Interview – M.L. Brennan + Giveaway (+traduction)

We’re happy to welcome today M.L. Brennan, the author of the Generation V series. Thanks to her for answering our questions.

Nous sommes heureuses d’accueillir aujourd’hui M.L. Brennan l’auteure de la série génération V. Merci à elle pour avoir répondu à nos questions.

——-

Can you present you in a few words?

Sure! By day I teach college courses — basic composition and literature — but by night (and sometimes in the morning and afternoons) I write urban fantasy books. My debut was published in 2013 by Roc Books, and the second was published in January of this year. I’m in the rare and lucky position of getting two books published in one year, and the third book in the series will be released in November.

How would you describe the Generation V series?

Not your usual vampires, trickster kitsune, underemployment, Firefly & Star Trek references, family tension, violence, snark, and mystery all rolled into one ball.

How many books do you intend to write for the series?

Right now I’m contracted for four books, but I have storylines mapped out to a Book Six. Each book has both a standalone plot and some ongoing ideas, without any major cliffhangering, but I’m really excited about the direction I’m moving in.

How did you end up writing UF books? Is there any other genre that appeal to you?

I enjoy a lot of genres, and I’ve played around with worldbuilding in a lot of them. I read fantasy and a lot of its sub-genres, and I’m also a big fan of sci-fi. I’ve had a special enjoyment of UF ever since I read Emma Bull’s WAR FOR THE OAKS — I love the way she mashed together fey myth ideas with a gritty city environment and the up-and-coming band scene. I’d also read plenty of other authors who’ve done fantastic thing with UF — Patricia Briggs and Rob Thurman were also big influences on me.

What I like about UF is the chance to play with ideas and scenarios that are very current — my protagonist, Fortitude Scott, deals with the struggle of having a liberal arts degree that has relatively limited applications, and so he’s working a series of underpaying and dispiriting jobs. Money is a struggle for Fort in these books, as is figuring out who he wants to be as a person. At the same time, I like that UF seems to lend itself naturally to different variations on old classics like vampires or elves — I’ve had quite a lot of fun rethinking monsters and playing with old myths.

So Fortitude, whered he come from?

The first thing I developed when I was setting up my series was how the vampire species would work — so I spent most of my time thinking about biology, predator-prey relationships, and how obligate sanguivores function (I know — exciting stuff). Once I had that down I knew how the family system worked — and I knew that my main character was going to be younger member of a vampire family. But I knew that there was a lot of vampire exhaustion in readers, so I also wanted this to be a vampire who played against our stereotypes. So whereas we think of vampires as being old and experienced, I wanted my vampire to be young and kind of a rube. We think of vampires as erotic and sexy — I made my vampire awkward and average-looking. So a lot of the basic parts of Fortitude came out of the circumstances of both the world I was building as well as what was going on in urban fantasy publishing trends at the time. At the same time, there was a lot of discussion about the kind of world that the Millennial was graduating into — huge student loan debts, a shrinking job market, and a whole lot of liberal arts degrees with limited workplace application. I wanted Fort to be dealing with these things.

Why choose to work with an anti-hero?

A few reasons. Firstly, I think anyone who wants to work in a genre that is as saturated as urban fantasy is right now needs to really sit down and seriously ask themselves what sets their book apart from the rest of the pack. A lot of the protagonists in urban fantasy are powerful, ass-kicking, sexy, and hugely ass-kicking. These can be plenty of fun, but I decided that I wanted a protagonist who was none of these things. It made things fun for me as a writer because Fort never had an easy way out of situations, and at the same time the smart thing would’ve been for him to hide out at home under his bed, yet I had to come up with an honest character-driven reason why he was choosing not to do that. Things that make the character walk a more difficult road than they otherwise would’ve are great for a writer, and ultimately benefit the reader. I think being a beta hero also made Fort’s voice sharper for me as the writer — to me it’s like the difference between Superman and Batman. Superman has all of these incredible alien powers — heat vision, flying, super strength — it kind of leaves him with a lot less to snark about. Batman, however, (if we ignore the whole billionaire playboy part of him) is a regular guy. A bank robber with a gun is no threat for Superman, but if Batman forgot his kevlar BatVest at home that day, this is sure a problem for him. And it gives him that extra edge of cynicism, and at the same time makes his decision to chase after the bad guys have more pathos to it than Superman’s.

Is it difficult to have many species in one book?

Yes and no. I like having a bunch of species, because it adds a lot of different viewpoints and agendas. The vampires have a very different worldview than, say, the kitsune or the ghouls, and a world that fit the vampires perfectly might not be to everyone else’s taste. Also, I’ve tried to introduce the different species somewhat slowly, so that the reader has a chance to get to know each one before I add in a new one.

But with having so many species, it’s important that they all balance out with each other. I tried to make my vampires as grounded in reality as I could, with a life-cycle and a biology that functioned, but that also set the standard for everyone else. So now whenever I bring in a new species, I have to figure out how they tick and their biology. Usually I try to pick a real-world counterpart that I can research and then pull parallels to.

Whats the hardest scene for you to write?

Any scene that introduces a new character is absolute misery for me. Initial reactions and dialogue, how to slide in basic physical description plus maintaining the mechanics of keeping it clear who is talking to who — it’s annoying, and it takes me a while to get it to where I’m happy with it. There was one scene in TAINTED BLOOD where I was introducing three new characters, and then three *other* new characters walked in through the door. After I was done with that I swore that I would never do something like that again.

List 5 characters and do word associations.

Fortitude Scott: Idealistic.

Suzume Hollis: Tricksy.

Matt McMahon: Committed.

Chivalry Scott: Purposeful.

Prudence Scott: Dangerous.

What about the writing process most appeals to you? What is the most fun?

I think the planning phase is always what gets me the most excited. I write down my ideas on pieces of paper, then when I have a pile that’s high enough I start pulling them all together. Everything seems really open and full of possibility during that time — and if I want to go in a whole new direction, it’s as easy as just pulling out a fresh sheet of paper. I like the other parts of the process as well, but once I start working on the manuscript itself and the pages start accumulating it’s much harder to insert a new idea or shift directions. Nothing depresses me more than when I come up with a fantastic new idea, but I’m already 4/5ths of the way through a manuscript and will have to tuck the idea away for the next book.

What can you tell about the future books?

In every book Fort takes a certain amount of action, usually because he feels morally obligated to do so, and then in the next book those actions have repercussions that make his life more complicated. I’m really enjoying this situation because not only does it give me a canvass to work with that has increasingly high stakes to it, but it also continues to push Fort as a character into situations that give him more growth. I’m working on the fourth book right now, but at the same time I am on the edge of my seat to see what readers think about what I did in the third!

Do you have a favorite author? Or a favorite book?

Hundreds. Literally — I’m constantly running out of shelving space for my books.

If I had to pick a true favorite, I’d be stuck on this question for the next few hours in a relentless Sophie’s Choice kind of situation. But a few books that I’ve read and really enjoyed lately include V. E. Schwab’s VICIOUS, Max Gladstone’s FULL FATHOM FIVE, and Teresa Frohock’s MISERERE.

Thank you a lot,

Thanks so much for the fun questions and the opportunity!

———————

Pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?

Bien sûr! Le jour, je donne des cours au collège – la base de la composition et la littérature – mais la nuit (et parfois le matin et l’après-midi) j’écris des livres de fantasy urbaine. Mon premier roman a été publié en 2013 par Roc Books, et le second a été publié en Janvier de cette année. J’ai eu la chance d’avoir deux livres publiés en un an, ce qui est assez rare, et le troisième livre de la série sera publié en Novembre.

Comment décririez-vous la série Génération V ?

Des vampires inhabituels, un kitsune filou, du sous-emploi, des références à Firefly et Star Trek, des tensions familiales, de la violence, du sarcasme, et du mystère, le tout dans un même ensemble.
 
