Ainsi fleurit le mal de Julia Heaberlin

Résumé : « J’ai toujours pensé que la mort avait quelque compte à régler avec moi. »

À seize ans, Tessa est retrouvée agonisante sur un tas d’ossements humains et au côté d’un cadavre, dans une fosse jonchée de milliers de marguerites jaunes aux yeux noirs. Partiellement amnésique, seule survivante des « Marguerite » – surnom que les journalistes ont donné aux victimes du tueur en série –, elle a contribué, en témoignant, à envoyer un homme dans le couloir de la mort. Terrell Darcy Goodwin, afro-américain, le coupable parfait pour la juridiction texane.
Presque vingt ans ont passé. Aujourd’hui, Tessa est une artiste et mère célibataire épanouie. Si elle entend parfois des voix – celles des Marguerite qui n’ont pas eu la même chance qu’elle –, elle est toutefois parvenue à retrouver une vie à peu près normale et à échapper à la curiosité malsaine de la presse. Alors, le jour où elle découvre un parterre de marguerites jaunes aux yeux noirs planté devant sa fenêtre, le doute l’assaille… Son « monstre » serait-il toujours en cavale ? La narguerait-il ?

Avis : Je ne connaissais pas vraiment le roman avant de le commencer même si c’est vrai que j’avais vu passer la couverture quelques fois. Quand j’ai vu la sortie Française, c’est vrai que le résumé m’a vraiment attirée et j’étais curieuse de voir ce que l’auteure allait nous présenter. Je peux vous le dire maintenant que je ne suis pas déçue !

On rencontre Tessa, une jeune femme qui a survécu à un sérial killer quand elle était plus jeune. C’est une expérience traumatisante, notamment quand on sait qu’elle a été trouvée enfouie avec d’autres filles mortes. Mais voilà, de nombreuses années ont passé et Tessa a refait sa vie bien qu’il soit difficile de mettre tout cela de côté. Pourtant, la présence de sa fille est l’élément central qui l’aide à avancer. Sa vie est cependant bouleversée à nouveau quand son supposé agresseur se trouve dans le couloir de la mort et que certains commencent à soulever des doutes quant à sa culpabilité. Tessa essaie alors de se plonger dans son passé pour comprendre ce qu’il s’est passé exactement et découvrir l’identité du tueur. Pourtant, malgré les années, ce processus est très difficile.

Le roman est partagé entre présent et passé, entre la Tessa qui essaie de recouvrer la vue après son traumatisme, celle qui essaie d’avancer et de devenir autre chose qu’une « marguerite », celle qui doit se préparer au procès et qui doit gérer les conséquences de sa survie et la Tessa qui essaie de chercher les preuves qui pourraient innocenter l’homme qu’elle a envoyé en prison, en accord avec un médecin légiste et un avocat. Pourtant la jeune femme ne pensait pas aux conséquences de ses actes.

J’ai trouvé que l’auteure était parvenue de façon extraordinaire à retransmettre les sentiments de son personnage, son angoisse, ses peurs, ses espoirs et ses questions et c’est vrai que ça faisait longtemps que je n’avais pas ressenti autant d’émotions en refermant le livre. Et puis même si j’ai douté à de nombreuses reprises des personnages les uns après les autres, j’avoue que je ne m’attendais vraiment pas à une telle fin et à un tel coupable. Une réelle surprise !

Comme je le disais j’ai passé un très bon moment avec l’histoire et j’ai eu du mal à reposer le roman avant de l’avoir fini parce que j’étais vraiment curieuse de savoir ce qui allait se passer par la suite que ce soit dans le passé ou dans le présent. Oui, c’était une histoire angoissante, malsaine mais aussi prenante et bien écrite. Un bon thriller à découvrir !

4-5 

mellianefini

23 thoughts on “Ainsi fleurit le mal de Julia Heaberlin

  1. Je ne suis pas hyper fan des histoire avec un sérial killer, mais si c’est addictif, comme cela semble être le cas avec celui-ci, pourquoi pas ^_^^
    Merci pour la découverte 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.