Guest Post (+traduction): Viola Carr (concours-giveaway)

Welcome to Viola Carr, the author of the awesome Electric Empire series. Her new book: The Devious Dr. Jekyll will be released in October. Thanks to the author for the post.
———-
Bienvenue à Viola Carr, l’auteure de la fantastique série : Electric Empire. Son nouveau roman The Devious Dr. Jekyll sortira en Octobre. Merci à l’auteure pour le post.

————-

Steampunk is cool! On that, everyone agrees. But what is it?

Having started as a variety of British Victorian-era science fiction—imagine, for instance, the speculative worlds of Jules Verne or H.G. Wells, with fabulous steam-powered technology—the ‘steampunk’ genre has now blossomed, to cover all kinds of fantasy/sci-fi and alternate history set in the 19th century. If you’ve got goggles and corsets, airships pirates and steam-driven cars, the Napoleonic Wars with zombies or a vampire Queen Victoria, chances are you’ll get labeled ‘steampunk’.

Still, some purists say that true steampunk has to be science fiction, not fantasy, with technology projected from stuff that actually existed – as soon as you add the supernatural, they say, it’s not steampunk anymore. And don’t get them started on stories that throw in steampunky elements like gears and dirigibles just because they look cool.

I’m not one of those people. For me, that’s the cool thing about steampunk: it’s a true genre mash-up. So many books and TV shows are doing their Victorian vampire hunters or American Civil War zombies or Regency werewolf romances with a steampunky, ‘goggles and airships’ flavor—so what if it’s not ‘real steampunk’? It’s cool and fun and exciting. That’s what counts!

For instance, my story The Diabolical Miss Hyde is described as an edgy steampunk retelling of Dr Jekyll and Mr Hyde, in which Dr. Eliza Jekyll (daughter of the infamous Henry) is a crime scene investigator who hunts serial killers. It’s CSI: Jekyll & Hyde meets Frankenstein, with a splash of Sweeney Todd. Awesome!

But is it ‘real steampunk’?

Well… yes, and no.

Yes, it’s set in an alternate Victorian era, with strange sci-fi technology. Not all steam-based, mind you. Eliza meets clockwork automatons, rides electric omnibuses, discovers bizarre teleporting machines and machines that burn an invented substance called aether.

But there’s also sorcery and the supernatural. In a world where using magic can get you burned at the stake, Eliza’s potion—the one that brings out her rebellious alter-ego, Lizzie Hyde—is brewed by an alchemist. And the dark underworld Lizzie frequents is teeming with magical creatures and fairy enchantments.

So if you pressed me, I’d have to call The Diabolical Miss Hyde a dark, romantic steampunk fantasy. With a murder mystery. And a clockwork dog.

—————-

Le steampunk c’est cool! Sur ce point, tout le monde est d’accord. Mais qu’est-ce que c’est ? Etant à l’origine d’une sorte de science-fiction se déroulant à l’époque victorienne britannique –imaginez, par exemple, les mondes spéculatifs de Jules Verne ou de H.G. Wells, avec une fabuleuse technologie à base de vapeur – le genre « steampunk » a maintenant fleuri, pour couvrir toutes sortes de fantasy / science-fiction et d’histoires alternatives se déroulant au XIXe siècle. Si vous avez obtenu des lunettes, des corsets, des dirigeables tenus par des pirates et des voitures à vapeur, des guerres napoléoniennes avec des zombies ou encore une reine Victoria vampire, vous avez des chances d’être étiqueté « steampunk ».

Pourtant, certains puristes disent que le vrai steampunk doit être de la science-fiction et non pas de la fantasy, avec une technologie projetée à partir de choses ayant réellement existé – dès que vous ajoutez le surnaturel, disent-ils, ce n’est plus du steampunk. Et ne leur lancez pas sur le débat des histoires qui rajoutent des éléments steampunk tels que les engrenages et les dirigeables juste parce que cela semble cool.

