The Sword of Midras de Tracy Hickman & Richard Garriott (VO)

Shroud of the Avatar, Tome 1

Résumé (traduction personnelle) : Le monde est mort au cours du Fall.

Abandonnés par les puissants Avatars et leurs vertus, les gens qui sont restés, ont été laissés sans défense dans une terre sauvage, jusqu’à ce que les Obsidians arrivent. Grâce à la magie noire et la force écrasante de l’Empire Obsidian, ils ont mis de l’ordre dans le chaos, malgré le coût.

Aren Benis est un capitaine dans l’armée Obsidian qui a vu ce à quoi un monde sans vertu ressemble et est prêt à faire tout ce qu’il faut pour établir une paix durable. Mais après avoir trouvé une épée magique que lui seul peut manier, une épée que son alliée de confiance, Syenna, prétend être une lame autrefois utilisée par les Avatars légendaires ; Aren est jeté dans une bataille beaucoup moins familière. Des combats avec des mots chuchotés et des trahisons au lieu d’épées et de flèches.

Manquant d’alliés, le seul espoir d’Aren pour la survie est de découvrir la vraie nature de l’arme ancienne qu’il porte à ses côtés. Pour ce faire, Aren devra se tourner vers les ennemis de l’Empire et, ce faisant, il va découvrir que signifie vraiment l’ordre aux mains des obsidiennes.

Avis : Je suis toujours assez anxieuse quand je commence un roman de fantasy. Je sais qu’il y en a de très bons mais c’est un genre assez difficile pour moi et je n’en lis finalement que très peu. Pourtant, c’est toujours agréable de sortir de sa zone de confort et de découvrir de nouveaux romans tels que celui-ci. J’ai eu la chance de découvrir Tracy Hickman avec une autre de ses séries : Unwept (qui, il faut le dire, est bien différent de ce roman) et j’étais curieuse de voir ce que cette nouvelle histoire allait donner.

Il est indiqué sur le livre que l’auteur s’est allié avec le Richard Garriott pour écrire un roman basé sur un jeu vidéo. J’avoue qu’une fois encore, je ne connais pas du tout le jeu et n’en ai jamais entendu parler mais j’ai été agréablement surprise par le récit. En effet, on découvre un jeune capitaine, Aren Bennis, qui, face à un général excessif, doit suivre les ordres au pied et à la lettre. C’est en tout cas le cas jusqu’à ce qu’il trouve une ancienne épée soit disant maudite qui lui ouvrira les yeux sur un monde qu’il ne connaissait pas ou en tout cas dont il ignorait tout. Je ne vais pas en dire plus parce que finalement le roman se lit très vite et que je ne veux pas en révéler trop mais c’est vrai que je me suis laissée facilement porter par les chapitres en suivant les aventures d’Aren et en découvrant petit à petit ce monde avec les différents personnages. J’ai apprécié aussi les quelques images que l’on retrouve insérées dans le livre et qui nous donne un petit aperçu des personnages.

A l’inverse de beaucoup de romans fantasy, nous n’avons pas un grand nombre de points de vue, ce qui est un point énorme pour moi et j’ai beaucoup apprécié d’en apprendre plus sur Aren et sur ses actions. D’ailleurs, j’ai été surprise à plusieurs reprises par ses décisions et ses actions.

Dans tous les cas, c’était une bonne découverte. Je ne connaissais pas grand-chose à cet univers mais je suis assez curieuse de lire la suite et de découvrir ce qu’il adviendra ensuite.

4 

mellianefini

12 thoughts on “The Sword of Midras de Tracy Hickman & Richard Garriott (VO)

  1. Sortir de sa zone de confort, c’est cool quand on tombe sur une bonne surprise ! Alors peut-être que cette découverte va te pousser davantage vers la fantasy, qui sait 😉 Il y a des tonnes de titres géniaux dans ce genre !!!

  2. C’est vrai qu’il faut savoir sortir de sa zone de confort de temps en temps. Des fois on fait de très belles découvertes. En tout cas, je ne connais ni l’auteure ni le roman mais tu me donnes envie de le découvrir. Et en plus, j’aime bien la fantasy ! 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.