Interview (+traduction): J.K. Cheney (concours & giveaway)

 

Welcome to J.K. Cheney, the author of the awesome Golden City series. Thanks to the author for answering our questions.
———-
Bienvenue à J.K. Cheney, l’auteure de la fantastique série : Golden City. Merci à l’auteure pour avoir répondu à nos questions.

————-

Welcome on Between Dreams and Reality, can you introduce yourself?

Hello! My name is J. Kathleen Cheney, and I’m the author of the Golden City series and the upcoming Palace of Dreams series (coming in February 2016). I’ve also written short fiction, and readers can pop over to my webpage to find links to that.

Who are some of your influences?

I always list my top four influences as Arthur Conan Doyle, Georgette Heyer, C. J. Cherryh, and Ansen Dibell, but if I go back further in time, I can’t deny that Richard Adams and Elizabeth George Speare were huge influences, too. So I’m all over the place, genre-wise. I’ve got detectives and space ships, romance and witches and rabbits.

You wrote books from different genres, is it difficult to switch off from one another?

Oddly enough, not for me. I’m one of those people who can have two or three files open on my computer at once, and it doesn’t bother me to switch between them. If I’m struggling to work out a plot point in one story, I can change to something different and working on that will often shake loose whatever I need to fix the first story.

How would you describe the Golden City series?

It’s a fantasy romance set in a 1902 Portugal where all the fairy tales are real–with sereia, selkies, and seers–and where our heroes must find a murderer before all of Iberia ends up at war.

So Oriana, where’d she come from?

For months, I had a file on my desktop labelled « The sociopath story », where I envisioned a woman caught between two criminals. She witnesses a crime perpetrated by one of them, but is unable to go to the police for help. There were only a couple of sentences in that file.

Over the months my brain fleshed out that idea, though. I realized that she couldn’t go to the police because wherever she was, she was illegal. From there I started to figure out why she was illegal, and slowly came up with the idea of the sereia. I tried to figure out how a sereia would be different from a human–and why–and slowly I developed the Oriana I have now.

You have created such a different world between UF and Fantasy, was it difficult to do that?

I would probably look at this question in a different way. I don’t think it was difficult to write or create my world so much as it was to market it–to find an agent and then an editor who would buy it. It’s difficult to sell something that isn’t easily classified. Fortunately for me, I found an agent who liked my books (Lucienne Diver), and she found an editor (Kat Sherbo) who was enthusiastic enough about the books to give them a try.

I think there are a lot of authors out there writing things that fall between the obvious genres like these books. Even if it’s hard for them to find a publisher, it can be done!

You also have created different myths with the sereias, can you tell a little more about them?

There were two major influences for my sereia. First, I wanted them to be sea women, but I never have understood the logic of mermaids having fishtails. Those tails pose serious problems if you want to have mermaids interact with humans. In addition, I’ve never understood why those fishtails are so often depicted as green. Why green? I can’t think of any other large sea creatures with green tails. I tried to think of it in terms of evolution and decided my sereia’s ‘tails’ would actually be camouflage or protective coloration (like those butterflies whose wingtips imitate eyes to frighten off possible predators) that might fool large predators like sharks into thinking the sereia were predators themselves. One of the largest predatory fish in the Atlantic is the tuna, with its distinctive Blackfin or Bluefin coloration…and thus I ended up with the coloration for my Atlantic sereia. I expect there could be some other coloration in other parts of the world, such as sea-snake coloration, dolphin coloration, or orca coloration.

As for the culture of the sereia, I based a lot of it on the Portuguese epic by Luís Camões, The Lusiads (mentioned several times in the books.) Although the author intended the epic poem to be a pseudo-historical account of the 1490s voyage of Vasco da Gama to India and back, there are mythological bits all throughout the epic. In Cantos IX and X, however, the author drops all pretense of telling a history and has da Gama’s boats guided by Venus to a mysterious island called the Island of Love. And as a reward for the sailors’ heroic acts, the sea nymphs–or sireia (sirens), as they’re alternately called–inhabiting the island are provoked by Cupid’s arrows to offer themselves as brides to those sailors…or at least, that’s what the author said happened. But he wrote this:

Fleet through the winding shades, in rapid flight,

The nymphs, as wing’d with terror, fly their sight

Terror. Yes, the nymphs ran away from the invading sailors. Camões claims they’re being coy, but I read that part very differently.

So what if those last two cantos had been as ‘historical’ as the rest of the story. Imagine an island of sea nymphs invaded by sailors who forced themselves on the inhabitants, in many cases leaving behind children that are part human. What would happen over the next four hundred years? How would the human incursion change their culture in that time? And what would the Portuguese have done? (Send priests to convert them, of course!)

Why did you choose to work with sereias and selkies? It’s not usually something we see a lot in books.

