Interview: CJ Roberts (+traduction)

Welcome to C.J. Roberts the author of the Dark Duet series! Thanks to her for her answers!


Bienvenue à C.J. Roberts l’auteure de la série Dark Duet sortie en Français chez Pygmalion. Merci à elle pour avoir répondu à nos questions.


Welcome on Between Dreams and Reality, can you present yourself in a few words?

Overworked procrastinator with a perverted imagination and delusions of grandeur. I think that about sums me up for better or worse.

What can you tell us but The Dark Duet series? What is it about?

I’ve answered this question many times over the years, and each time I discover something new about my reasons. Looking back on it today and the young woman I was when I started writing it, I think the story is more personal than I previously let on. I was young, naïve, and very frightened of the world evolving around me. In many ways, the story was me exploring my fears and desires in a safe and fictional environment.

What would you most like potential readers to know about you and/or your books?

They are welcome to NOT to like them.  I write fiction and I write it for myself, for whatever thing I am trying to learn about myself or the world. All of my characters are flawed because there is something I find beautiful about the fragments we, as humans, reshape ourselves around. I tend to be a very free thinker which is good, but also problematic because there are never any easy answers for me to find. Writing is a way to push myself to see things from perspectives I wouldn’t otherwise consider. It’s a lofty goal because I have no illusions about a being a great literary writer. I write things to titillate, but I do what I can to also learn and push others to think, especially about topics where they fundamentally believe they have a moral or ethical absolute.

You write dark novels, is it something difficult to do? Is there another genre you would like to try?

It’s easy to write in the sense that terrifying thoughts come to me regularly. I have an anxiety disorder. But it’s also very difficult for the same reason. For me, every day is a struggle for internal peace and focus. There are days when simply the thought of opening my laptop floods me with panic. That said, I wish I felt capable to writing other genres, but I don’t think it is my gift. I am especially fond of sci-fi, paranormal, and action.

Captive in The Dark became very popular, did you expect that?

No. I never expected to publish it. Writing has always been a personal thing, something I do to exorcise my inner wanton demons.  I wrote Captive over the course of several years and shared it with only my closest friends until I was out of the military. After the military, I could not find work, I had no friends who lived near me, and I had begun to feel rather worthless. I spent my time working on my story and when I finished it, my close friends encouraged me to publish it.

It was rejected many, many, many times, and each time I felt more worthless than before. I published as an independent as a last resort (back then indie authors were considered ‘vanity press’ and looked down on).

The fans made it popular. I owe it all to them. Well, them, and Colleen Hoover who was already mega famous when she decided to read my book and actually tell people.

If you could meet any characters in your book, who would it be and why?

I would hope to never meet any of my characters. I have done too much to them and as their creator; I would be hard pressed to give them any good answers as to why they had to suffer. Whenever I think about God, I have pity, because God may not even be aware of what God is, and how we all suffer from this lack of knowledge.

Have you ever been in France? Did you meet with your French fans?

Yes, I had the opportunity to visit France this past July and attend a reception with my publisher, Pygmalion. The experience is one I will treasure forever. While I was there I learned how I came to be published in France, and the story had me in tears. Apparently, many French readers had read the book in English and began campaigning on my behalf to several publishers to purchase the rights. Fanny, my host, had heard about it at her former publishing house before transferring to Pygmalion, and was happy to hear they had picked up the title.

They put my book on the side of a bus! I saw my book on shelves in the bookstores of Paris! I am not on bookshelves in America, but I am in France.

It was everything and I am eternally grateful.

Have you already other plans for future series? Or is it top secret?

The last few years have been difficult for a host of personal and professional reasons. I am struggling with my anxiety more than ever. But…I am writing. It’s very dark, highly inappropriate, and will probably be banned the moment I try to publish it, but I am writing. At this time, I don’t have a tentative release date.

Do you have a favorite author? Or a favorite book?

I always hate this question. It’s too hard!!! But here are some authors I love (in alphabetical order):

Aleatha Romig

Anais Nin

Anne Rice

A.R. Torre

Belinda McBride

Bisco Hatori

Colleen Hoover

Eden Bradley

J. Sterling

J.R. Ward

Jodi Ellen Malpas

Kaia Bennett

Karen Marie Moning

Karina Halle

Kitty Thomas

Kresley Cole

Marie Sexton

Pam Godwin

Pepper Winters

Poppy Z. Brite

Raine Miller

T.M. Frazier

Tara Sivec

Tarryn Fisher

Tracey Garvis Graves

Yana Toboso


 

Bienvenue sur Between Dreams and Reality, pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?

Procrastinatrice overbookée avec une imagination perverse avec la folie des grandeurs. Je pense que ça me résume pour le meilleur ou le pire.

Pouvez-vous nous en dire plus sur la série The Dark Duet ? De quoi s’agit-il ?

J’ai répondu à cette question plusieurs fois à travers les années, et chaque fois je découvre quelque chose de nouveau. En regardant en arrière aujourd’hui, et en pensant à la femme que j’étais quand j’ai commencé, je crois que l’histoire est plus personnelle que je le pensais. J’étais jeune, naïve, et effrayée par le monde qui m’entourait. Sous plusieurs aspects, l’histoire révèle mon exploration de mes peurs et désirs dans un environnement sécurisé et fictif

Que voudriez-vous que vos potentiels lecteurs sachent au sujet de vos livres ou de vous ?

Ils peuvent ne pas les aimer. J’écris de la fiction et j’écris pour moi, pour les choses que j’essaie d’apprendre sur moi-même et sur le monde. Tous mes personnages ont des défauts parce qu’il y a quelque chose que je trouve beau au sujet des fragments, qui, en tant qu’humains, nous transforme. Je suis une penseuse libre, ce qui est bien, mais aussi problématique parce qu’il n’y a jamais de réponses faciles à trouver. Ecrire est un moyen de me pousser à voir les choses d’une perspective que je n’aurais pas envisagée. C’est un but difficile parce que je n’ai pas d’illusions sur le fait d’être un très bon écrivain littéraire. J’écris des choses qui titillent, mais je le fais pour apprendre et pousser les autres à réflechir, surtout sur des sujets pour lesquels ils pensent avoir une morale ou une éthique absolue.

Vous écrivez des romans noirs, est-ce difficile à faire ? Y-a-t-il un autre genre que vous voudriez essayer ?

 C’est facile d’écrire dans le sens où des pensées terrifiantes me viennent régulièrement. J’ai un trouble de l’anxiété. Mais c’est aussi difficile pour la même raison. Pour moi, chaque jour est un combat pour un focus et une paix intérieure. Il y a des jours où le fait d’ouvrir simplement mon ordinateur me fait paniquer. Cela dit, j’espère être capable d’écrire d’autres genres, mais je ne pense pas que c’est ce soit mon don. J’aime particulièrement la science-fiction, le paranormal et l’action.

Captive in The Dark est devenu très populaire, vous y attendiez-vous ?

Non. Je ne pensais pas le publier. Ecrire a toujours été personnel, quelque chose pour exorciser mes propres démons. J’ai écrit Captive pendant plusieurs années et je l’ai uniquement partagé avec mes amis proches jusqu’à ce que j’arrête l’armée. Après l’armée, je ne parvenais pas à trouver du travail, et je n’avais pas d’amis qui habitaient près, et j’ai commencé à me sentir inutile. J’ai passé du temps à travailler sur mon histoire et quand je l’ai finie, mes amis proches m’ont encouragée à le publier.

 J’ai été rejetée beaucoup, beaucoup, beaucoup de fois, et chaque fois je me sentais encore plus inutile que la fois précédente. Je l’ai publiés en tant qu’indépendant en dernier recourt (quand les auteurs indies étaient considérés comme une « vanité » et regardés de haut).

Les fans l’ont rendue populaire. Je leur dois tout. Enfin, eux et Colleen Hoover qui était déjà très célèbre quand elle a décidé de lire mon livre et d’en parler aux gens.

Si vous pouviez rencontrer un personnage de vos livres, qui serait-ceet pourquoi ? 

J’espère ne jamais rencontrer mes personnages. Je leur ai fait traverser trop de choses, en tant que leur créatrice ; ce serait difficile de leur donner de bonnes réponses quand ils me demanderaient pourquoi ils devaient souffrir. A chaque fois que je pense à Dieu, j’ai pitié, parce que Dieu n’est peut-être pas au courant de ce qu’un Dieu est, et de la manière dont nous souffrons de ce manque de savoir.

 Etes-vous déjà venue en France ? Avez-vous rencontré vos fans Français ?

Oui, j’ai eu l’opportunité de venir en France en Juillet dernier et de participer à une réception de mon éditeur, Pygmalion. C’est une expérience que je chérirai toujours. Quand j’étais là, j’ai appris pourquoi j’avais été publiée en France et l’histoire m’a fait pleurer. Apparement, plusieurs lecteurs Français avaient lu mon livre en anglais et ont commencé à faire campagne pour moi vers plusieurs éditeurs pour qu’ils achètent les droits. Fanny, mon hôte, a appris cela à son ancienne maison d’édition avant d’être transférée à Pygmalion, et était heureuse de savoir qu’ils avaient choisi le titre. 

 Ils ont mis mon livre sur le côté d’un bus ! J’ai vu mon livre sur les étagères des librairies de Paris ! Je ne suis pas sur les étagères en Amérique, mais je le suis en France.

C’était tout, et je suis éternellement reconnaissante.

Avez-vous d’autres plans pour une future série ? Ou est-ce top secret ? 

 Les dernières années ont été difficiles personnellement et professionnellement. Je combats mon anxiété plus que jamais. Mais… j’écris. C’est très noir, complètement inapproprié, et sera sûrement banni quand j’essaierai de le publier, mais je l’écris. En ce moment, je n’ai pas de dates.  

Avez-vous un auteur préféré ? Ou un livre préféré ?

Je déteste toujours cette question. C’est trop dur !!! Mais voilà quelques auteurs que j’adore (par ordre alphabétique) :

Aleatha Romig

Anais Nin

Anne Rice

A.R. Torre

Belinda McBride

Bisco Hatori

Colleen Hoover

Eden Bradley

J. Sterling

J.R. Ward

Jodi Ellen Malpas

Kaia Bennett

Karen Marie Moning

Karina Halle

Kitty Thomas

Kresley Cole

Marie Sexton

Pam Godwin

Pepper Winters

Poppy Z. Brite

Raine Miller

T.M. Frazier

Tara Sivec

Tarryn Fisher

Tracey Garvis Graves

Yana Toboso

 

Website: http://www.aboutcjroberts.com

Captive in the Dark (The Dark Duet, 1) – C.J. Roberts

Synopsis: Caleb is a man with a singular interest in revenge. Kidnapped as a young boy and sold into slavery by a power-hungry mobster, he has thought of nothing but vengeance. For twelve years he has immersed himself in the world of pleasure slaves searching for the one man he holds ultimately responsible. Finally, the architect of his suffering has emerged with a new identity, but not a new nature. If Caleb is to get close enough to strike, he must become the very thing he abhors and kidnap a beautiful girl to train her to be all that he once was.

Eighteen-year-old Olivia Ruiz has just woken up in a strange place. Blindfolded and bound, there is only a calm male voice to welcome her. His name is Caleb, though he demands to be called Master. Olivia is young, beautiful, naïve and willful to a fault. She has a dark sensuality that cannot be hidden or denied, though she tries to accomplish both. Although she is frightened by the strong, sadistic, and arrogant man who holds her prisoner, what keeps Olivia awake in the dark is her unwelcome attraction to him.

WARNING: This book contains very disturbing situations, dubious consent, strong language, and graphic violence.

14 thoughts on “Interview: CJ Roberts (+traduction)

  1. Super beau livres je ai lu avec intérêt et ferveur

    Je aime tout ce qui est noir obscur je me voyait dedans j étais là captive ai toujours voulu faire du cinéma ou il y a toujours de la action

    Je aimerais que utiliser y ai une traduction en français tout le monde ne sait pas lire et écrire anglais
    Bravo aux intéressés anglais ct euros bien joué le rôle de la captive
    Et ce caleb si fort si brutal et doux à la fois
    Ital ficarra

Répondre à topobiblioteca Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *