is it about?

I’ve answered this question many times over the years, and each time I discover something new about my reasons. Looking back on it today and the young woman I was when I started writing it, I think the story is more personal than I previously let on. I was young, naïve, and very frightened of the world evolving around me. In many ways, the story was me exploring my fears and desires in a safe and fictional environment.

What would you most like potential readers to know about you and/or your books?

They are welcome to NOT to like them.  I write fiction and I write it for myself, for whatever thing I am trying to learn about myself or the world. All of my characters are flawed because there is something I find beautiful about the fragments we, as humans, reshape ourselves around. I tend to be a very free thinker which is good, but also problematic because there are never any easy answers for me to find. Writing is a way to push myself to see things from perspectives I wouldn’t otherwise consider. It’s a lofty goal because I have no illusions about a being a great literary writer. I write things to titillate, but I do what I can to also learn and push others to think, especially about topics where they fundamentally believe they have a moral or ethical absolute.

You write dark novels, is it something difficult to do? Is there another genre you would like to try?

It’s easy to write in the sense that terrifying thoughts come to me regularly. I have an anxiety disorder. But it’s also very difficult for the same reason. For me, every day is a struggle for internal peace and focus. There are days when simply the thought of opening my laptop floods me with panic. That said, I wish I felt capable to writing other genres, but I don’t think it is my gift. I am especially fond of sci-fi, paranormal, and action.

Captive in The Dark became very popular, did you expect that?

No. I never expected to publish it. Writing has always been a personal thing, something I do to exorcise my inner wanton demons.  I wrote Captive over the course of several years and shared it with only my closest friends until I was out of the military. After the military, I could not find work, I had no friends who lived near me, and I had begun to feel rather worthless. I spent my time working on my story and when I finished it, my close friends encouraged me to publish it.

It was rejected many, many, many times, and each time I felt more worthless than before. I published as an independent as a last resort (back then indie authors were considered ‘vanity press’ and looked down on).

The fans made it popular. I owe it all to them. Well, them, and Colleen Hoover who was already mega famous when she decided to read my book and actually tell people.

If you could meet any characters in your book, who would it be and why?

I would hope to never meet any of my characters. I have done too much to them and as their creator; I would be hard pressed to give them any good answers as to why they had to suffer. Whenever I think about God, I have pity, because God may not even be aware of what God is, and how we all suffer from this lack of knowledge.

Have you ever been in France? Did you meet with your French fans?

Yes, I had the opportunity to visit France this past July and attend a reception with my publisher, Pygmalion. The experience is one I will treasure forever. While I was there I learned how I came to be published in France, and the story had me in tears. Apparently, many French readers had read the book in English and began campaigning on my behalf to several publishers to purchase the rights. Fanny, my host, had heard about it at her former publishing house before transferring to Pygmalion, and was happy to hear they had picked up the title.

They put my book on the side of a bus! I saw my book on shelves in the bookstores of Paris! I am not on bookshelves in America, but I am in France.

It was everything and I am eternally grateful.

Have you already other plans for future series? Or is it top secret?

The last few years have been difficult for a host of personal and professional reasons. I am struggling with my anxiety more than ever. But…I am writing. It’s very dark, highly inappropriate, and will probably be banned the moment I try to publish it, but I am writing. At this time, I don’t have a tentative release date.

Do you have a favorite author? Or a favorite book?

I always hate this question. It’s too hard!!! But here are some authors I love (in alphabetical order):

Aleatha Romig

Anais Nin

Anne Rice

A.R. Torre

Belinda McBride

Bisco Hatori

Colleen Hoover

Eden Bradley

J. Sterling

J.R. Ward

Jodi Ellen Malpas

Kaia Bennett

Karen Marie Moning

Karina Halle

Kitty Thomas

Kresley Cole

Marie Sexton

Pam Godwin

Pepper Winters

Poppy Z. Brite

Raine Miller

T.M. Frazier

Tara Sivec

Tarryn Fisher

Tracey Garvis Graves

Yana Toboso


 

Bienvenue sur Between Dreams and Reality, pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?

Procrastinatrice overbookée avec une imagination perverse avec la folie des grandeurs. Je pense que ça me résume pour le meilleur ou le pire.

Pouvez-vous nous en dire plus sur la série The Dark Duet ? De quoi s’agit-il ?

J’ai répondu à cette question plusieurs fois à travers les années, et chaque fois je découvre quelque chose de nouveau. En regardant en arrière aujourd’hui, et en pensant à la femme que j’étais quand j’ai commencé, je crois que l’histoire est plus personnelle que je le pensais. J’étais jeune, naïve, et effrayée par le monde qui m’entourait. Sous plusieurs aspects, l’histoire révèle mon exploration de mes peurs et désirs dans un environnement sécurisé et fictif

Que voudriez-vous que vos potentiels lecteurs sachent au sujet de vos livres ou de vous ?

Ils peuvent ne pas les aimer. J’écris de la fiction et j’écris pour moi, pour les choses que j’essaie d’apprendre sur moi-même et sur le monde. Tous mes personnages ont des défauts parce qu’il y a quelque chose que je trouve beau au sujet des fragments, qui, en tant qu’humains, nous transforme. Je suis une penseuse libre, ce qui est bien, mais aussi problématique parce qu’il n’y a jamais de réponses faciles à trouver. Ecrire est un moyen de me pousser à voir les choses d’une perspective que je n’aurais pas envisagée. C’est un but difficile parce que je n’ai pas d’illusions sur le fait d’être un très bon écrivain littéraire. J’écris des choses qui titillent, mais je le fais pour apprendre et pousser les autres à réflechir, surtout sur des sujets pour lesquels ils pensent avoir une morale ou une éthique absolue.

Vous écrivez des romans noirs, est-ce difficile à faire ? Y-a-t-il un autre genre que vous voudriez essayer ?

 C’est facile d’écrire dans le sens où des pensées terrifiantes me viennent régulièrement. J’ai un trouble de l’anxiété. Mais c’est aussi difficile pour la même raison. Pour moi, chaque jour est un combat pour un focus et une paix intérieure. Il y a des jours où le fait d’ouvrir simplement mon ordinateur me fait paniquer. Cela dit, j’espère être capable d’écrire d’autres genres, mais je ne pense pas que c’est ce soit mon don. J’aime particulièrement la science-fiction, le paranormal et l’action.

Captive in The Dark est devenu très populaire, vous y attendiez-vous ?

Non. Je ne pensais pas le publier. Ecrire a toujours été personnel, quelque chose pour exorciser mes propres démons. J’ai écrit Captive pendant plusieurs années et je l’ai uniquement partagé avec mes amis proches jusqu’à ce que j’arrête l’armée. Après l’armée, je ne parvenais pas à trouver du travail, et je n’avais pas d’amis qui habitaient près, et j’ai commencé à me sentir inutile. J’ai passé du temps à travailler sur mon histoire et quand je l’ai finie, mes amis proches m’ont encouragée à le publier.

 J’ai été rejetée beaucoup, beaucoup, beaucoup de fois, et chaque fois je me sentais encore plus inutile que la fois précédente. Je l’ai publiés en tant qu’indépendant en dernier recourt (quand les auteurs indies étaient considérés comme une « vanité » et regardés de haut).

Les fans l’ont rendue populaire. Je leur dois tout. Enfin, eux et Colleen Hoover qui était déjà très célèbre quand elle a décidé de lire mon livre et d’en parler aux gens.

Si vous pouviez rencontrer un personnage de vos livres, qui serait-ceet pourquoi ? 

J’espère ne jamais rencontrer mes personnages. Je leur ai fait traverser trop de choses, en tant que leur créatrice ; ce serait difficile de leur donner de bonnes réponses quand ils me demanderaient pourquoi ils devaient souffrir. A chaque fois que je pense à Dieu, j’ai pitié, parce que Dieu n’est peut-être pas au courant de ce qu’un Dieu est, et de la manière dont nous souffrons de ce manque de savoir.

 Etes-vous déjà venue en France ? Avez-vous rencontré vos fans Français ?

Oui, j’ai eu l’opportunité de venir en France en Juillet dernier et de participer à une réception de mon éditeur, Pygmalion. C’est une expérience que je chérirai toujours. Quand j’étais là, j’ai appris pourquoi j’avais été publiée en France et l’histoire m’a fait pleurer. Apparement, plusieurs lecteurs Français avaient lu mon livre en anglais et ont commencé à faire campagne pour moi vers plusieurs éditeurs pour qu’ils achètent les droits. Fanny, mon hôte, a appris cela à son ancienne maison d’édition avant d’être transférée à Pygmalion, et était heureuse de savoir qu’ils avaient choisi le titre. 

 Ils ont mis mon livre sur le côté d’un bus ! J’ai vu mon livre sur les étagères des librairies de Paris ! Je ne suis pas sur les étagères en Amérique, mais je le suis en France.

C’était tout, et je suis éternellement reconnaissante.

Avez-vous d’autres plans pour une future série ? Ou est-ce top secret ? 

 Les dernières années ont été difficiles personnellement et professionnellement. Je combats mon anxiété plus que jamais. Mais… j’écris. C’est très noir, complètement inapproprié, et sera sûrement banni quand j’essaierai de le publier, mais je l’écris. En ce moment, je n’ai pas de dates.  

Avez-vous un auteur préféré ? Ou un livre préféré ?

Je déteste toujours cette question. C’est trop dur !!! Mais voilà quelques auteurs que j’adore (par ordre alphabétique) :

Aleatha Romig

Anais Nin

Anne Rice

A.R. Torre

Belinda McBride

Bisco Hatori

Colleen Hoover

Eden Bradley

J. Sterling

J.R. Ward

Jodi Ellen Malpas

Kaia Bennett

Karen Marie Moning

Karina Halle

Kitty Thomas

Kresley Cole

Marie Sexton

Pam Godwin

Pepper Winters

Poppy Z. Brite

Raine Miller

T.M. Frazier

Tara Sivec

Tarryn Fisher

Tracey Garvis Graves

Yana Toboso

 

Website: http://www.aboutcjroberts.com

Captive in the Dark (The Dark Duet, 1) – C.J. Roberts

Synopsis: Caleb is a man with a singular interest in revenge. Kidnapped as a young boy and sold into slavery by a power-hungry mobster, he has thought of nothing but vengeance. For twelve years he has immersed himself in the world of pleasure slaves searching for the one man he holds ultimately responsible. Finally, the architect of his suffering has emerged with a new identity, but not a new nature. If Caleb is to get close enough to strike, he must become the very thing he abhors and kidnap a beautiful girl to train her to be all that he once was.

Eighteen-year-old Olivia Ruiz has just woken up in a strange place. Blindfolded and bound, there is only a calm male voice to welcome her. His name is Caleb, though he demands to be called Master. Olivia is young, beautiful, naïve and willful to a fault. She has a dark sensuality that cannot be hidden or denied, though she tries to accomplish both. Although she is frightened by the strong, sadistic, and arrogant man who holds her prisoner, what keeps Olivia awake in the dark is her unwelcome attraction to him.

WARNING: This book contains very disturbing situations, dubious consent, strong language, and graphic violence.

Interview (+traduction): Amanda Bonilla (giveaway – concours)

 

Welcome to Amanda Bonilla, the author of the awesome Shaede Assasin series. Her new book: Shadows at Midnight will be out soon. Thanks to the author for answering our questions.
———-
Bienvenue à Amanda Bonilla, l’auteure de la fantastique série : Shaede Assassin. Son nouveau roman Shadows at Mifnight sort bientôt. Merci à l’auteure pour avoir répondu à nos questions.

————-

Hello, can you tell us a little more about yourself?

Hi! *waves* Thanks for having me as a guest today! I write urban fantasy as Amanda Bonilla and contemporary romance and romantic suspense as Mandy Baxter.

Can you present us some of your series?

My current series include the Shaede Assassin and Sentry of Evil urban fantasy series, the U.S. Marshals romantic suspense series, and two contemporary Billionaires Club series.

How do you find your titles? Did you imagine them all when you started the series or do you brainstorm each time?

I’m horrible with titles! Coming up with titles is one of my least favorite things to do. Usually I’ll brainstorm a title with my agent, editor, or readers. We’ll usually go over several different options before settling on a title and even then there’s a chance it might change. I’d rather write an entire book than come up with one title.

Does the inspiration for the characters come from people you know?

Sometimes, but not often. Jax, the heroine in VENGEANCE BORNE was inspired by my daughter. They have similar physical traits and personality traits. That’s the most specific character inspiration I’ve ever drawn from my real life. Sometimes I’ll see someone somewhere that will inspire a physical description of a character but personality wise, most of my characters are completely fictional.

Who are some of your influences?

I read so many different authors and I’m inspired by them all! Some of my auto-buy favorite authors are Bernard Cornwell, Patricia Briggs, and Kresley Cole. I also love Anne Rice, Tiffany Reisz, Julie Ann Walker, Amanda Carlson, Kristen Painter, Roxanne St. Claire, Kristen Callihan, Kalayna Price, Lillith Saintcrow, Jeaniene Frost… I could go on for hours! LOL!

You tried different genre, which one is your favorite?

Writing is definitely a process and it can be tough at times. The most important piece of advice I give is to sit your butt in the chair and write. Period. Write when the words don’t want to come, write when you don’t think you have time, write when you’re not sure where the story is going. Get the first draft out. You can smooth out the bumps in revisions.

I’ve written in more than a few genres: urban fantasy, PNR, contemporary, and RS. I love them all but my heart is truly with fantasy. UF and PNR are my wheelhouse. I love the world building!

Can you tell us a little more about your third U.S. Marshal novel?

I’m so excited for the third U.S. Marshal novel, ONE TOUCH MORE. Damien Evans is an edgier hero and he has an equally edgy heroine. He’s under cover searching for a fugitive who’s been peddling synthetic drugs across the Pacific Northwest. He meets Tabitha, a night manager of a hotel, who ends up giving him a run for his money. I think readers are going to like both Tabitha and Damien and I’m so excited for the book to release in October!

Why choosing to write on U.S. Marshals?

I’m a huge fan of the show Justified and I’ve always been fascinated with what the Marshals Service does. They’re one of the most elite law enforcement and fugitive recovery agencies in the world. I’ve read a couple of non-fiction books on the marshals and I also know a retired U.S. Marshal that I consult with. The stories are amazing! These guys are literally putting their lives on the line daily. At a friend’s retirement party, an FBI agent remarked that in all of his years with the FBI, he’d never discharged his weapon. A marshal at the party responded, “I discharge my weapon at least once a day.” They’re out in the field hunting down dangerous criminals every single day. Who wouldn’t want to read about that?

You intended to release a new Shaede Assassin book, can you tell us a little more about this one?

The next Shaede Assassin novel, SHADOWS AT MIDNIGHT, will be available for purchase at the end of the summer. I’d hoped to release it sooner but I had pressing deadlines that I had to focus on first and my son graduated from high school this year which seriously ate up tons of my time. It’s seriously as involved as putting on a wedding! LOL!

In the fifth Shaede Assassin novel, Darian finds herself the captive of Padma, Azriel’s mother and the Rakshasa queen. She’s not particularly happy with Darian—or Xander—for the death of her son and she’s ready to take her revenge. They both go through the ringer in this book and it will also be a turning point for some characters’ relationships. I love writing in this world and I hope that readers will love this book as much as I do!

Do you intend to write a second book in the Sentry of Evil series?

Yes, definitely! I’m just not sure when that will be. I’ve definitely been up to my eyeballs in work lately, which is good, but it makes it tough to make time for the projects that I really want to work on. I’m hoping to write the next installment within the next year. I miss that world and really want to get back to it!

Do you want to try another genre?

I’d like to try to write an epic fantasy. I actually have one started but I really need to iron out the world building before I can sit down and write it.

Who is your favorite fictional character?
That’s a tough one! I’d have to say Derfel from Bernard Cornwell’s Warlord Chronicles. He’s a warlord who serves King Arthur in the series and he’s one of the most compelling protagonists I’ve ever read. I can read that series over and again and it never gets old. I absolutely love Cornwell’s writing

—————-

Bonjour, pouvez-vous nous en dire plus à votre sujet ?

Salut! *secoue la main* Merci de m’avoir en tant qu’invitée aujourd’hui ! J’écris de l’urban fantasy en tant qu’Amanda Bonilla et des romantic suspense en tant que Mandy Baxter.

Pouvez-vous nous présenter certaines de vos séries ?

Mes séries actuelles comprennent les séries d’urban fantasy Shaede Assassin et Sentry of Evil, et une série de romantic suspense U.S. Marshals et deux romances contemporaines Billionaires Club.

Comment trouvez-vous vos titres ? Les imaginez-vous quand vous commencez une série ou vous prenez-vous la tête à chaque fois ?

Je suis terrible avec les titres ! En trouver un reste toujours la dernière chose que je fais. D’habitude je me prends la tête avec mon agent, éditeur ou lecteurs. On passe souvent plusieurs options différentes avant de choisir un titre et même là il peut y avoir encore des changements. Je préfèrerais écrire un livre entier plutôt que trouver un titre.

L’inspiration pour vous personnages vient-elle des personnes que vous connaissez ?

Parfois, mais pas souvent. Jax, l’héroïne de VENGEANCE BORNE a été inspirée par ma fille. Elles ont des traits similaires. C’est la plus grande inspiration de la vie réelle que j’ai eue pour un personnage. Parfois, je vois une personne quelque part qui va m’inspirer une description, mais pour ce qui est de la personnalité, la plupart de mes personnages sont complètement fictifs.

Qui sont certaines de vos influences ?

Je lis différents auteurs et je m’inspire de tous. Certains de ma liste à acheter automatiquement sont Bernard Cornwell, Patricia Briggs, et Kresley Cole. J’adore aussi Anne Rice, Tiffany Reisz, Julie Ann Walker, Amanda Carlson, Kristen Painter, Roxanne St. Claire, Kristen Callihan, Kalayna Price, Lillith Saintcrow, Jeaniene Frost… Je pourrais continuer à en citer pendant des heures ! LOL!

A quels challenges faites-vous face pendant le procédé d’écriture et comment les surpassez – vous ? Vous avez essayé différents genres, lequel est votre préféré ?

L’écriture est réellement un procédé et il peut être difficile de temps en temps. Le meilleur conseil que je peux donner c’est de s’assoir et d’écrire. Ecrire quand les mots ne veulent pas venir, écrire quand vous pensez ne pas avoir le temps, écrire quand vous n’êtes pas sûr où l’histoire se dirige. Sortir un premier jet. Vous pourrez tout améliorer après avec des révisions.

J’ai écrit plus que quelques genres : urban fantasy, romance paranormale, romance contemporaine, et romantic suspense. Je les aime tous mais mon cœur va à la fantasy. UF et RP sont mes genres préférés. J’adore la construction des mondes !

Pouvez-vous nous en dire plus sur le troisième U.S. Marshal ?

Je suis tellement excitée pour le troisième roman U.S. Marshal, ONE TOUCH MORE. Damien Evans est un héros nerveux et il a une héroïne à sa hauteur. Il est sous couverture à chercher un fugitif qui envoie des drogues à travers le Pacific Northwest. Il rencontre Tabitha, la manager de nuit d’un hôtel, qui finit par lui en donner pour son argent. Je pense que les lecteurs vont adorer Tabitha et Damien et je suis si contente que le livre sorte en Octobre !

Pourquoi choisir d’écrire sur les U.S. Marshals ?

Je suis une grande fan du show Justified et j’ai toujours été fascinée par ce que le Marshals Service fait. Ce sont l’élite des forces de l’ordre et de recherche de fugitifs dans le monde. J’ai lu quelques livres de non-fiction sur eux et je connais aussi un U.S. Marshal à la retraite que je consulte. Les histoires sont impressionnantes ! Ces gars mettent littéralement leur vie en jeu tous les jours. Lors d’une fête pour la retraite d’un ami, un agent du FBI a fait la remarque que pendant toutes ses années au FBI, il n’a jamais déchargé son arme. Un marshal à la fête a répondu « je décharge mon arme au moins une fois par jour ». Ils sont sur le terrain à chasser de dangereux criminels chaque jour. Qui ne voudrait pas lire à ce sujet ?