Combien de livres comptez-vous écrire pour la série ?

En ce moment je suis sous contrat pour quatre livres, mais j’ai des scénarios en tête pour aller jusqu’à un sixième livre. Chaque livre est à la fois une intrigue autonome et des idées en cours, sans cliffhanger majeur, mais je suis vraiment excitée à propos de la direction que je vais prendre.
 
Comment êtes-vous arrivé à écrire des livres de fantasy urbaine ? Y a-t-il un autre genre qui vous attire ?

J’aime beaucoup de genres, et j’ai joué un peu avec la construction du monde dans un grand nombre d’entre eux. Je lis de la fantasy et beaucoup de ses sous-genres, et je suis aussi une grande fan de science-fiction. J’ai eu une attirance spéciale pour la fantasy urbaine depuis que j’ai lu WAR FOR THE OAKS d’Emma Bull- J’aime sa façon de mélanger ensemble les idées tirées de mythes féeriques avec un environnement urbain graveleux et l’ensemble des scènes de va-et-vient. Je lis aussi beaucoup d’autres auteurs qui ont fait des choses fantastiques avec la fantaisie urbaine – Patricia Briggs et Rob Thurman ont aussi eu de grandes influences sur moi.

Ce que j’aime à propos de la fantasy urbaine est la chance de pouvoir jouer avec des idées et des scénarios qui sont très actuels – mon protagoniste, Fortitude Scott, doit faire face au souci qui est d’avoir un diplôme en arts libéraux où les débouchés sont relativement limités, et donc il cumule toute une série d’emplois sous-payés et décourageants. L’argent est une lutte de tous les instants pour Fort dans ces livres, tout comme la question de savoir quel genre de personne il veut devenir. Dans le même temps, j’aime le fait que la fantaisie urbaine semble se prêter naturellement à différentes variations de vieux classiques comme les vampires ou les elfes – J’ai eu beaucoup de plaisir à repenser les monstres et à jouer avec les vieux mythes.
 
Donc Fortitude, d’où vient-il ?

La première chose que j’ai développé lorsque j’ai commencé à créer ma série était de savoir comment les différentes espèces de vampires allaient coexister – alors j’ai passé la plupart de mon temps à penser à la biologie, les relations prédateur-proie, et comment les sanguivores par obligation fonctionnent (je sais – des choses passionnantes). Une fois tout ça mis en place, je savais comment le système des familles fonctionnerait – et je savais que mon personnage principal allait être le plus jeune membre d’une famille de vampires. Mais je savais qu’il y avait beaucoup de lassitude de la part des lecteurs concernant les vampires, donc je voulais aussi qu’il soit un vampire qui joue contre nos stéréotypes. Ainsi, alors que les vampires nous font penser à des êtres vieux et expérimentés, je voulais que mon vampire soit jeune et en quelque sorte un peu rustre. Nous imaginons les vampires comme des êtres érotiques et sexy – J’ai fait de mon vampire un maladroit au look plutôt moyen. Ainsi, un grand nombre de pièces de base servant à la création de Fortitude viennent des circonstances issues à la fois du monde que j’étais en train de construire, ainsi que des tendances de l’édition en matière de fantasy urbaine à l’époque. A la même époque, il y avait beaucoup de discussions sur la question de savoir dans quel genre de contexte les futurs diplômés devront envisager pour leur avenir – d’énormes dettes consécutives aux prêts-étudiants, un marché du travail diminué, et tout un tas de diplômés en arts libéraux avec une offre de travail limitée. Je voulais Fort ait à gérer ce genre de choses.
 
Pourquoi choisir de travailler avec un anti-héros ?

Quelques raisons. Tout d’abord, je pense que toute personne qui veut travailler dans un genre qui est aussi saturé que fantasy urbaine l’est en ce moment, doit vraiment s’asseoir et se demander sérieusement ce qui distingue leur livre à par rapport au reste de la meute. Un grand nombre de protagonistes de fantasy urbaine sont puissants, botteurs de fesses, sexy, et extrêmement coriaces. Ces derniers peuvent être très amusants, mais j’ai décidé que je voulais un personnage qui n’était pas toutes ces choses. Cela a rendu les choses amusantes pour moi en tant qu’écrivain parce que Fort n’a jamais eu un moyen facile de se sortir des situations difficiles, et la chose la plus intelligente aurait été pour lui de se cacher à la maison sous son lit, et pourtant, j’en suis venue à mettre l’accent sur un honnête personnage, ce qui fait qu’il ne choisit jamais cette option. Les choses qui font qu’un personnage marche sur une route plus difficile que celle qu’il aurait dû emprunter sont parfaites pour un écrivain, et le lecteur en bénéficie aussi. Je pense que le fait d’être un bêta héros a également rendu la voix de Fort plus nette pour moi en tant qu’écrivain – pour moi, c’est comme la différence entre Superman et Batman. Superman possède tous ces pouvoirs incroyables d’origine extra-terrestre – vision thermique, voler, super force – de telle sorte que ça laisse beaucoup moins de place pour les propos sournois ou sarcastiques. Batman, cependant, (si l’on fait abstraction de toute la partie « playboy milliardaire ») est un gars ordinaire. Un braqueur de banque avec une arme à feu n’est pas une menace pour Superman, mais si Batman oublie que sa BatV en kevlar est à la maison ce jour-là, c’est sûr que ça sera un problème pour lui. Cela lui donne cet avantage supplémentaire sur le plan du cynisme, et en même temps rend sa décision de courir après les méchants plus pathétique que celle de Superman.
 
Est-il difficile d’avoir de nombreuses espèces dans un livre ?

Oui et non. J’aime avoir tout un tas d’espèces, car cela ajoute beaucoup de différents points de vue et d’agendas. Les vampires ont une vision du monde très différente de celle, par exemple, du kitsune ou des goules, et un monde qui satisferait parfaitement les vampires peut ne pas être du goût de tout le monde. Aussi, j’ai essayé de présenter les différentes espèces un peu lentement, de sorte que le lecteur ait une chance d’apprendre à connaître chacune d’entre elles avant que j’an ajoute une nouvelle.

Mais lorsqu’on a autant d’espèces, il est important que toutes s’équilibrent les unes avec les autres. J’ai essayé de faire en sorte que mes vampires soient les plus possibles ancrés dans la réalité, avec un cycle de vie et une biologie qui fonctionne, mais qui ont également établi la norme pour tout le monde. Alors maintenant, quand j’apporte une nouvelle espèce, je dois comprendre comment ils fonctionnent ainsi que leur biologie. Habituellement, j’essaie de choisir un homologue ou l’équivalent dans le monde réel, ainsi je peux faire des recherches et puis tirer des parallèles.
 
Quelle est la scène la plus difficile pour vous à écrire ?

Une scène qui introduit un nouveau personnage est une misère absolue pour moi. Les premières réactions et les dialogues, ou encore comment glisser vers la description physique de base en plus du maintien de la mécanique consistant à savoir clairement qui parle à qui – c’est ennuyeux, et il me faut un certain temps pour obtenir quelque chose qui me satisfait. Il y avait une scène dans TAINTED BLOOD où je présentais trois nouveaux personnages, puis trois *autres* nouveaux personnages entrèrent par la porte. Après en avoir fini avec eux, je me suis juré que je ne referais jamais quelque chose comme ça.

Listez 5 personnages et faites des associations de mots.

Fortitude Scott : idéaliste.
Suzume Hollis : espiègle.
Matt McMahon : Engagé.
Chevalerie Scott : Tenace.
Prudence Scott : Dangereuse.
 
Qu’est-ce qui vous intéresse le plus dans le processus d’écriture ? Qu’est-ce qui est le plus amusant ?

Je pense que la phase de planification est toujours celle qui est la plus excitante. J’écris mes idées sur des bouts de papier, puis quand j’ai une pile qui est assez grande, je commence à les retirer puis je les mets ensemble. A ce moment-là, tout cela semble très ouvert et plein de possibilités – et si je veux aller dans une toute nouvelle direction, c’est aussi très facile, il suffit simplement de tirer une nouvelle feuille de papier. J’aime les autres parties du processus aussi, mais une fois que je commence à travailler sur le manuscrit en lui-même et que les pages commencent à s’accumuler, il est beaucoup plus difficile d’insérer une nouvelle idée ou de changer les directions. Rien ne me déprime plus que quand je viens avec une nouvelle idée fantastique, mais que je suis déjà aux 4/5e dans l’écriture du manuscrit et que je devrai donc garder l’idée dans un coin pour le prochain livre.
 
Que pouvez-vous nous dire sur les futurs livres ?

Dans chaque livre Fort prend part à un certain nombre d’actions, le plus souvent parce qu’il se sent moralement obligé de le faire, et puis dans le prochain livre ces mêmes actions ont des répercussions qui rendent sa vie plus compliquée. J’apprécie vraiment cette situation, car non seulement cela me donne une toile de fond sur laquelle travailler avec de plus en plus d’enjeux élevés, mais aussi cela permet de pousser le personnage de Fort dans des situations qui le feront gagner en maturité. Je travaille sur le quatrième tome en ce moment, mais en même temps je suis sur le bord de mon siège pour voir ce que les lecteurs pensent de ce que j’ai fait dans le troisième!
 
Avez-vous un auteur préféré ? Ou un livre préféré ?

Des centaines. Littéralement – Je suis constamment à court d’espace de rayonnage pour mes livres.

Si je devais choisir un vrai favori, je serais coincée sur cette question au cours des prochaines heures dans une implacable situation similaire à celle dans Le Choix de Sophie. Mais parmi quelques livres que j’ai lus et vraiment appréciés récemment on peut inclure VICIOUS deV. E. Schwab, FULL FATHOM FIVE de Max Gladstone et MISERERE de Teresa Frohock.

Merci beaucoup,

Merci beaucoup pour cette opportunité et les questions amusantes !

——

Author website: http://www.mlbrennan.com

Generation V, Book 2

Synopsis: Underemployed by day. Undead by night.

Underachieving film theory graduate and vampire Fortitude Scott may be waiting tables at a snooty restaurant run by a tyrannical chef who hates him, but the other parts of his life finally seem to be stabilizing. He’s learning how to rule the Scott family territory, hanging out more with his shapeshifting friend Suzume Hollis, and has actually found a decent roommate for once.

Until he finds his roommate’s dead body.

The Scott family cover-up machine swings into gear, but Fort is the only person trying to figure out who (or what) actually killed his friend. His hunt for a murderer leads to a creature that scares even his sociopathic family, and puts them all in deadly peril.

Keeping secrets, killing monsters, and still having to make it to work on time? Sometimes being a vampire really sucks.

a Rafflecopter giveaway

  Come back and check out more posts and giveaways by following the dates here.

21 thoughts on “Interview – M.L. Brennan + Giveaway (+traduction)

  1. At least four books, eh? In that case, I’d best get a move on with reading the Generation V series. I also like that Brennan took the time to really consider which direction to take, so that these novels would stand out among the sea of Urban Fantasy. Great Q&A! I loved your questions, Melliane.

  2. I have found my love for UF books lately so this seems so appealing to me. I love how it sounds and let’s face it these covers are something to look at. The world-building seems the most appealing though. Great interview 🙂

  3. I’ve heard quite a few glowing reviews for this author and this series, so I am so excited to give it a try – even though vampires aren’t usually my cup of tea. (Twilight kind of ruined that…ha!) Thanks for sharing the interview and for the wonderful giveaway Melliane! <3

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.