When I was trying to figure out why Oriana was illegal, I knew she had to be something other than human. The very first draft of this story was set in Venice, so it seemed logical to choose a water creature. As I wrote that draft, the character of Duilio (who didn’t even have a name in the outline!) got a bit out of control, and pretty soon I decided he must have a secret of his own. I made him mother non-human as well, but she couldn’t be a sereia like Oriana…so I settled on a selkie. Only after that did I decide that I needed to change the setting away from Venice, and ended up choosing Portugal.

Did you need to do a lot of researches for the period used in your books?

Yes. For a couple of years, I seemed to spend all my time researching. I had written three historical fantasy novellas set in that time period before, but those were set in Saratoga Springs, New York, and that’s very little like Portugal. So I had to rethink a lot of my knowledge about that time period simply because it was a different place.

List 5 characters from The Golden City and do word associations.

Oriana Paredes–secrets

Duilio Ferreira–assurance

Joaquim Tavares–self-controlled

Marina Arenias–hopeful

Alessio Ferreira–mysterious

Can you tell us a little more about the second and third book? Is The Shores of Spain the last of the series? If it is, was it difficult to write the last book and to let the character behind you?

The second book in the series, The Seat of Magic, involves a killer preying on the non-humans of the Golden City. We also learn more about Oriana’s past, her family, and get our first hints of the conspiracy that landed her in the Golden City. The third and final book, The Shores of Spain, chases that conspiracy to its end, requiring Joaquim and Marina to follow a thief into the heart of Iberia itself in the hope of solving a fourteen year old murder.

As the final book in the series, I had to try to tie up all my loose ends in it, and that’s always difficult for a writer. While you want to answer every question, you also have to make sure you stay on track with your plot. So while I did try to catch every loose end, there are a couple I didn’t get to. I do, however, hope to release a couple of novellas in this world later that will allow me to explore those loose ends.

Between all the books you wrote, which one is your favorite character and why?

In the Golden City novels, I have to say that Joaquim is my favorite. He’s my deep thinker, considering every decision before he makes it. He’s also burdened with a perception of responsibility for everyone and everything around him. I actually prefer the reliable, contemplative sort in real life, so it’s not surprising that I admire those same qualities in a character.

Have you already other plans for future series? Or is it top secret?

No secret! My next series begins with a second-world fantasy, Dreaming Death, which will debut in February 2016. Seventeen-year-old Shironne Anjir is a touch sensitive, so receptive to all stimuli that she can reach into the thoughts and dreams of others through her touch. She must find a way into the mind of Mikael Lee, a man whose dreams link him intimately to victims at the time of their deaths. If she can unlock the secrets his mind holds, she may be able to stop a murderer before he kills again, and in the process, learn more about herself and Mikael.

————-

Bienvenue sur Between Dreams and Reality, pouvez-vous vous présenter ?

Bonjour! Mon nom est J. Kathleen Cheney, et je suis l’auteure de la série Golden City et de la prochaine série Palace of Dreams series (Février 2016). J’ai aussi écrit une fiction courte, les lecteurs peuvent se rendre sur mon site web pour trouver les liens de tout ça.

Quelles sont certaines de vos influences ?

Je place toujours dans mon top 4 Arthur Conan Doyle, Georgette Heyer, C. J. Cherryh, et Ansen Dibell, mais si je pars un peu plus dans le passé, je ne peux pas nier que Richard Adams et Elizabeth George Speare m’ont beaucoup influencée aussi. Donc il y en a un peu partout, de tous les genres. J’ai des enquêteurs, des vaisseaux spatiaux, de la romance, des sorcières et des lapins.

Vous écrivez des livres dans différents genres, est-ce difficile de passer de l’un à l’autre ?

Assez étonnement, ce n’est pas le cas pour moi. Je fais partie de ces gens qui peuvent avoir deux ou trois fichiers ouverts sur mon ordinateur en même temps, et cela ne me dérange pas passer de l’un à l’autre. Si j’ai du mal à travailler sur un point de l’intrigue sur un, je peux changer pour quelque chose de différent et ça m’aide à laisser de côté ce qui me pose souci.

Comment décririez-vous la série Golden City ?

C’est une romance fantasy, l’histoire se déroule en 1902 au Portugal où tous les contes de fées sont réels — avec des sirènes, des selkies, des voyants — et où nos héros doivent trouver un meurtrier avant que toute l’Iberia n’entre en guerre.

Alors Oriana, d’où vient-elle ?

Pendant des mois, j’ai eu un fichier sur mon bureau appelé « The sociopath story », où je voyais une femme piégée entre deux criminels. Elle assiste à un crime perpétré par l’un deux, mais ne peut pas se rendre à la police. Il n’y avait que quelques lignes dans ce fichier.

Après quelques mois, mon cerveau a eu une idée. J’ai réalisé qu’elle ne pouvait pas parler à la police, parce que quoi qu’elle soit, elle était illégale. De là, j’ai commencé à comprendre pourquoi elle était illégale, et l’idée de la sirène est doucement venue. J’ai essayé de savoir comment une sirène serait différente d’un humain — et pourquoi — et j’ai développé l’Oriana que j’ai maintenant.

Vous avez créé un monde très différent entre UF et fantasy, était-ce difficile ?

Je regarderai probablement la question sous un autre angle. Je ne pense pas que ce soit difficile d’écrire ou de créer mon monde mais plutôt de le vendre – de trouver un agent et ensuite un éditeur qui veuille bien l’acheter. C’est difficile de vendre quelque chose qui n’est pas facilement classifié. Heureusement, j’ai trouvé un agent qui aimait mes livres (Lucienne Diver), et elle a trouvé un éditeur (Kat Sherbo) qui était assez enthousiaste pour tenter mes livres.

Je pense qu’il y a beaucoup d’auteurs qui écrivent des choses qui tombent dans des entre-genres comme ces livres. Même si c’est difficile pour eux de les publier, c’est possible !

Vous avez aussi créé des mythes différents avec les sirènes, pouvez-vous nous en dire plus à leur sujet ?

Il y a eu deux grandes influences pour mes sirènes. Premièrement, je voulais qu’elles soient des femmes de la mer, mais je n’ai jamais compris la logique des sirènes avec des queues de poisson. Ces queues posent de sérieux problèmes si vous voulez que les sirènes interagissent avec les humains. De plus, je n’ai jamais compris non plus pourquoi ces queues sont toujours décrites comme étant de couleur verte. Pourquoi vert ? Je n’arrive pas à trouver d’autres créatures avec des queues vertes. J’ai essayé de penser en termes d’évolution et j’ai décidé que les « queues » de mes sirènes seraient en fait un camouflage ou une coloration protectrice (comme les papillons dont les ailes imitent des yeux pour faire peur aux possibles prédateurs) qui pourrait être utile face à des prédateurs comme les requins qui penseraient que les sirènes sont les prédateurs. L’un des plus grands prédateurs chez les poissons dans l’Atlantique est le thon, avec sa coloration distinctive noire ou bleue… et donc j’ai choisi la coloration pour mes sirènes de l’Atlantique. Je pense qu’il doit y avoir d’autres colorations dans d’autres parties du monde, comme celle du serpent de mer, du dauphin et celle des orques.

Pour ce qui est de la culture des sirènes, je l’ai basée sur le récit épique Portugais de Luís Camões, The Lusiads (mentionné plusieurs fois dans le livre). Bien que l’auteur veuille faire de ce poème épique, un récit pseudo historique du voyage de Vasco da Gama en 1940 pour l’Inde, il y a des parties mythologiques tout au long. Dans Cantos IX and X, cependant, l’auteur laisse tomber toute prétention de raconter un récit historique et montre ainsi les bateaux de Gama guidés par Venus vers une île mystérieuse appelée Island of Love. Et pour remercier les navigateurs héroïques, les nymphes des mers — ou sireia (sirènes), comme elles sont appelées — habitant l’île sont intimées par les flèches de Cupidon à s’offrir en tant que fiancées pour ces navigateurs… ou en tout cas, c’est ce que l’auteur raconte. Mais il marqua ceci :

Fleet through the winding shades, in rapid flight,

The nymphs, as wing’d with terror, fly their sight

Terror. Oui, les nymphes s’enfuirent. Camões explique qu’elles sont lâches, mais je le lis différemment.

Et si ces deux cantos étaient aussi « historiques » que le reste de l’histoire ? Imaginez une île de nymphes des mers que des matelots venaient d’envahir, se mêlant de façon forcée aux habitants, et dans beaucoup de cas laissant derrière eux des enfants qui sont en partie humains. Que se passerait-il les quatre-cents prochaines années ? Comment l’incursion humaine pourrait-elle changer la culture de cette période ? Et comment les Portugais auraient réagi ? (en envoyant des prêtres les convertir, bien sur !)

Pourquoi avez-vous choisi de travailler avec des sirènes et des selkies ? Nous ne voyons pas ça habituellement dans les livres.

Quand j’essayais de comprendre pourquoi Oriana était illégale, j’ai su qu’elle devait devenir quelque chose d’autre qu’humaine. Le premier jet de l’histoire se situait à Venise, alors cela semblait logique de choisir une créature marine. Pendant que j’écrivais ce jet, le personnage de Duilio (qui n’avait pas de nom) est parti hors de contrôle, et très vite, j’ai décidé qu’il devait avoir lui même un secret. Je lui ai fait une mère non humaine, mais elle ne pouvait pas être une sirène comme Oriana… alors je suis partie sur les selkies. Seulement, après cela, j’ai décidé de changer de lieu, et j’ai fini par choisir le Portugal.