Vous deviez sortir un nouveau roman de la série Shaede Assassin, pouvez-vous nous en dire plus à ce sujet ?

Le prochain Shaede, SHADOWS AT MIDNIGHT, sera disponible à la vente à la fin de l’été. J’espérais le sortir plus tôt mais j’ai eu des deadlines pressantes et j’ai dû me concentrer dessus et mon premier garçon a fini le lycée cette année, ce qui me prend énormément de temps. Ça prend autant de temps que l’organisation d’un mariage ! LOL !

Dans le cinquième Shaede Assassin, Darian se retrouve captive de Padma, la mère d’Azriel et la reine Rakshasa. Elle n’est pas vraiment contente de Darian – ou Xander – pour la mort de son fils et elle est prête à se venger. Ils vont devoir affronter un grand nombre de choses et ce sera un tournant essentiel pour les relations des personnages. J’adore écrire dans ce monde et j’espère que les lecteurs aimeront le livre autant que moi !

Avez-vous l’intention d’écrire un second roman dans la série Sentry of Evil ?

Oui, bien sûr ! Mais je ne sais pas encore quand cela sera possible. J’ai beaucoup de travail en ce moment, ce qui est bien, mais c’est difficile de trouver du temps pour mes projets. J’espère écrire le prochain volume dans le courant de l’année. Le monde de Sentry of Evil me manque et j’ai hâte d’y revenir.

Voudriez-vous essayer un autre genre ?

J’aimerais écrire de l’épic fantasy. J’en ai commencé une mais j’ai besoin de revoir le monde avant de m’assoir et de l’écrire.

Quel est votre personnage fictif préféré ?
C’est une question difficile ! Je dirais Derfel de Warlord Chronicles par Bernard Cornwell. C’est un seigneur de guerre qui sert le Roi Arthur dans la série et c’est un personnage fantastique. Je peux lire la série encore et encore et elle ne vieillit jamais. J’adore l’écriture de Cornwell.

———

Author’s website: http://amandabonilla.com

 Shaede Assassin, Book 5

Synopsis: Has Darian’s past finally caught up with her?

The Rakshasa queen, Padma, has a score to settle—she wants those responsible for her son’s death to pay and to pay dearly. Darian, Tyler and Xander are all at risk—and Padma’s powers could force them to live the rest of their lives in the madness of the Realm of Illusions…

While Darian is taken and is the first to suffer, she’s soon rescued by Tyler, the one man to never disappoint. But what Darian doesn’t know is that her freedom comes at a steep price—Xander’s the King of Shaedes, imprisonment. Darian knows what horrors await in Padma’s dungeon. A rescue mission won’t be easy and she can’t do it alone.

Deep in the bowels of Goblin Valley, Darian, Tyler, and her small band of Shaede warriors fight their way through a dark labyrinth. In a realm where illusions rule, with danger at every turn, the odds are stacked against them. Time isn’t on their side, every second spent in Padma’s custody will be another step Xander takes toward madness. A kingdom can’t be ruled without its king and the wolves are at the door, waiting. If Darian can’t get to Xander before he succumbs to the illusions, an entire kingdom’s future is at stake…

 

a Rafflecopter giveaway

Interview: Stephane Soutoul (concours – giveaway)

Bienvenue à Stephane Soutoul, auteur de nombreux romans en France. Nous le remercions pour avoir répondu à nos questions.

————

Bienvenue sur Between Dreams and Reality, pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?

Bonjour à toutes et à tous ! Je remercie Between Dreams and Reality de m’accueillir aujourd’hui. Je m’appelle Stéphane Soutoul et je suis romancier. L’univers du livre représente une passion qui m’habite depuis mon plus jeune âge. Si j’ai la chance aujourd’hui de pouvoir coucher sur papier mes propres histoires, je suis également un fervent lecteur qui dévore les ouvrages en provenance de divers horizons.

Vous avez écrit différents genres, est-ce difficile de passer de l’un à l’autre de façon aussi rapide ?

Je pense que la facilité d’un auteur à passer d’un genre à l’autre dépend des individus. Pour ma part, lorsque je m’attèle à un roman s’inscrivant dans une veine que ma plume n’a pas encore exploré, j’ai au préalable l’intuition de pouvoir y apporter quelque chose de personnel. Je ne m’aventure jamais dans un genre qui m’est inconnu ou que je doute de pouvoir apprivoiser. Avant de se lancer dans la rédaction d’une histoire, il faut toujours veiller à ne pas reprendre des écrits qui existent déjà. Cette prudence explique l’intérêt pour un romancier d’avoir lu le plus large panel d’ouvrages appartenant au genre sur lequel il souhaite travailler. En ce qui me concerne, c’est toujours avec beaucoup de plaisir que je plie mon style afin de l’adapter au ton narratif qui convient à un roman. Ce côté caméléon permet de surprendre le lecteur et de renouveler son intérêt. Ensuite, quel que soit le genre, je reste fidèle aux sujets et thèmes qui me touchent.

Vous êtes en train d’écrire le dernier tome des aventures de Syldia et Sam, est-ce difficile de laisser les personnages ici ? Comptez-vous écrire plusieurs spin offs sur les sœurs ?

Mettre un terme à une série qui l’a accompagné durant des années est toujours un pincement au cœur pour un auteur, je ne vous le cache pas. Le phénomène est difficile à expliquer. On peut dire que je noue de réels liens d’affinité avec mes personnages au fur et à mesure que je passe du temps en leur compagnie. Même si les aventures de Syldia/Sam s’achèvent avec le tome 5 d’Anges d’apocalypse (La caresse des aurores), j’ai encore de nombreuses idées pour les autres protagonistes qui gravitent autour du duo principal. Anges d’apocalypse est avant tout un univers. Hélas, pour le moment je me suis pris de passion pour d’autres projets en cours d’écriture. Il n’est toutefois pas impossible que je revienne un jour sur la série pour tisser de nouvelles intrigues avec les sœurs de Syldia.

Comment abordez-vous ce dernier tome ? C’est toujours délicat de terminer une saga telle que celle ci.

Il est effectivement délicat d’aborder le dernier tome d’une série dont la rédaction s’est étalée sur près de quatre années. J’ai veillé à respecter le synopsis établi à l’origine du projet et à inclure tous les éléments scénaristiques que je souhaitais voir prendre vie au sein du roman. Le sens du détail, renforcé par une solide rigueur narrative, est déterminant. Mais surtout, la nécessité que j’ai gardée à l’esprit durant toute l’écriture de La caresse des aurores est de susciter chez le lecteur des émotions bien précises. J’ai aussi veillé à offrir un dénouement digne de la série.

Vous avez aussi écrit il y a peu un livre young adult, pensez-vous revenir au genre bientôt?

Oh oui, j’ai la ferme intention de revenir le plus rapidement possible dans le genre Young Adult. L’aventure de Si proche de lui n’a été que pur plaisir, autant sur le plan créatif qu’au niveau éditorial et partage avec les lecteurs. Ces derniers m’ont chaudement encouragé à récidiver avec un prochain roman, chose qui fait partie de mes projets. Je me sens vraiment bien dans mes baskets avec le genre YA et j’ai un tas d’idées sur lesquelles je brûle d’envie de me pencher. Pour tout vous dire, j’ai d’ores et déjà écrit un synopsis pour un futur one-shot et l’histoire ne demande plus qu’à être écrite. Les thèmes, les personnages et l’ambiance seront différents de Si proche de lui, mais c’est justement cette multitude de possibilité qui s’avère passionnante dans l’écriture.

Votre prochain thriller est annoncé, était-ce un challenge ? C’est quelque chose de totalement différent, comment avez-vous abordé ce genre là ?

Le vrai challenge dans l’élaboration de mon prochain thriller tenait à matérialiser sur le papier la vision la plus exacte possible que j’avais de l’intrigue. La proie du Papillon est un projet qui a exigé une grande minutie à travers le traitement de ses personnages, de son suspense, de son ambiance sensuelle et angoissante… Pourquoi orienter ma plume vers le thriller sentimental ? Parce qu’il s’agit d’un genre que je connais bien en tant que lecteur et cinéphile. Les mots et l’image sont pour moi des éléments indissociables. Cela faisait un certain temps déjà que je mourrais d’envie d’aborder le genre du thriller en y apportant ma touche personnelle et une esthétique visuelle prononcée.

Pouvez-vous d’ailleurs nous en dire un peu plus au sujet de La proie du Papillon ?

La rédaction de La proie du papillon s’est révélée intense à plus d’un titre. Résolument moderne, il s’agit d’un thriller sentimental qui se destine aux amateurs de suspense et de relations empoisonnées. L’histoire parle d’une femme influente qui veut briser sa concurrente et amie par tous les moyens, même les plus immoraux. Elle va pour cela recourir aux services d’un homme aux talents particuliers qui aura pour mission de réaliser ses sombres desseins. Le roman joue avec les différentes nuances qui composent une liaison intime : l’amour, la haine, la jalousie… En découvrant La proie du papillon, les lecteurs se verront immergés dans une histoire où l’art de la séduction revendique un parfum de scandale. Tout en gardant secret les nombreux rebondissements de l’intrigue, je dirais que mon but en écrivant ce roman était de susciter le plus d’émotions possible tout en accélérant le pouls des lecteurs. Le récit met en scène des personnages dangereux, dépourvus de morale, qui évoluent dans les sphères de la haute société New Yorkaise. J’ai tissé un récit au sein duquel des protagonistes glamour s’adonnent aux plus venimeux des complots. Autant dire que la manipulation affective se trouvera au cœur du sujet. L’ambiance du roman sera donc sulfureuse à souhait, pour ne pas dire indécente, et jamais la mort n’aura arboré un visage aussi charmeur. La proie du papillon paraîtra courant février 2016 aux éditions Pygmalion (Flammarion). Je ferai prochainement une présentation plus complète du roman.

Avez-vous déjà d’autres projets pour la suite ou est-ce top secret ?

J’ai pris un plaisir si vif en écrivant La proie du papillon que je travaille d’ores et déjà sur un second thriller sentimental. Je me suis réellement entiché pour ce genre en jouant avec ses codes. Pourquoi cette révélation ? Parce que j’adore jouer avec les nerfs des lecteurs et provoquer chez eux un large panel de réactions au fil des pages. L’un des aspects qui m’intéresse le plus dans l’exercice littéraire est d’explorer les facettes les plus sombres, voire inavouables, de la nature humaine. Selon moi, personne n’est tout blanc ou tout noir dans la vie. C’est cette nuance ambiguë qui confère toute sa saveur à une intrigue. J’essaie de proposer un pur divertissement à travers La proie du papillon et mes thrillers à venir, sans jamais m’éloigner des sentiments à fleur de peau et des émotions fortes auxquels j’aspire. Sentiments, sensualité et suspense seront les maîtres mots de mes romans dans les mois à venir. En bref, le frisson sous ses formes les plus diverses.
a Rafflecopter giveaway

Interview (+traduction): J.K. Cheney (concours & giveaway)

 

Welcome to J.K. Cheney, the author of the awesome Golden City series. Thanks to the author for answering our questions.
———-
Bienvenue à J.K. Cheney, l’auteure de la fantastique série : Golden City. Merci à l’auteure pour avoir répondu à nos questions.

————-

Welcome on Between Dreams and Reality, can you introduce yourself?

Hello! My name is J. Kathleen Cheney, and I’m the author of the Golden City series and the upcoming Palace of Dreams series (coming in February 2016). I’ve also written short fiction, and readers can pop over to my webpage to find links to that.

Who are some of your influences?

I always list my top four influences as Arthur Conan Doyle, Georgette Heyer, C. J. Cherryh, and Ansen Dibell, but if I go back further in time, I can’t deny that Richard Adams and Elizabeth George Speare were huge influences, too. So I’m all over the place, genre-wise. I’ve got detectives and space ships, romance and witches and rabbits.

You wrote books from different genres, is it difficult to switch off from one another?

Oddly enough, not for me. I’m one of those people who can have two or three files open on my computer at once, and it doesn’t bother me to switch between them. If I’m struggling to work out a plot point in one story, I can change to something different and working on that will often shake loose whatever I need to fix the first story.

How would you describe the Golden City series?

It’s a fantasy romance set in a 1902 Portugal where all the fairy tales are real–with sereia, selkies, and seers–and where our heroes must find a murderer before all of Iberia ends up at war.

So Oriana, where’d she come from?

For months, I had a file on my desktop labelled « The sociopath story », where I envisioned a woman caught between two criminals. She witnesses a crime perpetrated by one of them, but is unable to go to the police for help. There were only a couple of sentences in that file.

Over the months my brain fleshed out that idea, though. I realized that she couldn’t go to the police because wherever she was, she was illegal. From there I started to figure out why she was illegal, and slowly came up with the idea of the sereia. I tried to figure out how a sereia would be different from a human–and why–and slowly I developed the Oriana I have now.

You have created such a different world between UF and Fantasy, was it difficult to do that?

I would probably look at this question in a different way. I don’t think it was difficult to write or create my world so much as it was to market it–to find an agent and then an editor who would buy it. It’s difficult to sell something that isn’t easily classified. Fortunately for me, I found an agent who liked my books (Lucienne Diver), and she found an editor (Kat Sherbo) who was enthusiastic enough about the books to give them a try.

I think there are a lot of authors out there writing things that fall between the obvious genres like these books. Even if it’s hard for them to find a publisher, it can be done!

You also have created different myths with the sereias, can you tell a little more about them?

There were two major influences for my sereia. First, I wanted them to be sea women, but I never have understood the logic of mermaids having fishtails. Those tails pose serious problems if you want to have mermaids interact with humans. In addition, I’ve never understood why those fishtails are so often depicted as green. Why green? I can’t think of any other large sea creatures with green tails. I tried to think of it in terms of evolution and decided my sereia’s ‘tails’ would actually be camouflage or protective coloration (like those butterflies whose wingtips imitate eyes to frighten off possible predators) that might fool large predators like sharks into thinking the sereia were predators themselves. One of the largest predatory fish in the Atlantic is the tuna, with its distinctive Blackfin or Bluefin coloration…and thus I ended up with the coloration for my Atlantic sereia. I expect there could be some other coloration in other parts of the world, such as sea-snake coloration, dolphin coloration, or orca coloration.

As for the culture of the sereia, I based a lot of it on the Portuguese epic by Luís Camões, The Lusiads (mentioned several times in the books.) Although the author intended the epic poem to be a pseudo-historical account of the 1490s voyage of Vasco da Gama to India and back, there are mythological bits all throughout the epic. In Cantos IX and X, however, the author drops all pretense of telling a history and has da Gama’s boats guided by Venus to a mysterious island called the Island of Love. And as a reward for the sailors’ heroic acts, the sea nymphs–or sireia (sirens), as they’re alternately called–inhabiting the island are provoked by Cupid’s arrows to offer themselves as brides to those sailors…or at least, that’s what the author said happened. But he wrote this:

Fleet through the winding shades, in rapid flight,

The nymphs, as wing’d with terror, fly their sight

Terror. Yes, the nymphs ran away from the invading sailors. Camões claims they’re being coy, but I read that part very differently.

So what if those last two cantos had been as ‘historical’ as the rest of the story. Imagine an island of sea nymphs invaded by sailors who forced themselves on the inhabitants, in many cases leaving behind children that are part human. What would happen over the next four hundred years? How would the human incursion change their culture in that time? And what would the Portuguese have done? (Send priests to convert them, of course!)

Why did you choose to work with sereias and selkies? It’s not usually something we see a lot in books.

When I was trying to figure out why Oriana was illegal, I knew she had to be something other than human. The very first draft of this story was set in Venice, so it seemed logical to choose a water creature. As I wrote that draft, the character of Duilio (who didn’t even have a name in the outline!) got a bit out of control, and pretty soon I decided he must have a secret of his own. I made him mother non-human as well, but she couldn’t be a sereia like Oriana…so I settled on a selkie. Only after that did I decide that I needed to change the setting away from Venice, and ended up choosing Portugal.

Did you need to do a lot of researches for the period used in your books?

Yes. For a couple of years, I seemed to spend all my time researching. I had written three historical fantasy novellas set in that time period before, but those were set in Saratoga Springs, New York, and that’s very little like Portugal. So I had to rethink a lot of my knowledge about that time period simply because it was a different place.

List 5 characters from The Golden City and do word associations.

Oriana Paredes–secrets

Duilio Ferreira–assurance

Joaquim Tavares–self-controlled

Marina Arenias–hopeful

Alessio Ferreira–mysterious

Can you tell us a little more about the second and third book? Is The Shores of Spain the last of the series? If it is, was it difficult to write the last book and to let the character behind you?

The second book in the series, The Seat of Magic, involves a killer preying on the non-humans of the Golden City. We also learn more about Oriana’s past, her family, and get our first hints of the conspiracy that landed her in the Golden City. The third and final book, The Shores of Spain, chases that conspiracy to its end, requiring Joaquim and Marina to follow a thief into the heart of Iberia itself in the hope of solving a fourteen year old murder.

As the final book in the series, I had to try to tie up all my loose ends in it, and that’s always difficult for a writer. While you want to answer every question, you also have to make sure you stay on track with your plot. So while I did try to catch every loose end, there are a couple I didn’t get to. I do, however, hope to release a couple of novellas in this world later that will allow me to explore those loose ends.

Between all the books you wrote, which one is your favorite character and why?

In the Golden City novels, I have to say that Joaquim is my favorite. He’s my deep thinker, considering every decision before he makes it. He’s also burdened with a perception of responsibility for everyone and everything around him. I actually prefer the reliable, contemplative sort in real life, so it’s not surprising that I admire those same qualities in a character.

Have you already other plans for future series? Or is it top secret?

No secret! My next series begins with a second-world fantasy, Dreaming Death, which will debut in February 2016. Seventeen-year-old Shironne Anjir is a touch sensitive, so receptive to all stimuli that she can reach into the thoughts and dreams of others through her touch. She must find a way into the mind of Mikael Lee, a man whose dreams link him intimately to victims at the time of their deaths. If she can unlock the secrets his mind holds, she may be able to stop a murderer before he kills again, and in the process, learn more about herself and Mikael.

————-

Bienvenue sur Between Dreams and Reality, pouvez-vous vous présenter ?

Bonjour! Mon nom est J. Kathleen Cheney, et je suis l’auteure de la série Golden City et de la prochaine série Palace of Dreams series (Février 2016). J’ai aussi écrit une fiction courte, les lecteurs peuvent se rendre sur mon site web pour trouver les liens de tout ça.

Quelles sont certaines de vos influences ?

Je place toujours dans mon top 4 Arthur Conan Doyle, Georgette Heyer, C. J. Cherryh, et Ansen Dibell, mais si je pars un peu plus dans le passé, je ne peux pas nier que Richard Adams et Elizabeth George Speare m’ont beaucoup influencée aussi. Donc il y en a un peu partout, de tous les genres. J’ai des enquêteurs, des vaisseaux spatiaux, de la romance, des sorcières et des lapins.

Vous écrivez des livres dans différents genres, est-ce difficile de passer de l’un à l’autre ?

Assez étonnement, ce n’est pas le cas pour moi. Je fais partie de ces gens qui peuvent avoir deux ou trois fichiers ouverts sur mon ordinateur en même temps, et cela ne me dérange pas passer de l’un à l’autre. Si j’ai du mal à travailler sur un point de l’intrigue sur un, je peux changer pour quelque chose de différent et ça m’aide à laisser de côté ce qui me pose souci.

