Guest Post (+traduction): Suzanne McLeod (giveaway – concours)

 

Welcome to Suzanne McLeod, the author of the awesome Spellcrackers.com series. Thanks to the author for her post.
———-
Bienvenue à Suzanne McLeod, l’auteure de la fantastique série : Spellcrackers.com. Merci à l’auteure pour son post.

————-

Hello, and thanks so much to Delhia for having me back as a guest again for her anniversary! It’s lovely to be here, and today I’m going to talk about some of the magical creatures in my books. When I put my Spellcrackers world together I decided I wasn’t going to limit the supernatural creatures to one type, such as vampires, but that the world in the books would be populated by a whole range of different magical creatures, much in the same way that nature has populated our world with such an amazing number of different species.

So I started with vampires and fae (since they’re my favourite supes!), and the witches, and then added in the Others; a catch all term for those characters who, amazingly enough, are Other ;-). Some of the creatures classed as Others are trolls, goblins, pixies, gnomes, were-creatures, dragons, and there’s even a mini cameo by a phoenix in The Shifting Price of Prey, the latest Spellcrackers book! (Inserts obligatory self-promo *g*).

Once I started bringing in all the different supernatural species I needed to work out what characteristics they each had, how closely their characteristics would follow known myths and legends, how each species would mesh with all the other creatures both magical and non-magical, and come up with any unique ‘Spellcrackers’ tweaks I could give them. Here’s a little insight into the trolls in the Spellcrackers’ world.

There are three types of troll: mountain, concrete, and tree.

Mountain trolls mostly live in matriarchal tribes high in the mountains. They are born from troll parents and they’re a sort of ‘living stone’ (such as granite, marble, or slate). Mountain trolls are usually placid in nature, and are unwavering pacifists. When they’re young, they venture out to see the world and, of course, to work (they send a tithe back to their tribe). Due to their calm natures (and large size) young male trolls gravitate to working with the police or security, though they never join any military force as they refuse to participate in violence unless absolutely forced to defend themselves. Female trolls don’t leave their tribes as much as the males, though, as they’re renowned for their expert negotiating skills and political acumen, when they do leave it is usually to take up special advisory positions either in government or with corporate business.

As for what mountain trolls do for kicks, they have an affinity for bridges and whenever there’s a new moon they gather at the nearest sanctioned bridge and hold celebratory New Moon parties! One of Genny’s closest friends and her sort of ‘big brother’ is Hugh Munro, who is a mountain troll from the Cairngorms in Scotland, and who works as a Detective Sargent for the Magic and Murder squad at Old Scotland Yard in London.

Concrete trolls are formed (mostly from concrete ;-)) as opposed to born, and then animated by magic. They are similar to the golems of Jewish folklore, though unlike golems once a concrete troll is animated, it becomes an independent living, thinking being. Originally concrete trolls were enslaved to their maker (or whoever put up the cash), and they were mostly used for manual labour but thanks to the Chrystal Macmillan 1918 addendum to the British Slavery Abolition Act 1833, concrete trolls are now emancipated, and have the same rights as mountain trolls.

Unfortunately, since concrete trolls are made from inanimate matter, they don’t have the ability to reproduce and as such are asexual and so live solitary lives. However they do love gambling and casinos and, despite their sometimes crude manufacture, are very dextrous, so they can often be found working as croupiers or even running impromptu dice games!

Tree trolls are made from the wood of dryad’s tree. They are carved and pieced together (Pinocchio style) by the Southern dwarves, and animated by magic. Because of this, tree trolls are actually very rare and expensive, as dryad’s wood, even when reaped under agreed contracts, is dangerous to work with. Tree trolls were mostly used as scouts in forested areas to search out and harvest new and hard to reach medicinal plants (tree trolls are excellent climbers) but with cheaper ways of collection and greater synthetisation of pharmaceutical ingredients, tree troll creation had almost died out by the end of the twentieth century.

Tree trolls were ‘saved’ when the goblin queens discovered they could improve their offspring’s eyesight (after millennia spent in the darkest depths of the earth, goblins are virtually blind – something that is a disadvantage when working in the humans’ world) by introducing the occasional tree troll into the goblin family trees! Tree trolls are shy creatures, concerned less with parties and material things and more about the environment, so when they’re not being Courted by goblin queens, they spend their free time hugging trees and passively protesting any sort of deforestation.

I hope you’ve all enjoyed reading about the trolls, and if you’d like to find out more about them and all the other magical creatures in the world of Spellcrackers then why not have a read of my books! (Bats eyelashes – points to giveaway below *g*) Many thanks again to Delhia for inviting me!

(Giveaway of one of my books. Winner’s choice. International wherever Book Depository deliver. )

———

Bonjour et merci beaucoup à Delhia de m’avoir à nouveau en tant qu’invité pour l’anniversaire de son blog! C’est agréable d’être ici et, je vais vous parler aujourd’hui de quelques-unes des créatures magiques de mes livres. Lorsque j’ai assemblé le monde de Spellcrackers, j’ai pris la décision de ne pas limiter les créatures surnaturelles à un seul type, comme les vampires, mais au contraire, que le monde décrit dans les livres serait peuplé par toute une gamme de différentes créatures magiques, de la même manière que la nature a peuplé notre monde avec un nombre incroyable d’espèces différentes.

Donc, j’ai commencé avec les vampires, les faes (car ce sont mes préférés) et les sorcières, puis j’ai ajouté les Autres ; un terme assez fourre-tout pour ces personnages qui, assez étonnamment, sont les Autres 😉 Certaines de ces créatures classées dans la catégorie Autres sont des trolls, des gobelins, des pixies, des lutins, des gnomes, des garous, des dragons, et il y a même un mini camée avec un phoenix dans The Shifting Price of Prey, le dernier livre de la série Spellcrackers! (pub obligatoire pour l’auto-promo * g *).

Une fois que les différentes espèces surnaturelles amenées, je me suis également penchée sur les caractéristiques propres à chacun, jusqu’à quel point leurs caractéristiques suivraient les mythes et les légendes connues, comment chaque espèce cadrerait avec toutes les autres créatures à la fois magiques et non-magiques, pour en venir aux réglages uniques de « Spellcrackers » que je pourrais leur donner. Voici un petit aperçu des trolls dans le monde des Spellcrackers.

Il existe trois types de troll: montagne, béton, et arbre.

Les trolls des montagnes vivent principalement dans des tribus matriarcales, haut dans les montagnes. Ils sont nés de parents trolls et sont une sorte de «pierre vivante» (comme le granit, le marbre ou l’ardoise). Les trolls des montagnes sont souvent de nature placide et sont d’inébranlables pacifistes. Quand ils sont jeunes, ils se risquent à sortir pour voir le monde et, bien sûr, à travailler (ils envoient une dîme à leur tribu). En raison de leur nature calme (et de leur grande taille), les jeunes trolls mâles ont tendance à travailler aux côtés de la police ou de la sécurité, mais ils ne rejoignent aucune force militaire quelle qu’elle soit, comme ils refusent de participer à la violence, sauf s’ils sont absolument obligés de se défendre. Les trolls femmes ne quittent pas leurs tribus autant que les hommes, même si, comme elles sont réputées pour leurs techniques de négociation très expertes et leur perspicacité politique, quand elles sortent, c’est généralement pour prendre spécialement position, à titre consultatif soit au gouvernement ou au sein des entreprises.

Quant aux hobbies et passions des trolls montagne, ils ont une affinité pour les ponts et chaque fois qu’il y a une nouvelle lune, ils se rassemblent sur le pont sanctionné le plus proche et y tiennent une célébration, ce sont les « New Moon parties »! L’un des plus proches amis de Genny et qui est en quelque sorte son «grand frère» est Hugh Munro, qui est un troll des montagnes de Cairngorms en Ecosse, et qui travaille comme détective Sargent pour la Magic and Murder squad, une branche de la vieille Scotland Yard à Londres.

Les trolls béton sont formés (surtout à partir de béton ;-)) par opposition aux trolls des montagnes qui sont nés trolls, puis sont animés par magie. Ils sont similaires aux golems de folklore juif, bien que, contrairement aux golems, une fois qu’un troll béton est animé, il devient un être indépendant et pensant. A l’origine, les trolls béton ont été asservis par leur créateur (ou par celui qui a mis de l’argent sur la table), et ils ont été principalement utilisés pour le travail manuel, mais grâce à l’addendum Chrystal Macmillan de 1918 à la loi britannique d’abolition de l’esclavage de 1833, les trolls bétons sont désormais émancipés et ont les mêmes droits que les trolls des montagnes.

Malheureusement, comme les trolls béton sont fabriqués à partir de matière inanimée, ils ne possèdent pas la capacité de se reproduire. Par conséquent ils sont asexués et mènent ainsi une vie solitaire. Cependant, ils s’adonnent aux jeux d’amour et aux jeux de casino et, en dépit de leur fabrication parfois un peu brute, ils sont très habiles, de sorte qu’il n’est pas rare d’en trouver quelques-uns travaillant comme croupiers ou même dans l’exécution des jeux de dés impromptus!

Les trolls arbres sont fabriqués à partir du bois de l’arbre de dryades. Ils sont sculptés et reconstitués (style Pinocchio) par les nains du Sud, et animés par magie. Pour cette raison, les trolls arbres sont en fait très rares et coûtent très cher, comme le bois de dryades car même lorsque qu’il est récolté en vertu de contrats conclus, il est dangereux de travailler avec ce matériau. Les trolls arbres ont été principalement utilisés comme éclaireurs dans les zones boisées afin de rechercher et de récolter de nouvelles plantes médicinales difficiles d’accès (les trolls arbres sont d’excellents grimpeurs), mais avec des moyens moins coûteux de collecte et une plus grande synthétisation des ingrédients pharmaceutiques, la création de trolls arbres a pratiquement cessé à la fin du XXe siècle. Les trolls arbres ont été «sauvés» par les reines gobelins qui ont découvert qu’ils pouvaient améliorer la vue de leur progéniture (après des millénaires passés dans les sombres profondeurs de la terre, les gobelins sont pratiquement aveugles – ce qui est un inconvénient de taille lorsque l’on travaille dans le monde des humains) en introduisant occasionnellement un troll arbre dans la généalogie des familles de gobelins! Les trolls arbres sont des créatures timides, peu concernées par les partis et les choses matérielles et qui se soucient plus de l’environnement, alors quand ils ne sont pas courtisés par les reines gobelins, ils passent leur temps libre à étreindre les arbres et à protester passivement contre toute sorte de déforestation.

J’espère que vous avez tous apprécié cette lecture sur les trolls, et si vous souhaitez en savoir plus sur eux et sur toutes les autres créatures magiques qui font partie de l’univers de Spellcrackers, alors pourquoi ne pas tenter de lire mes livres (Bat des cils – Modalités du concours ci-dessous * g *)

Merci encore à Delhia de m’avoir invité!

(Concours pour gagner un de mes livres. Au choix du gagnant. Concours international, dans la mesure où Book Depository livre dans votre pays.)

Bio: Suzanne McLeod is the author of the Spellcrackers.com urban fantasy series about magic, mayhem and murder – spiced with dangerous faeries, Machiavellian vampires, bureaucratic witches, eccentric goblins, and rock-solid trolls! The Shifting Price of Prey is her latest book. Suzanne has been a cocktail waitress, dance group roadie, retail manager, and international spy (kidding!) before becoming a writer. She was born in London (her favourite city and home to Spellcrackers.com) and now lives on the sunny (sometimes) South Coast of England, with Mr Mc, their two rescued HellHounds, and a colony of Pipistrelle bats!

Suzanne’s website: http://www.spellcrackers.com/

Twitter: @Suzanne_McLeod

Facebook: https://www.facebook.com/pages/Suzanne-McLeod-Author/143507599017659

a Rafflecopter giveaway

Guest post: Suzanne McLeod + Concours/Giveaway (+traduction)

I’m happy to welcome Suzanne McLeod, the amazing author of the Spellcrackers.com series.
****
Je suis très heureuse d’accueillir Suzanne McLeod, l’auteure géniale de la série Spellcrackers.com

————

Thanks so much to Melliane for inviting me to guest blog again! Though as my little grey cells are rather occupied with wrangling my two HellHounds* I thought you might like some Spellcrackers flash fiction instead!

*Hey, it takes brains to outwit the pair of them and save my cushions from imminent decimation! Also, lots of jumping up and down and chasing which isn’t conducive to coming up with great blog ideas ;-))

A little history – Back when I started writing I took a ‘Writing for Beginners’ class and each week we to write a short story for our homework. Sanctuary was one of those homework stories, and the one that gave me Genny, my main character in the Spellcrackers books! So here it is (with a tiny bit of tweaking – wow, was I comma happy back then!). I hope you all enjoy the read! J

Sanctuary

© Suzanne McLeod 2014

 

The two giant figures pounded systematically at the carved oak door. He knew they couldn’t break it down but he also knew they wouldn’t give up. Clay trolls were single minded like that. In fact these two looked like they were lucky if they had the one mind between them.

‘Can I help?’ he said, pitching his voice over their thudding.

The two boulder-like heads turned as one to stare down at him. Not that he was short at just under seven foot but they were just that huge. Someone had used a ton of earth making them. For a moment he wondered who. And why. Then his dismissed the thoughts. Wondering about things wasn’t his job.

The one on the left, he thought it might be a female, grunted, ‘Looking. Girl.’

‘Try down Pickering Lane,’ he replied cheerfully, ‘You might find one there, if you’ve enough readies.’

Two sets of painted glass eyes stared dully back at him. But then his insult hadn’t exactly been noteworthy. And it wasn’t like magic-made trolls could truly be insulted.

Left troll grunted again. ‘Girl. Fourteen years. Short. Red hair.’

‘Great description, pal. You won’t find her through there though. That’s Sanctuary.’ He grinned at them, showing his blunt human teeth. ‘And since you’re disturbing its peace, it’s time to leave.’

They ignored him and returned to beating on the heavy door.

He didn’t know if the girl they sought was there or not. Regardless, they wouldn’t get in. Sanctuary only admitted those who needed it. Even he’d never been inside and it had been his task to watch over the door for the last five hundred and forty three years. Because, of course, those who were in need of Sanctuary were often hunted by those who were the cause of that need.

And entertaining as it would be to watch the two trolls pound themselves into little more than mud – the left one’s fists were already down to battered stumps and the right had lost all his fingers; he was evidently made of thicker stuff – the old wyrm, his boss, would scorch his hide if he let them disturb Sanctuary’s peace much longer.

He stepped up behind the two hulking trolls and grabbed a claggy ear in each hand. He yanked their heads down level with his face.

‘Time. To. Leave,’ he said. ‘You don’t want to see my temper now, do you?’ The old clichés occasionally worked when dealing with intellectually-challenged, animated mud.

Right troll punched him in the gut. Hard. Hot breath escaped his mouth. Looked like they weren’t going to go easy. But then he’d known that. They’d been pulled from the earth, and earth was nothing if not enduring. But it was mutable. Only before he could change it he needed to stoke his temper.

He let out an old sigh. There was too much rock round here and not enough metal for him to react quickly. A handicap he’d agreed to live with when he’d taken the job. Still, at least it was a handicap he’d learned to work around.

That didn’t mean it wasn’t going to hurt.

He banged the trolls’ heads together. Hard. The dents he made seemed to have no effect other than to leave their heads lopsided. Left troll kicked his leg, breaking his shin bone with an audible crack. The pain spiked the smouldering temper in his gut and started it on a slow simmer. Steam trickled out his nostrils. Right troll grabbed his throat, dangling his feet off the ground. Squeezed. The steam turned to stuttering puffs. He ripped their ears off, smashed them into their faces, rearranging their noses and mouths into featureless blobs. If they could talk then they needed to breathe. If they couldn’t breathe then maybe they’d cease and desist. Or, with luck, maybe just cease.

Left troll kneed him in the balls.

Or maybe not.

His body tried to double up with the pain, but the troll crushing his neck got in the way. He made claws of his fingers and ripped out the troll’s glass eyes, threw them down and felt a moment’s satisfaction as they shatter on the rocky floor.

The troll let out a muffled angry squeak and dropped him.

He fell, curling up in agony.

Both trolls ignored him, the left one resuming her steady battering on the door. The right one, after plucking out one of her eyes and sticking it in his mangled face, joined her.

As he healed, he used the pain to feed the heat building inside until it was boiling, desperate to gush out of him. He got to his feet, tapped the trolls on their massive shoulders and stood back out of reach. ‘Hey, guys. At least try a different tune.’

They stopped and slowly swivelled to look at him.

When he felt he had what little attention they were capable of, he opened his mouth wide and roared. The jet of flame engulfed the trolls’ giant bodies and the air filled with the acrid stench of burning.

He kept roaring until only indistinguishable lumps of charred earth were all that remained. Reaching out he broke off what might have been a foot, or possibly a kneecap. He bit a chunk off and chewed.

‘Crispy fried mud troll.’ He swallowed. ‘Not my favourite but could be palatable with some chilli sauce.’ He hooked a small bottle out his jeans pocket as he nudged the softly glowing embers with his foot. ‘Told them, they didn’t want to see my temper.’

***

Thanks again to Melliane for having me over, and to everyone for reading! I hope you all enjoyed this glimpse into how Genny and her Spellcrackers world came into being!

—————————-
Merci beaucoup à Melliane de m’avoir invité sur le blog de nouveau! Bien que mes petites cellules grises soient plutôt occupées à se quereller mes deux chiens de l’enfer* J’ai pensé que vous pourriez aimer une flash fiction de Spellcrackers à la place!

*Hé, il faut de la matière grise pour déjouer les deux et sauver mes coussins d’une décimation imminente! En outre, beaucoup de sauts de haut en bas et de chasse ne sont pas propices à avoir de grandes idées de blog;-))

Un peu d’histoire – À l’époque où j’ai commencé à écrire, j’ai pris un cours d’écriture pour débutants et chaque semaine nous écrivions une histoire courte pour nos devoirs.  Sanctuary est un de ces devoirs, et celui qui m’a donné Genny, mon personnage principal dans les livres Spellcrackers! Si elle est ici (avec un petit peu de peaufinage – wow, j’étais très heureuse avec les virgules à l’époque!). Je vous souhaite à tous une bonne lecture! J

  Sanctuary

© Suzanne McLeod 2014

Deux figures géantes pilonnaient systématiquement la porte en chêne sculpté. Il savait qu’ils ne pouvaient pas la décomposer, mais il savait aussi qu’ils ne pouvaient pas abandonner. Les trolls d’argile étaient simples d’esprit comme ça. En fait ces deux auraient eu de la chance s’il existait un seul esprit entre les deux.

«Puis-je vous aider? Dit-il, lançant sa voix au dessus de leur bruit sourd.

Les deux têtes de rochers se tournèrent à la fois pour le regarder vers le bas. Non pas qu’il soit petit avec un peu moins de sept pieds, mais ils étaient juste énormes. Quelqu’un avait utilisé une tonne de terre pour les faire. Pendant un instant, il se demanda qui. Et pourquoi. Puis il oublia ces pensées. Se poser des questions ne faisait pas partie de son travail.

L’un sur la gauche, il pensa qu’elle pourrait être une femme, grogna, «Chercher. Fille.»

«Essayez en bas Pickering Lane, répondit-il joyeusement, «Vous pourriez en trouver une là-bas, si vous avez suffisamment d’argent. « 

Deux paires d’yeux en verre peint le regardèrent dûment en retour. Mais son insulte n’avait pas vraiment été remarquable. Et ce n’était pas comme si les trolls magiques pouvaient vraiment être insultés.

Le troll gauche grogna de nouveau. «Fille. Quatorze ans. Petite. Les cheveux roux. »

« Super description, mon grand. Vous ne la retrouverez pas par ici. C’est Sanctuaire. » Il leur sourit, montrant ses dents humaines franches. « Et puisque vous dérangez sa tranquillité, il est temps de partir. »

Ils l’ignorèrent et retournèrent battre la lourde porte.

Il ne savait pas si la jeune fille qu’ils cherchaient était là ou pas. Peu importe, ils ne pourraient pas entrer. Sanctuaire n’admettait seulement que ceux qui en avaient besoin. Même s’il n’avait jamais été à l’intérieur et sa tâche avait été de veiller sur la porte pendant les cinq cent quarante-trois dernières années. Parce que, bien sûr, ceux qui étaient dans le besoin du sanctuaire étaient souvent chassés par ceux qui étaient la cause de ce besoin.

Et même si c’était divertissant de regarder les deux trolls se piler dans un peu plus que de la boue – Les poings du gauche étaient déjà en baisse et le droit avait perdu tous ses doigts; il était évidemment fait en quelque chose de plus épais – l’ancien wyrm, son patron, lui ferait la peau s’il les laissait déranger la paix du sanctuaire plus longtemps.

Il s’approcha des deux trolls imposants et attrapa une oreille dans chaque main. Il tira la tête vers le bas pour la mettre au niveau de son visage.

« Temps. De. Partir » dit-il. «Vous ne voulez pas me voir de mauvaise humeur maintenant, n’est-ce pas ? » Les vieux clichés marchent de temps en temps lorsque vous traitez avec une déficience intellectuelle, de la boue animée.

Le troll droit le frappa dans l’intestin. Dur. Un souffle chaud s’échappa de sa bouche. Il semblerait qu’ils n’allaient pas y aller doucement. Mais il le savait. Ils avaient été retirés de la terre, et la terre n’était rien si durable. Mais c’était mutable. Seulement avant qu’il ne puisse le changer, il avait besoin d’alimenter son humeur.

Il poussa un vieux soupir. Il y avait trop de roche ici et pas assez de métal pour qu’il réagisse rapidement. Un handicap qu’il avait accepté de vivre avec quand il avait pris le travail. Pourtant, c’était un handicap qu’il avait appris à contourner.

Cela ne veut pas dire que ça n’allait pas faire mal.

Il frappa la tête des trolls ensemble. Dur. Les bosses qu’il leur fit ne semblaient avoir laissé que leurs têtes déséquilibrées. Le troll de gauche déboita sa jambe, brisant son tibia dans un craquement audible. La douleur enrichie par la colère couvant dans son ventre commença à mijoter lentement. De la vapeur coula de ses narines. Le troll de droite le saisit à la gorge, le suspendant au dessus du sol. Pressé. La vapeur d’eau se tourna en bouffées. Il lui arracha les oreilles, les écrasa sur leurs visages, réorganisa leurs nez et la bouche en taches sans relief. S’ils pouvaient parler alors ils avaient besoin de respirer. S’ils ne pouvaient pas respirer alors peut-être qu’ils cesseraient et s’abstiendraient. Ou, avec de la chance, peut-être juste cesseraient.

Le troll gauche lui donna un coup de genou dans les couilles.

Ou peut-être pas.

Son corps essaya de doubler avec la douleur, mais le troll écrasant son cou se plaça sur son chemin. Il fit devenir des griffes de ses doigts et arracha les yeux de verre du troll, les jeta et sentit la satisfaction du moment quand ils se brisèrent sur ​​le sol rocheux.

Le troll poussa un cri de colère sourd et le laissa tomber.

Il tomba, se pliant à l’agonie.

Les deux trolls l’ignorèrent, celui de gauche reprenant son équilibre et reprenant ses coups sur la porte. Celui de droite, après avoir enlevé un de ses yeux, le colla sur son visage mutilé, et le rejoignit.

Comme il guérissait, il utilisa la douleur pour alimenter sa chaleur à l’intérieur jusqu’à ce qu’il soit en ébullition, cherchant désespérément à jaillir en dehors de lui. Il se leva, tapota les épaules massives des trolls et recula hors de portée. «Hé, les gars. Au moins essayez une mélodie différente. « 

Ils s’arrêtèrent et pivotèrent lentement pour le regarder.

Quand il sentit qu’il avait ce peu d’attention dont ils étaient capable, il ouvrit la bouche en grand et rugit. Le jet de flamme engloutit le corps géants des trolls et l’air s’emplit de l’odeur âcre de brûlé.

Il continua à hurler jusqu’à ce que des grumeaux indiscernables de terre carbonisée soient tout ce qu’il reste. Tendant la main, il rompit ce qui aurait été un pied, ou peut-être une rotule. Il mordit un morceau et le mâcha.

«boue de troll frit et croustillante.» Il déglutit. «Ce n’est pas mon préféré, mais ça pourrait être acceptable avec un peu de sauce chili. » Il accrocha une petite bouteille sur la poche de son jean et poussa les braises doucement avec son pied. « Je leur ai dit qu’ils ne voulaient pas voir mon humeur. »

***

Merci encore à Melliane de m’avoir ici, et à tout le monde pour la lecture! J’espère que vous avez apprécié cet aperçu de la façon dont Genny et son monde Spellcrackers a vu le jour !

———

Bio: Suzanne McLeod is the author of the Spellcrackers.com urban fantasy series about magic, mayhem and murder – with dangerous faeries, seductive vampires, bureaucratic witches, eccentric goblins, and rock-solid trolls! The Shifting Price of Prey – #4 – is her latest book. Suzanne was born in London (her favourite city and home to Spellcrackers.com) and now lives on the sunny (sometimes) South Coast of England, with Mr Mc and their two rescued HellHounds!

Suzanne’s website: http://www.spellcrackers.com/

Suzanne’s Twitter: https://twitter.com/Suzanne_McLeod

Suzanne’s Facebook: https://www.facebook.com/pages/Suzanne-McLeod-Author/143507599017659

 

Spellcrackers.com, Book 1

Synopsis: Genevieve Taylor is a sidhe – one of the noble fae – and she’s unusual even in a London where celebrity vampires, eccentric goblins and scheming lesser fae mix freely with humanity…

Genny is a rising star at Spellcrackers.com, where she finds the « M » in magic – which can mean anything from mischief to malice to murder. The spellcrackers are run by the Witch Council, whose ancient tenets prohibit any contact with vampires. And that’s just fine with Genny, who wants as little to do with the bloodsuckers as possible.

But when a sinfully sexy vamp is accused of killing his lover, an old debt forces Genny to help prove his innocence, risking her job, her safety – and the exposure of her own dark secrets. Genny soon realizes that she and her client are both unwitting pawns in a centuries-old power struggle. And it’s not just her own neck at stake but the lives of all of London’s supernatural beings.

Thanks to the author you can win the book in your choice in the Spellcrackers.com series. International as soon as bookdepositry ships to you.

Merci à l’auteur, vous pouvez gagner le livre de votre choix dans la série Spellcrackers.com. International tant que bookdepository livre chez vous.

a Rafflecopter giveaway

Guest Post: Suzanne McLeod and Giveaway

Suzanne McLeod is the author of the Urban Fantasy series: Spellcrackers.com. The four first books of the series are The Sweet Scent of Blood (January 1st, 2008), The Cold Kiss of Death (January 1st, 2009), The bitter Seed of Magic (February 17th, 2011), The Shifting Price of Prey (August 30th, 2012).
Suzanne McLeod  est l’auteure de la série Urban Fantasy Spellcrackers.com. Les quatre premiers lives de la série sont The Sweet Scent of Blood (1er Janvier 2008), The Cold Kiss of Death (1er Janvier 2009), The bitter Seed of Magic (17 Février 2011), The Shifting Price of Prey (30 Aout 2012).

————————
Hello everyone, and thanks so much to Melliane for having me here. One of the things I love about writing is worldbuilding. For me worldbuilding is always an iceberg thing – there’s so much more that I think and imagine than ever gets on to the page. Which is good, otherwise readers would end up with long chapters filled with my inspirational research into things like which crystals boost what emotions, the sex-life of trees, or the mating habits of certain species of ducks (O_O), and poor Genny would never get out of whatever difficult situation I’ve thrown her in to this time. *g*
But I thought I’d give you a brief below-the-surface look at how the magical systems in my Spellcrackers books developed. Now magic is a wonderful thing (boy, wouldn’t I love the be able to wave a magic wand over the household chores *sighs*) but if magic was something that everyone could use, however they wanted, it wouldn’t make for interesting reading, as any character could just get rid of their problems with the wave of that handy magic wand. So magic has to have limitations (a.k.a. evil author loves to make things problematical for her characters *g*).
I decided that magic is an ever-present natural element that can be moulded and used, but that it also has a will and sentience of its own. It’s not something that you can have a conversation with, but it is something that will meddle in a character’s affairs (particularly Genny’s!) or, if a character asks the magic for assistance, then it might help but in its own tricky and capricious way, so the end results tend not to be quite as the characters expect or want. *cackles* 😀
But back to those all important limitations. I needed to decide who could use magic, to what extent, and also who wouldn’t be able to use it at all.
So the characters who can cast magic are those who have magical genes such as the different types of fae: the sidhe fae; witches or wizards (humans with one sidhe parent and one human parent); the lesser fae (such as the dryads, naiads and brownies); faelings (those with a mix of lesser fae and human blood), and the wylde fae.
So when witches and wizards want to cast spells they have to use props such as candles, herbs, circles, rituals, incantations, and have something to tag the spell to, like a crystal, potion, patch, piece of clothing, or sometimes even an animal or person.
But when it comes to the fae, all of them, with just a thought, or sometimes with a glyph sketched in the air, can do basic types of magic – calling items over a distance, casting personal Glamours, Privacy spells, and See-Me-Nots as examples. Some excel at certain types of magic, like brownies who have an affinity for kitchens and who can travel using the “brownies’ trail” by “jumping” from one kitchen to another (which beats using the Underground at busy times! :-D), and pixies who love nothing better than to animate statues. And the more powerful and knowledgeable (and usually older) a fae is then the more complicated a spell they can cast.
Faelings, being of mixed magical heritage, can sometimes be as powerful as a full-blood fae, and very occasionally more so, and sometimes they’re as magically weak as a non-magical human.   
Non-magical humans and Others (like goblins, trolls, and gremlins) can’t cast magic but they can buy ready-made spells from the Witches Markets – the main one is in Covent Garden, London. But other than buying spells the only way non-magical humans can do magic is to do a deal with a demon (by bartering souls, usually their own but often other peoples’ too!)
Of course, there is always the exception, and Genny Taylor, my main character, is that exception. Genny is a sidhe fae so she should be able to do magic easily. But, being a truly scheming author (*g*) I decided it would be much more interesting (and frustrating and often dangerous for Genny) if she couldn’t cast even the simplest spells no matter how hard she tries, not even using the rituals and props that the witches do. Poor Genny.
Now there is a good reason for Genny’s lack of spellcasting (which she doesn’t know, so neither do readers . . . *teases*), though as I’m not a complete meanie I did give her one magical (dis)ability that no one else has – she can absorb spells. Though doing that does come with unpredictable and nasty side effects for her, ones that gets her into all sorts of “interesting” situations, especially in The Shifting Price of Prey. 😀
Thanks again to Melliane, and to all of you for reading. I hope you’ve enjoyed this look beneath-the-surface at the magic of Spellcrackers.

 ———————–

 

Bonjour tout le monde, et merci à Melliane de m’avoir ici. Une des choses que je préfère au sujet de l’écriture est la construction du monde. Pour ma part, la construction du monde est toujours comme un iceberg – Il y a tellement plus que je pourrais imaginer, penser que ce que j’arrive à poser sur le papier. Ce qui est bien, car sinon les lecteurs se retrouveraient avec de longs chapitres remplis de mes recherches et inspirations au sujet des cristaux qui inspirent les émotions, la vie sexuelle des arbres, ou l’accouplement de certaines espèces de canards (O_O), et la pauvre Genny ne se sortirait jamais des situations difficiles dans lesquelles je la jette à chaque fois. *g*
Mais je pensais vous donner un petit avant-goût du système magique que mes livres Spellcrackers.com développent. A présent, la magie est quelque chose de merveilleux (mon dieu, ce que j’aimerais être capable d’utiliser la magie pour faire les tâches domestiques à la maison *soupirs*) mais si la magie était quelque chose que chacun de nous pouvait utiliser, si seulement les personnes le voulaient, cela rendrait la lecture moins intéressante, comme chaque personnage règlerait ses problèmes avec un peu de magie. Du coup la magie a quelques limitations (a.k.a auteur diabolique qui adore créer des choses problématiques pour ses personnages *g*).
J’ai donc décidé que la magie serait un élément naturel qui peut être transformé et utilisé, mais elle a aussi une propre volonté et une sensibilité. Ce n’est pas quelque chose avec qui vous pouvez avoir une conversation, mais c’est quelque chose qui se mêle des affaires des personnages (en particulier celles de Genny) ou, si un personnage demande de l’aide à la magie, elle pourrait bien aider mais selon ses propres choix et souvent d’une manière assez capricieuse, alors le résultat n’est pas souvent ce que le personnage attend ou veut. 😀
Mais revenons à ces importantes limitations. J’avais besoin de décider qui pouvait utiliser la magie, jusqu’à quel point, mais aussi ceux qui n’en seraient pas capable.

Alors les personnages qui peuvent utiliser la magie sont ceux qui ont des gènes magiques venant de différents types de faes : les sidhes, les sorcières ou sorciers (humains ayant un parent sidhe et un humain) ; les faes moins importants (comme les dryades, naïades, et brownies), les faelings (qui sont un mix de faes moins importants et de sang humains) et les wyldes faes.

Alors quand les sorcières et sorciers veulent lancer des sorts, ils doivent utiliser des accessoires tels que des bougies, des herbes, cercles, rituels, incantations et ont parfois besoin de quelque chose pour marquer le sort, comme un cristal, une potion, une pièce, un morceau de vêtement ou même un animal ou une personne.
Mais pour les faes, pour chacun d’entre eux, il suffit d’une pensée ou parfois un glyphe noté dans l’air pour faire toute magie basique – appeler des items à distance, lancer des Glamours personnels, des sorts d’Intimité, et Ne-Me-Vois-Pas par exemple. Certains excellent selon le type de magie, comme les brownies et leur affinité pour les cuisines, elles peuvent  voyager en utilisant le chemin « brownies », en « sautant » d’une cuisine à une autre (ce qui est plus rapide que d’utiliser le métro lors des heures de pointe ! :-D), et les pixies, qui aiment plus que tout animer les statues. Et plus un fae est puissant et savant (et souvent plus il est vieux), plus il peut lancer de sorts compliqués.
Les Faelings, ayant un sang mélangé dès leur naissance, peuvent parfois être aussi puissants qu’un fae au sang pur, et même plus, et parfois ils sont aussi faibles que les humains non magiques.
Les humains non magiques et les Autres (comme les gobelins, trolls et grimlins) ne peuvent pas utiliser de magie mais ils peuvent acheter des sorts déjà faits au Marché des Sorcières – le plus important étant Coven Garden, Londres. Mais à part acheter les sorts, le seul autre moyen que les humains non magiques ont pour pouvoir faire de la magie est de passer un accord avec un démon (en vendant son âme, habituellement la leur mais souvent celle des autres aussi !)
Bien sûr, il y a des exceptions, et Genny Taylor, le personnage principal, est cette exception. Genny est une sidhe, alors, elle devrait être capable d’utiliser facilement la magie. Mais étant un auteur très méchant (*g*), j’ai décidé que ça serait beaucoup plus intéressant (mais frustrant et souvent dangereux pour Genny) si elle ne pouvait pas lancer le plus simple des sorts peu importe sa volonté, pas même en utilisant des rituels ou des accessoires comme les sorcières le font. Pauvre Genny.
Maintenant il y a de bonnes raisons au manque de don de Genny (ce qu’elle ne sait pas, et donc le lecteur non plus… *tease*), bien que je ne sois pas si méchante que ça car je lui ai donné une capacité magique que personne d’autre n’a – elle peut absorber les sorts. Ceci dit, faire une telle chose vient souvent accompagné d’effets secondaires assez imprévisibles et mauvais pour elle, ce qui la met dans des situations assez « intéressantes », surtout dans The Shifting Price of Prey. 😀
Merci encore à Melliane, et à tous les lecteurs. J’espère que vous avez aimé ce petit avant-goût de la magie de Spellcrackers.
Suzanne McLeod was born in London – her favourite city and the home of Spellcrackers.com – and now lives with her husband and geriatric rescue dog on England’s (sometimes) sunny South Coast.  Before becoming an author, Suzanne’s been a secretary, a cocktail waitress, a dance group roadie and a retail manager, all of which has been great grist for the writing mill. There are currently six books planned in the Spellcrackers series with THE SHIFTING PRICE OF PREY (book 4) releasing in the UK later this year.
Author’s website: http://www.spellcrackers.com 

Thanks to Suzanne McLeod for this wonderful post. You can win some goodies about the series. The giveaway is international and ends on October 1st. There will be two winners.


Merci à Suzanne McLeod pour ce merveilleux post. Vous pouvez gagner quelques goodies. Le concours est international et se termine le 1er Octobre. Il y aura deux gagnants.

a Rafflecopter giveaway

List for all the giveaways 

Liste de tous les concours 

 

Interview with Suzanne McLeod and Giveaway

*traduction en Français*

We’re very happy to have today on the blog a wonderful UF author: Suzanne McLeod. Her series Spellcrackers.com is unique and you haven’t tried yet I can only recommend you this one. The fourth book of the saga The Shifting Price of Prey will be released on August 30th in UK. If you want to learn more about the novels you can read the reviews here:


A big thank you to Suzanne for answering our questions. You can visit her website for more information about the series: http://www.spellcrackers.com/

————————————

Can you introduce yourself in a few words?
Hello, everyone, and thanks so much for having me here, Melliane. I’m Suzanne McLeod, a UK author who writes the Spellcrackers.com urban fantasy series set in London and featuring Genny Taylor, a sidhe fae. Genny’s stories are full of magic, mayhem and murder – liberally spiced with hot guys, kick-ass chicks and super-cool supes!
How many books do you intend to write for this series?
The Shifting Price of Prey #4 comes out August 30 (which isn’t long! *excitedly bites knuckles*, and I’m writing #5 just now then I’ll be on to #6 – which is the last book I’m currently contracted to write. After that, well I have plans! I could tell you about but then I’d have to kill you! *evil cackle*
Was it difficult to write the first book? How long did it take? Did it become easier with the following books?
It was difficult as it was the first book I’d ever written so I was learning all the time – still am – and it took me around two years from when I first came up with the idea of Genny. Writing the following books was, and is easier, in that I now know my characters and their world a lot more, but I’m always trying to improve and make the books better, which makes writing them harder. :- )
How do you find your titles? Did you imagine them all when you started the series or do you brainstorm each time?
The title of book #1 was Spellcrackers.com but when my publishers bought it, and the next two, they wanted to have that as the series title. So I had a massive brainstorming session with a couple of writer friends and we came up with about six different sets of titles. I gave them to my publishers and they chose the ones they liked best. The titles for books 4, 5 & 6 came into being after another brainstorm once I’d worked out where exactly Genny’s story was going next. 🙂
How did you end up writing Urban Fantasy books? Is there any other genre that appeal to you?
I write urban fantasy because that’s what I love reading the most, and I think you should always write what you love. As for any other genres that might appeal – maybe something dystopian, or steampunk’ish, or science fiction. 
Does the inspiration for the characters come from people you know?
Not usually. Unless it’s by special request. There are three characters in The Shifting Price of Prey who are tuckerisations: my fab publicist and his partner, and a wonderful reader who won an auction to be a baddie in the book. Though, to be honest, it’s only their names that I’ve used, not their personalities. My usual character inspiration comes from finding out what makes my characters tick by imagining their backstory and life, either before they arrive on the page, or after. It’s what makes writing characters fun for me. 🙂
Is there a character more difficult than the others to write?
Hah, yes! Malik and Finn have both been extremely difficult in the past! It’s not always been easy knowing what they really want and then getting only so much as the current story needs of that on the page, especially as the reader only sees them through Genny’s eyes. 😀 
If you had to choose between Malik and Finn, who would it be?
Lol! I’m their creator – I get to have both! *g*
Was it difficult to have so many creatures in the same book?
Not really. Part of the two years it took to write the first book was working out the history of Genny’s world, and where all the different creatures fit in to that history, and what sort of interactions they all have between each other. Which is why the vamps only became celebrities once the goblins agreed to work with them; humans trust the goblins to make sure the vamps stick to the ‘vamp licensing laws’ and keep them safe. Of course, the vamps know how to get round the laws, if they want too. *g*
Who is your favorite character in the series?
I don’t have an overall favourite but I always love the ‘gift’ characters. They’re the ones who appear from nowhere (a.k.a my subconscious) and they’re always fun to write. Ricou, a naiad, and Sylvia, a dryad, who are now friends of Genny’s, started out as ‘gift’ characters. And like them, ‘gift’ characters often insist on getting bigger parts as the stories move forward. 🙂 
What is your favorite book in the series?
The Cold Kiss of Death for three reasons: it has my favourite scene (the one where Genny is running away from some baddies in Southwark, which is a fun scene but also sums up the whole theme of the book); it was the quickest to write (so far); and Mr Mac and I spent a fabulous few days in London doing a lot of the research, so it brings back some fantastic memories. (Of course, we didn’t have to deal with ghosts stalking us, or being on the run from the police, or evading baddies like Genny does). *g*
Have you already other plans for future series? Or is it top secret?
I do have plans! And like I said before, I could tell you but . . . yes, they’re still top secret 🙂
Can you tell us a little something about the fourth book?
Well, with the events at the end of book 3, Genny believed that she could get on with her life without worrying about the fae, or anybody else. But when Tavish asks for her help with a problem, which a mysterious vamp called the Emperor has to answer to, if Genny can find him, she turns to Malik for help. Only she discovers Malik is wrestling with his own demons . . . and that he might need Genny’s help more than she needs his! 
Did you need to do a lot of researches for your books?
I tend to do research as it’s needed, either at the plotting stage, or when I’m writing. A good bit of the research is visiting London and the places where the books are set so that I can get the descriptions right. I also find visiting the places can spark new ideas, which is why Covent Garden is witch central and home to the Witches’ Market, and why Spellcrackers has their office there; that idea came from one of my early research trips. Other times I know I want to write about say, oh, eels (there is an eel ‘character’ in book 3, and in book 4, too! *teases*) so I’ll research the internet and books until I feel I have enough information for what I’m writing about. 
Do you have a favorite author? Or a favorite book?
I have a ton of favourite authors, way too many to mention here, though I will pick on two – Jaye Wells and Ann Aguirre. Not only do I love all their books but I’ve been privileged to read their works in progress (and so get lots of sneaky early looks! Yes, I’ve read Ann’s Outpost and Endgame! And the start of Jaye’s new series! *makes everyone jealous* ;p). I’ve also been very privileged that Jaye and Ann have given me input on my books. Oh, and if you’re a fan of Jaye’s awesome Sabina Kane series then look out for the Giguhl easter eggs in The Shifting Price of Prey. *g*
Where is your favorite place to write?
Somewhere quiet with no interruptions and plenty of cups of tea – which usually, but not always, means home. 🙂 
Have you ever been in France?
I have! Mr Mac and I LOVE it and have spent many holidays there. We’ve been to a few places in Brittany, around the Loire Valley and quite a few trips to Paris, which is my favourite city after London. :-). And now I want to visit Paris again!
Thanks again for having me, Melliane, and I hope you’ve all enjoyed reading!
 ————————————
Thanks to Suzanne McLeod you have the possibility to win a book from the series: The sweet scent of blood, The Cold Kiss of Death, The Bitter seed of Magic or The Shifting price of prey. The giveaway is international if Book Depository ships to you and ends on August 30th.

Interview avec Suzanne McLeod et Concours (Traduction)

Nous sommes vraiment très heureuses d’accueillir une fantastique auteure d’Urban Fantasy aujourd’hui: Suzanne McLeod. Sa série Spellcrackers.com est unique et si vous ne la connaissez pas encore je ne peux que vous encourager à vous lancer dedans sans tarder. Le quatrième tome de sa saga, The Shifting Price of Prey sort le 30 Aout en VO. Si vous voulez un petit avant gout des livres, n’hésitez pas à lire les avis sur le blog:
Merci à Suzanne pour avoir répondu à toutes nos questions. N’hésitez pas à visiter son site pour plus d’informations: http://www.spellcrackers.com/


————————————

Pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?
Bonjour tout le monde, et merci de m’avoir ici, Melliane. Je suis Suzanne McLeod, une auteure UK qui écrit la série de fantaisie urbaine, Spellcrackers.com se situant à Londres et mettant en scène Genny Taylor, une fae sidhe. Les histoires de Genny sont pleines de magie, de grabuge et de meurtres – généreusement épicées d’hommes charmants et de filles tenaces et super-cools !
Combien de livres comptez-vous écrire pour la série ?
The Shifting Price of Prey #4 sort le 30 Août (ce qui n’est pas très long !) *sautille d’excitement*, et je suis en train d’écrire le #5 en ce moment puis je partirai dans le #6 – qui est le dernier livre pour lequel je suis sous contrat. Après ça, j’ai quelques idées ! Je pourrais vous en parler mais il faudrait que je vous tue après ! *rire diabolique*
A-t-il été difficile d’écrire le premier livre ? Combien de temps cela a-t-il pris ? Est-ce devenu plus simple avec les suivants ?
Ca a été difficile comme ça a été le premier livre que j’ai jamais écrit, j’apprends donc avec le temps – c’est toujours le cas – et cela m’a pris deux ans à partir du moment où l’idée de Genny m’est venue. Ecrire les livres suivants étaient, et sont plus faciles, maintenant que je connais mes personnages et leur monde un peu mieux, mais j’essaie toujours de m’améliorer et de faire de meilleurs livres, ce qui les rend plus compliqués à écrire. :- )
Comment trouvez-vous vos titres ? Les connaissiez-vous dès le départ ou vous prenez-vous la tête à chaque fois ?
Le titre du premier livre était Spellcrackers.com mais quand mon éditeur l’a acheté, ainsi que pour les deux d’après, ils ont décidé qu’ils voulaient ce nom comme titre de la série. Je me suis donc prise la tête avec quelques amis écrivains et nous en sommes ressortis avec six titres différents. Je les ai donnés à mes éditeurs et ils ont choisi ceux qu’ils préféraient. Les titres des livres 4, 5 et 6 sont venus lors d’une autre session, après avoir su où allait exactement l’histoire de Genny. 🙂
Comment en êtes-vous venus à écrire des livres de fantaisie urbaine ? Y-a-t-il un autre genre qui vous intéresse ?
J’écris de la fantaisie urbaine car c’est ce que j’aime lire, et je pense qu’il faut toujours écrire ce que l’on aime. Pour ce qui est des autres genres – peut-être quelque chose de dystopique, steampunk ou encore de science fiction.
Vos personnages sont-ils inspires de personnes que vous connaissez ?
Ce n’est normalement pas le cas. A moins que ce soit une requête spéciale. Il y a trois personnages dans Shifting Price of Prey que j’ai utilisé : mon publiciste préféré, sa partenaire, et un lecteur génial qui a gagné une enchère afin d’être ajouté dans le livre. Bien que pour être honnête, il n’y a que les noms que j’ai utilisés, pas leurs personnalités. Mon inspiration vient surtout du fait que je réfléchis au personnage en imaginant la trame de fond et la vie, soit avant qu’ils apparaissent dans l’histoire, ou après. C’est la raison pour laquelle j’aime écrire mes personnages. 🙂
Y-a-t-il un personnage plus difficile à écrire que les autres ?
Ah, oui ! Malik et Finn ont été très difficiles par le passé ! Ce n’est jamais facile de savoir ce qu’ils veulent vraiment et cela de par les besoins actuels de l’histoire, surtout que le lecteur les voit par les yeux de Genny. 😀
Si vous deviez choisir entre Malik et Finn, lequel serait-ce ?
Lol ! Je suis leur créatrice – je devrais avoir le droit de les avoir tous les deux ! *g*
A-t-il été difficile d’avoir tant de créatures dans un même livre ?
Pas vraiment. Une partie des deux ans a été utilisée pour écrire le premier livre de l’histoire du monde Genny, et pour savoir où placer les différentes créatures que je voulais mettre dans l’histoire, et toutes les interactions qu’ils ont entre eux. C’est pour cela que les vampires sont devenus des célébrités une fois que les gobelins ont accepté de travailler avec eux ; les humains font confiance aux gobelins pour que les vamps s’en tiennent aux lois et pour les garder en sécurité. Bien sûr, les vamps savent contourner les lois, s’ils le veulent. *g*
Quel est votre personnage favori dans la série ?
Je n’ai pas de préférés, mais j’ai toujours aimé les personnages « cadeaux » Ceux sont ceux qui apparaissent de nulle part (a.k.a mon inconscient) et sont toujours supers à écrire. Ricou, une naïade, et Sylvia une Dryade, qui sont maintenant les amies de Genny ont commencé en tant que personnages « cadeau ». Et comme eux, les personnages « cadeaux » insistent souvent pour avoir une plus grande place dans l’histoire. 🙂
Quel est votre livre préféré dans la série ?
The Cold Kiss of Death pour trois raisons : il a ma scène favorite (celle ou Genny fuit les méchants dans Southpark, qui est une scène amusante mais qui résume aussi tout le thème du livre) ; il a été le plus rapide à écrire (pour le moment) ; et Mr mac et moi avons passé des jours fabuleux à Londres pour faire quelques recherches, nous en avons ramené de magnifiques souvenirs. (Bien sûr, nous n’avions pas à gérer des fantômes après nous, ou à fuir la police, ou encore à se soustraire aux méchants comme Genny le fait). *g*
Avez-vous des projets pour d’autres séries dans l’avenir ? Ou est-ce top secret ?
J’ai des projets ! Et comme je l’ai dit avant, je pourrais vous le dire mais… oui, ils sont toujours top secret 🙂
Pouvez-vous nous dire un petit quelque chose au sujet du quatrième livre ?
Ben, après la fin du tome 3, Genny croit qu’elle peut continuer sa vie sans se soucier des faes, ou de personne d’autre. Mais quand Tavish lui demande de l’aider à régler un problème, ce qu’un mystérieux vampire appelé Empereur peut faire, si Genny peut le trouver, elle se tourne donc vers Malik pour lui demander de l’aide. Elle découvre seulement que Malik est hanté par ses propres démons… et il pourrait avoir besoin de l’aide de Genny bien plus qu’elle en a besoin de la sienne !
Avez-vous fait beaucoup de recherches pour vos livres ?
Je fais toutes les recherches dont j’ai besoin, que ce soit avant l’écriture ou pendant. Une partie se fait en visitant Londres et les endroits où le livre se passe pour ainsi avoir de bonnes descriptions. Je trouve aussi que visiter peut donner de nouvelles idées, c’est la raison pour laquelle Covent Garden est le centre des sorcières et maison du marché des sorcières, et pourquoi Spellcrackers ont leur office ici, cette idée est venue de mes récentes balades. D’autres fois je sais ce que je veux écrire comme par exemple, oh, les anguilles (il y a un personnage anguille dans le tome 3 et 4 ! *teases*) je fais donc quelques recherches sur internet et dans des livres jusqu’à ce que je trouve assez d’informations sur ce que j’écris.
Avez-vous un auteur favori ? Ou un livre ? 
J’ai une tonne d’auteurs favoris, beaucoup trop pour les mentionner ici, bien que je veuille bien en donner deux – Jaye Wells et Ann Aguirre. Non seulement j’adore leurs livres mais j’ai eu le plaisir de lire leur travail quand elles y étaient encore dessus (et donc eu pleins de livres en avance ! oui, j’ai lu Outpost et Endgame de Ann ! et le début de la nouvelle série de Jaye ! *rend tout le monde jaloux* ;p). J’ai eu aussi le privilège d’avoir eu de l’aide de Jaye et Ann pour mes livres. Oh, et si vous êtes un fan de la génialissime série de Jaye, Sabina Kane, alors cherchez l’œuf de pâques de Giguhl dans The Shifting Price of Prey. *g*
Où préférez-vous écrire ?
Quelque part où je ne suis pas interrompue et où je peux avoir plein de tasses de thé – ce qui veut dire, mais pas toujours, à la maison. 🙂
Etes-vous déjà venue en France ?
Oui ! Mr Mac et moi adorons la France et avons passé plusieurs fois nos vacances ici. Nous sommes allés dans plusieurs endroits en Bretagne, autour de la vallée de la Loire et quelques voyages à Paris, qui est ma ville préférée après Londres. :-). Et maintenant je veux encore visiter Paris !
Merci encore à Melliane pour m’avoir ici, et j’espère que vous aimerez tous lire cette interview.
————————————

Suzanne McLeod offre la possibilité de gagner un des tomes de sa série, soit The sweet scent of blood, The Cold Kiss of Death, The Bitter seed of Magic ou The Shifting price of prey. Le concours est international si Book Depository livre chez vous et se termine le 30 Aout.

a Rafflecopter giveaway

The Shifting Price of Prey by Suzanne McLeod

Spellcrackers.com, Book 4

Synopsis: Sometimes a bit of magical help might cost more than you bargained for . . .
London is hosting the Carnival Fantastique, and Genny’s job has never been busier or more fulfilling. Only not everyone is so happy. Genny believed she’d cracked the fae’s infertility curse . . . but the fae are still barren. It’s a devastating plight to which the mysterious Emperor may have the solution – if Genny can find him.
She needs help.
She turns to the vampire Malik al-Khan, only to find he’s wrestling with his own demons and, when the police request Genny’s assistance with a magical kidnap, her own problems multiply too. Is it all unconnected, or can the Emperor help her solve more than the fae’s infertility? Soon Genny is hard on his trail, so it seems she’ll have a chance to ask . . . but will the answer cost more than she’s willing to pay?

Review: I was very impatient to read this book, I really love the Spellcrackers.com series and it’s always a real pleasure to get into a new adventure. I have to say that many things always happen in the Genny’s life, and this book is the perfect example. It’s a series that is in constant evolution and I think that each book is better than the last one. So I’m sure you know now, as I already loved the third book, this one was really awesome.
Genny thinks she is tranquil now that they have found the pendant but she is far from suspecting what will fall on her. Indeed, the fate will turn against her and she will eventually have to seek out a lasting solution for the Faes fertility. But all this will cause her to rub the danger, more than we might think. Genevieve willbe caught up in a quest combining intriguingplots, betrayal, love and hope. How can we not be swept away by the ideas of Suzanne McLeod? Especially when so many things happenhere, events we’ve been waiting a long time. Would I dare to say there is a progress in the love stories of our heroine? I was completely thrilled by that. Because yes, it means more Malik and Finn! YAY, okay I‘m not very objective but I am totallya fan of Malik, what do you expect? The reverse would be impossible. Team Malik!!! Would I dare to say that we finally have a real meeting with Bastien? Yes, really! I was waiting for this meeting from the start of the series and I was a little afraid to be disappointed after all this time. Admittedly, this is a very important event. And no, I finally loved it, everything we had imagined can’t surpassthis meeting. I’m sure it’s not very pleasant for our heroine, even far from that, but I really loved to have an interaction between these two characters.
This fourth book is full of wonderful surprises and Genny has to learn how to deal with all her greatest fears, which will also allow her to evolve a little more in her life. It was very interesting to follow her here and to see all the problems she had. And above all, to see how she managed to resolve each situation. Many answers were finally revealed, but of course come new questions and Genevieve will have to deal with many things in the next volume. I‘m really going to wait again with great anticipation to see what the next book reserves for us as I am sure we will have many surprises.
Well I think youunderstand, if you want a good Urban Fantasy series, I can only recommend this one that will allow you to discovera world full of magic.

The Shifting Price of Prey de Suzanne McLeod (VO)

Spellcrackers.com, Tome 4

Résumé (traduction personnelle) : Parfois un peu de magie peut bien vous coûter plus cher que ce que vous l’auriez pensé…
Londres est le témoin d’un Carnaval Fantastique et le travail de Genny n’a jamais été aussi prenant ou plus accompli. Seulement, beaucoup ne sont pas heureux. Genny croit qu’elle a détruit la malédiction d’infertilité des faes… mais les faes sont toujours stériles. C’est un sort dévastateur auquel le mystérieux Empereur pourrait avoir une solution – Si Genny peut le trouver.
Elle a besoin d’aide.
Elle se tourne vers le vampire Malik al-Khan, seulement pour découvrir qu’il s’occupe de ses propres démons et, quand la police demande l’assistance de Genny pour un kidnapping magique, ses propres problèmes se multiplient eux aussi. Y-a-t-il un lien, ou l’Empereur peut-il l’aider à résoudre plus que l’infertilité des faes ? Bientôt Genny se retrouve sur sa piste, il semble donc qu’elle aura une chance de lui demander… mais la réponse pourrait bien coûter plus que ce qu’elle est capable de payer.
Avis : J’attendais ce tome avec grande impatience, j’adore la série Spellcrackers.com et c’est toujours un réel plaisir de pouvoir me plonger dans une nouvelle aventure. Il faut dire qu’il se passe toujours énormément de choses dans la vie de Genny, et ce roman en est l’exemple vivant. C’est une série en constante évolution et je pense que chaque roman est meilleur que le précédent. Alors vous vous en doutez, si j’ai adoré le tome précédent, alors celui-là a été un gros coup de cœur aussi.
Genny se croit tranquille à présent que le pendant a été trouvé mais elle est loin de se douter de ce qui va lui tomber dessus. En effet, le sort va se retourner contre elle, et elle va finalement devoir rechercher une solution durable pour la fertilité des Faes. Mais tout cela va l’amener à côtoyer le danger de près, plus qu’on en pourrait le croire. Genevieve  va être emportée dans une quête intrigante mêlant complots, trahison, amour et  espoir. Comment ne pas être emportée par les idées de Suzanne McLeod, surtout quand tant de choses se réalisent ici, des événements que nous attendions depuis longtemps. Oserais-je dire qu’il y a de l’avancement dans les histoires d’amour de notre héroïne ? Rien que pour ça j’étais complètement aux anges. Parce que oui ! Ça veut dire plus de Malik et de Finn ! Yeaaah, bon d’accord je ne suis pas très objective mais je suis totalement fan de Malik, que voulez-vous, l’inverse serait impossible. Team Malik !!! Oserais-je aussi dire que l’on a enfin une rencontre avec Bastien ? Si si ! Vraiment ! Rolala j’attendais cette rencontre depuis le début de la série et j’avais un peu peur après tout ce que je m’étais imaginée d’être un peu déçue. Il faut dire que c’est un événement plus que marquant. Et non, j’ai adoré, tout ce qu’on avait imaginé ne peut surpasser cette rencontre. Je me doute que ce n’est pas aussi agréable pour notre héroïne, même loin de là, mais qu’est-ce que j’ai aimé enfin avoir une interaction entre les deux personnages.
Ce quatrième roman est plein de magnifiques surprises et Genny va devoir apprendre à faire face à toutes ses plus grandes craintes, ce qui va aussi lui permettre d’évoluer un peu plus dans sa vie. C’était très intéressant de la suivre ici et de voir dans quel guêpier elle était arrivée à se fourrer une fois de plus. Et surtout, de voir comment elle arrivait à résoudre chaque situation. De nombreuses réponses nous sont enfin dévoilées mais bien sûr de nouvelles questions arrivent et Genevieve aura beaucoup de choses à gérer dans le prochain tome. Je vais vraiment attendre une nouvelle fois avec une grande impatience de voir ce que le prochain tome qui nous réserve car j’en suis sûre nous aurons bien des surprises.
Bon je crois que vous l’aurez compris, si vous cherchez une bonne série Urban Fantasy, je ne peux que vous recommander celle-ci qui vous fera découvrir un monde plein de magie.