Miranda and Caliban de Jacqueline Carey (VO)

Résumé (traduction personnelle) : Miranda est une enfant solitaire. Pour autant qu’elle se souvienne, elle et son père ont vécu isolés dans le palais Moorish abandonné. Il y a des poulets et des chèvres, et un terrible esprit piégé dans un pin, mais l’insaisissable garçon sauvage qui l’espionne du haut des les murs en ruines et laisse des cadeaux à leur porte est le seul autre habitant de l’île. Il y a aussi ses souvenirs: des souvenirs vagues et flous d’une autre époque et d’un autre lieu. Il y a des questions que Miranda n’ose pas poser à son père sévère et contrôlant, qui garde ses secrets avec zèle: Qui suis-je? D’où viens-je? Le garçon sauvage Caliban est un enfant solitaire, aussi; Un orphelin qui se débrouille depuis tout jeune, toute forme de langage ayant été oubliée. Quand Caliban est convoqué et emprisonné par le père de Miranda dans le cadre d’une grande expérience, il lutte contre son confinement. Et pourtant il a faim de bonté et d’amour.

Avis : J’ai vraiment beaucoup aimé tous les livres de Jacqueline Carey, que ce soit de la fantasy avec Kushiel ou encore de l’urban fantasy avec Agent of Hel. L’auteure est en effet capable de construire des mondes uniques qui nous font découvrir de nombreuses surprises. On la retrouve dans Miranda and Caliban une fois de plus dans un nouvel univers de fantasy et j’avoue que j’étais curieuse de voir ce qu’elle allait nous présenter.

Nous suivons quatre personnages dans ce roman et le récit est partagé entre les deux principaux Miranda et Caliban. Nous les découvrons tout jeunes, 6 ans pour Miranda et nous les regardons évoluer petit à petit. Cette petite fille vit avec son père sur cette île déserte qui cache de nombreux secrets. En effet, il semblerait que cet homme sévère et adepte du contrôle ait de grands plans pour sa fille et ceux-ci ne concernent nullement Caliban. Mais voilà, il aimerait tout de même éduquer ce garçon sauvage pour en faire un de ses serviteurs. C’est ainsi que l’on découvre au fil de chaque chapitres un peu plus Caliban, alors qu’il découvre les mots et qu’il s’adapte à son nouvel environnement. Seuls enfants, ils vont grandir ensemble bien qu’une limite soit très vite instaurée entre eux, bien maintenue par le père de Miranda, sans pouvoir empêcher les sentiments de naitre.

C’est touchant de voir ces deux enfants évoluer, se découvrir et finalement avoir enfin un ami à qui se confier. C’est un peu plus triste de voir comment se père se comporte avec eux, ne pensant qu’à ce qu’il pourrait gagner et n’hésitant pas à ensorceler ou punir de façon atroce s’il pense en avoir le droit. Ai-je oublié de mentionner le dernier personnage ? Ariel… emprisonné par la mère de Caliban, il est libéré et mis en esclavage, cet esprit puissant qui n’hésite pas à tourmenter nos deux jeunes gens.

C’était une lecture intéressante et intrigante, même si elle pose plutôt les bases de l’histoire et amène de nombreuses questions qui j’espère seront résolues en partie dans le second volume. Je suis assez curieuse de voir où l’auteure nous mènera et voir ce que Miranda et Caliban vont faire.

4 

mellianefini

8 thoughts on “Miranda and Caliban de Jacqueline Carey (VO)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.