Avez-vous eu besoin de faire beaucoup de recherches pour la période utilisée dans vos livres ?

Oui. Pendant plusieurs années, j’ai passé tout mon temps dans les recherches. J’ai écrit trois nouvelles de fantasy historique durant cette période avant, et elles étaient situées à Saratoga Springs, New York, et cela restait très différent du Portugal. Alors j’ai eu à repenser mes savoirs de cette période simplement parce que l’endroit n’était pas le même.

Listez 5 personnages de The Golden City et faîtes une association de mots.

Oriana Paredes–secrets

Duilio Ferreira–assurance

Joaquim Tavares–maître de soi

Marina Arenias– pleine d’espoir

Alessio Ferreira–mystérieux

Pouvez-vous nous en dire un peu plus au sujet du second et troisième tome ? The Shores of Spain est-il le dernier de la série ? Et si c’est le cas, était-ce difficile d’écrire le dernier livre et de laisser les personnages derrière vous ?

Le second livre de la série, The Seat of Magic, met en scène un tueur prenant pour cible des non-humains de Golden City. Nous en apprenons aussi plus au sujet du passé d’Oriana, sa famille et les premières allusions à la conspiration qui l’a placée à Golden City. Le troisième livre, The Shores of Spain, poursuit la conspiration jusqu’à sa fin, demandant à Joaquim et Marina de suivre un voleur au cœur d’Iberia, dans l’espoir de résoudre un meurtre datant de 14 ans.

Comme c’est le dernier tome de la série, je devais tout lier ici, et c’est toujours difficile pour un écrivain. Quand vous voulez répondre à chaque question, vous devez aussi être sûr de rester logique par rapport à l’intrigue. Alors j’ai essayé de répondre à toutes les questions, bien que ce ne soit pas le cas au final pour certaines. J’espère, cependant, sortir quelques nouvelles dans ce monde, plus tard, qui permettront d’explorer ces finalités.

Entre tous les livres que vous avez écrits, quel est votre personnage préféré et pourquoi ?

Dans les livres Golden City, je dois dire que Joaquim est mon préféré. Il est mon penseur, considérant chaque décision avant d’agir. Il a aussi l’impression d’être responsable de tout le monde et toute chose autour de lui. Je préfère ce qui est fiable dans la vraie vie, alors ce n’est pas surprenant que j’admire ces qualités chez un personnage.

Avez-vous prévu d’autres séries ? Est-ce top secret ?

Pas de secrets ! Ma prochaine série commence dans un monde fantasy, Dreaming Death, dont le début sortira en Février 2016. Shironne Anjir, dix-sept ans, est sensible au toucher, elle est si réceptive à tous les stimuli au point que cela lui permet d’atteindre les pensées et rêves des autres par un simple toucher. Elle doit trouver un moyen de rentrer dans l’esprit de Mikael Lee, un homme dont les rêves le lie intimement aux victimes au moment de leur mort. Si elle peut découvrir les secrets que son esprit renferme, elle pourrait être capable d’arrêter le tueur, et en apprendre par la même occasion, plus sur elle et Mikael.

———

Author’s website: http://www.jkathleencheney.com

The Golden City, Book 1

Synopsis: For two years, Oriana Paredes has been a spy among the social elite of the Golden City, reporting back to her people, the sereia, sea folk banned from the city’s shores….

When her employer and only confidante decides to elope, Oriana agrees to accompany her to Paris. But before they can depart, the two women are abducted and left to drown. Trapped beneath the waves, Oriana’s heritage allows her to survive while she is forced to watch her only friend die.

Vowing vengeance, Oriana crosses paths with Duilio Ferreira—a police consultant who has been investigating the disappearance of a string of servants from the city’s wealthiest homes. Duilio also has a secret: He is a seer and his gifts have led him to Oriana.

Bound by their secrets, not trusting each other completely yet having no choice but to work together, Oriana and Duilio must expose a twisted plot of magic so dark that it could cause the very fabric of history to come undone….

 

a Rafflecopter giveaway

41 thoughts on “Interview (+traduction): J.K. Cheney (concours & giveaway)

  1. Pingback: Between Dreams and Reality… | J. Kathleen Cheney

  2. j’avais déjà vu la couvertures mais je ne m’étais pas attardées alors maintenant après l’interview et quelques recherches je suis vraiment tentée par cette série, un tout grand merci pour le fantastique concours

  3. These books’ covers are amazing. I have never read anything by J.K. Cheney yet but I love to discover new authors so I am looking forward to reading these books. Thanks for the chance!

  4. Cette série me tente depuis un petit moment, c’est surement toi qui m’a permis de la découvrir d’ailleurs !
    Cette interview est vraiment très intéressante et ça donne encore plus envie de lire la série 🙂
    Merci pour tout le boulot que tu fais et ce que tu nous offre !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *