The People’s Police de Norman Spinrad (VO)

Résumé (traduction personnelle) : « Laissez les bon temps rouler! »

Martin Luther Martin est un flic de la Nouvelle-Orléans qui travaille dur et qui est venu du gangland d’Alligator Swamp. Lorsqu’il doit signifier son propre avis d’expulsion, il décide qu’il en a assez et accepte de diriger une grève de la police.

Propriétaire d’un bordel et entrepreneur, J. B. Lafitte se trouve dans une situation compliquée quand son bordel dans le Garden District est saisi. Les responsables de l’effondrement de l’immobilier après Katrina n’ont pas fait de différence entre les couches sociales ou leurs vocations.

MaryLou Boudreau, alias Mama Legba, est une star de télévision et une reine du vaudou – avec une différence. Les loas lui parlent vraiment.

Dans le studio de télévision, Martin, espère pouvoir diffuser la grève pour avoir le soutien de la population, et appelle à s’opposer aux banques, aux corporatives, et aux politiciens corrompus. Et sa question, « Que faut-il faire ? », change tout dans le Big Easy.

Avis : J’étais très curieuse de ce roman quand j’en ai entendu parler. De plus, je suis fan des histoires se déroulant à la Nouvelle-Orléans et que dire de la mention du vaudou ? J’étais donc vraiment impatiente de découvrir le récit.

L’auteur nous fait découvrir un univers à la Nouvelle-Orléans plein d’imagination et c’était intéressant de découvrir ce que Katrina avait fait de cet endroit. En effet, la ville n’est plus dirigée comme elle l’était et les gens se font tous expulser petit à petit, qui qu’ils soient. Hélas c’est maintenant au tour de notre héros, Martin Luther Martin, de recevoir cette ordre et c’est à partir de là que rien ne va plus. Martin est un flic et il pensait être au-dessus de tout cela et c’est la goutte d’eau qui fait déborder le vase. Aidé par son beau-père, il va fomenter une grève et pour qu’elle devienne un peu plus virale, il va s’associer à la reine du Vaudou pour passer à la télé et partager son message. Mais voilà, cette rébellion va aussi changer la vie de cette femme à qui on demande maintenant de participer aux élections pour devenir gouverneur.

Il y a beaucoup de descriptions et d’explications pour que le lecteur comprenne dans quelle société les personnages évoluent. J’ai parfois eu un peu de mal à vraiment rentrer dans le roman car ces bases prennent une grande place et c’est vrai qu’il n’y a pas autant d’action que je le pensais. On retrouve une satire de la société qui est poussée à son extrême et c’était intéressant de voir les idées de l’auteur à ce sujet. Je pense que j’attendais autre chose mais c’était tout de même un roman intéressant. J’ai apprécié découvrir tous les personnages que ce soit Martin, Mama Legba ou même JB Laffite mais j’ai eu du mal à adhérer à l’histoire.

2-5 

mellianefini

5 thoughts on “The People’s Police de Norman Spinrad (VO)

  1. Je vais passer mon tour aussi. Les trop longues descriptions et explications, c’est pas pour moi et ma capacité de concentration digne d’un enfant de 5 ans ^^

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *