La Proie du Papillon de Stephane Soutoul

Résumé : « Quand une femme frappe dans le cœur d’une autre, elle manque rarement de trouver l’endroit sensible, et la blessure est incurable. »
Pierre CHODERLOS DE LACLOS

Sulfureux. Indécents. Mortels…
Avez-vous déjà entendu parler des Fils d’Éros ? On prétend à mi-voix que ces professionnels de la séduction joueraient avec les sentiments et bouleverseraient la vie de leurs victimes.
Judith de Ringis est une femme d’affaires aussi douée qu’impitoyable. Pour se débarrasser d’une concurrente gênante, elle requiert les services de l’un de ces mercenaires. Marco, dit le Papillon, s’engage à briser sa proie.
Cependant, manipuler les choses de l’amour n’est jamais simple, surtout quand les plus redoutables prédateurs se révèlent, eux aussi, capables d’émotions…

Avis de Melliane : Stephane Soutoul est un écrivain touche à tout qui s’essaie au cours des années à différents genres et cette fois-ci l’auteur se lance dans un tout nouveau challenge avec un thriller. J’avoue que je ne savais pas à quoi m’attendre en commençant cette histoire mais j’étais curieuse de découvrir ce que l’auteur allait nous présenter.

Je ne m’attendais pas vraiment à tomber dans un roman comme celui-ci… En effet, dès les premières pages, on découvre une héroïne à laquelle on ne s’attend absolument pas, une personne que l’on n’apprécie pas du tout et malgré notre espoir de changement, on comprend très rapidement qu’il n’en sera rien. C’est assez déstabilisant d’avoir un tel personnage, oui parce que ce n’est pas quelqu’un qu’on peut comprendre, ni même apprécier et c’est avec peine que l’on assiste à sa vie, aux conséquences de ses actes et à ses machinations. Mais voilà, Judith de Ringis n’est pas une gentille personne et ceux qui osent se placer sur son chemin, même ses soi-disant amis, peuvent attiser sa rage et doivent s’attendre à des conséquences. C’est d’ailleurs ce que narre ce roman, Judith se trouve avoir une adversaire, une ancienne camarade de classe, qui commence à lui voler de gros projets et à se placer en tant que concurrente sur le marché du travail. Mais voilà, notre héroïne est lasse de tout cela, et elle désire plus que tout que la jeune femme voit sa vie ruinée et même détruite entièrement, quel que soit le coût ! C’est dans ce contexte que Judith approche les Fils d’Éros sur les conseils de son amie un peu nunuche. Ce clan est connu ou plutôt peu connu pour prendre des affaires difficiles et exercer une vengeance pour une cliente pouvant payer leurs services onéreux. Oui, Judith désire que Marco, l’homme qu’elle engage puisse séduire sa rivale et lui porter un coup fatal qui détruira complètement sa vie. Pourtant, il se pourrait que la jeune femme tombe dans son propre piège et se laisse séduire par cet homme qui peut provoquer la perte de n’importe qui. Non, Judith ne s’attendait pas à succomber à son employé et encore moins à le vouloir pour elle seule et pourtant, cela ne changera pas son objectif d’anéantir complètement sa rivale.

Comme je le disais c’est assez compliqué d’apprécier un personnage principal tel que cette femme que l’on déteste. Il n’y a pas une once de gentillesse chez elle et c’est assez difficile à accepter. C’est avec effroi que l’on voit tout ce qu’elle est capable de faire pour réaliser ce qu’elle désire. Pour ce qui est de Marco, c’est assez difficile de statuer à son sujet. C’est un personnage très délicat que l’on a du mal à cerner tout au long de l’histoire. Essaie-t-il d’aider ? L’inverse ? Mais j’avoue que je me doutais un petit peu de la finalité de l’histoire bien que je ne m’attendais pas à cette personne (je suis un peu vague n’est-ce pas ? C’est normal !).

J’ai toujours eu du mal avec les histoires mettant en scène des personnages que l’on déteste et même si j’ai passé un bon moment avec l’histoire aussi, c’était un sentiment assez étrange. Pourtant j’ai trouvé que la fin relevait tout, même si je suis assez surprise des agissements de Judith après avoir été autant maitresse d’elle-même. C’était cependant très bien trouvé et je pense que l’auteur a réussi quelque chose d’unique et intrigant avec ce premier tome dans ce genre. Je suis curieuse d’en lire plus !

4

mellianefini

Avis d’Inessa : Après sa série de fantaisie urbaine Anges d’Apocalypse ainsi que son roman jeune adulte Si proche de lui, Stéphane Soutoul nous revient avec son tout nouveau roman : La Proie du Papillon.

Cette fois-ci il s’agit d’un thriller sentimental et je dois avouer que j’ai été dès le départ très intriguée par ce roman. Le livre en lui-même est plutôt alléchant. Paru récemment aux éditions Pygmalion, sa couverture – que je qualifierais de sobre et assez soignée – ajoute encore plus de mystère à ce livre. Et puis, comment résister à cette jolie bague « papillon » filigranée ? L’autre élément qui a attisé ma curiosité est la quatrième de couverture, plus particulièrement cette citation de Choderlos de Laclos qui évidemment fait tout de suite penser aux Liaisons Dangereuses. Il faut dire que cette citation n’est pas là par hasard et après lecture du roman, on constate que celle-ci est parfaitement appropriée et y trouve toute sa portée.

Mais alors, qu’en est-il de l’histoire ? Une femme d’affaires très riche loue les services d’un homme appartenant à une étrange organisation secrète afin qu’il séduise dans un premier temps une de ses concurrentes en affaires, puis qu’il l’amène à sa propre perte, voire même à sa destruction. Sinistre me direz-vous. Eh bien oui, c’est dans cette ambiance on ne peut plus malsaine que le lecteur est plongé tout au long de l’histoire.

Judith de Ringis est une femme effrayante. Sans scrupules ni morale, elle se définit elle-même comme une prédatrice. Cruelle et tyrannique, elle dirige sa société d’une main de fer en terrorisant ses employés. Qui plus est, elle est jalouse de la réussite de sa rivale, qu’elle veut à tout prix mettre à terre. Sa façon d’agir et de penser font vraiment froid dans le dos. Au fil des pages, on suit la détermination de cette femme à vouloir se débarrasser de celle qu’elle considère comme son ennemie. Marco quant à lui, se décrit comme un homme sans attaches. On pourrait penser qu’il ne se soucie pas de ce qui est bien ou mal et ne fait qu’exécuter les contrats que ses clientes lui confient. Cependant il ne faut pas se fier aux apparences car en réalité, la personnalité de Marco semble bien plus complexe et tourmentée qu’elle n’y parait. Expert dans l’art de la séduction, il est néanmoins un homme plutôt discret, mystérieux et qui a une parfaite maîtrise de lui-même.

Tout au long du roman, le lecteur est plongé dans les sombres pensées de Judith et son obsession à vouloir détruire Annie. C’est assez déstabilisant. J’avoue qu’au début, j’ai vraiment eu du mal avec ce personnage. Je n’ai pas beaucoup l’habitude de lire des romans noirs où le personnage principal est détestable au plus haut point et du coup cette atmosphère un peu malsaine m’a quelque peu perturbée. Mais d’un autre côté, je n’ai pas pu lâcher ce livre une seule fois tellement il était haletant et addictif. Non seulement on veut connaître tous les secrets concernant les Fils d’Eros mais en plus, on veut savoir si Judith ira jusqu’au bout ou bien si elle fera machine arrière. Est-ce que Marco ira vraiment jusqu’au bout de sa tâche ou bien aura-t-il des scrupules à le faire ? Avec une héroïne de plus en plus instable psychologiquement et la tension qui devenait de plus en plus pesante, en particulier dans le dernier tiers du livre, j’étais impatiente de connaître le fin mot de l’histoire.

Pour ce qui est de la fin, je dois dire que l’auteur m’a surprise. Même si j’avais quelques petits doutes, j’étais loin de m’imaginer un tel raisonnement pour parvenir à ce dénouement. Stéphane Soutoul avec sa plume fluide, incisive et percutante parvient efficacement à jouer avec les nerfs du lecteur du début jusqu’à la fin, les deux derniers chapitres constituant le point d’orgue de cette histoire ô combien palpitante.

Un bon thriller riche en suspense et émotions.

3-5mon pseudo

25 thoughts on “La Proie du Papillon de Stephane Soutoul

  1. Je n’aurai jamais dit qu’il s’agissait d’un thriller en lisant le résumé et honteusement, j’ai pensé à quelque chose dans la lignée « Beautiful Bastard »
    Dans tous les cas, je ne pense pas me laisser tenter…le personnage principal pourrait vraiment m’agacer…

  2. Alors là ! Je suis carrément intriguée ! Ce résumé et ta chronique titillent ma curiosité. Je ne suis pas certaine d’avoir déjà lu un de ses romans mais son nom me dit clairement quelque chose.
    Si j’ai un jour l’opportunité de me le procurer, je le lirais !
    C’est un oneshot ou tu penses qu’il y aura/a d’autres tomes sur d’autres personnages des Fils d’Eros ?

    • N’est-ce pas ? C’est très original ! J’espère que ça te plaira aussi du coup ! Je ne sais pas trop, il faudrait que je demande à l’auteur mais je pense qu’il y a matière à écrire plus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *