Holidays – Vacances

Hey guys,

We will be on vacation until middle August so happy holidays everyone and see you soon! 😉

_ _ _

Coucou tout le monde,

Le blog est en vacances jusqu’à la mi-août, alors nous vous souhaitons à tous de passer de très bonnes vacances et nous vous disons à très bientôt ! 😉

Captive in the Dark by C.J. Roberts

The Dark Duet, Book 1

Synopsis: Caleb is a man with a singular interest in revenge. Kidnapped as a young boy and sold into slavery by a power-hungry mobster, he has thought of nothing but vengeance. For twelve years he has immersed himself in the world of pleasure slaves searching for the one man he holds ultimately responsible. Finally, the architect of his suffering has emerged with a new identity, but not a new nature. If Caleb is to get close enough to strike, he must become the very thing he abhors and kidnap a beautiful girl to train her to be all that he once was.

Eighteen-year-old Olivia Ruiz has just woken up in a strange place. Blindfolded and bound, there is only a calm male voice to welcome her. His name is Caleb, though he demands to be called Master. Olivia is young, beautiful, naïve and willful to a fault. She has a dark sensuality that cannot be hidden or denied, though she tries to accomplish both. Although she is frightened by the strong, sadistic, and arrogant man who holds her prisoner, what keeps Olivia awake in the dark is her unwelcome attraction to him.

WARNING: This book contains very disturbing situations, dubious consent, strong language, and graphic violence.

Review: I do not usually read this kind of books that deals with very sensitive topics such as mistreatment of women, sexual slavery etc. That is really not my cup of tea so I was feeling apprehensive before starting this novel. But I confess that my curiosity was still stronger than the rest and after reading so many positive reviews about this book, I thought, “Why not? Let’s try, we’ll see!”

It is sure that Captive in the Dark remains to me a pretty intense reading as it is the first « dark romance » novel I read so I was a little bit surprised because I was not used to this kind of books. Indeed the atmosphere is very dark and oppressive. In this is a novel we have two point of view. For Livvie (the captive) the author uses the first person point of view and for Caleb (the abductor) the third person. The passages to Livvie’s perspective are quite disturbing and almost unbearable. Livvie will indeed be a victim of particularly abject violence and this starting from the beginning of the book.

This book is a suffocating story behind closed doors. The balance of power is created between the persecutor and his victim. Despite all she endures, Livvie is a young woman very strong mentally. She even manages sometimes to rebel and to stand up to Caleb. Then, little by little, her feelings become quite confused, everything becomes blurred in her head. Therefore, a special and disturbing relationship starts between these two characters. It was quite strange but at the same time, the author describes here very well the Stockholm syndrome.

As for Caleb, he is a very complex character, tortured and obsessed with revenge. He is also very unpredictable: sometimes he is cruel and ruthless, sometimes he is affectionate and concerned about the well-being of his captive. At first we hate him because of the evil things he does to Livvie and despite everything, C.J. Roberts manages to make us change our minds about this character. The reader even ends up to feel sympathy for this man certainly attractive but very dangerous. Although they were predictable, the revelations about him are atrocious. We finally understand his actions, his ultimate goal and his thirst for revenge.

In the end, even if the hardness of some scenes disturbed me a little, I must say that I devoured this novel. Once again, I will say it was an intense reading, something that may leave traces. But it was a good read. I was curious to know what would happen to Livvie: if she would avoid the terrible fate that Caleb had reserved for her. What I liked the most in this book is that it is well written. Even the harshest scenes are well written. There are many descriptions and details but without falling into vulgarity. The author’s writing is fluid and addictive throughout the book. Captive in the Dark ends on a cliffhanger that left me a bit dissatisfied but the excerpt taken from book 2 in the last pages announces a very interesting sequel plenty of twists that I will read with pleasure.

4mon pseudo

Captive in the Dark de C.J. Roberts

The Dark Duet, Tome 1

Synopsis : La vengeance. La vengeance est le but ultime de Caleb. Il la prépare depuis douze ans. Pour réussir, son « arme » doit être vraiment spéciale. Elle sera un cadeau inestimable dont tout le monde parlera.
La fille qu’il surveille de l’autre côté de cette rue passante est parfaite. Elle est différente de ses proies habituelles. Elle n’est pas consentante, elle n’est pas vendue par son père, elle ne lui a pas été envoyée…Elle sera sa conquête.
Dans ce huis-clos étouffant, le bonheur est-il encore possible ?

Avis : Je n’ai pas l’habitude de lire ce genre de livre qui touche à des thèmes très sensibles comme la maltraitance envers les femmes, l’esclavage sexuel etc. Ce n’est pas du tout mon type de lecture en temps normal alors j’avais quelques appréhensions avant de commencer ce roman. Mais je dois dire que la curiosité a quand même été plus forte que tout le reste et après avoir lu tant d’avis positifs concernant ce roman, je me suis dit « Et pourquoi pas ? Tentons, on verra bien ! »

C’est sûr que cela reste une lecture assez intense, c’est le premier roman « dark romance » que je lis alors du coup je suis un peu surprise, ou plutôt pas habituée. L’atmosphère est vraiment très sombre et oppressante. Il s’agit ici d’un roman à deux voix. Nous avons donc le point de vue de Livvie, la captive, à la première personne et celui de Caleb, le ravisseur à la troisième personne. Les passages du point de vue de Livvie sont assez dérangeants et à la limite du soutenable. Livvie va en effet être victime de sévices et de violences particulièrement ignobles et ce, dès le début.

C’est un huis-clos suffoquant. Le rapport de force se crée entre le bourreau et sa victime. Malgré tout ce qu’elle endure, Livvie est une jeune femme très forte mentalement. Elle parvient même parfois à se rebeller et à tenir tête à Caleb. Puis, petit à petit, elle est en proie à des sentiments assez confus, tout devient flou dans sa tête. Et c’est ainsi que se développera une relation particulière, dérangeante, voire malsaine entre ces deux personnages. C’était assez étrange mais en même temps, l’auteur aborde ici plutôt bien le syndrome de Stockholm.

Caleb quant à lui est un personnage très complexe, torturé et obnubilé par la vengeance. Il est aussi très imprévisible, tantôt cruel et impitoyable, tantôt tendre et soucieux du bien-être de sa captive. Au début on le déteste à cause de tout ce qu’il fait endurer à Livvie puis malgré tout, l’auteur parvient à nous faire changer d’avis concernant ce personnage. Le lecteur finit même par éprouver de la sympathie pour cet homme certes séduisant mais ô combien monstrueux. Même si l’on s’y attendait un peu, les révélations à son sujet sont atroces. On finit par mieux comprendre à travers son point de vue ses agissements, son but ultime et sa soif de vengeance.

Au final, même si la dureté de certaines scènes m’a quand même un peu dérangé, je dois dire que j’ai dévoré ce roman d’une traite. C’était une lecture intense, perturbante, qui laisse des traces. Mais c’était une bonne lecture. J’étais curieuse de savoir ce qui allait arriver à Livvie, si elle serait en proie au terrible sort que Caleb lui réservait ou pas. Ce que j’aime particulièrement dans ce livre, c’est qu’il est bien écrit. Même les scènes les plus dures sont bien écrites. Il y a beaucoup de détails mais à aucun moment on ne tombe dans la vulgarité ou la surenchère. La plume de l’auteur reste fluide et addictive tout au long de l’histoire. Le roman se termine sur un cliffhanger qui m’a un peu laissée sur ma faim mais l’extrait du tome deux dans les dernières pages annonce une suite très intéressante et riche en rebondissements que je lirai avec plaisir.

4mon pseudo

 

Allegiant by Veronica Roth

Divergent, Book 3

Synopsis: The faction-based society that Tris Prior once believed in is shattered—fractured by violence and power struggles and scarred by loss and betrayal. So when offered a chance to explore the world past the limits she’s known, Tris is ready. Perhaps beyond the fence, she and Tobias will find a simple new life together, free from complicated lies, tangled loyalties, and painful memories.

But Tris’s new reality is even more alarming than the one she left behind. Old discoveries are quickly rendered meaningless. Explosive new truths change the hearts of those she loves. And once again, Tris must battle to comprehend the complexities of human nature—and of herself—while facing impossible choices about courage, allegiance, sacrifice, and love.

Told from a riveting dual perspective, Allegiant, by #1 New York Times best-selling author Veronica Roth, brings the Divergent series to a powerful conclusion while revealing the secrets of the dystopian world that has captivated millions of readers in Divergent and Insurgent.

Review: The final installment in the Divergent trilogy, needless to say that I expected it as the messiah. Divergent is one of my favorite sagas. I loved the first two books (Divergent and Insurgent) and I was really excited and eager to finally read this book 3 – the book of revelations – and to find out the ending of this story. Unfortunately, for my part, this book has not kept its promises. Or maybe I expected too much of this book. I do not know… but the fact is that I was disappointed. Like many people, the ending of Insurgent left me with a lot of questions. I wanted to find out more about those who created the system of factions as well as the mission of all the Divergent. I wanted to find out what was outside the fence!

In the end I don’t know what to think. But what I’m sure is that among the three volumes, Allegiant is the one I liked least. I must say that I didn’t expect such an ending! Am I satisfied by such a conclusion? No, not really. The author’s choice concerning the fate of her characters somewhat disturbed me. I don’t know if Roth’s purpose was to be original by concluding her story that way but one thing is certain, this read won’t leave you indifferent. Whatever you like or dislike Allegiant, the Divergent series is a must read. Despite this unsatisfying ending, Divergent remains one of the best dystopian series I’ve read so far. I didn’t really expect a happy ending but I was far from suspecting that the trilogy would end this way. And if the word « sacrifice » seems to be the key word throughout the novel, for my part, I regret I didn’t prepare myself to endure this.

But it’s not only the ending that disappointed me in this book. Other points were also quite annoying. In this novel, Veronica Roth chooses to alternate Tris and Tobias’s POV, something she has not done in the previous books but when we finish the novel, we understand why the author chose this mode of narration. I have nothing against having Tobias’s perspective as bonus here. However I must say that sometimes it was hard to determine who was who. Indeed, the author uses the same tone for both characters so that sometimes we have the impression to deal with the same person. Even if it is specified in the beginning of each chapter who is the narrator, it’s quite disconcerting.

Another disturbing point: the wacky revelations made throughout the novel that keep coming one after the other, chapter by chapter, to the point that I found it boring, without mentioning the lack of action. It was very hard for our heroes to deal with these revelations. They find out that everything they have experienced so far – that their whole life – was a lie. From the beginning they were observed by other people so in the end, they are just the result of an extensive scientific experiment whose sole purpose is to save humanity from its own destruction. Well… why not? I don’t mind. However what upset me the most here was the entire “genetic manipulation” thing. These explanations were too far-fetched to be credible.

Then there are the characters. If we compare with the previous books, we can find inconsistencies in the attitude of some characters. For example, I didn’t understand Evelyn’s attitude at the end of the book and even less Marcus’s attitude (who just disappeared, almost forgotten by the author) given the portrait the author did of them in the previous books. Their reaction was rather illogical and in the end all the conflicts were resolved too easily. Even Tobias disappointed me in this book! Faced with a new environment, he seemed hopeless. He was so strong and brave in the first two books… He was used to be suspicious too. But in Allegiant he became weak, credulous and worse, he made a terrible mistake. Only the heroin Tris was true to form.

Finally, to come back to the famous ending, I don’t question Tris’s choice. I think that she just could not stand there and do nothing. That is not like her so I found her reaction normal and predictable. It was even beautiful and touching. However I regret the fact that nothing has been done in advance to prevent that. I mean a better solution, a plan that would have saved everyone. It’s sad to come to such extremes.

To conclude it was a very disappointing book compared to Divergent and Insurgent. It’s really unfortunate. However the Divergent series remains a good dystopian story, probably one of the best although I have very mixed feelings regarding this final book.

2-5mon pseudo

Divergente #3 de Veronica Roth

Divergent, Tome 3

Résumé : Tris et ses alliés ont réussi à renverser les Érudits. Les sans-faction mettent alors en place une dictature, imposant à tous la disparition des factions. Plutôt que de se plier à ce nouveau pouvoir totalitaire, Tris, Tobias et leurs amis choisissent de s’échapper. Le monde qu’ils découvrent au-delà de la Clôture ne correspond en rien à ce qu’on leur a dit. Ils apprennent ainsi que leur ville, Chicago, fait partie d’une expérience censée sauver l’humanité contre sa propre dégénérescence. Mais l’humanité peut-elle être sauvée contre elle-même ?

Avis : Dernier volet de la trilogie Divergent, inutile de vous dire que je l’attendais comme le messie. Divergente est en effet une de mes sagas préférées. J’avais adoré les deux premiers tomes et j’étais vraiment impatiente de pouvoir lire enfin ce tome 3, le tome des révélations pour connaître le dénouement de l’histoire. Malheureusement, je dois dire que ce troisième tome n’a pas tenu toutes ses promesses. Ou alors peut être que j’en attendais trop de ce livre, je ne sais pas… toujours est-il que j’ai été déçue. Comme beaucoup de personnes, à la fin du tome 2, je me suis posé beaucoup de questions. Je voulais en découvrir plus sur les fondateurs de la ville, ceux qui ont créé le système des factions ainsi que sur la mission de Divergents. Je voulais savoir ce qu’il y avait au-delà de la clôture !

Au final, je ne sais pas trop quoi en penser. Ce qui est sûr c’est que des trois tomes, c’est celui-ci que j’ai le moins aimé. Il faut dire que je ne m’attendais pas mais alors pas du tout à une telle fin ! Est-ce que j’ai été satisfaite par une telle conclusion ? Non, pas vraiment. Le choix de l’auteur concernant le sort ses personnages m’a quelque peu perturbée. J’ignore si le but de Veronica Roth était de se montrer originale ou non en achevant son histoire de cette manière mais une chose est certaine, on ne ressort pas indifférent de cette lecture. Qu’on aime ou qu’on n’aime pas ce tome 3, Divergente est une saga que l’on se doit malgré tout de lire car même si j’ai du mal à accepter ce dénouement, elle reste une des meilleures séries dystopiques que j’ai lu jusqu’à présent. Je ne m’attendais pas vraiment à un happy end mais j’étais loin de me douter que la trilogie finirait ainsi. Et si le terme « sacrifice » semble être le maître mot tout au long de ce dernier tome, quelque part, j’aurais bien aimé avoir été préparée.

Mais il n’y a pas que la fin qui m’a déçue dans ce livre. D’autres points m’ont aussi pas mal gênée. Dans ce roman, Veronica Roth choisit d’alterner les points de vues de Tris et de Tobias, chose qu’elle n’a pas fait dans le les tomes précédents mais une fois le roman achevé, on comprend mieux pourquoi l’auteure a opté pour ce mode de narration. Je n’ai rien contre le fait d’avoir le point de vue de Tobias en prime ici, en revanche, je dois dire que parfois, j’ai eu un peu de mal à m’y retrouver. En effet, l’auteure emploie le même ton pour les deux personnages, ce qui fait que parfois, on a l’impression d’avoir affaire à la même personne même si c’est précisé en tout début de chapitre qui est le narrateur.

Autre point assez déconcertant : les révélations pour le moins farfelues qui y sont faites et qui s’enchainent les unes après les autres, chapitre après chapitre, au point qu’à la longue j’ai trouvé cela un peu ennuyeux, sans parler du manque d’action. Des révélations très dures à encaisser pour nos héros. Ces derniers découvrent que tout ce qu’ils ont vécu jusqu’ici, que leur vie entière n’était qu’un mensonge, que depuis toujours, ils étaient observés par d’autres gens et qu’au final, ils ne sont que le fruit d’une vaste expérience scientifique réalisée dont l’unique but de sauver l’humanité qui court à sa perte. Bon, je veux bien, là où j’ai décroché en revanche ce sont les explications relatives aux « manipulations génétiques » qui étaient vraiment très peu crédibles voire même tirées par les cheveux.

Puis il y a les personnages : en comparant avec les tomes précédents, on note des incohérences au niveau de l’attitude de certains personnages. Par exemple, je n’ai pas du tout compris l’attitude d’Evelyn à la fin, pas plus que celle de Marcus d’ailleurs (qui lui a carrément été zappé par l’auteure dans les dernières pages) compte tenu du portrait qu’on a fait d’eux dans les livres précédents. Leur réaction est même plutôt illogique et au final j’ai trouvé un peu trop facile la façon dont tous les conflits se règlent. Même Tobias m’a déçu dans ce tome ! Confronté à un nouvel environnement, il m’a semblé complètement paumé. Ce personnage qui était si fort et courageux au début laisse ici la place à un être faible et alors qu’on le décrivait comme un personnage toujours méfiant, ici il se montre trop crédule et commet de graves erreurs. Seule Tris, l’héroïne, reste égale à elle-même.

Enfin, pour revenir sur cette fameuse fin, je ne remets pas en cause le choix qu’a fait Tris. Je pense qu’à propos de son frère (et ce malgré tout le mal qu’il lui avait fait) elle ne pouvait tout simplement pas rester plantée là sans rien faire. Ce n’est pas ce à quoi elle nous avait habitué donc j’ai même trouvé sa réaction normale et assez prévisible. C’est même le passage le plus émouvant et le plus beau du livre. En revanche, j’ai regretté le fait que rien n’ait été fait en amont pour éviter qu’elle en arrive là. N’y avait-il pas d’autres solutions à creuser, un meilleur plan qui aurait sauvé tout le monde ?

Un troisième tome donc nettement en dessous des deux précédents avec un dénouement dont je peine encore à me remettre deux jours après. C’est un peu dommage mais Divergente reste toutefois une très belle trilogie dystopique, l’une des meilleures selon moi et même si je suis très mitigée en ce qui concerne ce dernier tome, je ne peux que vous la recommander.

2-5mon pseudo

Rapture by J.R. Ward

Fallen Angels, Book 4

Synopsis: Out of the wickedly inventive imagination of #1 New York Times bestselling author J.R. Ward comes a world where sin and salvation collide in a battle for the future of mankind—where a cynical fallen angel struggles against the seven deadly sins and a demon’s lure over seven chosen souls…

Mels Carmichael, reporter for the Caldwell Courier Journal, gets the shock of her life when a man stumbles in front of her car outside the local cemetery. After the accident, his amnesia is just the kind of mystery she likes to solve, but she soon discovers they’re in over their heads with his past. Over their heads with passion, too…

As shadows walk the line between reality and another realm, and her lover’s memory begins to come back, the two of them learn that nothing is truly dead and buried. Especially when you’re trapped in a no holds barred war between angels and demons. With a soul on the line, and Mels’s heart at risk, what in Heaven—or in Hell—will it take to save them both?

Review: It is always a pleasure to read a novel by J.R. Ward. Moreover, I’m becoming more and more addicted to this series that improves over the books. So we still follow our savior, Jim Heron in his fight against evil. Matthias is the former leader of the XOps (and Jim’s ex-boss). He was in Hell after Jim’s defeat we saw in Book 2 but he returned to Earth. Now he has a new chance of redemption. Why this second chance? Does he deserve it? It’s actually a punishment against Jim’s enemy. Indeed, the opposing camp didn’t comply with the rules in the last round so the Creator decided to punish Jim’s opponent by putting Matthias’s soul into play again. So the battle starts all over again but it’s also a new opportunity for Jim to try to save his former boss as he failed the first time.

Thus we find Matthias back on Earth. He wakes up naked and wounded at the Caldwell Cemetery, on Jim’s grave. While he was trying to leave this place, he was hit by the car of a young journalist at the Caldwell Courier Journal, Mels Carmichael. Now he is suffering from amnesia. Immediately there is alchemy between these two characters but of course there are many obstacles between them, especially Matthias’s heavy past. Then there is the threat hanging over his head and Matthias, though, is well aware he is running out of time.

The Good team -Jim’s team- has taken a serious beating despite their last victory against evil. Indeed, after the loss of one of their own, the team tries to recover. But it’s really hard for Adrian to accept this loss and Jim spends a lot of time thinking about Sissy. He wants to deliver her from Hell at all costs, to the point of forgetting his true mission.

Matthias until this book 4 was the perfect villain. A nasty character, a true sadist, a cold-blooded murderer… in short, a character that we used to hate in the previous books and yet here he will show another side of himself. Does such a character deserve to be saved? Amnesia must surely have something to do with that but I must say that it was a pleasure to follow Matthias as the hero of this book while at first I didn’t like him at all. I was even scared at the idea of starting reading this book. But I was wrong because Rapture is probably the best book in the series so far. Matthias is such a proud man… who can’t stand being dependent on others despite his vulnerability. He is a wounded man, one-eyed and covered of scars, obvious stigmas of his heavy criminal past. He is also a determined man who seeks to redeem himself and throughout this volume, J.R. Ward manages to make him more likeable to the reader. Of course we also discover Matthias’s past when he was a teenager and the trigger that turned him in this man feared by all. It was quite interesting to see how he got there.

I liked Mels also. The young woman lives with her mother and is looking for the big scoop that could boost her career as a journalist and thus change her life. She is an endearing young woman who cares for others. She is intelligent, very effective in her work and always willing to help others. Her relationship with her mother is very touching and I enjoyed finding out a bit of her past too, including her memories about her father who she has always admired.

This book 4 marks a turning point for Jim and his evolution, especially after what he did in the last pages… I was also very surprised by Adrian’s action and concerning the Creator, I confess I didn’t expect this kind of revelation. Of course I suspected there was something strange behind this but I had no idea of such a big revelation!

To conclude, this book is full of surprises and I am now very curious to read the sequel!

4mon pseudo

Extase de J.R. Ward

Anges Déchus, Tome 4

Résumé : Jim Heron est capable du meilleur comme du pire. C’est la raison pour laquelle il a été choisi pour décider du sort de la Terre. Sa nouvelle mission : sauver l’âme de Matthias, son ancien chef. Après un accident, ce dernier est secouru par Mels Carmichael et devient amnésique. Ils sont vite submergés par la passion… Mais, lorsque le passé resurgit, ils découvrent que rien n’est jamais enterré et ils se retrouvent au cœur d’une guerre entre anges et démons. Jim réussira-t-il à les sauver ?

Avis : C’est toujours un plaisir de lire les romans de J.R. Ward. Qui plus est, je deviens de plus en plus accro à cette série qui s’améliore au fil des tomes. On suit toujours notre sauveur, Jim Heron dans sa lutte contre le Mal. Matthias est l’ancien leader des XOps et donc l’ancien chef de Jim. Il était en Enfer suite à la défaite de Jim dans le tome 2 mais il a finalement été renvoyé sur Terre et bénéficie donc d’une nouvelle chance de rédemption. Pourquoi un tel traitement de faveur ? Il s’agit en fait d’une punition à l’encontre de l’adversaire de Jim. En effet, le camp adverse n’ayant pas respecté les règles lors du dernier round, le Créateur a décidé de le sanctionner en remettant en jeu l’âme de Matthias. Il faut donc tout recommencer mais c’est aussi pour Jim une nouvelle occasion de tenter de sauver son ex-patron alors qu’il avait échoué la première fois.

Ainsi on retrouve donc Matthias de retour sur Terre. Il se réveille nu et blessé au cimetière de Caldwell, sur la tombe de Jim. En tentant de quitter les lieux, il est percuté par la voiture de Mels Carmichael, une jeune journaliste au Caldwell Courier Journal et devient amnésique. Aussitôt, une alchimie se crée entre ces deux personnages mais bien sûr, de nombreux obstacles se mettront entre eux, à commencer par le très lourd passé de Matthias, sans parler de la menace qui pèse sur sa tête car le temps lui est compté.

L’équipe du bien quant à elle a pris un sacré coup malgré leur dernière victoire contre le mal. En effet, après la perte d’un des leurs, l’équipe peine à reprendre pied. C’est vraiment difficile pour Adrian de se remettre de cette perte et quant à Jim, il pense toujours à Sissy et veut la délivrer de l’Enfer coûte que coûte, au point d’oublier parfois sa véritable mission.

Matthias jusqu’à ce tome 4, était le méchant par excellence. Un personnage malfaisant, un véritable sadique, assassin de sang-froid… bref un personnage qu’on a pris l’habitude de détester dans les tomes précédents et qui pourtant va montrer ici une autre facette de lui-même. Un tel personnage mérite-il d’être sauvé ? L’amnésie doit sûrement y être pour quelque chose mais je dois dire que Matthias est un héros que j’ai pris énormément de plaisir à suivre alors qu’au départ, je ne l’aimais pas du tout, au point que j’avais peur de ne pas accrocher avec ce tome 4. Mais j’avais tort car ce livre est sûrement le meilleur tome de la série jusqu’à maintenant. Matthias est un homme si fier… qui supporte difficilement d’être dépendant des autres malgré sa vulnérabilité liée à son mauvais état physique. C’est un homme blessé, couvert d’horribles cicatrices et borgne, stigmates évidents de son lourd passé de criminel. C’est aussi un homme déterminé qui cherche à se racheter et tout au long de ce tome, J.R. Ward parvient à le rendre plus sympathique aux yeux du lecteur. Bien sûr on découvre aussi le passé d’adolescent de Matthias ainsi que l’élément déclencheur qui a fait de lui cet homme que tout le monde craint. C’était assez intéressant de découvrir comment il en est arrivé là.

J’ai beaucoup aimé Mels également. La jeune femme vit chez sa mère et est à la recherche du gros scoop qui pourrait booster sa carrière de journaliste et ainsi changer sa vie. C’est une jeune femme très attachante qui se soucie des autres. Elle est intelligente, très efficace dans son boulot et toujours disposée à aider les autres. Les rapports qu’elle entretient avec sa mère sont très touchants et j’ai aimé découvrir un peu de son passé à elle aussi, notamment ses souvenirs au sujet de son père qu’elle a toujours admiré.

Ce tome quatre marque un tournant en ce qui concerne le personnage de Jim et son évolution, surtout au vu de ce qu’il fait à la fin… mais je ne vous en dirais pas plus. J’ai aussi été très surprise par le geste d’Adrian et quant au Créateur, j’avoue que je ne m’attendais pas à ce genre de révélation, je me doutais bien qu’il y avait quelque chose d’étrange là-dessous mais pas que ce serait aussi énorme !

En conclusion c’est donc un quatrième tome riche en surprises et je suis maintenant très curieuse de lire la suite !

4mon pseudo