Comment décririez-vous la série Golden City ?

C’est une romance fantasy, l’histoire se déroule en 1902 au Portugal où tous les contes de fées sont réels — avec des sirènes, des selkies, des voyants — et où nos héros doivent trouver un meurtrier avant que toute l’Iberia n’entre en guerre.

Alors Oriana, d’où vient-elle ?

Pendant des mois, j’ai eu un fichier sur mon bureau appelé « The sociopath story », où je voyais une femme piégée entre deux criminels. Elle assiste à un crime perpétré par l’un deux, mais ne peut pas se rendre à la police. Il n’y avait que quelques lignes dans ce fichier.

Après quelques mois, mon cerveau a eu une idée. J’ai réalisé qu’elle ne pouvait pas parler à la police, parce que quoi qu’elle soit, elle était illégale. De là, j’ai commencé à comprendre pourquoi elle était illégale, et l’idée de la sirène est doucement venue. J’ai essayé de savoir comment une sirène serait différente d’un humain — et pourquoi — et j’ai développé l’Oriana que j’ai maintenant.

Vous avez créé un monde très différent entre UF et fantasy, était-ce difficile ?

Je regarderai probablement la question sous un autre angle. Je ne pense pas que ce soit difficile d’écrire ou de créer mon monde mais plutôt de le vendre – de trouver un agent et ensuite un éditeur qui veuille bien l’acheter. C’est difficile de vendre quelque chose qui n’est pas facilement classifié. Heureusement, j’ai trouvé un agent qui aimait mes livres (Lucienne Diver), et elle a trouvé un éditeur (Kat Sherbo) qui était assez enthousiaste pour tenter mes livres.

Je pense qu’il y a beaucoup d’auteurs qui écrivent des choses qui tombent dans des entre-genres comme ces livres. Même si c’est difficile pour eux de les publier, c’est possible !

Vous avez aussi créé des mythes différents avec les sirènes, pouvez-vous nous en dire plus à leur sujet ?

Il y a eu deux grandes influences pour mes sirènes. Premièrement, je voulais qu’elles soient des femmes de la mer, mais je n’ai jamais compris la logique des sirènes avec des queues de poisson. Ces queues posent de sérieux problèmes si vous voulez que les sirènes interagissent avec les humains. De plus, je n’ai jamais compris non plus pourquoi ces queues sont toujours décrites comme étant de couleur verte. Pourquoi vert ? Je n’arrive pas à trouver d’autres créatures avec des queues vertes. J’ai essayé de penser en termes d’évolution et j’ai décidé que les « queues » de mes sirènes seraient en fait un camouflage ou une coloration protectrice (comme les papillons dont les ailes imitent des yeux pour faire peur aux possibles prédateurs) qui pourrait être utile face à des prédateurs comme les requins qui penseraient que les sirènes sont les prédateurs. L’un des plus grands prédateurs chez les poissons dans l’Atlantique est le thon, avec sa coloration distinctive noire ou bleue… et donc j’ai choisi la coloration pour mes sirènes de l’Atlantique. Je pense qu’il doit y avoir d’autres colorations dans d’autres parties du monde, comme celle du serpent de mer, du dauphin et celle des orques.

Pour ce qui est de la culture des sirènes, je l’ai basée sur le récit épique Portugais de Luís Camões, The Lusiads (mentionné plusieurs fois dans le livre). Bien que l’auteur veuille faire de ce poème épique, un récit pseudo historique du voyage de Vasco da Gama en 1940 pour l’Inde, il y a des parties mythologiques tout au long. Dans Cantos IX and X, cependant, l’auteur laisse tomber toute prétention de raconter un récit historique et montre ainsi les bateaux de Gama guidés par Venus vers une île mystérieuse appelée Island of Love. Et pour remercier les navigateurs héroïques, les nymphes des mers — ou sireia (sirènes), comme elles sont appelées — habitant l’île sont intimées par les flèches de Cupidon à s’offrir en tant que fiancées pour ces navigateurs… ou en tout cas, c’est ce que l’auteur raconte. Mais il marqua ceci :

Fleet through the winding shades, in rapid flight,

The nymphs, as wing’d with terror, fly their sight

Terror. Oui, les nymphes s’enfuirent. Camões explique qu’elles sont lâches, mais je le lis différemment.

Et si ces deux cantos étaient aussi « historiques » que le reste de l’histoire ? Imaginez une île de nymphes des mers que des matelots venaient d’envahir, se mêlant de façon forcée aux habitants, et dans beaucoup de cas laissant derrière eux des enfants qui sont en partie humains. Que se passerait-il les quatre-cents prochaines années ? Comment l’incursion humaine pourrait-elle changer la culture de cette période ? Et comment les Portugais auraient réagi ? (en envoyant des prêtres les convertir, bien sur !)

Pourquoi avez-vous choisi de travailler avec des sirènes et des selkies ? Nous ne voyons pas ça habituellement dans les livres.

Quand j’essayais de comprendre pourquoi Oriana était illégale, j’ai su qu’elle devait devenir quelque chose d’autre qu’humaine. Le premier jet de l’histoire se situait à Venise, alors cela semblait logique de choisir une créature marine. Pendant que j’écrivais ce jet, le personnage de Duilio (qui n’avait pas de nom) est parti hors de contrôle, et très vite, j’ai décidé qu’il devait avoir lui même un secret. Je lui ai fait une mère non humaine, mais elle ne pouvait pas être une sirène comme Oriana… alors je suis partie sur les selkies. Seulement, après cela, j’ai décidé de changer de lieu, et j’ai fini par choisir le Portugal.

Avez-vous eu besoin de faire beaucoup de recherches pour la période utilisée dans vos livres ?

Oui. Pendant plusieurs années, j’ai passé tout mon temps dans les recherches. J’ai écrit trois nouvelles de fantasy historique durant cette période avant, et elles étaient situées à Saratoga Springs, New York, et cela restait très différent du Portugal. Alors j’ai eu à repenser mes savoirs de cette période simplement parce que l’endroit n’était pas le même.

Listez 5 personnages de The Golden City et faîtes une association de mots.

Oriana Paredes–secrets

Duilio Ferreira–assurance

Joaquim Tavares–maître de soi

Marina Arenias– pleine d’espoir

Alessio Ferreira–mystérieux

Pouvez-vous nous en dire un peu plus au sujet du second et troisième tome ? The Shores of Spain est-il le dernier de la série ? Et si c’est le cas, était-ce difficile d’écrire le dernier livre et de laisser les personnages derrière vous ?

Le second livre de la série, The Seat of Magic, met en scène un tueur prenant pour cible des non-humains de Golden City. Nous en apprenons aussi plus au sujet du passé d’Oriana, sa famille et les premières allusions à la conspiration qui l’a placée à Golden City. Le troisième livre, The Shores of Spain, poursuit la conspiration jusqu’à sa fin, demandant à Joaquim et Marina de suivre un voleur au cœur d’Iberia, dans l’espoir de résoudre un meurtre datant de 14 ans.

Comme c’est le dernier tome de la série, je devais tout lier ici, et c’est toujours difficile pour un écrivain. Quand vous voulez répondre à chaque question, vous devez aussi être sûr de rester logique par rapport à l’intrigue. Alors j’ai essayé de répondre à toutes les questions, bien que ce ne soit pas le cas au final pour certaines. J’espère, cependant, sortir quelques nouvelles dans ce monde, plus tard, qui permettront d’explorer ces finalités.

Entre tous les livres que vous avez écrits, quel est votre personnage préféré et pourquoi ?

Dans les livres Golden City, je dois dire que Joaquim est mon préféré. Il est mon penseur, considérant chaque décision avant d’agir. Il a aussi l’impression d’être responsable de tout le monde et toute chose autour de lui. Je préfère ce qui est fiable dans la vraie vie, alors ce n’est pas surprenant que j’admire ces qualités chez un personnage.

Avez-vous prévu d’autres séries ? Est-ce top secret ?

Pas de secrets ! Ma prochaine série commence dans un monde fantasy, Dreaming Death, dont le début sortira en Février 2016. Shironne Anjir, dix-sept ans, est sensible au toucher, elle est si réceptive à tous les stimuli au point que cela lui permet d’atteindre les pensées et rêves des autres par un simple toucher. Elle doit trouver un moyen de rentrer dans l’esprit de Mikael Lee, un homme dont les rêves le lie intimement aux victimes au moment de leur mort. Si elle peut découvrir les secrets que son esprit renferme, elle pourrait être capable d’arrêter le tueur, et en apprendre par la même occasion, plus sur elle et Mikael.

———

Author’s website: http://www.jkathleencheney.com

The Golden City, Book 1

Synopsis: For two years, Oriana Paredes has been a spy among the social elite of the Golden City, reporting back to her people, the sereia, sea folk banned from the city’s shores….

When her employer and only confidante decides to elope, Oriana agrees to accompany her to Paris. But before they can depart, the two women are abducted and left to drown. Trapped beneath the waves, Oriana’s heritage allows her to survive while she is forced to watch her only friend die.

Vowing vengeance, Oriana crosses paths with Duilio Ferreira—a police consultant who has been investigating the disappearance of a string of servants from the city’s wealthiest homes. Duilio also has a secret: He is a seer and his gifts have led him to Oriana.

Bound by their secrets, not trusting each other completely yet having no choice but to work together, Oriana and Duilio must expose a twisted plot of magic so dark that it could cause the very fabric of history to come undone….

 

a Rafflecopter giveaway

Interview (+traduction): M.L. Brennan (giveaway)

 

Welcome to M.L. Brennan, the author of the awesome Generation V series. Her new book: Dark Ascension is out this month. Thanks to the author for answering our questions.
———-
Bienvenue à M.L. Brennan, l’auteure de la fantastique série : Generation V. Son nouveau roman Dark Ascension sort ce mois-ci. Merci à l’auteure pour avoir répondu à nos questions.

————-

Can you present yourself in a few words?

A: I’m ML Brennan, the author of the Generation V series of urban fantasy novels. I have an MFA in fiction writing and a lifelong love of reading. The Generation V series was my first major publication, and the first book was released in 2013.

So Generation V, can you tell us more about your series?

A: The series is about Fortitude Scott, who starts out in the first book as a complete underachiever and slacker vampire, working minimum-wage jobs and trying to stay as far away from his family and the supernatural as possible. My vampires are also a bit different than the norm – they’re biologically driven, with a life cycle and a reproductive process – so, no immortality, just a really long life and an extensive maturation process. And Fort is your average 26-year-old guy, trying to figure out his place in the world with a completely useless degree and a biological destiny that terrifies him.

By the fourth book, Fort is starting to really find his place and his direction. He’s grown up a bit – emotionally and in a physical sense, but he’s holding onto his values with both hands. Events in the fourth book pull him further into the family machine. And, of course, Fort is accompanied by his best friend and kickass partner, kitsune shapeshifter Suzume Hollis.

How many books do you intend to write?

A: There are six books planned in the Generation V series right now.

Your fourth book is out, is it a turning point for you?

A: For the series, definitely yes. There are some extremely major changes that occur in this book, and while I’ve always had them in mind as goals for the series, they really change the landscape of this world going forward.

On a personal, writer level, I’d also say yes. I think a lot of readers expected the series to wrap up with the third book – I actually saw one reader who seemed really surprised that the series didn’t end the moment that Fort and Suzume decided to become a couple. But while Fort and Suze’s relationship has been a lot of fun, and certainly will continue to be in the future books, the series itself was never fundamentally about the romance between that pair.

So many revelations were given in this novel, many things we didn’t expect, can we expect more for the future?

Is there a moment you keep in mind while thinking about this new volume?

A: There are three major events in this book that really differentiate this one from any of the other novels in the series. One involves Madeline, and the other two are decisions that Fort makes. When I sat down to write Dark Ascension those were the three things that were basically the candy that enticed me through it.

The characters evolve a lot and we meet some new species each time, is it difficult to keep track of them?

A: Species creation is always one of the most fun things about writing a new book in this series. There are so many fun directions to go in, and an endless variety of myths and monsters to choose from. What I like to do is pick a monster that fits a niche that is currently unoccupied in the series, then do a lot of research into real-world animals and biology to round out that species and really make it function as a separate and distinct culture within the world of the series.

I don’t introduce more than one major species and one or two additional minor species in each book, so keeping track of them has been surprisingly easy. If I’d tried to introduce all of the species I currently have in the world in the first book, it would’ve been an absolute nightmare, but by slowly building them up and outwards, it has kept things in control.

Did you have everything in mind before writing Dark Ascension?

A: I wanted to take the status quo of the world at the end of Tainted Blood and set a bomb off under it.

Can you tell us a bit more about book 5?

A: The fifth book takes the major plot point in Dark Ascension a few steps forward. Without giving too much away – Fort and his allies might’ve bitten off a bit more than they could chew, and things get very complicated very quickly.

And, of course, Suzume will be back!

Do you have some new projects too?

A: Right now I’m working on the first book in a new series. I can’t reveal too many of the details yet, but it’s something that I’m extremely excited about, and which I think fans of the Generation V series will be very eager to read once more is revealed. As a hint – it’s something that I’ve been asked about since the first Generation V book was published.

————-

Pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?

A: Je suis ML Brennan, l’auteure de la série d’urban fantasy Generation V. J’ai un MFA en écriture et une longue vie de lecture. La série Generation V est ma première publication importante, et le premier livre est sorti en 2013.

Alors Generation V, pouvez-vous nous en dire un peu plus sur la série ?

A: La série se concentre sur Fortitude Scott, qui se trouve être un vampire fainéant et inachevé, travaillant au minimum, et essayant de rester aussi loin que possible de sa famille et de tout ce qui pourrait toucher au surnaturel. Mes vampires sont un peu différents de la normale – ils possèdent biologiquement un cycle de vie et un moyen de reproduction – alors pas d’immortalité, juste une longue vie et un procédé de maturation extensible. Et Fort est un garçon ordinaire de 26 ans, essayant de trouver sa place dans le monde avec un diplôme complètement inutile et une destinée biologique qui le terrifie.

D’ici le quatrième tome, Fort commence à trouver sa place et ce qu’il désire faire. Il a grandi un peu – émotionnellement et physiquement, mais il garde ses valeurs bien en main. Les événements qui ont lieu dans le quatrième volume le lancent dans les machinations de sa famille. Et, bien sûr, Fort est accompagné de sa meilleure amie et partenaire coriace, la change-forme kistune Suzume Hollis.

Combien de livres comptez-vous écrire ?

A: Il y a six livres prévus pour la série Generation V pour le moment.

Votre quatrième tome est sorti, est-ce un point décisif pour vous ?

A: Pour la série, oui. Il y a des changements majeurs, et même si je les avais en tête comme objectifs pour la série, ils changent vraiment le paysage du monde.

Du côté personnel, en tant qu’écrivain, je dirais que c’est aussi le cas. Je pense que beaucoup de lecteurs attendaient que la série se finisse avec le troisième tome – et j’ai vu un lecteur qui semblait surpris que la série ne finisse pas au moment où Fort et Suzume s’étaient mis en couple. Mais alors que la relation de Suze et Fort devient drôle, et continuera sûrement à l’être, la série n’a jamais été basée sur une romance entre les deux.

Y-a-t-il un moment que vous gardez en tête quand vous pensez à ce nouveau tome ?

A: Il y a trois événements majeurs dans ce livre qui le différencie vraiment des autres. Un implique Madeline, et les deux autres, des décisions de Fort prend. Quand je me suis assise et que j’ai écrit Dark Ascension, ce furent les trois choses qui m’ont fait avancer.

Les personnages évoluent beaucoup et nous rencontrons de nouvelles espèces chaque fois, est-ce difficile de tout garder en tête ?

A: La création des espèces est toujours la chose la plus sympa quand on écrit un nouveau livre dans la série. Il y a toujours plein de directions possibles, et une variété infinie de mythes et de monstres à choisir. J’aime choisir un monstre qui comble une niche qui n’est pas occupée dans la série, puis faire beaucoup de recherches sur les animaux et la biologie qui entoure cette espèce pour créer une culture distincte dans le monde de la série.

Je n’introduis pas plus d’une espèce majeure et deux mineures dans chaque livre, alors en garder la trace devient assez facile. Si j’essayais d’introduire toutes les espèces que j’ai dans le monde dès le premier livre, cela aurait été un cauchemar absolu, mais en les construisant doucement, je garde les choses sous contrôle.

Aviez-vous tout en tête avant d’écrire Dark Ascension?

A: Je voulais un status quo pour le monde à la fin de Tainted Blood et mettre une bombe pour la suite.

Pouvez-vous nous en dire plus au sujet du tome 5 ?

A: Le tome 5 prend la suite de l’intrigue majeure Dark Ascension. Sans en dire trop – Fort et ses alliés pourraient avoir à affronter plus qu’ils ne le peuvent, et les choses pourraient se compliquer très vite.

Et, bien sûr, Suzume sera de retour !

Avez-vous d’autres nouveaux projets ?

A: Je travaille maintenant sur le premier livre d’une nouvelle série. Je ne peux pas en dévoiler les détails, mais il y a quelque chose de très excitant, et dont je pense plaira aux fans de Generation V, une fois que ce sera révélé. Un indice, c’est quelque chose qu’on me demande depuis que le premier livre Generation V est publié.

—-

Author’s website: http://www.mlbrennan.com

Generation V, Book 4

Synopsis: After a lifetime of avoiding his family, Fort has discovered that working for them isn’t half bad—even if his mother, Madeline, is a terrifying, murderous vampire. His newfound career has given him a purpose and a paycheck and has even helped him get his partner, foxy kitsune Suzume, to agree to be his girlfriend. All in all, things are looking up.

Only, just as Fort is getting comfortable managing a supernatural empire that stretches from New Jersey to Ontario, Madeline’s health starts failing, throwing Fort into the middle of an uncomfortable and dangerous battle for succession. His older sister, Prudence, is determined to take over the territory. But Fort isn’t the only one wary of her sociopathic tendencies, and allies, old and new, are turning to him to keep Prudence from gaining power.

Now, as Fort fights against his impending transition into vampire adulthood, he must also battle to keep Prudence from destroying their mother’s kingdom—before she takes him down with it….

a Rafflecopter giveaway

Interview avec C.S. Pacat & Concours

Nous sommes très heureuses aujourd’hui d’accueillir C.S. Pacat, l’auteure de la série Prince Captif, dont le premier tome « L’Esclave » et le second « Le Guerrier » sortent le 29 mai 2015 chez Milady Romance. Vous pouvez retrouver notre avis du premier volume ici. Merci à l’auteure qui a bien voulu répondre à quelques unes de nos questions. La traduction se trouve sous la version anglaise.

———-

We’re very happy today to welcome C.S. Pacat, the author of the Captive Prince series. The first and second books are out there and the third will be there soon. Thanks to the author for answering our questions!

—————-

Welcome on Between Dreams and Reality, can you present yourself in a few words?

I’m an author, and a lover of antiheroes, princes, swordfights, intrigue, adventure and romance.

Did you imagine such a success for your series?

Never! I wrote Captive Prince for fun rather than for publication. I owe so much to my readers who supported the book so passionately when I self published in 2013. There was so much word of mouth that I was approached by a New York agent, and we ended up selling the book to Penguin USA, and to Bragelonne in France – as well as in multiple other countries. It still feels like a dream, and I am incredibly grateful to all of the book’s readers and fans.

How would you describe the Captive Prince series?

Captive Prince is a fantasy series with an enemies-to-lovers romance between two princes of rival countries. The first book has a focus on palace intrigue and politics, as well as themes of power and intense sexuality.

Why did you decide to write a M/M story there? Is it more difficult?

I’m interested in writing homoerotica, and it’s what I’m most drawn to as a reader. I don’t think that it’s more or less difficult, but I do think that it creates a different canvas, because it allows the exploration of interpersonal dynamics free from the historical politics of gender difference.

You have created a quite different world, how did come the idea up?

I wanted to write the book that I wanted to read. I love intense escapism, stories where you fall in love with the characters and the world. I love adventure, swordfights, chases, escapes, true love, intrigue, and homoerotica, themes of sex, power and sexuality.

Princes fascinate me, not in the fairytale sense, not Prince Charming in his palace. I like princes because they must displace someone else in order to become king. Princes are liminal, they are in a constant state of becoming. Displacement is an incredibly powerful theme to me, and I was immediately caught up by the idea of a prince who becomes a slave.

List 5 characters from Captive Prince and do word associations.

Laurent – Ice prince

Damen – Nobility

The Regent – Unstoppable

Nicaise – Broken glass

Jord – Steadfast

Who is your favorite character in the series?

I can’t choose between the two heroes, but my favourite minor characters are Jokaste and Nicaise. I like characters who do the best they can with their circumstances, and who wear their damage as strength even when it alienates them from the people around them.

Whats the hardest scene for you to write?

The hardest scene in Captive Prince to write technically was probably the banquet scene, because it was the first large-scale « set piece » of the book. There were multiple characters, each with their own competing agendas, and that is always a technical challenge. I read recently that Tolkien broke up the Fellowship at the end of Two Towers because it was too technically demanding to write scenes with more than three characters – I empathised.

The hardest scene to write emotionally was probably the scene in which Damen is sent by Laurent to compete in the ring. I had to write that scene looking away from the screen, touch typing with my eyes closed at points. I wanted to make that scene emotionally difficult but it took its toll on me.

What can readers expect from the upcoming sequels?

Expect adventure, high stakes and burgeoning romance – as well as some shocking surprises. In Prince’s Gambit, the story moves from the palace to the battlefield, and Damen and Laurent have to work together, but the truth of secrets from both their pasts threatens them both.

If you could meet any characters in your book, who would it be and why?

I’d like to meet the Regent in a dark alley with no witnesses.

Do you have a favorite author? Or a favorite book?

My favourite author is Dorothy Dunnett, and her books have been an enormous influence on me as a writer. I first read Game of Kings when I was fifteen years old and it remains one of my favourite novels. Dunnett has a mastery of the invisible that make her books seem almost like sorcery. Where is this tension coming from? Why is this scene so agonizing? Why is this scene so powerful? Tension and emotion rise and rise in her books sometimes almost unbearably, yet when you look at the writing, at the actual words, it is often completely restrained, there’s nothing to show that the scene is emotional at all.

Your books are going to be released in France, do you see yourself meeting your French fans one day?

I would love to come to France and meet French fans. I hope that I can some day soon!

—————

Bienvenue sur Between Dreams and Reality, pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?

Je suis une auteure, adorant les antihéros, les princes, les combats d’épées, les intrigues, l’aventure et les romances.

Aviez-vous imaginé un tel succès pour votre série ?

Jamais ! J’ai écrit Esclave plus par plaisir que pour une publication. Je le dois vraiment à mes lecteurs qui m’ont apportés leur support pour mon livre depuis que je l’ai auto-publié en 2013. Il a fait tellement parler de lui qu’un agent de New York m’a approché et nous avons fini par vendre le roman à Penguin USA, et à Bragelonne en France – de même que dans d’autres pays. J’ai toujours l’impression que c’est un rêve et je suis incroyablement reconnaissante envers mes lecteurs et fans.

Comment décririez-vous la série Prince Captif ?

Prince Captif est une série fantasy avec une romance ennemie-amour entre deux princes de pays rivaux. Le premier tome se concentre sur les intrigues de palais et la politique, de même que les thèmes de pouvoir et de sexualité intense.

Pourquoi avez-vous décidé d’écrire une romance M/M ici ? Est-ce plus difficile ?

J’aime écrire l’homo-érotique, et c’est ce qui m’attire le plus en tant que lecteur. Je ne pense pas que ça soit moins ou plus difficile, mais je pense que cela créé une toile différente comme cela permet une exploration libre des dynamiques inter-personnelles de la politique historique des différences de genre.

Vous avez créé un monde vraiment différent, comment l’idée vous est-elle venue ?

Je voulais écrire un livre que je veuille lire. J’aime l’évasion intense, des histoires où vous tombez amoureux des personnages et de l’univers. J’aime l’aventure, les combats d’épées, les poursuites, les évasions, l’amour, les intrigues et l’homo-érotique, le thème du sexe, le pouvoir et la sexualité
Les princes me fascinent, pas dans le sens des contes de fées, pas même les Princes Charmants. J’aime les princes comme ils doivent destituer quelqu’un pour devenir roi. Les princes sont liminaux, ils sont dans un état constant de devenir. La destitution est un thème incroyablement puissant pour moi et j’ai été complètement emportée par l’idée d’un prince devenant un esclave.

Lister 5 personnages d’Esclave et faites une association de mots.

Laurent – Prince de glace

Damen – Noble

Le Régent – Instopable

Nicaise – Verre brisé

Jord – Ferme

Quel est votre personnage préféré de la série ?

Je ne peux pas choisir entre les deux héros, mais mes personnages secondaires préférés sont Jokaste et Nicaise. J’aime les personnages qui font de leur mieux avec les circonstances, et qui portent leurs blessures comme une force même si cela touche les personnes autour d’eux.

Quelle a été la scène la plus difficile à écrire ?

La scène la plus difficile techniquement dans Esclave est sûrement la scène du banquet, comme c’est la première pièce à « grande échelle » de mon livre. Il y avait de nombreux personnages, chacun avec leurs propres objectifs et c’est toujours un gros challenge. J’ai récemment lu que Tolkien avait coupé le Fellowship à la fin des Deux Tours, parce que la scène était trop technique à écrire avec plus de trois personnages – je compatis.

La scène la plus difficile à écrire émotionnellement était probablement la scène dans laquelle Damen est envoyé par Laurent pour se battre dans l’arène. J’ai du écrire la scène en détournant les yeux de l’écran, en faisant de la dactylographie de contact les yeux fermés à certains moments. Je voulais faire une scène émotionnellement difficile, mais ca a été compliqué pour moi aussi.

A quoi peuvent s’attendre les lecteurs pour la suite ?

Attendez-vous à de l’aventure, de gros enjeux, et une romance naissante – de même que des surprises choquantes. Dans Le Guerrier, l’histoire se déroule hors du palace pour se placer sur le champ de bataille, et Damen et Laurent doivent travailler ensemble, mais la vérité derrière leurs secrets les menacent tous les deux.

Si vous pouviez rencontrer un de vos personnages, qui serait-ce et pourquoi ?

J’aimerai beaucoup rencontrer le Régent dans une allée sombre sans témoins.

Avez-vous un auteur préféré ? Ou un livre préféré ?

Mon auteure préférée est Dorothy Dunnett, et ses livres ont eu une grosse influence sur moi en tant qu’écrivain. J’ai d’abord lu Game of Kings quand j’avais quinze ans et il reste un de mes romans préféré. Dunnett est un maître de l’invisible, ce qui fait que ses livres ressemblent à de la sorcellerie. D’où vient cette tension ? Pourquoi cette scène est-elle si agonisante ? Pourquoi cette scène est-elle aussi puissante ? Tension et emotion augmentent et augmentent dans ses livres, parfois de façon insupportable, et pourtant quand vous regardez l’écriture, aux mots, c’est souvent maîtrisé, il n’y a rien qui montre que la scène est émotionnelle.

Vos livres vont sortir en France, vous voyez-vous rencontrer vos fans Français un jour ?

J’aimerais venir en France et rencontrer mes fans Français. J’espère pouvoir le faire un jour !

—————–

Site de l’auteure : http://cspacat.com

Prince Captif, Tome 1

Résumé : Damen est un héros pour son peuple et le légitime héritier du trône d’Akielos. Mais lorsque son demi-frère s’empare du pouvoir, Damen est capturé, dépouillé de son identité et offert comme esclave de plaisirs au prince d’un royaume ennemi. Beau, manipulateur et létal, son nouveau maître, le prince Laurent, incarne ce qui se fait de pire à la cour de Vere. Mais dans la toile mortelle de la politique Vérétienne, les apparences sont trompeuses, et lorsque Damen se retrouve pris dans un jeu de pouvoir pour le trône, il doit s’allier à Laurent afin de survivre et sauver son royaume. Sans jamais oublier une règle vitale : cacher sa véritable identité à tout prix. Car l’homme dont il a besoin est celui qui a le plus de raisons de le haïr…

Convaincus ? Vous avez d’ailleurs l’opportunité de gagner 5 Tomes de ce premier volume, le tout en partenariat avec l’éditeur. N’hésitez pas à participer ! Le concours est ouvert à la France et à la Belgique et se termine le 31 Mai. L’email que vous utilisez (sur facebook ou directement noté) sera celui avec lequel nous vous contacterons si vous avez gagné. Remplissez bien chaque conditions dans la forme suivante :

a Rafflecopter giveaway

Interview ~ Linda Grimes & Giveaway/Concours

We’re very happy today to Welcome Linda Grimes on the blog. Her last novel The Big Fix, the third book in her In a Fix series is out there this month. If you don’t know about this series yet, I can only recommend it to you! Thanks to her for this post.

—-

Nous sommes très heureuses d’accueillir aujourd’hui Linda Grimes sur le blog. Son dernier roman, The Big Fix, le troisième de sa série In a Fix, sort ce mois-ci. Si vous ne connaissez pas la série, je ne peux que vous la recommander. Merci à elle pour ce post. La traduction est à la suite.

————–

Hi, All! Good to see you again.

It’s always a pleasure to visit. France is lovely this time of year, and to think, I didn’t even need a passport to get here.

Since Melliane has interviewed me a few times before, I thought it would be fun to do something different this time—I’m going to interview Ciel Halligan, aura adaptor extraordinaire, for you!

For those of you who don’t know Ciel yet, she’s the main character in the urban fantasy series I write for Tor Books. She’s an « aura adaptor »—a person with a genetic quirk that enables her to change her appearance to look like someone else. She uses her ability to step into her clients’ lives and fix their problems for them. For a price, naturally. A girl has to eat.

If you’re curious about how Ciel got her start in the fixing biz, you can find out in PRE-FIX, a short story available in digital format from Amazon (Kindle) and Barnes and Noble (NOOK), as well as most places e-books are sold. Best of all? It’s cheap! (Um, in the « inexpensive » sense, not the « low class » sense. Just thought I clear that up.)

And now, on with the interview:

Linda: First off, tell me how you like working for me. It’s fun, huh?

Ciel: Me working for you? Lady, you’re just the transcriptionist. I’m the one telling the stories.

Linda: *Clears throat uncomfortably* You do realize you’re my creation, right?

Ciel: Listen, I may have started out as a figment of your fertile imagination, but I’ve evolved.

Linda: Be that as it may, I am still in the driver’s seat.

Ciel: Oh, really? Let me ask you something. Do I do everything you tell me to? Does Billy? Does Mark?

Linda: Well, no, not exactly. In fact, sometimes I think you all go off on tangents just to annoy me.

Ciel: Speaking of annoying, what’s up with that scene you threw at us in THE BIG FIX? You know which one I mean. The one that inspired a certain tweet from our editor.

Linda: You mean when she tweeted « Working on the latest in @linda_grimes’ Ciel Halligan series and I cannot even BELIEVE what I just read … »?

Ciel: Yeah. That one. Geez. Did you really have to go there?

Linda: Hey, don’t forget the rest of the tweet: « God I love these books. And my job. » You should be thrilled to get a reaction like that!

Ciel: It’s not our editor’s reaction I’m complaining about. It’s Billy’s. And Mark’s. Do you realize how much trouble I got into over that scene?

Linda: Well, yeah. I kind of do. Being as I’m the one who wrote it and all …

Ciel: Transcribed it. Heck, you just lit the fuse and left me to straighten out the whole situation. You’re good at that, aren’t you? A regular troublemaker.

Linda: *buffs nails on shirt* I do try.

Ciel: *rolls eyes*

Linda: Hey, if nothing interesting ever happened, nobody would read the books! Besides, I don’t see why you’re complaining. I mean those are two very hot guys, and you got to—

Ciel: Shhh. For Pete’s sake, Linda. Spoilers!

Linda: Oh, yeah. Right. What I mean to say is, there are plenty of people out there who wouldn’t mind borrowing your talent and stepping into your life for few days. If you get my drift.

Ciel: Yeah? Well, sorry. My talent is nontransferable. Besides, I can fix my own problems, thank you very much. I’m a facilitator—it’s what I do.

Linda: Fixer fix thyself, huh? Yeah, how’s that working out for you? *rubs hands together gleefully*

Ciel: *smirks* Pretty well, considering all the plot bombs you throw at me. Anyone ever tell you you’re one evil writer?

Linda: *grins innocently* Hey, who gave you a pony?

Ciel: Eeyore? Speaking of evil, that nasty little—

Linda: Ah-ah-ah. Remember, no spoilers!

Ciel: *sighs* Well, at least I’ve managed to stay ahead of your diabolical mind so far.

Linda: Yeah? Just wait until the next book! Ciel? Ciel … hey where are you going? Come back here!

Oh, well. Ciel’s always been, um, difficult to direct. I can’t think where she gets that from …

Melliane, thank you again for inviting me back. It’s been loads of fun, as usual. J

————–

Salut tout le monde! Sympa de vous retrouver une fois encore.

C’est toujours un plaisir d’être là. La France est agréable à cette période de l’année, et je n’ai même pas besoin de passeport pour venir.

Comme Melliane m’a interviewé plusieurs fois déjà, j’ai pensé qu’il serait sympa de faire quelque chose de différent cette fois – Je vais interviewer Ciel Halligan, extraordinaire adaptatrice d’auras pour vous !

Pour ceux qui ne connaissent pas encore Ciel, c’est le personnage principal de ma série d’urban fantasy écrite pour Tor Books. C’est une « adaptatrice d’auras » – une personne avec une différence génétique qui lui permet de changer son apparence et de ressembler à quelqu’un d’autre. Elle utilise sa capacité pour rentrer dans la vie de ses clients et arranger leurs problèmes à leur place. Contre un prix, naturellement. Une fille doit bien se nourrir.

Si vous êtes curieux de voir comment Ciel a fait des débuts, vous pouvez le découvrir dans PRE-FIX, une nouvelle disponible en format digital sur Amazon (Kindle) et Barnes and Noble (NOOK), de même que sur la plupart des plateformes où les ebooks sont vendus. Le meilleur ? C’est à prix réduit ! (Hmm dans le sens peu cher, pas qu’il soit moins bon, je préférai le préciser).

Et maintenant, en avant pour l’interview :

Linda: Premièrement, aimes-tu travailler pour moi ? C’est sympa, n’est-ce pas ?

Ciel: Moi ? Travailler pour toi ? Lady, tu es juste le transcripteur. Je suis celle qui raconte les histoires.

Linda: *racle sa gorge, inconfortable* Tu réalises que tu es ma création, n’est-ce pas ?

Ciel: Ecoute, j’ai peut-être commencé comme un fragment de ton imagination fertile, mais j’ai évolué.

Linda: Pense comme ça si tu veux. Je suis toujours la responsable.

Ciel: Oh, vraiment ? Laisse-moi te poser une question. Est-ce que je fais tout ce que tu me dis de faire ? Billy ? Mark ?

Linda: Et bien, non, pas vraiment. En fait, parfois je pense que vous prenez tous des tangentes seulement pour m’ennuyer.

Ciel: En parlant d’embêtement, c’est quoi cette scène dans THE BIF FIX ? Tu sais laquelle ! Celle qui a inspiré un certain tweet par notre éditeur.

Linda: Tu veux dire quand elle a tweeté « En train de travailler sur le dernier de la série Ciel Halligan de @linda_grimes et je ne peux pas CROIRE ce que je viens juste de lire … »?

Ciel: Ouais. Celle là. Geez. Avais-tu vraiment besoin d’en arriver ?

Linda: Hey, n’oublie pas le reste du tweet : « Mon dieu, j’adore ces livres. Et mon travail. » Tu devrais être heureuse d’avoir une réaction comme celle là.

Ciel: Ce n’est pas au sujet de la réaction de notre éditeur que je râle. C’est celle de Billy. Et Mark. Peux-tu imaginer tous les ennuis que j’ai eus après cette scène ?

Linda: Eh bien, oui. Je le sais. Comme je suis celle qui l’a écrite et tout ça…

Ciel: Retranscrit. Heck, tu as juste provoqué le problème et puis tu m’as laissé gérer toute la situation. Tu es douée pour ça, n’est-ce pas ? Une vraie fauteuse de troubles.

Linda: *essuie ses ongles sur son tee-shirt* J’essaie.

Ciel: *roule des yeux*

Linda: Hey, si rien d’intéressant n’arrivait, personne ne voudrait lire les livres ! Et puis, Je ne vois pas pourquoi ça te derange. Je veux dire que ce sont des garcons très charmants et tu as pu –

Ciel: Shhh. Mon dieu, Linda. Spoilers!

Linda: Oh, oui. C’est vrai. Ce que je voulais dire, c’est qu’il y a beaucoup de personnes qui aimeraient emprunter ton pouvoir et te remplacer dans ta vie pour quelques jours. Si tu vois ce que je veux dire.

Ciel: Ouais? Eh ben désolée. Mon talent n’est pas transférable. Et puis, je peux gérer mes propres problèmes, merci beaucoup. Je suis un facilitator – c’est ce que je fais.

Linda: Fixer arrangent leur propres problèmes, huh? Ouais, comment est-ce que ça marche pour toi ? *se frotte les mains en souriant*

Ciel: *petit sourire satisfait* Assez bien, considérant, les bombes de l’intrigue que tu me jettes dessus. Quelqu’un t’a déjà dit que tu étais un écrivain maléfique ?

Linda: *sourit innocémment* Hey, qui est-ce qui t’a donné un poney ?

Ciel: Eeyore? En parlant de maléfique, cette petite chose méchante—

Linda: Ah-ah-ah. Rappelle toi, pas de spoilers!

Ciel: *souffle* Et bien, au moins j’ai réussi à rester à l’écart de son esprit diabolique pour le moment.

Linda: Oui ? Attends seulement le prochain roman ! Ciel ? Ciel… hey, où vas-tu ? Reviens ici !

Oh, hé bien. Ciel a toujours été, um, difficile à diriger. Je ne sais pas d’où cela peut bien lui venir…

Melliane, Merci encore pour m’avoir invite de nouveau. C’était très sympa, comme à chaque fois. J

——-

Author’s website: http://www.lindagrimes.com

In a Fix, Book 3

Synopsis: Aura adaptor extraordinaire Ciel Halligan, who uses her chameleon-like abilities to fix her clients’ problems—as them—is filling in on set for action superstar Jackson Gunn, whose snake phobia is standing in the way of his completing his latest mega-millions Hollywood blockbuster. There’s only one thing Jack fears more than snakes, and that’s the possibility of his fans finding out he screams at the sight of one. Going from hero to laughing stock isn’t part of his career plan.

Seems like a simple enough job to Ciel, who doesn’t particularly like snakes, but figures she can tolerate an afternoon with them, for the right price—which Jack is offering, and then some. What she doesn’t count on is finding out that while she was busy wrangling snakes for him, his wife was busy getting killed. When Ciel goes to break the sad news to the star, she finds out Jack was AWOL from her client hideaway at the time of the murder.

Ciel begins to suspect Jack’s phobia was phony, and that he only hired her to provide him with an alibi—but if she goes to the police, she’ll have to explain how she knows he wasn’t really on set. Up against a wall, Ciel calls on her best-friend-turned-love-interest Billy, and her not-so-ex-crush Mark, to help her set up the sting of a lifetime.

a Rafflecopter giveaway