Je ne suis pas du même avis que ces personnes. Pour moi, ce qui est vraiment cool avec le steampunk est le fait qu’il soit un véritable mélange de divers autres genres. Il y a tellement de livres et de séries à la télévision qui ont créés leurs propres chasseurs de vampires victoriens ou la Guerre de Sécession américaine avec des zombies ou encore en matière de romans, des régences où l’on trouve des loups-garous avec en prime, une petite saveur de steampunk grâce à l’ajout de certains ingrédients tels que les lunettes et les dirigeables. Et si ce n’est pas du « vrai steampunk » où est le problème ? C’est cool, amusant et excitant. C’est tout ce qui compte !

Par exemple, mon histoire The Diabolical Miss Hyde est décrite comme une adaptation steampunk avant-gardiste de L’Étrange Cas du docteur Jekyll et de M. Hyde, dans laquelle le Dr Eliza Jekyll (fille de l’infâme Henry) est une enquêtrice sur des scènes de crime qui traque les tueurs en série. C’est comme dans CSI (Crime Scene Investigation ou Les Experts), où Jekyll et Hyde rencontrent Frankenstein, avec un peu de Sweeney Todd. Génial !

Mais est-ce du « vrai steampunk »?

Eh bien … oui et non.

Oui, car le récit se situe dans une époque victorienne alternative, avec une technologie de science-fiction étrange. Pas entièrement à base de vapeur, cela dit. Eliza rencontre des automates d’horlogerie, monte dans des omnibus électriques, découvre des machines de téléportation bizarres ainsi que des machines qui brûlent une substance inventée, appelée aether.

Mais il y a aussi de la sorcellerie et le surnaturel. Dans un monde où utiliser la magie peut vous mener droit au bûcher, la potion d’Eliza – celle qui fait ressortir son alter-ego rebelle, Lizzie Hyde – est élaborée par un alchimiste. Et le sombre milieu de la pègre que Lizzie fréquente grouille de créatures magiques et d’enchantements féeriques.

Donc, si vous me poussez vraiment, je qualifierais The Diabolical Miss Hyde de dark romantic steampunk fantasy. Avec une enquête sur un meurtre à résoudre. Et un chien d’horlogerie.

——-

author’s website: http://www.violacarr.com

Electric Empire, Book 1

Synopsis: Magic, mystery, and romance mix in this edgy retelling of the classic The Strange Case of Dr. Jekyll and Mr. Hyde-in which Dr. Eliza Jekyll is the daughter of the infamous Henry

In an electric-powered Victorian London, Dr. Eliza Jekyll is a crime scene investigator, hunting killers with inventive new technological gadgets. Now, a new killer is splattering London with blood, drugging beautiful women and slicing off their limbs. Catching « the Chopper » could make Eliza’s career–or get her burned. Because Eliza has a dark secret. A seductive second self, set free by her father’s forbidden magical elixir: wild, impulsive Lizzie Hyde.

When the Royal Society sends their enforcer, the mercurial Captain Lafayette, to prove she’s a sorceress, Eliza must resist the elixir with all her power. But as the Chopper case draws her into London’s luminous, magical underworld, Eliza will need all the help she can get. Even if it means getting close to Lafayette, who harbors an evil curse of his own.

Even if it means risking everything and setting vengeful Lizzie free . . .

a Rafflecopter giveaway

27 thoughts on “Guest Post (+traduction): Viola Carr (concours-giveaway)

  1. I like to discover new authors and I have never read anything by Viola Carr, so I am looking forward to read this book. Thanks for the chance!

  2. I actually enjoy both types of steampunk, the strictly puristic one which obviously demands a lot more research and the steampunk fantasy mix which relies more on the imagination. It depends what I’m in the mood for, but I do consider them both to be steampunk.

  3. Like most things, once you give something LIFE, you can’t control its evolution. If the genre remains « pure » then it’ll become stagnant and will lose it’s lure. So yay for mash-ups!

  4. C’est vraiment très très tentant tout ça ! Le steampunk nous donne toujours beaucoup de plaisir, et c’est bien là l’essentiel 😉 Merci pour cette séduisante découverte !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *